Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 13:12

Lorenz Beger bibliothéquaire de l'électeur de Brandebourg, Frédérique III de Prusse,

(né le 19 Avril, 1653 Heidelberg, † 20 Février, 1705 Berlin) était un avocat, archiviste et numismates.

pseudonyme Daphnée Arcuarius

Un des livres des premiers inventaire d'antiquités (gemmes, monnaies, vases etc.) du XVIIème siècle

Ce livre est a vendre (photos sur demande faire offre, merci ! contact : henry.arthenay@hotmail.fr

Spicilegium antiquitatis sive variarum coloniae brandenburgi coe liebperti 1692

In folio. Pl. reliure  d’origine. Dos à nerfs orné coiffes, coins mors avec usures

Rousseurs s / l’ouvrage

Nombreuses figures In texto et quatre grandes hors texte d’ouvrage , reliure en cuir.

Spicilegium antiquitatis, 1692, Lorenz Beger
Spicilegium antiquitatis, 1692, Lorenz Beger
Spicilegium antiquitatis, 1692, Lorenz Beger
Spicilegium antiquitatis, 1692, Lorenz Beger
Spicilegium antiquitatis, 1692, Lorenz Beger
Spicilegium antiquitatis, 1692, Lorenz Beger
Published by Henry
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 14:08
gravure guerre de trente ans Mérian

gravure guerre de trente ans Mérian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre trente ans Merian

gravure guerre trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

gravure guerre de trente ans Merian

Nouvelle carte de la Franconie (Allemagne) Merian

Nouvelle carte de la Franconie (Allemagne) Merian

gravure Merian

gravure Merian

gravure perspective du pont de Nuremberg Merian

gravure perspective du pont de Nuremberg Merian

gravure Merian

gravure Merian

gravure Merian

gravure Merian

gravure Merian

gravure Merian

gravure guerres de religions Anne Picard Paris

 

Gravure de plan de bataille pendant les guerres de religions par Anne Picard Paris

gravure leçon d'équitation de Louis XIII par Crispin (Pluvinel)

gravure leçon d'équitation de Louis XIII par Crispin (Pluvinel)

gravure leçon d'équitation de Louis XIII par Crispin (Pluvinel)

gravure leçon d'équitation de Louis XIII par Crispin (Pluvinel)

Plan de bataille de Andrad 1758

Plan de bataille de Andrad 1758

Ces gravures sont originales,

Quelques unes sont à vendre vous pouvez me contacter : henry.arthenay@Hotmail.fr

 

Merci

Published by Henry
commenter cet article
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 13:48

Fabrication du Katana, cela donne aussi une idée de la fabrication d'une épée en acier, ou en damassé

 

Published by Henry
commenter cet article
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 13:12

Vous trouverez ici le moyen de fabriquer un soufflet de forge primitive,

 

mais auparavant la fabrication du charbon de bois pour la forge

 

Vous pourrez également regarder plus de 20 vidéos portant sur la fabrication de hutte

en palmes, de cabane faite de branchages et de terre, de tuiles en terre cuite,

d'un arc, d'un javelot, d'une fronde, d'un hypocauste (chauffage par le sol) etc....

C'est tout à fait intéressant et surtout très ingénieux. par contre cela demande du temps.

MERCI

 

FABRICATION CHARBON DE BOIS POUR FORGE

FABRICATION D UN SOUFFLET DE FORGE

Published by Henry
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 11:26
Généalogie en ligne Assalit, Pouget, Popian, Melgueil, Aniort, Mirepoix, Laurac,

Bonjour,

Vous pourrez trouver en ligne un arbre généalogique plus complet et plus compréhensible indiquant les sources sur les noms cités ci dessus entre 750 et 1250

sur une base de travail sources :

Mme Duhamel Amado, Laurent Schneider, Michel Roquebert, cartulaires abbayes et enquêtes inquisitoriales

http://gw.geneanet.org/henrydass?n=assailly&oc=&p=guillaume+ii

Vous pouvez remonter dans les arbres ou descendre selon

merci

Published by Henry
commenter cet article
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 16:28

Les cathares, des origines contestataires.

Une très intéressante vidéo sur « Les cathares et leurs héritiers » sur Europe 1

Emission « Au cœur de l’Histoire » de Franck Ferrand

Avec la participation de   Julien Théry-Astruc, Professeur d’Histoire de l’Occident médièval au Centre d'Études Médiévales de Montpellier (Professeur en Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, univ. Lyon 2)

Un échange détaillé sur la montée du catharisme en Languedoc, son appellation exacte, et le combat entre les féodaux, le pouvoir intemporel (la papauté) et le pouvoir temporel (le roi)

 

Franck Ferrand fait un bon résumé de l’hérésie albigeoise en Languedoc, assez pour évoquer rapidement les intérêts en jeu.

Le débat qui suit évoque notamment au vue des recherches récentes de  Julien Théry-Astruc  les raisons de l’hérésie.

Mark G. Pegg  « essai historiographique ». Professeur-assistant à l’Université

Washington de Saint-Louis aux États-unis (Missouri)

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00624456/document

 

Raisons de l’hérésie qui tiennent plus d’un mouvement contestataire lié a la montée en puissance de l’église, ou du moins l’interprétation du régime théocratique qu’en fait Innocent III.

Si déjà et depuis longtemps l’église ou plutôt les représentants ecclésiastiques se conduisent de façon de moins en moins cléricales et ceci même sur propos même du fameux pape Innocent III  (1198-1216) qui fustigeaient les évêchés de Narbonne et Beziers pour différentes raisons toutes aussi valables les unes que les autres.  Malversations, abus de pouvoir, détournements, simonie, concubinage, corruption. Dès lors qu’il avait abandonné la manière cistercienne de gérer l’affaire « cathare » plus proche disons de l’architecture aristocratique et de l’approche diplomatique.

La nouvelle vision est une appréhension plus pragmatique pour s’attirer la faveur des foules, un mode opératoire plus proche de celle des premiers chrétiens un peu à l’image de vie des bons hommes, simplicité, chasteté et pauvreté, incarné à cet effet par Saint Dominique.

Il destitue donc les évêques de Narbonne Beziers et  Toulouse.

Tout le développement de la croisade albigeoise tient plus de la personnalité d’Innocent III que quiconque, lui qui se fait le parangon de l’église théocratique

extrait d'une lettre écrite

quelques jours après le sacre triomphal d’Innocent III  :

« Qui suis-je, moi, ou qu'était la maison de

mon père, pour que je sois admis à siéger au-dessus des rois, à posséder le trône

de gloire ? car c'est à moi que s'applique la parole du prophète : « Je t'ai établi au-dessus

des peuples et des royaumes pour que tu arraches et que tu détruises, et

aussi pour que tu bâtisses et que tu plantes. » C'est à moi qu'il a été dit : « Je te

donnerai les clefs du royaume des cieux, et tout ce que tu lieras sur la terra sera lié

dans le ciel. »

 

et il ne s’en privera pas !

  1. Il jette l'interdit sur le royaume de France pour contraindre Philippe II à répudier Agnès de Méranie et rendre à son épouse Ingeburge de Danemark sa place de reine

Il excommunie et dépose Jean sans Terre roi d’Angleterre

1208 : il jette l'interdit sur le royaume d'Angleterre après son conflit avec Jean sans Terre sur la nomination de l'archevêque de Cantorbéry

1210 : il excommunie Otton IV du Saint-Empire tout en soutenant Frédéric II de Hohenstaufen.

1211 : il demande à l'évêque de Metz de s'opposer à ceux qui possèdent des Bibles en français ; des abbés missionnaires prêchent contre les traductions françaises et brûlent les Bibles en français.

C’est-à-dire le maintien total de la bible entre la  main des clercs, l’interprétation et la diffusion, contrairement aux cathares qui eux ont l’évangile de Jean en langue vulgaire (courante)

1213 : il obtient la soumission de Jean sans Terre.

 

D’autre part il assimile l’hérésie ou les hérésies a un crime de lèse majesté, (droit romain)

  • bulle pontificale Vergentis in senium (25 mars 1199), il assimile l’« aberration dans la foi » à un crime de lèse-majesté, concept romain redécouvert à cette époque par les autorités laïques30. En 1205, dans sa bulle Si adversus vos, il condamne ceux qui viennent à la défense des hérétiques, leur interdisant de fait le secours d'un avocat, voire de témoins à décharge. La procédure inquisitoire, destinée à la répression de tous les méfaits (et pas seulement des hérésies) est complétée et codifiée par une série de décrétales, en particulier Licet Heli (1199) et Qualiter et quando (1206). Toutes les dispositions relatives à la procédure inquisitoriale seront reprises et mises en ordre par le même Innocent III en novembre 1215 à l'occasion du IVe concile du Latran, au 8e canon, lui aussi nommé Qualiter et quando31.

Ce qui évidemment est souligné dans les procédures inquisitoriales ou parfois, dans le cas de d’Helis de Fanjeaux il est évoqué des liens familiaux qui sont absolument faux et invérifiés. Donc il est évoqué des liens familiaux factices à charge.

Et l’on s’aperçoit que ces procédures la plupart du temps sont uniquement à charge, car il n’y a pas de défense, ç’est un mode accusatoire, mais aussi diffamatoire.

Cela relève plus d’un procédé de propagande pour justifier de la main-mise du pape sur les territoires investigués. Il faut une hérésie constituée, hiérarchisée,  ordonnée, codifiée.

Mais quel est le but, Innocent qui portait mal son nom a eut certainement l’ambition de pouvoir asseoir ses pleins pouvoirs intemporels et temporels sur les domaines infectés par l’hérésie.

N’oublions par une chose le domaine des Trencavels, puis le royaume d’Aragon.

 

Le Royaume d’Aragon est inféodé aux rois de France sur la Marche d’Espagne (Marquisat de Gothie) ce depuis les carolingiens du moins en théorie, puis qu’a son tour l’Aragon est inféodé depuis 1068 au pape (vassaux du pape) sur sa partie espagnole.  De l’autre les Trencavels autrefois inféodés au Comte de Toulouse le quittent pour s’inféoder au roi d’Aragon, donc ils ne dépendent plus directement du Comte de Toulouse et par là si l’on veut du roi de France, puisque le comte de Toulouse est son vassal.

De ce fait, on peut penser qu’Innocent III par le biais du roi d’Aragon jette un œil sur ce qui en principe lui appartient, notamment sur les terres des Trencavels. Et ce sont biens ceux-ci qui sont les premiers attaqués lors de la croisade, attaqués et annexés. Enfin destitués, comme hérétiques, et leurs biens saisis et remis a Simon de Montfort.

 

Quant à Philippe Auguste, il ne tient pas a s’investir dans une croisade sur ses féodaux, d’autant plus que le comté de Toulouse est aussi un apanage théorique revendiqué par les Plantagenêts avec lesquels il est en conflit. Donc se serait ouvrir deux fronts.

Lettre de Philippe auguste au Pape Innocent III 1208

« Quant au fait que vous livrez la terre du comte à ceux qui voudront s'en emparer, nous avons appris d'hommes émi- nents et instruits que vous n'avez pas le droit d'agir ainsi, tant que vous ne l'aurez pas condamné comme hérétique. Quand bien même il serait vous devriez nous en avertir et nous demander d'exposer sa terre, car c'est de nous qu'il la tient » Histoire générale de Languedoc (HGL), VII, 558

Cependant la tournure des évènements va le forcer par intermédiaire à agir. C’est Simon de Montfort chargé des basses œuvres, lui-même vassal des Plantagenêts ( pour ce qui concerne le baronnage anglo normand de Leceister tenu en moitié par sa mère Amicie de Beaumont)

La mort de Pierre II d’Aragon règle ce qui aurait pu s’avérer (en cas de victoire à Muret (1213)) une possibilité de reconstitution de la Septimanie, via l’ancien royaume Wisigoth. Et affaiblit le pouvoir papale puisqu’ils en sont les vassaux, mais dès lors libère le champs pour un temps pour reconstituer la vassalité à la couronne via Simon de Montfort (reconstitution de la Marche d’Espagne)

De ce fait sur l’échiquier manque un roi, un cavalier, et nombre de pions, reste les autres pièces, Simon à son tour tombe tué lors du siège de Toulouse en 1218. Ici tout est chambouler retour à zéro.

Colère du Pape, soutien du roi de France, il faut en finir. La saignée dans les troupes méridionales a considérablement affaiblit les languedociens.

Louis VIII affaiblira les Montfort, mais rattachera à la couronne leurs terres  les vicomtés de Béziers, d’Albi et de Carcassonne, le comté de Toulouse en 1249 en apanage par mariage du frère de saint Louis à la fille du comte de Toulouse et rattaché à la couronne en 1271.

Les soulèvements contre l’autorité royale sont loins d’être locaux, Hugues de Lusignan seigneur de la Marche du Poitou dans le même temps renie son inféodation au roi de France Louis IX :

« J’avais été déçu et circonvenu quand je me proposais de te faire hommage ; aujourd’hui j’ai changé d’avis et je viens te jurer et t affirmer que jamais je ne me tiendrai pour ton homme. » dit il à Alphonse comte de Poitiers et frère de saint Louis, en parlant de son futur suzerain Henri III d’Angleterre.

Les Lusignan famille illustre (dont Guy de Lusignan roi de Jérusalem (hélàs !) jouie d’un lustre immense auprès de la grande aristocratie médiévale, elle soulève par alliance le comté de Provence et s’accorde le soutien des rois d’Aragon, d’Angleterre et de Navarre.

Mais on sait bien que les Lusignan s’ils furent bien des grands féodaux n’étaient pas très avisés en stratégie. Hugues de Lusignan perd Saintes puis est défait à Taillebourg. Henri III n’ayant pu intervenir avec ses barons, lui-même en quête d’autorité sur son royaume. C’était tenté le coup, Louis IX semblait novice, mais pas temps que ça.

 

De ces faits on voit s’effondrer en peu de temps sur une période courte, toute contestation féodale vis-à-vis de la couronne.  Sur une période de quarante ans, les rois successifs de France se débarrassent des grands féodaux et de la papauté.

 

Pour ce qui concerne le Midi, on voit les méfaits qu’ont pu engendrer les abus ecclésiastique et monastiques. Déjà vers 1100 les conflits étaient ouverts entre les anciens alleutiers (propriétaires en pleins droits de terres libres) et les nouveaux suzerains proclamés ou autoproclamés.

Le serment vassalique de guillaume assalit  toujours nommé comme modèle :

 Ainsi, en 1114, Adalaïs du Pouget fait-elle serment à l’abbé de Gellone mais demande

à son époux, Guilhem Assalit, de prêter lui aussi un serment qui sera accompagné d’un

hommage ; en 1170, Vierne de Brissac fait serment et hommage pour son fief, mais engage

son fils à prêter serment dès qu’il sera armé chevalier5

 

mais aussi :

En 1122, l’abbé de Gellone est en

litige avec Guilhem Assalit à cause du fief du château de Brissac. Guilhem reconnaissait

devoir l’hommage pour le château mais refusait de prêter serment. L’abbé

l’y contraint après avoir entendu des témoins, dont le propre frère de Guilhem. La

définition énonce que « Guilhem Assalit, reconnaissant alors la vérité, jura de sa propre

main fi délité audit abbé Guilhem » (ALAUS, CASSAN et MEYNIAL, Cartulaires des abbayes,

p. 297, n° 364 ; trad. DÉBAX, La féodalité languedocienne, p. 141).

 

 

Ce serment ou ces serments dénotent deux choses si l’on voit la suite des évènements, le catharisme ou l’hérésie renie totalement tout serment, et de ce fait tout lien de vassalité.

On sait donc que ç’est l’une des pierres d’achoppement de ce principe, le second ç’est sur document que les dons aux abbayes notamment ceux de Narbonne à la même période diminuent à un point que les biens tenus en vassalité sont remis définitivement a leur propriétaire ce qui est le cas pour le domaine de Popian. Donc l’aristocratie ne donne plus à certains monastères ou abbayes et notamment dans la Narbonnaise. D’autre part, ce ne sont pas des familles issus de noblesse campagnardes qui intègre le mouvement contestataire, se sont bien des familles soit issus d’une aristocratie plus ancienne, notamment installée par les carolingiens, (carolingiens déposés par le pape d’alors) et l’on sait le sentiment légitimiste que saint Fulcran à vis-à-vis des carolingiens.

Mais ce sont et je tiens bien à le souligner des familles aux revenus monétaires importants, soit par l’entremise du commerce, mais aussi par la propriété de mines, notamment les mines de la montagne Noire non loin du Lauragais, puis des mines du Razes. N’oublions pas la dernière mine d’or de France Salsigne. C’est donc bien des revenus importants et conséquents qui alimentent cette contestation, même si le l’âme duelliste entre locaux est toujours présente, elle vient à s’effacer dans l’adversité.

D'autre part le Lauragais se trouve être a une limite entre le comté de Toulouse et les vicomtés des Trencavel, donc une sorte notamment à Fanjeaux de ville (castrum) fortifiée frontière, un lieu de passage entre les domaines.

On peut donc retenir deux choses, la contestation, par abus féodal ou accaparement de revenus, via l’entremise d’abbayes qui pour certaines sont liées à des familles montantes. Et de l’autre la mise en forme de la contestation d'une manière théologique ceci dans des territoires plus cosmopolites et souples dans la diversité, par exemple, les mêmes hérésies ou prétendues telles au Nord sont immédiatement interrompues par la fureur publique, une mise au bucher systématique, le plus souvent sans l’accord du pouvoir temporel ou intemporel.

On parle de propagande, outil récent du XXème siècle inventé avant –guerre.  Ici on a la démonstration d’une propagande, d’un mise en scène, d’une politique systématique de procédés diffamatoires simplement dans le seul but d’avidité, de cupidité, d’hégémonie et bien sûr de renflouement des caisses… justifiés par ces moyens uniquement à charge.

Bref rien de nouveau sous le Soleil !!

 

 

 

Exemple :

http://www.archive.org/stream/cartulairedenotr01prouuoft#page/cclvi/mode/2up

les Aniort

Je propose un autre lien sur une enquête ou une contre enquête menée par Anne Brenon Historienne de l'école des Chartes, donc sur les documents de l'époque, notamment inquisitoriaux, les codex cathares sur leur religion, les différentes recherches concernant le sujet. Le livre n'est pas récent 2008 mais il a le mérite de s'appuyer sur recherches très étayées, qui mettent en valeur plutôt la structuration d'une église cathare, notamment par le document de saint félix en Lauragais. Les autres documents corroborent ce texte. C'est une approche primordiale si l'on veut s'intéresser à cette période :

http://www.albin-michel.fr/ouvrages/cathares-la-contre-enquete-9782226220516 

 

Ce point de vue est un point de vue qui ne tend pas à minimiser ce mouvement mais a en évoquer la structuration et la hierarchisation. Il y a l'autre point de vue qui est celui de la minimisation du mouvement pour des raisons pas très claires.

 

 

 

11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 10:03

Deux livres viennent de finaliser deux séries indépendantes l'une de l'autre, par deux auteurs également indépendants l'un de l'autre

Marc Dugain dernier tome de la trilogie "L'emprise", - L'ultime partie chez Gallimard

M. Dugain y décrit sous forme de roman l'infiltration du milieu politique par les services secrets et les liens entre la finance, les grandes multinationales, ou les lobby des industries de pointe française.

Philippe Pascot : sur la série Pilleurs d'Etat, et la nouvelle "Délits d'élus", - Du goudron et des plumes" chez Max Milo éditions

« Tous les élus ne sont pas pourris, Mais il y en a moins qu’on ne le dit et plus qu’on ne le sait ! »

« J’ai répertorié depuis trois ans entre 1 000 et 1 200 élus (ils sont un peu plus de 600 dans le présent volume) dont j’ai réussi à trouver une trace de turpitude judiciaire, fiscale ou autres… »

Philppe Pascot

sans commentaires supplémentaires.

Ce sentiment d'impunité est souligné, dans les deux ouvrages, l'un décrit les mécanismes de la corruption et de la connivence, l'autre les résultats visibles, enfin ceux qui sont connus.

La république de la concussion

Sens du droit romain : "La concussion serait le crime d'extorsion sans violence commis par un particulier ou un fonctionnaire, usant d'intimidation ou prétextant des pouvoirs fictifs, ou abusant de pouvoirs réels."

sens actuel ex : " Par exemple, un agent public qui favorise un concurrent lors d'un marché public en échange d'une contrepartie financière commet un acte de concussion, tandis que le concurrent commet un acte de corruption." Autrement dit : "Le corrupteur propose et l'administrateur public dispose"

La corruption est assez courante, mais la concussion n'est pas encore générale (~on est passé de 10 % de cas à a peu près 30 % en a peine une décennie selon Phlippe Pascot) enfin pour ce qui est connu. ; cependant bon nombres de candidats ou d'administrateurs aux vues d'une crise qui tend à s'allonger et se durcir, à laminer l'économie française, sentent de plus en plus la précarité des mandats ; d'où le fait que la politique attire de plus en plus d'arrivistes, ou d'affairistes . La notion d'Etat n'est plus qu'accessoire dans une société ou le culte de la réussite matérielle provoque l'admiration des masses, culte relayé insidieusement par les médias.

La fonction étatique présuppose certaines qualités morales au départ, et non une volonté sans vergogne d'y accéder par tous les stratagèmes possibles ou inimaginables.

L'électorat épouse cependant l'idée ou a épousé, qu'un homme adroit dans les affaires louches ou supposées scabreuses financièrement pourrait apporter au pays des bénéfices pour ce dernier, et de ce fait aux citoyens ou une corporation de citoyens, par l'usage de ressorts et calculs par un homme expérimenté dans ce genre de pratiques

qui parfois donne : « Plus tu es un truand, plus tu as de chances d’être réélu… » Philippe Pascot

Enfin il faut raisonner correctement, on ne fait pas entrer un loup dans une bergerie.

Ensuite, si le cas n'est pas général, il faut penser que l'antinomie totale entre les systèmes corporatistes (crées par la société ou qu'on crée volontairement les élus pour des questions que clientélisme) et les lobby industriels et ou économico - financiers poussent les politiques soit à mentir, ou a éviter d'arbitrer ou de gérer ces intérêts contradictoires.

les uns cherchent à conserver des privilèges ou les accroitre, les autres tendent à ramener vers eux plus de parts de marchés, situation délicate en période de déficits. Le désengagement de l'état vers les régions en est un exemple, comme celui de la loi travail vers les accords en entreprise.

Une forme d'Etat super régisseur, mais irresponsable dans ses actions.

Ce qui a pour autre conséquence, une déstructuration sociale, due à art du jonglage des arrangements ou pars (dans toute négociation il y a toujours un perdant). Cette déstructuration amène des conflits, et ces conflits une forme au départ de violences sporadiques qui tendra a s'étendre.

De ceci découle inévitablement, puisque personne n'assume ses responsabilités, un renforcement de l'encadrement de la société, autrement dit, un accroissement de la sécurité, la surveillance, et du big data, ç'est à dire le contrôle de tous les moyens de communications sous prétexte (sérieux aussi) de belligérance extérieure ; ça arrange bien les choses.

De l'autre pour conserver les acquis extra territoriaux on augmente ou oriente l'armée vers des points stratégiques d'intérêts financiers soit disant de priorité nationale sous parfois prétexte de conservation de régimes démocratie ou d'indications de mouvances terroristes. Ce qui a pour effet de dégarnir la défense de la métropole.

Et encore à l'intérieur d'augmenter la pression sécuritaire, jusqu'à épuisement, au burn out des concernés, n'exprimant plus ainsi plus aucun sentiment ou réflexion possibles en cas de durcissement pour contrecarrer des mouvements sociaux de plus en plus incontrôlables.

Mais aussi, le contrôle total des communications, la suppression de l'argent liquide pour raisons de rentrées fiscales (espérant compenser la dette, mais qui ne fera qu'accroitre la contestation).

Tous ces calculs, (car cela devient une maladie chronique dans les états ou une forme de méta administration aux allures de république bananière), se multiplient motivés par la précarité du mandat électif entre compétiteurs en place ou espérant accéder parfois à certaines sinécures.

Ces calculs et manipulations se multiplient sous la forme d'écoutes, de chausses trappes, d'usage de transfuges et d'utilisation des services secrets à des fins privées soit sur fonds publics ou privés.

Mais entre les story telling politiques montés par des spin doctors de ce même milieu pour des intérêts qui n'ont rien à voir avec l'Etat, sa pérennité et sa sécurité, on est loin de se douter que le big data exponentiel va anéantir une bonne partie de ces méthodes, mais aussi de ses représentants publics, résidus d'un ancien monde politique aux méthodes surannés. car ç'est là que résidera le vrai pouvoir.

Dès lors il sera possible de mettre en place, le bon produit au bon instant, correspondant aux désirs des électeurs, un acteur choisit avec soin, tout à fait soumis aux nécessités du temps (évidemment pas toujours les bonnes).

C'est ainsi que les républiques se meurent, l'absentionnisme provoqué par une sorte de dégoût, sera conspué par toute la classe politique mais en vérité les arrangera profondément. La démocratie ne sera juste qu'histoire de gouvernance d'élites, qui naturellement souhaitent tendre a une aristocratisation de leur situation. Les partis étant déjà eux mêmes des machines à sélectionner les candidats bien formatés. De l'autre la candidature à la présidentielle est suffisamment sélective par l'apport ou non des signatures d'élus : le système est complètement bloqués dans sa représentation. D'ailleurs ou sont les représentants public ayant des fonctions privées dans les secteurs de l'industrie, de l'agriculture, mais aussi des chomeurs, les artisans, les artistes.

Il n'y aura donc pas d'émergence de candidats de la société civile, (sinon issus de groupes financiers ou d'autres - eux même sélectionnés durant leur apprentissage dans les grandes écoles)

Il n'y aura pas de paix sociale, sinon achetée par clientélisme et de manière ponctuelle (souvent avant les élections), les autres plus virulents seront menés au pilori public.

Mais il y aura une abdication du peuple souverain, car s'il est souverain dans le principe il n'a plus aucun pouvoir. pour ce qui concerne les élections et les décisions.

Il y aura un coup d'état technologique via le biais et les moyens à disposition pour un état totalitaire et sécuritaire, ou un méta état regroupant plusieurs nations.

Cependant ces calculs semblent vains, même si l'on tend statistiquement a réduire le risque, le risque zéro n'existe pas.

Une des multiple raison est que la France s'est orientée depuis plusieurs décennies vers le tertiaire, ce qui la coupe d'un certain pragmatisme, de ce fait elle a également rompue le lien de reconnaissance entre le travail manuel et la production industrielle, valable aussi pour l'agriculture. Le système est façonné de manière à ce que cette éducation intrinsèque à une société équilibrée induise un manque total de discernement du qualitatif, valable aussi pour ce qui est artistique.

Tout cet ensemble a cependant induit des raisonnements comptables, statistiques, procéduriers et légalistes dus à cette croissance du tertiaire.

Au delà de ce que certains estimerait être un pamphlet , il s'agit bien de montrer les mécanismes qui sont à l'origine du blocage de la société française, mais aussi la démonstration du blocage de l'ascenseur social

Published by Henry
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 22:06

Je viens de remettre en ordre la généalogie des Assailly, Assalit, Assalti, Assalitus, d'Assailly

sur http://www.geneanet.org/

taper assailly avant 1300

plusieurs noms vont apparaitre choisissez l'arbre fait par henrydass

donc les éléments sont plus clairs, plus nets, mais l'arbre est très complexe,

il recoupe beaucoup d'informations dont des recherches récentes sur les lignées méridionales au Moyen Age, notamment par Helene Debax, Claudie Duhamel Amado (CNRS), Laurent Schneider (CNRS), et quelques autres, complété par les cartulaires de Gellone et Aniane

Mais aussi quelques relevé d'interrogatoires de l'inquisition durant la croisade Albigeoise

donc on y retrouvera les assailly évidemment, les Mirepoix, Les l'Isles Jourdain, les Roumengoux,

les Laurac, les Mazerolles, les Fanjeaux, les Hunaud de Lanta (seigneur de Montségur) les Pereilhe,

sur des périodes plus anciennes les Pouget, et les Popians, issus de pour les uns de Blitgarde de Melgueil, des Montpellier, de guillemette d'Aquitaine; de Guillaume duc d'aquitaine et de Pépin le Bref, Pour l'autre part d'Ermengarde du Poitou, et de Roussillon

Une histoire qui commence assez bien au moment des carolingiens pour se terminer en partie dans un bain de sang le 16 mars 1244 à Montségur sous les capétiens

PS : consultez les arbres ascendants pour les conjoints voir leurs parents

ces recoupements et informations montrent le tissage des liens familiaux au Moyen Age, qui étaient courants dans toutes les classes de la société.

Pour ce qui concerne la période Cathare il y a une contraction aristocratique des grandes familles issues des carolingiens et des wisigoths. Je pense a une contraction face aux capétiens, la région étant restée assez légitimiste vis à vis des carolingiens (Saint Fulcran).

Les liens avec les pépinides sont la plupart du temps familiaux, les fondations d'abbayes conséquentes. C'est une région riche héritière des anciennes colonies romaines, voies et lieux de commerce qui contrôlent tout une partie du sud de la France, mais aussi le passage vers la Catalogne.

cette structure constituée avant l'an 800 s'est faite avec quelques heurts (grande guerre méridionale), mais tout s'équilibrait au final.

Les duc d'aquitaine et de Poitou avaient des légitimités aussi sur ces terres, les Méridionaux aussi mais on en était resté là.

le choc de la croisade albigeoise fait voler en éclat toute la structure, mais aussi le modèle de gestion communal.

La reprise en main des capétiens est brutale est sanglante,

C'est une éradication totale de la structure, via la religion, les biens et titres sont spoliés.

Plusieurs familles s'éteindront définitivement les Trencavels, les Mirepoix, les comtes de Toulouse entre autre.

En 1240 déjà tout est consommé, le comté de Toulouse tombe via Alphonse de Poitiers dans l'escarcelle royale, le Poitou en 1271 a la mort d'Alphonse frère de saint Louis,

le contrat de mariage avec la fille du comte du Toulouse et Alphonse de Poitiers stipulait que sans enfants les biens retourneraient à la couronne. Ce qui pris cette tournure

Bon courage

Published by Henry
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 13:37

excellent improvisation sur du Purcell, par l'ensemble Arpeggiata dirigé par Christina Pluhar

Published by Henry
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 13:02

Au préalable je voudrais souligner les propos de M. François Saint-Bonnet, professeur d’histoire du droit à Panthéon ASSAS, spécialiste des périodes de crise, de l’histoire des libertés et des droits fondamentaux. dans cet interview :

Grand Angle, du jeudi 3 décembre 2015, présenté par Jean-Baptiste Boursier, sur BFMTV

Cet interview d'un professeur d'Histoire du droit et une avocate viennent bien corroborer les propos de mon article sur la possible tentation des pleins pouvoirs, ce que j'avance n'est pas une invention de l'esprit ou une divagation quelconque.

L'argument juridique et constitutionnel est le manque de contrôle de cette mesure que tout le monde souhaite exceptionnelle et non reconductible à moins de changer la constitution elle même.

Le vice de cette mesure est une mise en suspension de la Constitution, elle devient donc Constitutionnelle. La séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire est alors trop mince puisque l'exécutif empiète sur les autres pouvoirs.

Le pouvoir du juge, du judiciaire peut être réduit et l'utilité à son recours écarté selon la nature des motifs d'accusation.

A souligner également que cet état d'urgence serait appliqué de manière préventive et non curative, ce qui peut exclure la preuve mais inclure la simple présomption de faits a venir.

Toutes les nuances sont désormais exposées, tout en sachant que : Par AFP, Politis.fr - 27 novembre 2015 État d’urgence

"La France a informé le Conseil de l’Europe « de sa décision de déroger à la convention européenne des droits de l’homme », du fait de l’adoption de l’état d’urgence après les attentats de Paris, a annoncé l’organisation paneuropéenne dans un communiqué"

Le gouvernement sur cette mesure ne souhaite pas avoir recours au référendum.

En France ces mesures sur l'urgence ont historiquement été fort dangereuses et à double tranchant.

C'est quand même un comble ! On va pas quand même avoir un nouvel empereur !

Published by Henry
commenter cet article

Pages