Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 10:47
Descente dans les ateleirs de la Liberté de la Presse

Descente dans les ateleirs de la Liberté de la Presse

Etat d'urgence: l'exécutif veut inscrire dans la Constitution une durée maximum de 6 mois

Serait ce le préalable aux pleins pouvoirs

Les inquiétudes sont légitimes et non dénuées de fondements historiques :

"Une réforme constitutionnelle proposée par le président de la République peut être adoptée soit par un vote favorable des 3/5e du parlement réuni en congrès, soit par référendum, mais cette deuxième option est a priori exclue par l'exécutif"

Sans éluder véritablement les problèmes de conflits et d'attentats, est-on vraiment certain que cette mesure n'est pas attentatoire justement aux libertés, si l'on suit les différents processus de contrôle des messageries et communications on peut se poser quelques questions.

Hier le 2 décembre 2015 "Le gouvernement présentera bientôt une nouvelle réforme législative pour étendre les pouvoirs de police en dehors de la période d'état d'urgence, et réduire un peu plus le droit à la vie privée. Le point sur les principales mesures attendues..... En savoir plus sur http://www.numerama.com/politique/133397-vers-une-nouvelle-loi-securitaire-menacant-la-vie-privee.html#cyScVePKPqv1pc74.99

Mais voyons historiquement quels régimes employaient ces dispositions :

Pour la 5ème République il y a cette notion d'Etat de siège adopté en 1955, puis durant la guerre d'Algérie, en 1984 en Calédonie, et en 2005 pour les émeutes de banlieue.

La première durant un conflit, les autres pour des troubles locaux.

Ici on veut inscrire un Etat d'urgence ou un régime civil de crise, pour un nouveau genre de conflit, qui n'est ni une guerre traditionnelle, ni des troubles localisés. Il est vrai que sur la forme la nuance peut prêter à un ajout de vocabulaire, mais cela est il nécessaire, car la nuance va jusqu'à une mesure de prolongation de 6 mois, soit 3 mois initiaux + ces 6 mois, cette mesure prendrait terme après les grandes vacances 2016.

Donc 9 mois d'état d'urgence non reconductible, à priori, puisque les 3 mois ne semblent pas suffire.

Sur d'autres points on a vu les mesures de contrôles des messageries et des communications s'appliquer bien avant, et dans ce même courant des mesures d'investigations supplémentaires présentées au parlement.

La France est dans une position assez délicate : financièrement, économiquement, politiquement et socialement.

Il est fort probable que l'on demande à la France de rendre compte sur ses réformes qui à priori n'ont pas eues lieu, la France est débitrice vis à vis de ses multiples prêteurs et ne semble pas en mesure de réduire ses dépenses. En décembre 2015 le déficit du PIB de la France est de 4,1 % bien en deçà des 3 % préconisés par l'Europe. La France elle même ayant demandée à repousser le délai de réduction du déficit en deçà des 3% plusieurs fois. Donc nos prêteurs s'impatientent et la note de la France se dégrade. LES REFORMES DEVIENNENT OBLIGATOIRES.

Hors contester une ou des réformes se fait en général par les moyens de grèves et ou manifestations, moyens interdits dans un état d'urgence ou un régime civil de crise (qui aurait du être conjugué au pluriel d'ailleurs)

D'autre part la presse devrait elle aussi prendre la mesure en subissant une censure, au cas ou la gestion des crises deviendrait pénible. Ce serait une ironie du sort après les attentats de Charlie Hebdo que de voir ce qui a été adoré, mis sous censure quelques mois plus tard.

Ce SCENARIO reste dans l'ordre du probable évidemment !

Tout cela ne semble pas affoler les élus, du moins ceux qui espèrent d'un côté comme de l'autre conserver ou obtenir les places dans un parlement qui n'aurait plus alors qu'a servir que de chambre d'enregistrement. C'est fou ce que les crises engendrent !

"Ah ! Mauvais esprit !" diront certains haranguant de leur verbe hypocrite ou ignorant.

"Ah ! Insondable bêtise !", répondrais je fermement.

LA FRANCE A CONNU D'AUTRES CAS SIMILAIRES DANS L'HISTOIRE :

Sous l'ancien régime François 1er promulgue un édit contre les imprimeurs en 1535 suite au début des guerres de religions, Richelieu instaure en 1629 les censeurs royaux.

Sous la Révolution les comités de salut public de Robespierre ne s'embarrassent guère des principes de liberté de la presse, pour instituer un régime de terreur.

Sous Napoléon 1er la censure est réinstaurée, puis sous la Restauration, Charles X, puis sous Napoléon III, ainsi que toute la cohorte de lois concernant la sécurité nationale...

En outre il est intéressant de regarder la censure durant la guerre 1914 - 1918, les raisons notamment 1870

- Un souvenir de la guerre de 1870 :

la presse a révélée les positions des 12e et 13è corps d’armée du Maréchal de Mac-Mahon, ce qui évidemment n'a rien d'anodin surtout quand on connait la défaite cuisante de 1870.

ce qui donne en résultat la législation suivante en 1914 :

LA LOI SUR LES INDISCRETIONS de la presse : 5 août 1914 •

« Art. 1er - Il est interdit de publier (…)

des informations et renseignements, autres que ceux qui seraient communiqués par le Gouvernement ou le commandement, sur les points suivants :

•Les mouvements des troupes

•Les pertes militaires

•Les effectifs

•Les renseignements stratégiques

Et, en général, toute information ou article concernant les opérations militaires ou diplomatiques de nature à favoriser l'ennemi et à exercer une influence fâcheuse sur l'esprit de l'armée et des populations

•« Art. 2. - Toute infraction aux dispositions de l'article précédent sera punie d'un emprisonnement de un à cinq ans et d'une amende de 1 000 à 5000 fr. »

CENSURE et ENTRETIEN DU MORAL CIVIL

~Censure du 5 août 1914 au 13 octobre 1919

•Censure = le contrôle par le gouvernement des informations, des articles, des images. . .

•But :

•Eviter d’informer l’ennemi

•Entretenir le moral des Français

•Eviter le défaitisme

•Souder la population autour du gouvernement

•Interdit de donner des informations militaires, diplomatiques...

•Interdit de crier les nouvelles.

•Interdit de donner des informations dramatiques, démoralisantes : plus de couvertures de journaux avec des meurtres, des accidents, des catastrophes. .

à ceci se rajoute un système de propagande, qui ne date pas évidemment du IIIème Reich, (la TSF n'existait pas encore mais le principe est le même)

- Il ne faut pas hésiter à « donner un système d’informations inexactes et retardées » dit Paul Meunier, député radical de Bar-sur-Seine.

Clemenceau quand à lui, d'abord contre une certaine forme de censure puisqu'il dirige un journal la valide en 1917 lorsqu'il est premier ministre, évidemment !

« Une censure sera maintenue des informations diplomatiques et militaires aussi bien que celles qui seraient susceptibles de troubler la paix civile » Mouvements sur les bancs des socialistes, applaudissements à gauche, au centre et à droite.

Discours de Clemenceau devant l’Assemblée, 20 nov. 1917

Dans tous les aléas politiques et militaires de 14-18 il est vrai que les circonstances peuvent disons donner raison à ces pratiques, bien qu'il y ait des émeutes sur le front.

Ne parlons pas de Pierre Laval radical socialiste sur lequel j'ai fait plusieurs articles, ayant été président du conseil, en 1934 déjà il s'aligne discrètement vers les dictateurs européens, Hitler vient juste de faire son coup d'état. Dans cet étonnant ministère on retrouve bon nombre de futur collabos du régime de Vichy. Le vers était déjà dans le fruit.

Là aussi durant la guerre la censure et sa cohorte de lois iniques revêtent un jour nouveau celui de la collaboration avec un régime qui instaure l'horreur, et l'industrie du crime, celui des nazis.

De 1789 à nos jours il y aura eu plus d'interdictions de que libertés et ou du respect des droits de l'homme, accompagnées, de celle d'interdiction de manifester, grêves, de réunion, de presse ou de contrôle de celle-ci, voire de dissolution de partis susceptibles de créer des troubles.

La France est le pays des droits de l'homme, ou me suis je trompé, certainement, car dernière en son nom on a prévenu la cour européenne des droits de ce dernier qu'elle ne les respecterait pas !

Voyons bien le terme de telles procédures, et voyons en les prémices.

Serions assez masochistes ou assez lâches pour épouser de telles situations , nul ne le sait,

cependant si déjà certains se placent sur cette ligne par cynisme et ambition, d'autres le font par naïveté et surtout par ignorance (ce qui est moins condamnable). Il y a toujours des cercles dans les cercles. Le cercle des initiés périphériques ne sait pas ce que fait celui proche du centre, qui lui aussi ignore plus ou moins les buts du cercle central

Le paradoxe entre le XIXème et le XXème ç'est l'instruction et l'information publique. Plus l'instruction est publique plus les cercles tendent à rajouter de l'opacité, pour préserver cette assise du savoir qu'est le pouvoir. Le paradoxe du XXIème siècle ç'est la divulgation de tout, et par conséquence l'information et la désinformation, delà impossible de discerner la vérité du mensonge alors que l'instruction des populations s'effondre en partie

, en France une autre est plus instruite mais sans emploi, donc un savoir qui ne sert à rien

après spin doctor, il y a greenwashing, on peut dire désormais républicwashing. je n'ai pas dit démocraty

je ne saurais toujours prendre le risque d'alerter sur tel ou tel sujet, tant et si bien que cela m'en coûte, Je ne crois pas que mon agissement aille l'encontre de ma morale bien au contraire, je souhaite me regarder le matin dans la glace sans aucun remord, comme ceux qui m'ont précédés. En ce sens je reste toujours fidèle à l'esprit des droits de l'homme et du citoyen, sans en galvauder le sens son essence.

Que chacun agisse en son âme et conscience, l'heure des choix n'est pas encore d'actualité, mais elle ne saurait tarder !

Ce qui semble donner des indices troublants, ç'est la conjonction de crises, notamment en priorité celles qui touche à la finance, de l'autre les déstabilisations géopolitiques dues a l'effondrement du pétrole (qui va initier de nouvelles grandes secousses), celles énergétiques, celles climatiques, celles migratoires

Un tel chaos peut engendrer un conflit général et l'on peut envisager là peut-être une anticipation de ce dernier par toute une séries de lois et de mesures répressives ( à vrai dire si ç'est le cas ç'est une nouvelle ligne Maginot au final) La France n'est plus le cercle central et n'est plus en mesure de l'être du moins seule!

Alors pleins pouvoirs ou pas !

voir absolument liens sur la censure en 1914-1918

"N'oubliez pas quand même! La flagellation ça fait mal"

Merci de votre attention

Partager cet article

Repost 0
Published by Henry
commenter cet article

commentaires

Pages