Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

13 septembre 2019 5 13 /09 /septembre /2019 13:22

Gael Giraud soulignait dans la vidéo que vous trouverez joint, la méthode qui avait été mise en place en 2008 pour éviter la ruine totale des banques françaises ; en effet les élites en quelques jours ont mis sur pied cet artifice pour éviter le chaos social.

2008 oui, mais aujourd'hui, que se passerait il en cas d'effondrement global, peut être y aura t il une solution de secours, il ne faut pas rêver non plus. La dette globale des états est de 63 000 milliards, comment pourra t on éluder la question en à peine un mois, et un mois ç'est déjà trop long, sans compter la dette privée qui atteint des records.

Il ne faut pas se leurrer depuis plus de 10 ans les bulles se sont multipliées, bulle obligataire, celle des actions, celle de l'immobilier et j'en passe.

Si l'on se réfère à 1929, la crise boursière fait que les entreprises du jour au lendemain ferment, du coup personne ne peut acheter, et finalement personne ne paie ses crédits, ses loyers.

On évoque le fait de privatiser alors les services publics, mais faudrait il qu'il y ai quelqu'un pour les racheter, possible certains investisseurs retirent leur fonds dans les investissements à risque, (1 milliard par jour sur la Deutsch Bank) pour les réinvestir mais ou mystère !

et en parlant de celle ci, trouvez en bas le cri poussé par le directeur de cette dernière,

«À long terme, ces taux bas ruinent le système financier» ce qui est vrai, mais ce qui est étonnant c'est que le directeur de  la banque la plus a risque de l'Europe, genre banque Lehman Brothers émette cette opinion; peut être le dernier soupir avant la fin !

et de rajouter : " «Les taux négatifs conduisent à la situation absurde où les banques ne veulent plus avoir de dépôts de leurs clients», avait expliqué début septembre Sergio Ermotti, patron de la banque suisse UBS

là aussi une banque dont la vertu ne sera pas gravée dans le marbre.

Voyez également l'interview sur les méthodes de transit dans paradis fiscaux tels que Jersey, ou l'on s'en donne à coeur joie dans les trafics via les multiples combines des entreprises cotées en bourses, des mafias, des privés, et ou l'on peut trouver des effets de leviers a 400 % par exemple (dites moi quand vous aurez du 400 % sur quelques mois en taux d'intérêts sur vos dépôts.

Tout cela ferait bien rire si l'on ne s'assignait en toute chose à considérer la fin, ç'est a dire une forte probabilité  de chaos social.

Comme en 2008 le spectre des piques et des fourches semble se profiler, mais sans issues de secours !

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages