Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 octobre 2019 5 04 /10 /octobre /2019 17:51

Une ou plusieurs réflexions intéressantes sur cette injection de liquidité !

La JP MORGAN fin septembre prend un prêt auprès de la FED de 53 milliards de $

Cela représente 22 % du capital de cette Banque, une des plus grosse banque mondiale.

 

En fait depuis 2008 il a été injecté 6 000 milliards de $ dans l'économie américaine.

 

Ces injections massives ont permis à des entreprises en difficultés de se maintenir alors qu'elles sont insolvables et émettent des obligations.

 

Les trois bulles notées aux USA, la dette privée, la surcotation des actions boursières, la dette étudiante (à tel point que les ex étudiants US  fuient à l'étranger pour trouver du travail et éviter de rembourser leur dette)

 

Effectivement la question "Privatiser les profits et mutualiser les pertes" se pose, encore une fois de plus.

Les banques ont en effet la possiblité de prêter aux états quand les états sont en difficultés, les états ne pouvant se financer eux mêmes ou être financés par la BCE directement.

 

Donc la BCE aide en cas de faillite les banques, les entreprises ; les banques peuvent prêter aux états mais dans les conditions que elles exigent (cas de la Grèce, et des fameuses agences de notations sur la solvabilité des pays)

Au pire, ç'est  privatiser l'éducation, la culture, les musées, la police, l'armée, la santé etc...

pour l'armée et la police ç'est la mercenarisation des services d'ordres pour des entreprises plus ou moins multinationales et le moyens de répression efficace à l'encontre d'une population remis entre les mains de groupes financiers.

En somme une situation à la grecque, avec baisse des pensions, des aides sociales, ventes des grandes infrastructures étatiques (port du Pyrée) liquidation des fonctionnaires etc...

Mais en méga puissance cette fois ci

Alors, que faire, il ne s'agit pas du grand soir comme certains imbéciles l'évoquent (défendeur et trader dans le système) mais il s'agit de réfléchir. Pourquoi renflouer des gens qui ont joués et perdus, ils ont gagnés assez d'argent, et leur irresponsabilité n'engage en aucun cas celle des citoyens.

Pour ma part je pense que si crise il y a il y aura un genre de mitigage des pertes, ç'est a dire que les particuliers paieront les erreurs bancaires et boursières par leur dépôts  et leur placements (c'est bien pour cela que l'on veut transferer le capital des assurances vies en actions), ensuite ce sera aux états ou groupes d'états déjà endettés de venir à la rescousse (des banques) d'un système qui n'a pas été réformés, et pour cause, il y a trop de connivence entre les politiques et la finance.

Donc il faudra a un moment ou un autre réagir, soit le système continue et asphyxie totalement l'économie, les états et le social, ou soit des multinationales émettent de l'argent virtuel et par un tour de passe passe on change de système mais nous passons tous sous controle (la première solution sera un peu plus longue) ou ce sera un mix des deux. Ou bien encore rien ne se passe comme prévu et l'on évoque un système différent.

 

En effet, peut on demander à un comptable d'imaginer un nouveau système, il est formaté pour ça, Un énarque, un trader, et j'en passe tous réagissent avec des reflexes de Pavlov à situation plus ou moins prévues, ils remuent la queue ils sont contents ; à vrai dire qu'est ce qu'on peut attendre de ce genre de loustic. Il ne faudra que compter sur nous même

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages