Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 16:19

de 2011 a 2015 l'administration OBAMA  a financé des recherches sur le coronavirus de chauve souris.

Les recherches s'arrêtent en octobre 2015 ; en novembre la doctoresse Zhengli dépose sur Nature la création d'un coronavirus Chimère composé de coronavirus de chauve souris et de SRAS, extrêmement dangereux, Je vous poste en ligne les éléments de vérifications :

" Le gouvernement américain, sous la présidence d'Obama, avait accordé une subvention de 3,7 millions de $ au laboratoire P4 de Wuhan pour participer aux expérimentations sur le coronavirus, menées sur des chauves-souris capturées à plus de 1600 km de Wuhan dans des grottes du Yunnan, et dont le séquençage du génome correspond à à celui trouvé dans le virus du Covid-19...  Partie article : Stéphanie Omnes le 24 avril 2020"

L'expérience était résumée sous le titre : Chauves-souris dans une cave du Yunnan, en Chine, capturées et échantillonnées pour des expériences sur les coronavirus, en laboratoire.. Le NIH d’Obama a versé 3,7 millions de dollars au laboratoire d’armes chinois pour mener des recherches sur le SRAS et les coronavirus. Des documents obtenus par le Daily Mail confirment que la Chine communiste avait récolté, développé et testé de nouveaux coronavirus sur des mammifères en utilisant des subventions du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique sous l’ancien président Obama. Des preuves montrent que l’Institut de virologie de Wuhan a entrepris des expériences de coronavirus sur des chauves-souris, soutenues par des subventions de l’Institut national de la santé. « Toutes les procédures d’échantillonnage ont été effectuées par des vétérinaires avec l’approbation du Comité d’éthique animale de l’Institut de virologie de Wuhan. »«Des échantillonnages de chauves-souris ont été effectués dix fois d’avril 2011 à octobre 2015 à différentes saisons dans leur habitat naturel à un seul endroit (grotte) à Kunming, dans la province du Yunnan, en Chine. Des échantillons d’écouvillons fécaux ont été prélevés.» Il est important de noter que tous les éléments constitutifs du génome du SARS-CoV, y compris le gène S très variable, ORF8 et ORF3, pourraient être trouvés dans les génomes de différentes souches de SARSr-CoV à partir de ce seul endroit.»  (partie article : Stéphanie Omnes) https://www.dailymail.co.uk/.../Wuhan-lab-performing...
 

Donc comme promis je  vous poste le texte préliminaire sur le dépôt de découverte de la chimère de laboratoire à Wuhan par l'équipe de la doctoresse Zhengli, vous avez le lien sur Nature à la fin de l'article !

"L'émergence du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) -CoV souligne la menace d'événements de transmission inter-espèces conduisant à des épidémies chez l'homme. Ici, nous examinons le potentiel de maladie d'un virus de type SRAS, SHC014-CoV, qui circule actuellement dans les populations de chauves-souris chinoises en fer à cheval1. En utilisant le système de génétique inverse SARS-CoV2, nous avons généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic du coronavirus de chauve-souris SHC014 dans un squelette SARS-CoV adapté à la souris. Les résultats indiquent que les virus du groupe 2b codant pour la pointe SHC014 dans un squelette de type sauvage peuvent utiliser efficacement plusieurs orthologues de l'enzyme de conversion de l'angiotensine humaine II (ACE2), se répliquer efficacement dans les cellules des voies respiratoires humaines primaires et atteindre des titres in vitro équivalents à une épidémie souches de SARS-CoV. De plus, des expériences in vivo démontrent la réplication du virus chimérique dans le poumon de souris avec une pathogenèse notable. L'évaluation des modalités immunothérapeutiques et prophylactiques basées sur le SRAS a révélé une faible efficacité; les approches à base d'anticorps monoclonaux et de vaccins n'ont pas réussi à neutraliser et à protéger contre l'infection par les CoV en utilisant la nouvelle protéine de pointe. Sur la base de ces résultats, nous avons dérivé synthétiquement un virus recombinant infectieux SHC014 de pleine longueur et démontrons une réplication virale robuste à la fois in vitro et in vivo. Nos travaux suggèrent un risque potentiel de réémergence du SRAS-CoV à partir de virus circulant actuellement dans les populations de chauves-souris."

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages