Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:33
Que savaient les services secrets américains sur le coronavirus ? Est ce une manipulation pour autre chose ?

Je reprends cet excellent article sur ce que savaient les services secrets américains. Il faut se poser des questions essentielles aux vues des éléments qui ont fuités.

Pour ma part vous trouverez dans mon dossier coronavirus plusieurs articles qui peuvent vous guider.

Ensuite deux articles sur :

- la création d'un virus (coronavirus) de laboratoire par la docteur Zhengli en 2015, preuve à l'appui avec dépot de recherche dans la revue Nature,

- Une affaire de vol de données au laboratoire P4 de Winnipeg au Canada d'un coronavirus en 2019 et du décès assez curieux du directeur de ce laboratoire.

Donc nous voici avec de nouveaux éléments qui suggèrent que les services secrets américains étaient au courant d'une potentielle épidémie bien avant que celle ci ne se déclare et notamment sur Wuhan.

Alors pourquoi ? Est ce pour couvrir la crise financière qui couvait, ou est ce pour instaurer un ordre mondial répressif (voyez certains de mes articles sur les restrictions des droits individuels) ou est ce aussi pour les deux ?

 

 

"Savoir exactement où chercher

Il est inconcevable que les services de renseignements américains, en l’occurrence le NCMI, n’aient pas eu connaissance de ces développements en Chine, compte tenu de l’espionnage de la CIA et du fait que ces discussions étaient ouvertes sur Weibo et WeChat. Ainsi, si le « produit » du NCMI n’est pas un faux et existe réellement, il n’a fait que révéler la preuve, en novembre, de quelques vagues cas de peste pneumonique.

L’avertissement – à la DIA, au Pentagone, au Conseil National de Sécurité et même à la Maison Blanche – portait donc sur ce point. Il ne pouvait pas s’agir du coronavirus.

La question brûlante est inévitable : comment le NCMI pouvait-il être au courant d’une pandémie virale, déjà en novembre, alors que les médecins chinois n’ont positivement identifié les premiers cas d’un nouveau type de pneumonie que le 26 décembre ?

Ajoutez à cela la question intrigante de savoir pourquoi le NCMI s’est intéressé à cette saison particulière de la grippe en Chine en premier lieu – des cas de peste traités à Pékin aux premiers signes d’une « mystérieuse épidémie de pneumonie » à Wuhan.

Il se peut qu’il y ait eu de subtils indices d’une légère augmentation de l’activité dans les cliniques de Wuhan fin novembre et début décembre. Mais à l’époque, personne – les médecins chinois, le gouvernement, sans parler des renseignements américains – n’aurait pu savoir ce qui se passait réellement.

La Chine ne pouvait pas « couvrir » ce qui n’a été identifié comme une nouvelle maladie que le 30 décembre, dûment communiqué à l’OMS. Puis, le 3 janvier, le chef du CDC américain, Robert Redfield, a appelé le haut responsable chinois du CDC. Les médecins chinois ont séquencé le virus. Et ce n’est que le 8 janvier qu’il a été déterminé qu’il s’agissait du Sars-Cov-2 – qui provoque le Covid-19.

Cette chaîne d’événements rouvre, une fois de plus, une redoutable boîte de Pandore. Nous avons l’événement 201, qui arrive à point nommé ; la relation intime entre la Fondation Bill et Melinda Gates et l’OMS, ainsi que le Forum Économique Mondial et la galaxie Johns Hopkins à Baltimore, incluant l’École de Santé Publique Bloomberg ; le combo identité numérique ID2020/vaccin ; Dark Winter – qui a simulé une bio-attaque de variole sur les États-Unis, avant que l’attaque à l’anthrax de 2001 ne soit imputée à l’Irak ; les sénateurs américains qui se débarrassent de leurs actions après un briefing du CDC ; plus de 1 300 PDG qui abandonnent leur confortable perchoir en 2019, « prévoyant » l’effondrement du marché total ; la Fed qui déverse de l’argent hélicoptère dès septembre 2019 – dans le cadre du QE4.

Et puis, validant le rapport d’ABC News, Israël intervient. Les renseignements israéliens confirment que les renseignements américains les ont effectivement avertis en novembre d’une pandémie potentiellement catastrophique à Wuhan (une fois de plus : comment ont-ils pu savoir cela la deuxième semaine de novembre, si tôt dans la partie ?) Et les alliés de l’OTAN ont été avertis – en novembre également.

Le bilan est explosif : l’administration Trump ainsi que le CDC avaient un délai d’avance de pas moins de quatre mois – de novembre à mars – pour être correctement préparés à l’éventualité où le Covid-19 frapperait les États-Unis. Toute l’affaire « La Chine est une sorcière » est démystifiée.

De plus, la révélation israélienne soutient ce qui n’est rien de moins qu’extraordinaire : Les renseignements américains connaissaient déjà l’existence du Sars-Cov-2 environ un mois avant les premiers cas confirmés détectés par les médecins dans un hôpital de Wuhan. Une intervention divine.

Cela n’aurait pu se produire que si les renseignements américains étaient au courant, avec certitude, d’une chaîne d’événements antérieure qui aurait nécessairement abouti à la « mystérieuse épidémie » de Wuhan. Et pas seulement cela : ils savaient exactement où chercher. Ni en Mongolie intérieure, ni à Pékin, ni dans la province de Guangdong.

Il n’est pas de trop de répéter la question dans son intégralité : comment les renseignements américains ont-ils pu être au courant d’une contagion un mois avant que les médecins chinois ne détectent un virus inconnu ?

Mike « Nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo a peut-être dévoilé le jeu lorsqu’il a déclaré, en public, que le Covid-19 était un « exercice en live ». Si l’on ajoute à cela les nouvelles d’ABC et les rapports israéliens, la seule conclusion possible et logique est que le Pentagone – et la CIA – savaient d’avance qu’une pandémie serait inévitable.

C’est la preuve irréfutable. Et maintenant, le gouvernement américain couvre toutes les bases en accusant la Chine proactivement et rétroactivement."

Pepe Escobar

source : https://www.strategic-culture.org

traduit par Réseau International

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages