Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 12:59
Une loi d'aide économique et financière déposée le 24 janvier 2019 prévoyait une grande dépression aux USA

Dans sa forme originale a été présentée au Congrès des États-Unis en tant que H.R.748 (Middle Class Health Benefits Tax Repeal Act of 2019) par le Représentant des États-Unis pour le 2e district du Connecticut, Joe Courtney, le 24 janvier 2019, bien que le projet de loi ait été modifié avant d’être adopté.

Pour finalement aboutir à La Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security Act (H.R.748), également connue sous le nom de CARES Act (Loi américaine sur l’aide, les secours et la sécurité économique concernant les coronavirus), est une loi destinée à lutter contre les retombées économiques de la pandémie de coronavirus de 2020 (!) aux États-Unis

Donc l'on savait déjà qu'une récession de grande ampleur pointait son vilain museau depuis plus d'un an.

Sans précédent par sa taille et sa portée, la législation était le plus important plan de relance économique de l’histoire des États-Unis, représentant 10% du produit intérieur brut total des États-Unis. La facture était beaucoup plus importante que la loi de relance de 831 milliards de dollars adoptée en 2009 dans le cadre de la réponse à la Grande Récession.

Le Congressional Budget Office a estimé que cela ajouterait 1,8 billion de dollars aux déficits sur la période 2020-2030, avec presque tout l’impact en 2020 et 2021.

Le projet de loi est désigné par les législateurs comme la « phase 3 » de la réponse du Congrès contre les coronavirus. La première phase « était un projet de loi de 8,3 milliards de dollars encourageant la recherche et le développement de vaccins contre les coronavirus » (la loi de 2020 sur les crédits supplémentaires pour la préparation et la réponse aux coronavirus), qui a été promulguée le 6 mars 2020. La deuxième phase était « un ensemble d’environ 104 milliards de dollars largement axé sur les congés de maladie payés et les allocations de chômage pour les travailleurs et les familles » (la loi sur la réponse aux coronavirus d’abord aux familles), qui avait été promulguée le 18 mars 2020.

 

Un timing extraordinaire évidemment, qui permet aux uns et aux autres d'ajuster leurs tirs et d'agir de concert semble t il pour agencer une politique d'action internationale, ou du moins nationale par endroit, puisque l'on ne peut pas dire que la France ait eu une quelconque vision, à moins que ce défaut de vision ne soit intentionnel, ce qui aurait eut pour effet de plonger un peu le pays dans le marasme économique et laisser en proie à quelques lobby ou pays en manque d'expansionnisme économique, ce qui semblerait finalement confirmer comme l'affirme si bien Bill Gates qu'une guerre économique a bien lieu.

 

Réduction de l’activité économique

Voici l’information que l’on peut lire dans l’encyclopédie Wikipédia : En réponse à la pandémie de coronavirus, il y a eu une réduction spectaculaire de l’activité économique, à la fois dans le monde et aux États-Unis, en raison de l’adoption de mesures de distanciation sociale destinées à freiner la propagation du virus. Ces mesures comprenaient le travail à domicile, l’annulation généralisée d’événements, l’annulation de cours (ou le déplacement en personne vers des cours en ligne), la réduction des déplacements et la fermeture d’entreprises.

En mars 2020, il était prévu que sans l’intervention du gouvernement, la plupart des compagnies aériennes du monde feraient faillite. Lundi 16 mars, le groupe commercial représentant l’industrie du transport aérien américain a demandé un renflouement fédéral de 50 milliards de dollars. Le 18 mars, la National Restaurant Association a écrit au président des États-Unis et aux membres du Congrès pour dire qu’ils « estimaient que les ventes de l’industrie diminueraient de 225 milliards de dollars au cours des trois prochains mois, ce qui entraînerait la perte de cinq à sept millions d’emplois ». La National Restaurant Association a demandé une aide aux restaurants d’un montant de 145 milliards de dollars.

Dans un effort pour obtenir le soutien républicain d’un vaste plan de relance qui, à l’époque, était estimé à environ 1 billion de dollars, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré aux sénateurs républicains que le taux de chômage aux États-Unis pourrait atteindre 20% si aucune mesure gouvernementale n’était prise. Près de 3,3 millions d’Américains ont déposé une demande de chômage au cours de la semaine se terminant le 21 mars, « près de cinq fois plus que le précédent record de 695 000 établi en 1982 ».

Le 20 mars, Goldman Sachs a prédit que le produit intérieur brut américain « diminuerait de 24% au deuxième trimestre 2020 en raison de la pandémie de coronavirus ». La Deutsche Bank a prédit que l’économie américaine diminuerait de 12,9% au deuxième trimestre 2020.

 

Propositions initiales

À la mi-mars 2020, les politiciens démocrates Andrew Yang, Alexandria Ocasio-Cortez et Tulsi Gabbard ont plaidé pour un revenu de base universel en réponse à la pandémie de coronavirus de 2020 aux États-Unis; Gabbard a suggéré que ce soit une mesure temporaire jusqu’à la fin de la crise. Le 13 mars, les représentants démocrates Ro Khanna et Tim Ryan ont présenté une législation pour verser des paiements aux citoyens à faible revenu pendant la crise via un crédit d’impôt sur le revenu. Le 16 mars, les sénateurs républicains Mitt Romney et Tom Cotton ont déclaré leur soutien à un revenu de base de 1 000 $, le premier estimant qu’il devrait s’agir d’un paiement unique pour aider à couvrir les coûts à court terme. Le 17 mars, l’administration Trump a indiqué qu’un paiement serait versé à des non-millionnaires dans le cadre d’un plan de relance.

Sous la direction de la Maison Blanche, le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a proposé un troisième plan de relance s’élevant à plus de 1 billion de dollars. Il a été suggéré que 200 à 500 milliards de dollars financeraient les chèques de remboursement d’impôt pour les Américains qui ont réalisé entre 2500 et 75000 dollars en 2018. pour aider à couvrir les coûts à court terme via un ou deux paiements de 600 à 1 200 $ par adulte et 500 $ par enfant. Les démocrates ont préparé un paquet de 750 milliards de dollars comme contre-offre, qui se concentrait sur l’élargissement des allocations de chômage au lieu des remises fiscales. Un plan de compromis a été fait pour mettre de côté 250 milliards de dollars pour les réductions d’impôts et le même montant pour le chômage.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages