Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 12:22

Visionnaire ou escroc ! Mais je suppose qu'avec les éléments qui sont notés dans mon dossier Fondation Bill Gates votre choix sera rapidement fait !

 

Donc le texte en ligne de son Ted Talk de 2015 intitulé "La prochaine épidémie ! Nous ne sommes pas prêts!"

Visiblement lui si !

 

J'ai mis en exergue en jaunes les phrases les plus significatives de l'action de Bill Gates, car il finance bien l'OMS pour une grande part, et ce notamment depuis que les USA se sont retirées de sont financement, ensuite il a investit dans de nombreuses recherches sur les vaccins, et notamment dans un système de puçage de vérification de la vaccination qui semble lui tenir à coeur. Aux vues de ses expériences passées dans différents pays au sujet de campagnes de vaccinations qui se sont soldées pour certaines par des échecs cuisants (notamment en Inde ou plus de 490 000 enfants ont développés une paralysie flasque conséquente de cette vaccination ; tant et si bien que le gouvernement Indien lui a demandé, (son association) de quitter le pays.

Bill Gates est dans les premières fortunes mondiales si ce n'est la première et ce milliardaire mégalomane, à vision messianique qui caractérise la culture américaine mais à l'avers de la pièce corrompue par l'avidité et la cupidité n'hésite pas à faire du lobbying auprès des médias influents, notamment en France tel le Monde. Médias en déliquescence subventionnés et acceptants des dons de lobbys privés qui donnent une piètre image du soit disant 4ème pouvoir indépendant. En ce cas il vaut mieux aller voir outre Atlantique ou même si le veau d'or est adoré il existe encore quelques parcelles d'éthique professionnelle.

 

« Nous avons investi énormément dans les moyens de dissuasion nucléaire, mais nous avons investi très peu dans un système pour arrêter les épidémies. Nous ne sommes pas prêts pour la prochaine épidémie. »

Dans le documentaire « Dans le cerveau de Bill Gates » produit par Netflix en 2019, Gates a prédit qu’un virus mortel pourrait provenir des marchés humides de la Chine pour infecter rapidement le monde.

Transcription de la conférence de Bill Gates

"Quand j’étais enfant, le désastre qui nous inquiétait le plus était une guerre nucléaire. C’est pourquoi nous avions un baril comme celui-ci dans notre sous-sol, rempli de bidons de nourriture et d’eau. Lorsque l’attaque nucléaire est survenue, nous étions censés descendre, mordre et manger dans ce baril. Aujourd’hui, le plus grand risque de catastrophe mondiale ne ressemble pas à cela. Au lieu de cela, cela ressemble à ceci. Si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes au cours des prochaines décennies, il s’agit très probablement d’un virus hautement infectieux plutôt que d’une guerre. Pas des missiles, mais des microbes.

Maintenant, une partie de la raison en est que nous avons investi énormément dans la dissuasion nucléaire, mais nous avons en fait investi très peu dans un système pour arrêter une épidémie. Nous ne sommes pas prêts pour la prochaine épidémie. Regardons Ebola. Je suis sûr que vous en avez tous lu dans le journal. Beaucoup de défis difficiles. Je l’ai suivi attentivement à travers les outils d’analyse de cas que nous utilisons pour suivre l’éradication de la polio. Et si vous regardez ce qui s’est passé, le problème n’était pas qu’il y avait un système qui ne fonctionnait pas assez bien. Le problème était que nous n’avions pas de système du tout.

En fait, il manque des pièces clés assez évidentes. Nous n’avions pas de groupe d’épidémiologistes prêts à partir qui seraient partis, vu ce qu’était la maladie, voir jusqu’où elle s’était propagée. Les rapports de cas sont arrivés sur papier. Cela a été très retardé avant leur mise en ligne et ils étaient extrêmement inexacts. Nous n’avions pas d’équipe médicale prête à partir. Nous n’avions aucun moyen de préparer les gens. Maintenant, Médecins Sans Frontières a fait un excellent travail en orchestrant des bénévoles, mais même ainsi, nous avons été beaucoup plus lents que nous aurions dû faire entrer des milliers de travailleurs dans ces pays. Et une grande épidémie nous obligerait à avoir des centaines de milliers de travailleurs.

Il n’y avait personne pour étudier les approches de traitement. Personne pour regarder les diagnostics, personne pour déterminer quels outils doivent être utilisés. À titre d’exemple, nous aurions pu prendre le sang des survivants, le traiter et remettre ce plasma chez les gens pour les protéger, mais cela n’a jamais été essayé. Il manquait donc beaucoup de choses, et ces choses sont vraiment un échec mondial. L’OMS est financée pour surveiller les épidémies, mais pas pour faire ces choses dont j’ai parlé. Maintenant dans les films, c’est assez différent. Il y a un groupe de beaux épidémiologistes prêts à partir. Ils emménagent, ils sauvent la situation, mais ce n’est que du pur Hollywood. L’absence de préparation pourrait permettre à la prochaine épidémie d’être dramatiquement plus dévastatrice qu’Ebola.

Regardons la progression d’Ebola cette année. Environ 10 000 personnes sont décédées et presque toutes se trouvaient dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest. Il y a trois raisons pour lesquelles cela ne s’est pas propagé davantage. La première est qu’il y a eu beaucoup de travail héroïque de la part des agents de santé. Ils ont trouvé les gens et ont empêché plus d’infections. La seconde est la nature du virus. Ebola ne se propage pas dans l’air et au moment où vous êtes contagieux, la plupart des gens sont tellement malades qu’ils sont alités. Troisièmement, il n’est pas entré dans de nombreuses zones urbaines, et ce n’était que de la chance. S’il avait pénétré dans beaucoup plus de zones urbaines, le nombre de cas aurait été beaucoup plus élevé. La prochaine fois, nous n’aurons peut-être pas autant de chance.

Vous pouvez avoir un virus où les gens se sentent assez bien lorsqu’ils sont contagieux qu’ils prennent l’avion ou qu’ils se rendent au marché. La source du virus pourrait être une épidémie naturelle comme Ebola ou le bioterrorisme. Et donc il y a des choses qui aggraveraient littéralement les choses mille fois. En fait, regardons un modèle de virus propagé dans l’air, comme la grippe espagnole en 1918.

 

Voici donc ce qui se passerait. Elle se répandrait dans le monde très, très rapidement. Et vous pouvez voir que plus de 30 millions de personnes meurent de cette épidémie. C’est donc un grave problème. Nous devons être inquiets. Mais en fait, nous pouvons construire un très bon système de réponse. Nous bénéficions de toutes les sciences et technologies dont nous avons parlé ici. Nous avons des téléphones portables pour obtenir des informations du public et leur communiquer des informations. Nous avons des cartes satellites où nous pouvons voir où se trouvent les gens et où ils se déplacent. Nous avons des avancées dans le domaine de la biologie qui devraient considérablement modifier le délai d’exécution pour examiner un pathogène et être en mesure de fabriquer des médicaments et des vaccins adaptés à ce pathogène. Nous pouvons donc avoir des outils, mais ces outils doivent être intégrés dans un système de santé mondial global, et nous avons besoin de préparation.

Les meilleures leçons que je pense sur la façon de se préparer ou encore, ce que nous faisons pour la guerre. Pour les soldats, nous avons plein temps à attendre. Nous avons des réserves qui peuvent nous étendre à un grand nombre. Et l’OTAN dispose d’une unité mobile qui peut se déployer très rapidement. L’OTAN fait beaucoup de jeux de guerre pour vérifier, les gens sont-ils bien formés? Comprennent-ils le carburant et la logistique et les mêmes fréquences radio? Ils sont donc absolument prêts à partir. Voilà donc le genre de choses dont nous avons besoin pour faire face à une épidémie.

Quels sont les éléments clés? Premièrement, nous avons besoin de systèmes de santé solides dans les pays pauvres. C’est là que les mères peuvent accoucher en toute sécurité. Les enfants pourraient recevoir tous leurs vaccins, mais aussi où nous verrons l’épidémie très tôt. Nous avons besoin d’un corps de réserve médicale. Beaucoup de gens qui ont la formation et l’expérience qui sont prêts à aller avec l’expertise. Et puis nous devons jumeler ces médecins avec les militaires, en profitant de la capacité des militaires à se déplacer rapidement, à assurer la logistique et à sécuriser les zones.

Nous devons faire des simulations, des jeux de germes, pas des jeux de guerre pour voir où sont les trous. La dernière fois qu’un jeu de germes a été fait aux États-Unis, c’était en 2001, et ça ne s’est pas si bien passé. Jusqu’à présent, le score est un germes un, les gens zéro. Enfin, nous avons besoin de beaucoup de R&D avancée dans les domaines des vaccins et des diagnostics. Il existe de grandes percées comme le virus adéno-associé qui pourraient fonctionner très, très rapidement.

Maintenant, je n’ai pas de budget exact pour ce que cela coûterait, mais je suis sûr que c’est très modeste par rapport au préjudice potentiel. La banque mondiale estime que si nous avons une épidémie mondiale de grippe, la richesse mondiale diminuera de plus de 3 billions de dollars, et nous aurions des millions et des millions de morts. Ces investissements offrent des avantages importants au-delà de la simple préparation à l’épidémie. Les soins de santé primaires, la R&D, ces choses réduiraient l’équité en santé mondiale et rendraient le monde plus juste et plus sûr.

Je pense donc que cela devrait absolument être une priorité. Pas de panique. Nous n’avons pas à amasser des boîtes de spaghetti ou à descendre dans le sous-sol, mais nous devons y aller parce que le temps n’est pas de notre côté. En fait, s’il y a une chose positive qui peut sortir de l’épidémie d’Ebola, c’est qu’elle peut servir d’alerte précoce, de réveil pour se préparer. Si nous commençons maintenant, nous pouvons être prêts pour la prochaine épidémie. Je vous remercie."

__________

RÉFÉRENCES :

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages