Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 13:02

La scientifique découvreuse de la chimère (mélange génomes animaux - humains) du covid 19 (SARS cov 2) la Pr. Shi Zhengli, surnommée "La femme chauve - souris" et pour cause ; de l’Institut de virologie de Wuhan (IVW), qui a fait l’objet d’une surveillance internationale en 2015 en raison de ses expériences de « gain de fonction » visant à rendre les coronavirus de chauves-souris transmissibles aux humains – s’est vengée des accusations selon lesquelles le COVID-19 s’était échappé de son laboratoire et a déclaré que le président Trump devrait présenter des excuses pour avoir fait la promotion de cette théorie.

Voir dossier coronavirus et lien à la suite

Après avoir pris deux mois pour répondre à une série de questions du magazine Science, Zhengli a envoyé par e-mail à la publication des réponses qui, selon le biologiste moléculaire de Rutgers, Richard Ebright, sont « des réitérations stéréotypées, presque robotisées, de déclarations faites précédemment par les autorités chinoises et les médias d’Etat ».

 

Zhengli, dont les réponses ont été coordonnées avec l’Académie chinoise des sciences, à laquelle appartient le WIV, affirme qu’elle et ses collègues ont découvert le SRAS-CoV-2 fin 2019 dans des échantillons provenant de patients ayant contracté une pneumonie d’origine inconnue. « Avant cela, nous n’avions jamais été en contact avec ce virus ni étudié son existence », écrit-elle.

« L’affirmation du président américain Trump selon laquelle le SARS-CoV-2 a fui de notre institut contredit totalement les faits », a-t-elle ajouté. « Cela met en danger et affecte notre travail académique et notre vie personnelle. Il nous doit des excuses« .

En avril, le Daily Telegraph a rapporté que les agences de renseignement occidentales enquêtaient sur Zhengli, ainsi que sur son collègue Peng Zhou – sur la question de savoir si le COVID-19 provenait d’un marché clandestin, ou si le virus pouvait être une fuite accidentelle de leur laboratoire de biosécurité niveau 4.

À la mi-avril, le Washington Post a rapporté que le Département d’État américain avait reçu deux câbles de fonctionnaires de l’ambassade américaine en 2018 l’avertissant d’une sécurité insuffisante à l’Institut de virologie de Wuhan, qui menait des « études risquées » sur les coronavirus des chauves-souris, selon le rapport – qui note que les câbles ont « alimenté les discussions au sein du gouvernement américain sur la question de savoir si ce laboratoire ou un autre de Wuhan était la source du virus ».

Pendant ce temps, la virologiste chinoise Dr. Li-Meng yan – qui s’est spécialisée en virologie et immunologie à l’école de santé publique de Hong Kong et a fui Hong Kong fin avril, insiste sur le fait que le COVID-19 a été créé dans un laboratoire, et dit qu’elle va préparer un « rapport scientifique très solide pour montrer aux gens comment cela peut être fait facilement depuis le laboratoire ».

 

Enfin, un professeur chinois a accusé le PCC d’avoir détruit des preuves et retardé l’action dans les premiers jours de l’épidémie – y compris des preuves que le COVID-19 est transmissible entre humains, selon le VICE.

Professeur Kwok Yung Yuen

Le 12 janvier, le professeur Kwok Yung Yuen a diagnostiqué une famille contaminée par le coronavirus à Shenzhen, à 1200 km de Wuhan. Seuls certains membres de la famille étaient allés dans la ville d’où provenait l’épidémie de COVID-19. Yuen a donc immédiatement su qu’il voyait des preuves de la transmission interhumaine du nouveau coronavirus.

Il a immédiatement alerté les autorités de Pékin.

Mais il a fallu huit jours à Pékin pour avertir le monde que le coronavirus, qui a maintenant tué près de 650 000 personnes et en a infecté plus de 16 millions, pourrait se propager par transmission interhumaine.

Yuen, qui a parlé à l’émission Panorama de la BBC pour un épisode qui doit être diffusé plus tard lundi, aidait à enquêter sur l’épidémie à Wuhan début janvier après que d’autres médecins dénonciateurs aient tenté de tirer la sonnette d’alarme fin décembre. –VICE

Selon M. Yuen, les responsables gouvernementaux ont couvert l’ampleur initiale de l’épidémie en détruisant les preuves matérielles (via VICE).

« Quand nous sommes allés au supermarché de Huanan, bien sûr, il n’y avait rien à voir parce que le marché était déjà propre », a-t-il dit. « Donc, vous pouvez dire que la scène du crime est déjà perturbée parce que le supermarché était nettoyé, nous ne pouvons pas identifier un hôte qui donne le virus aux humains ».

« Je soupçonne qu’ils ont fait une opération de dissimulation à Wuhan », a ajouté M. Yuen. « Les fonctionnaires locaux qui sont censés relayer immédiatement l’information n’ont pas permis que cela soit fait aussi facilement qu’il le fallait. »

Source

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages