Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 19:01
Hydoxychloroquine enjeu de pouvoir et efficacités

 

Giléad en guerre contre la Chloroquine ou quand les grands laboratoire lèvent des hordes de séides pour les jetter sur les précurseurs du traitement.

 

"Les attaques contre le médicament sont continues depuis que le Professeur Didier Raoult a utilisé ce dérivé de la quinine pour sauver la vie de patients atteints de COVID-19 en mars dernier.

 

La première tentative pour discréditer l’HCQ a été une étude du système hospitalier de l’Administration des vétérans, réalisée à la hâte en avril dernier. L’un des auteurs de l’étude avait notamment reçu de nombreuses subventions de Gilead dans le passé, dont une en 2018 pour un montant total de près d’un quart de million de dollars.

Après que de profondes failles dans l’étude de de VA ont été exposées, Surgisphere est venu à la rescousse en mai avec une méga-étude de « 15 000 patients » prétendument compilée à partir d’hôpitaux du monde entier.

Cette stratégie a réussi : Suite à sa publication dans le Lancet et le NEJM, toute utilisation en ambulatoire de l’HCQ a été sévèrement restreinte aux États-Unis, en Australie et dans la plupart de l’Europe.

Lorsque l’arnaque de Surgisphere a été révélée, les deux articles ont été discrètement rétractés et le rédacteur en chef du Lancet a tenté de se laver les mains de cet incident embarrassant en dénonçant la « fraude monumentale » de Surgisphere.

Cependant, quelques jours plus tôt seulement, les rédacteurs en chef du Lancet ont joué un rôle majeur en persuadant l’OMS de suspendre tous les procès pour l’HCQ. Qui leur a demandé de le faire ?

L’auteur principal de l’étude, Mandeep Mehra, s’est également excusé de s’être appuyé sur une tierce partie pour les données. Il ne savait peut-être pas que les données avaient été fabriquées, mais l’hôpital qu’il dirigeait menait deux essais pour le Remdesivir. Était-il sous la pression de ses sponsors ?

Voici les enjeux :

  • Un traitement de cinq jours avec le Remdesivir coûte environ 3 000 dollars.
  • Un approvisionnement de cinq jours en HCQ générique coûte environ 10 $.

Les compagnies pharmaceutiques ont le droit de récupérer leurs coûts de recherche et de développement, mais faire pression pour supprimer l’accès à un traitement vital qui est à la fois moins cher et plus efficace est un crime contre l’humanité.

 

Les progressistes croient à tort que la médecine socialisée protège les patients contre les abus des grandes entreprises pharmaceutiques, mais la première nation à restreindre sévèrement l’accès à l’HCQ a été la France.

Cette politique a contraint le Dr Raoult à témoigner contre l’influence disproportionnée de Gilead sur la communauté médicale lors d’une réunion de l’Assemblée nationale française en juin dernier.

Notamment aux États-Unis, un tiers du budget de la FDA provient des frais d’utilisation des produits pharmaceutiques et, selon le site web des NIH, huit des 55 membres du panel responsable des directives de traitement contre le COVID-19 sont actuellement affiliés à Gilead. Ces liens gouvernementaux avec Gilead sont plus de trois fois plus importants si l’on inclut les membres du panel qui ont été associés à Gilead par le passé.

Paradoxalement, la plupart de l’opposition à l’HCQ aux États-Unis vient de la gauche, mais les conservateurs qui connaissent les voies du capitalisme de copinage considèrent cela comme un pari. Après tout, les grandes entreprises pharmaceutiques ont donné plus aux démocrates depuis le passage de l’Obamacare et jusqu’à présent, les employés de Gilead ont donné trois fois plus à la campagne de Biden.

Tôt ou tard, tous ceux qui ont participé à cette campagne de désinformation seront jugés. Si vous faites partie des décideurs politiques ou des médecins qui participent à cette mascarade, vous voudrez peut-être vous dissocier tout en plaidant de manière crédible l’ignorance pour des dizaines de milliers de décès qui auraient pu être évités."

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages