Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 17:22

Donald Trump : "Déclassifiez tout ! On ne peut pas laisser les mauvais acteurs s'en tirer comme ça!"

Autrement dit "Sortez tout les dossiers!"

 

Au milieu de toutes les ramifications et discussions électorales, Donald Trump Jr. a exposé aujourd’hui une pensée qui a probablement été à l’esprit de beaucoup, moi y compris.

J’ai passé beaucoup de temps à y réfléchir depuis que les médias ont commencé leur assaut insupportable et le récit du “président élu Biden”. Il y a longtemps que le président Trump n’a plus exigé que les membres de son cabinet déclassifient les preuves de la surveillance intrusive du gouvernement, non seulement sur lui-même, mais aussi sur tous les Américains.

 

La CTH a une perspective assez unique sur l’angle de la déclassification. Cette conversation m’accompagne depuis plus de deux ans, car j’ai parlé à des personnes qui font partie de la machine. En fin de compte, la discussion se termine autour de quelque chose comme cela :

L’État de surveillance politique de Washington DC, et toutes les ramifications de cette réalité, est-il si fondamentalement corrompu et si contraire aux intérêts de notre nation qu’aucune entité n’ose en exposer la portée et la profondeur ? Et finalement… est-ce la préservation des institutions qui est à l’origine de tant de résultats déconnectés des preuves intentionnellement minimisées ?

Si nous supposons que l’ampleur de la conduite anticonstitutionnelle est devenue systémique, cela répond probablement aux questions. Personnellement, je crois que c’est le scénario le plus probable.

“Probablement” signifie que tout l’appareil, le Département de la Justice, le FBI, le contrôle législatif et la communauté du renseignement (IC), est maintenant tellement empêtré dans cet état corrompu et incontrôlable que personne, même les gentils, n’est prêt à le dénoncer parce que l’effondrement institutionnel serait dévastateur.

C’est ce que je qualifierais de laideur la plus laide.

 

Ce résultat catastrophique, combiné au fait que Washington DC a fait du système la source principale de ses revenus, est ce qui unit les républicains et les démocrates pour empêcher quiconque de l’exposer. Une fois qu’un élu entre dans ce système, il finit par le servir.

Tout cela dit, j’ai déjà décrit un processus pré-électoral pour le président Trump afin de déclassifier les informations qui mettraient le système à nu pour Nous, le peuple.

Cependant, je ne pense pas que cela fonctionnera après les élections, car les membres du cabinet de l’exécutif refuseront de le soutenir. Les ennemis à l’intérieur du portail protégeront DC.

* * *

[OCTOBRE 2020]

Comprendre le processus ordinaire de déclassification des documents est une demande et une autorisation adressée aux cadres dirigeants et aux parties prenantes des informations classifiées. Comprendre l’autorisation actuelle n’est pas ordinaire car les parties prenantes de la communauté du renseignement sont contraires aux intérêts du bureau du président ; voici un processus pour couper l’herbe sous le pied et des contre-mesures.

Le contexte ici est que toute demande, exigence ou autorisation unilatérale de déclassification par le président Trump le met en opposition à divers intérêts corrompus.

En conséquence directe, le bureau exécutif du président sera confronté à des poursuites judiciaires, probablement de la part de démocrates et de républicains unifiés du pouvoir législatif. Cela étant admis, voici l’approche la plus stratégique.

En prévision d’un litige :

Le président Trump informe le bureau du directeur du renseignement national, John Ratcliffe, qu’il souhaite avoir un briefing complet sur les documents suivants (d’autres peuvent être ajoutés), tous les documents doivent être présentés sans une seule rédaction :

  • Toutes les versions des demandes FISA de Carter Page (DOJ) (FBI) (ODNI).
  • Tous les 302 remplis par le FBI sur Bruce Ohr . (FBI) (ODNI)
  • Tous les courriels de Bruce Ohr (FBI) (DOJ) (CIA) (ODNI)
  • Tous les documents pertinents relatifs aux pièces justificatives de la demande d’ASAF. (FBI) (DOJ-NSD ) (DoS) (CIA) (DNI) (NSA) (ODNI) ;
  • Tous les documents et pièces justificatives fournis par Bruce Ohr au FBI. (FBI)
  • Tous les documents de renseignement qui ont été présentés au Gang des huit en 2016 et qui se rapportent aux demandes en vertu de la loi sur l’information FISA utilisée contre la personne américaine Carter Page ; y compris tous les documents de renseignement qui n’ont peut-être pas été présentés au tribunal de la FISA. (CIA) (FBI) (DOJ) (ODNI) (DoS) (NSA)
  • Tous les SMS et e-mails non expurgés entre Lisa Page et Peter Strzok sur tous les appareils. (FBI) (DOJ) (DOJ-NSD) (ODNI)
  • La “CE” de la CIA d’origine ou une communication électronique de deux pages de l’ancien agent du FBI Peter Strzok : et toutes les communications entre l’ancien directeur de la CIA John Brennan et le directeur du FBI James Comey qui ont lancé l’opération Crossfire Hurricane en juillet 2016. (CIA) (FBI) (ODNI)
  • L’avis complet et non édité de la Cour FISA d’avril 2017, de 99 pages, rédigé par la juge présidente Rosemary Collyer, décrivant l’audit de conformité mené par la NSA en 2016. (NSA) (ODNI) (DOJ) (FBI) (DOJ-NSD)
  • AJOUTEZ A CELA – Tout ce qui concerne les contrats, les fournisseurs, les services et l’appareil de renseignement liés à l’élection américaine de 2020.

Le président choisit une date pour ce briefing et, par ordre direct de son chef de cabinet, Mark Meadows, informe le bureau du directeur du renseignement national, John Ratcliffe, de conseiller et de coordonner avec tous les responsables du renseignement de l’exécutif, qui étaient ou sont parties prenantes dans les produits de renseignement compartimenté décrits ci-dessus, de leur demande d’être présents pour le briefing.

Le bureau du conseiller juridique de la Maison Blanche ne doit pas être informé de l’intention ou de l’objectif de la réunion ; cependant, le conseiller juridique du président est prié d’y assister. En outre, tous les renseignements compartimentés doivent être rassemblés par le Directeur du renseignement national (ODNI) (Ratcliffe) en un seul volume d’un seul Briefing présidentiel quotidien (PDB). Dix-huit copies imprimées de l’APB doivent être rassemblées et sécurisées pour le briefing, après la hâte.

En outre, le bureau du président informe personnellement l’ODNI (Ratcliffe) de la demande de l’exécutif d’inviter au briefing chaque membre de la branche législative du contrôle de la Communauté du renseignement, connu sous le nom de Gang des huit.

Immédiatement après le briefing par les fonctionnaires du ministère au niveau exécutif (cabinet), tout en restant dans une session fermée et classifiée, le contenu complet et détaillé de ce produit de renseignement collectif sera discuté avec l’assemblée plénière de la branche législative américaine de surveillance du renseignement connue sous le nom de Gang des huit (Go8).

Par conséquent, le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien est chargé de coordonner avec l’ODNI (Ratcliffe) la participation du Gang des Huit : Nancy Pelosi, présidente du Parlement, Kevin McCarthy, chef de la minorité, Adam Schiff, président du HPSCI, Devin Nunes, membre du classement du HPSCI, Mitch McConnell, chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, chef de la minorité au Sénat, Richard Burr, président du SSCI et Mark Warner, vice-président du SSCI. [Sujet “à déterminer”]

Afin de faciliter le briefing. Chaque membre du groupe participant recevra une copie imprimée complète du matériel assemblé par l’ODNI pendant le briefing.

[Chacun des participants possède les autorisations préalables, l’autorité légale et constitutionnelle pour s’engager avec le document classifié selon leur position et leur statut. Seul l’exécutif peut assembler le produit pour l’examen et le retour d’information du Go8]

À la fin de la séance d’information, après avoir entendu chacun des membres participants des bureaux de renseignement de l’exécutif et des représentants dûment autorisés du contrôle législatif, et après avoir écouté leur avis sur les sujets abordés, le président annonce à l’ensemble des dirigeants des pouvoirs exécutif (cabinet) et législatif (Go8) qu’il estime que les intérêts nationaux des États-Unis peuvent être mieux servis si le peuple américain dispose d’un examen complet, transparent et honnête des documents rassemblés et discutés.

Le président, personne d’autre, seulement le président, rassemble ensuite les portefeuilles imprimés tels qu’ils ont été distribués aux participants, sort du briefing et entre directement dans la salle de presse James Brady à la Maison Blanche ; il remet à chacun des douze membres des médias nationaux qui attendent un exemplaire du matériel de briefing à publier au nom du peuple américain.

Exactement au même moment où le président Trump entre dans la salle de briefing, une copie du dossier assemblé est remise en main propre, par le président Trump uniquement, à la directrice de la communication de la Maison Blanche, Alyssa Farah, avec l’instruction de scanner et de diffuser le contenu au public par le biais du site web de la Maison Blanche.

C’est fait.

Le peuple américain est au courant…

Le système se mettra immédiatement en marche pour détruire Donald J Trump…

…tandis que nous manifestons pour lui présenter un soutien massif.

Traduction de TheConservativeTreehouse.com par Aube Digitale

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages