Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 18:55

La Grande-Bretagne se transforme en un État policier totalitaire, avertit Lord Sumption, juriste éminent

 

Le Royaume-Uni court un grave danger de remplacer la démocratie par le totalitarisme, l'un des esprits juridiques les plus éminents de Grande-Bretagne, a averti Lord Sumption.

Lord Sumption - auteur, avocat et ancien juge de la Cour suprême - a fait sa critique dévastatrice de la politique gouvernementale lors de la conférence annuelle de droit de Cambridge Freshfield, donnée par Zoom.

Il a commencé:

Pendant la pandémie de Covid-19, l'État britannique a exercé des pouvoirs coercitifs sur ses citoyens à une échelle jamais tentée auparavant. Il a pris un contrôle légal efficace, appliqué par la police, sur la vie personnelle de toute la population: où ils pouvaient aller, qui ils pouvaient rencontrer, ce qu'ils pouvaient faire même chez eux. Pendant trois mois, il a placé tout le monde sous une forme d'assignation à résidence, sous réserve de leur droit de faire un nombre limité de choses approuvées par les ministres. Tout cela a été autorisé par décret ministériel avec une implication parlementaire minimale. Ce fut l'ingérence la plus importante à la liberté personnelle dans l'histoire de notre pays. Nous n'avons jamais cherché à faire une telle chose auparavant, même en temps de guerre et même face à des crises sanitaires bien plus graves que celle-ci.

Bon nombre des mesures imposées par le gouvernement, soutient Sumption, étaient probablement illégales. Il note que le gouvernement a prétendu tirer l'autorité pour ses mesures les plus draconiennes de la loi de 1984 sur la santé publique (contrôle des maladies), telle que modifiée en 2008. Mais cette loi accorde aux magistrats le droit de mettre en quarantaine, d'isoler ou de désinfecter les personnes infectées . Il ne prévoit pas, dit-il, le contrôle des personnes en bonne santé.

Il n'y a pas de pouvoir spécifique en vertu de la loi pour restreindre ou contrôler les mouvements des personnes en bonne santé. L'interpréter comme conférant un tel pouvoir ne serait pas seulement incompatible avec le principe de légalité.

Même le verrouillage lui-même était, du moins au début, illégal.

Lors de sa conférence de presse télévisée du 23 mars, le Premier ministre a qualifié son annonce du verrouillage comme une «instruction» adressée au peuple britannique. Il a dit qu'il arrêtait «immédiatement» les rassemblements de plus de deux personnes en public et tous les événements sociaux à l'exception des funérailles. Un certain nombre de forces de police ont annoncé dans les minutes qui ont suivi la diffusion qu’elles s’appliqueraient immédiatement. Le secrétaire à la Santé, M. Hancock, a fait une déclaration à la Chambre des communes le lendemain dans laquelle il a déclaré: «ces mesures ne sont pas des conseils; ce sont des règles. » Tout cela était du bluff. Même dans la perspective la plus large de la législation, le gouvernement n'avait pas le pouvoir de donner de tels ordres sans adopter de règlements statutaires. Aucun règlement de ce type n’existait avant 13 heures le 26 mars, trois jours après l’annonce.Le Premier ministre n'avait aucun pouvoir de donner des «instructions» au peuple britannique, et certainement aucun pouvoir de le faire par une simple annonce orale lors d'une conférence de presse à Downing Street. La police n'avait aucun pouvoir pour les appliquer. La déclaration de M. Hancock à la Chambre des communes n'était pas correcte. Jusqu'au 26 mars, les déclarations du gouvernement n'étaient pas des règles, mais des conseils, que chaque citoyen était libre d'ignorer.

Il s'inquiète également des «remarquables pouvoirs discrétionnaires d'exécution conférés à la police». La police, note-t-il, a «largement dépassé» même ces «vastes pouvoirs».

Dans la période qui a suivi l'annonce du verrouillage, un certain nombre de chefs de la police ont annoncé qu'ils empêcheraient les gens d'agir d'une manière jugée inutile, bien que cela ne soit pas justifié dans le règlement. L'un d'eux a menacé de fouiller dans les paniers d'achats de ceux qui exerçaient leur droit de s'approvisionner, afin de s'assurer qu'ils n'achetaient rien que ses gendarmes pourraient juger inutile. D'autres forces ont établi des barrages routiers pour faire respecter des pouvoirs qu'elles n'avaient pas. La police du Derbyshire a notoirement envoyé des drones de surveillance et publié sur Internet un extrait de film dénonçant des personnes faisant de l'exercice dans les collines du Derbyshire, ce que les gens avaient absolument le droit de faire. Quand je me suis aventuré à les critiquer dans une interview à la BBC pour avoir agi au-delà de leurs pouvoirs,J'ai reçu une lettre du commissaire de police du Derbyshire s'opposant à mes remarques au motif qu'en cas de crise, de telles choses étaient nécessaires. Cela impliquait qu'en cas de crise, la police avait le droit de faire ce qu'elle jugeait bon, sans se préoccuper indûment de ses pouvoirs juridiques. C'est ma définition d'un État policier.

Le public britannique, conclut-il, a été effrayé par la propagande gouvernementale demandant une protection autoritaire - au nom de la «sécurité» - ce qu'il en viendra à regretter sérieusement.

Le public britannique n'a même pas commencé à comprendre la gravité de ce qui arrive à notre pays. Beaucoup, peut-être la plupart, s'en moquent et s'en moquent jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Ils sentent instinctivement que la fin justifie les moyens, la devise de tout gouvernement totalitaire qui ait jamais existé. Pourtant, ce qui nous unit en tant que société, ce sont précisément les moyens par lesquels nous faisons les choses. C'est un respect commun pour une manière de prendre des décisions collectives, même si nous ne sommes pas d'accord avec les décisions elles-mêmes. Il est difficile de respecter la façon dont les décisions de ce gouvernement ont été prises. Cela marque le passage à un modèle politique plus autoritaire qui survivra à la crise actuelle. Il ne fait aucun doute que pour certains ministres et leurs conseillers, il s'agit là d'un résultat souhaitable.Les prochaines années devraient voir une transformation radicale et durable de la relation entre l'État et le citoyen. Cela entraînera un changement tout aussi fondamental de nos relations les uns avec les autres, un changement caractérisé par la méfiance, le ressentiment et l'hostilité mutuelle. Dans la nature des choses, les gouvernements autoritaires fracturent les sociétés qu'ils gouvernent. L'utilisation du pouvoir politique comme instrument de coercition de masse est corrosive. Ça divise et ça aigri. Dans ce cas, il est aggravé par l'assaut soutenu sur l'interaction sociale qui va tôt ou tard desserrer le ciment qui nous a aidés à faire face aux crises antérieures. L'impact inégal des mesures gouvernementales érode tout sentiment de solidarité nationale. Les pauvres, les mal logés,les travailleurs précaires et les personnes socialement isolées ont le plus souffert des mesures gouvernementales. Surtout, les jeunes, peu touchés par la maladie elle-même, ont été amenés à supporter la quasi-totalité du fardeau, sous la forme d'opportunités éducatives et d'emplois dégradées dont les effets dureront des années.

La démocratie, dit-il, est peut-être maintenant terminée au Royaume-Uni.

Ce qui la remplacera, c'est une démocratie nominale, avec un style moins délibératif et consensuel et une réalité autoritaire qui nous plaira beaucoup moins.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages