Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 17:05

L’Espagne prévoit un “registre” pour ceux qui refusent le vaccin contre le COVID

Alors que l’Europe commence à vacciner la première vague de patients prioritaires, un “pépin” est déjà apparu : de nombreux travailleurs de la santé et d’autres personnes ont refusé de prendre le vaccin, car le scepticisme et la suspicion restent élevés.

Un phénomène similaire s’est produit aux États-Unis, mais à un degré moindre. Mais la situation est maintenant l’une des nombreuses raisons, allant d’une pénurie de fournitures et de matières premières à une population peu coopérative, que les responsables de la santé publique craignent de plus en plus d’atteindre de nobles objectifs de vaccination.

 

C’est pourquoi, en Espagne du moins, les bureaucrates du gouvernement ripostent, comme le ministre de la santé Salvador Illa l’a averti que le pays mettrait en place un “registre” pour tous ceux qui refusent le vaccin.

“Ce qui sera fait, c’est un registre, qui sera partagé avec nos partenaires européens… des personnes à qui on l’a proposé et qui l’ont tout simplement refusé“, a-t-il déclaré.

“Ce n’est pas un document qui sera rendu public et ce sera fait dans le plus grand respect de la protection des données”.

Il a ajouté que le registre ne serait pas rendu public, ni remis aux employeurs, ce qui soulève la question suivante : pour quelle autre raison le gouvernement conserverait-il une base de données de ces informations ?

Un rapport de l’AFP sur les remarques du ministre de la santé n’était pas exactement clair sur le motif, ce qui nous amène à penser qu’il s’agit juste d’une autre tactique du gouvernement espagnol, qui a juré de haut en bas, comme d’autres gouvernements européens, que les vaccinations ne seraient pas obligatoires,.

Les sondages publiés au cours des deux derniers mois semblent refléter une chute brutale et inexpliquée du nombre de personnes interrogées qui se disent sceptiques, ou qui indiquent qu’elles souhaiteraient attendre avant de se faire vacciner, a plongé alors que les premières doses ont été distribuées et administrées.

Le gouvernement espagnol prévoit de vacciner entre 15 et 20 millions de personnes sur une population de 47 millions de personnes d’ici juin afin de sauver la saison touristique de l’été prochain.

“Le moyen de vaincre le virus est de nous vacciner tous, ou plus il y en aura, mieux ce sera”, a déclaré Illa.

Les spéculations vont bon train sur ce qui pourrait arriver à ceux qui refusent de se faire vacciner et/ou à leurs enfants, alors même que les responsables publics ont souligné l’importance de la “transparence” et – bien sûr – de la liberté de choix individuel.

Il est certain que les Espagnols ne sont pas les seuls. Beaucoup d’autres Européens partagent leurs inquiétudes, alimentées par les discussions des gouvernements sur la sécurité des vaccins (tout scepticisme est injustifié), le rythme rapide du développement et l’utilisation de la nouvelle technologie de l’ARNm. Par exemple, l’institut de sondage indépendant Alpha Research a déclaré que son récent sondage suggérait que moins d’un Bulgare sur cinq des premiers groupes à qui le vaccin a été proposé – médecins de première ligne, pharmaciens, enseignants et personnel des maisons de retraite – prévoyait de se porter volontaire pour se faire vacciner. Un récent sondage de l’IFOP a révélé qu’environ 41 % des Français se feraient vacciner si le vaccin était disponible, ce qui signifie que près de 60 % ne le feraient pas.

C’est pourquoi, à l’avenir, nous ne serions pas surpris de voir des mesures plus sévères (passeports d’immunité ?) alors que les fonctionnaires sont de plus en plus désespérés d’atteindre leurs objectifs (largement spéculatifs) en matière d’immunité collective.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages