Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 18:04
L’illusion du choix et de la liberté — L’opposition contrôlée est un mouvement de protestation dirigé par des agents du gouvernement
Une opposition contrôlée est un mouvement de protestation qui est en fait dirigé par des agents du gouvernement. Presque tous les gouvernements de l’histoire ont utilisé cette technique pour tromper et maîtriser leurs adversaires. Notamment Vladimir Lénine qui a déclaré : « La meilleure façon de contrôler l’opposition est de la diriger nous-mêmes ». Le comte Mirabeau faisait partie de l’opposition contrôlée, car si tout le monde pensait qu’il soutenait la révolution, en réalité il soutenait la monarchie et était un ami personnel du roi. C’était un agent du gouvernement.

[Par Roderick Campbell, 29 août 2019] — Si vous allez en ligne et recherchez « opposition contrôlée », vous trouverez plus de 2 millions de résultats, et essentiellement tous sont des ordures. C’est une tactique qui a été utilisée tout au long de l’histoire humaine connue, et pourtant vous constaterez qu’Internet a été nettoyé de presque toutes les références significatives. Ma première introduction à l’opposition contrôlée a été le livre 1984 de George Orwell, un roman dystopique qui dresse un tableau éclatant d’un avenir sombre : l’humanité est devenue l’esclave d’une guerre perpétuelle, d’une surveillance gouvernementale inéluctable, d’une propagande insidieuse et d’un déni irrationnel. Cela vous rappelle-t-il le projet pour le nouveau siècle américain ? Cela devrait.

Dans le roman d’Orwell, les gens se concentrent sur les super-États, la police de la pensée et Big Brother. Mais, en fait, le plus grand personnage est une personne oubliable nommée Goldstein; il est le leader de « The Brotherhood » et il est basé sur Léon Trotsky. Dans le récit du roman, Goldstein est censé être le héros dont l’écriture révolutionnaire inspire ces esprits « éveillés » du système à se lever et à démanteler le système corrompu dans lequel ils sont asservis. Pourtant, au fur et à mesure que le roman progresse, Orwell nous révèle bientôt que l’héroïque « Goldstein » n’est rien d’autre que de la fiction, un personnage créé par la culture dominante pour attirer les dissidents au grand jour afin qu’ils puissent être identifiés et neutralisés. Orwell utilise « Goldstein » pour peindre une image vivante de l’opposition contrôlée.

Orwell utilise le personnage de Goldstein pour démontrer une tactique insidieuse, utilisée par la culture dominante, pour contrôler les limites de la dissidence. Ce personnage est effectivement un « piège à rats » pour captiver ces quelques individus qui osent regarder au-delà du voile de notre réalité fabriquée, afin qu’ils puissent être traités et neutralisés avant de fomenter une réelle résistance contre l’hégémonie de l’État.

La suite par le lien ci-dessous...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages