Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 19:05

No comment !

 

Trump déclassifie un document sensible sur la stratégie visant à “défendre, dominer et refuser” l’expansion militaire Chinoise dans l’Indo-Pacifique

Compte tenu de tout ce qui se passe dans un cycle de nouvelles dominé par le chaos au Capitole la semaine dernière et la mise en accusation de Pelosi, il y a eu peu de préavis concernant la déclassification peut-être inattendue par l’administration Trump d’un document de sécurité nationale très sensible qui expose la stratégie de la Maison Blanche pour contrer la Chine.

Ce document a été rendu public mardi en fin de journée et fait déjà la une des journaux au Japon, en Australie et dans d’autres publications régionales, même si les principaux médias américains sont relativement silencieux. Auparavant classé SECRET et non destiné à être diffusé aux ressortissants étrangers, il détaille la stratégie de l’administration Trump pour la région indo-pacifique, notamment pour défendre, dominer et refuser l’expansion militaire chinoise.

 

En publiant le texte intégral, moins quelques caviardages minimes, le document a été rendu public trente ans plus tôt (selon les procédures standard de déclassification et d’enregistrement public). Le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien a déclaré, dans une déclaration annonçant sa publication, qu’il fournit “une orientation stratégique globale” pour les forces américaines dans la région et “démontre, avec transparence, les engagements stratégiques de l’Amérique envers l’Indo-Pacifique et nos alliés et partenaires”.

Le document de dix pages identifie ce qui suit comme un défi majeur pour la sécurité nationale : “Comment maintenir la primauté stratégique des États-Unis dans la région indo-pacifique et promouvoir un ordre économique libéral tout en empêchant la Chine d’établir de nouvelles sphères d’influence non libérales“.

Un moyen central pour y parvenir est de “concevoir et mettre en œuvre une stratégie de défense capable de, mais sans s’y limiter” :

  1. refuser à la Chine une domination aérienne et maritime durable à l’intérieur du “premier chaînon insulaire” dans un conflit ;
  2. défendre les nations de la première chaîne insulaire, y compris Taïwan ; et
  3. dominer tous les domaines en dehors de la première chaîne d’îles.

Il s’agit là d’une des actions stratégiques les plus brutales énoncées dans le document qui ne manquera pas de provoquer la colère des dirigeants militaires de Pékin et de l’APL.

Voici ce que Rabobank avait à dire sur la nouvelle stratégie de Trump :

Dire que cela ne sera pas bien accueilli par la Chine, ou que la Chine ne sera pas heureuse que l’Australie et le Japon aient contribué à cette stratégie, est un euphémisme.

Bien sûr, nous avons maintenant l’administration Biden : y aura-t-il une inversion de la séparation des rôles ? Considérez le cas suivant d’Axios, qui montre certainement à quel point les deux étaient proches jusqu’à présent : “Le comité d’investiture du président élu Joe Biden remboursera un don de l’ancienne sénatrice Barbara Boxer après que le démocrate californien se soit fait enregistrer comme agent étranger pour une société de surveillance chinoise accusée d’être complice de l’internement massif de musulmans ouïghours dans le pays”.

Concernant les principaux partenaires régionaux des États-Unis, le document appelle les États-Unis à “accélérer la montée en puissance de l’Inde et sa capacité à servir de fournisseur net de sécurité”, à mettre en œuvre “un cadre de sécurité quadrilatéral avec l’Inde, le Japon, l’Australie et les États-Unis” et à approfondir encore “la coopération trilatérale avec le Japon et l’Australie”.

Tout en insistant pour que les États-Unis conservent leur “prééminence diplomatique, économique et militaire” dans la région, il appelle les États-Unis à “aligner leur stratégie indo-pacifique sur celles de l’Australie, de l’Inde et du Japon” ainsi qu’à “renforcer l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est” pour contrer l’influence chinoise.

Elle suscite des réactions mitigées parmi les observateurs de la Chine et les analystes géopolitiques. Un critique qui cite les bons et les mauvais côtés des alliés régionaux de l’Amérique – en particulier l’Australie – est Rory Medcalf, le directeur du National Security College de l’Australian National University :

 

“Cela signifie un soutien constant aux alliés et aux partenaires, plutôt que la poursuite d’une quelconque primauté générale des États-Unis”, a-t-il déclaré.

Certains ont cependant déclaré qu’ils ne voyaient pas grand chose de nouveau dans ce document ou dans la manière dont il pourrait rassurer les alliés américains. Les sceptiques ont déclaré que la décision de déclassifier maintenant est un effort évident pour la continuité de la politique au milieu des préoccupations que l’administration Biden pourrait ne pas encore s’engager à contester la candidature de la Chine à la domination aussi fortement que Trump.

“Ce serait une chose s’il existait une théorie secrète du champ unifié qui expliquerait le caprice de la politique asiatique de Trump, mais ce n’est qu’un tas de mots à la mode banals et bureaucratiques”, a déclaré Van Jackson, maître de conférences en relations internationales à l’université Victoria de Wellington. “L’interprétation généreuse est que l’administration essaie de lier les mains de Biden en le publiant maintenant, mais cela semble être une mauvaise stratégie car il n’y a rien dans ce document qui pourrait contraindre Biden”.

Mais Medcalf a déclaré que le cadre déclassifié aurait une valeur durable en tant que début d’un plan pangouvernemental pour gérer la rivalité stratégique des États-Unis avec la Chine.

Medcalf a également noté que “ce n’est certainement pas une mauvaise chose de sauver les quelques réalisations d’une époque autrement sombre de la politique étrangère américaine, tout en posant quelques jalons pour la nouvelle administration“, selon le Japan Times.

En attendant, Joe Biden a déjà promis que son administration “se montrerait ferme” envers la Chine, probablement aussi en renforçant les alliances régionales, comme le souligne le document. Trump a jusqu’à présent essayé d’imposer la nouvelle administration à la Chine. La publication de ce document stratégique constitue sans aucun doute une nouvelle étape importante dans l’accroissement de la pression sur l’équipe de politique étrangère de Biden et sur Pékin.

Aube Digitale

 

Trump va déclassifier des tonnes de documents sur l’Obamagate et le Russiagate dans les prochains jours

Le président Trump a déclassifié et autorisé la publication de “plus d’un pied de hauteur de documents” liés à la surveillance et à l’espionnage de l’administration Obama commis contre la campagne présidentielle de Trump en 2016, dans le cadre d’une campagne plus large visant à discréditer et à miner le président américain entrant.

Selon le journaliste et initié du Trump, John Solomon, les documents seront publiés dès vendredi, mais pas plus tard que lundi.

 

“Il a tenu ses promesses d’une manière importante. Plus d’une pile de documents de 30 cm de haut qu’il a autorisé à être diffusée par le FBI et le DOJ. Ce sont les choses que le FBI a essayé de cacher au public pendant 4 ans. Ils ont des révélations étonnantes, de grande envergure”, a déclaré Solomon à Fox News, “Lou Dobbs Tonight”.

Selon le site web de Solomon, Just The News, le communiqué de presse soutiendra les affirmations selon lesquelles l’ensemble du récit sur le Russiagate a été créé et a fait l’objet d’une fuite vers les médias pour dissimuler les inquiétudes concernant le scandale des e-mails d’Hillary Clinton.

Voir (via Trending Politics) :

Plus de détails de John Solomon Reports :

Aube Digitale

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages