Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 17:15
Le 29 juillet 2020, le président tanzanien John Magufuli assiste aux funérailles de l'ancien président Benjamin Mkapa dans le village de Lupaso, au sud du pays. (STR / AFP)

"Aucun vaccin ne nous est bénéfique", a déclaré le président de la Tanzanie John Magufuli. De nouveau, le chef de l'Etat tanzanien se positionne envers et contre tous. Déjà pointé du doigt à l'été 2020 sur sa vision de l'épidémie et la façon de la contrer, cette fois c'est sur "l'intérêt" de la vaccination qu'il intervient.

Selon lui, l'Afrique est une terre convoitée pour ses richesses par les nations développées. A ses yeux, le vaccin est un cheval de Troie qui, au lieu de soigner, va détruire la population africaine et laisser le champ libre aux "pilleurs". Bref, il persiste dans la rhétorique du complot qu'il a déjà bien rodée. Aussi, il se refuse à accepter la vaccination contre le coronavirus, sans connaître son risque potentiel.

La médecine traditionnelle validée

Une attitude qui serait respectable et responsable si les autorités sanitaires mondiales n'avaient pas donné leur feu vert à la vaccination. D'autant que ce refus s'accompagne de conseils pour le moins problématiques. Une fois encore, les autorités tanzaniennes font vibrer une corde sensible, selon laquelle il n'y a pas de meilleur remède que celui de la médecine traditionnelle.

La ministre de la Santé de Tanzanie, Dorothy Gwajima, a même joint le geste à la parole. Elle a concocté en public un remède "maison", à base d'oignons, de gingembre, de citrons et de poivre, que les convives ont avalé allègrement ! Des formulations, selon elle, validées par les responsables sanitaires du pays. Il est vrai qu'au regard de la composition, cela ne risquait pas de leur faire grand mal !

 

Mais cette reconnaissance de facto de la menace du virus, puisqu'on propose un remède, est déjà une grande avancée. Il y a peu, John Magufuli versait dans le déni complet, minimisant les risques et remettant le pays à la grâce de Dieu. Un pays officiellement délivré du virus.
Mais en novembre 2020, Reporters sans Frontières dénonçait "l'impossible couverture de l'épidémie" dans le pays. Chiffres absents et presse baillonnée illustrent le constat de RSF.

Les dernières données officielles remontent au mois d'avril 2020, annonçant 500 cas et 21 morts. Depuis, plus rien. Preuve ulltime, le quotidien national The Citizen ne propose aucune rubrique spécifique à l'épidémie, contrairement à bon nombre de ses confrères, que ce soit dans le monde ou en Afrique.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages