Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 18:50
Que ce soit Trump ou Biden, les Européens sont toujours les vassaux de l’oncle Sam

La présomption de Biden de dire aux Européens que le gazoduc Nord Stream-2 est une mauvaise affaire montre qu’en fin de compte, les Européens sont considérés comme n’ayant pas de souveraineté lorsqu’il s’agit de définir leur politique énergétique.

L’Union européenne a reçu cette semaine un mémo grossier indiquant qu’un nouveau président pourrait résider à Washington, mais c’est toujours la même politique américaine de les traiter comme des vassaux.

 

Le président démocrate Joe Biden a peut-être plus de finesse et de sensibilité transatlantique que le républicain Donald Trump. Mais en fin de compte, Joe Biden se sent tout aussi en droit que son prédécesseur de donner des ordres aux Européens comme à une bande de larbins. Peut-être pas avec la même rhétorique laconique, mais avec la même attitude autoritaire.

Cela ressort clairement de la déclaration de l’administration Biden sur le projet de gaz naturel Nord Stream-2, qui doit bientôt être achevé entre la Russie et l’Europe. “Le président Biden pense que c’est un mauvais accord pour l’Europe”, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jan Psaki, avec un air de finalité sur la question.

La nouvelle administration étudie les moyens de mettre en œuvre les sanctions formulées par le précédent Trump, qui viseront les entreprises européennes impliquées dans la construction du projet gazier. Après une année de suspension des travaux en raison des sanctions américaines, la construction du gazoduc Nord Stream-2 a repris cette semaine. Ce projet de 10 milliards d’euros, qui prévoit la construction de 1 225 kilomètres de gazoduc sous la mer Baltique entre la Russie et l’Allemagne, est achevé à plus de 95 %. Les derniers kilomètres de canalisation ont repris dans les eaux danoises en direction des côtes allemandes.

La nouvelle ligne d’approvisionnement Nord Stream doublera le volume actuel de gaz naturel livré de la Russie à l’Allemagne et au reste de l’Union européenne. L’augmentation de la consommation de gaz naturel plus propre est cruciale pour les plans allemands visant à s’éloigner du charbon sale et de l’énergie nucléaire. Le gaz russe est également beaucoup plus économique que les sources alternatives telles que les projets américains d’exportation de gaz naturel liquéfié par voie maritime.

En effet, la Russie s’est opposée aux sanctions américaines sur Nord Stream-2, au motif que Washington tente de renforcer les décisions commerciales en utilisant des instruments politiques. (Tant que ça pour le capitalisme américain de libre échange !)

La chancelière allemande Angela Merkel a réitéré l’engagement de son gouvernement à terminer le projet Nord Stream-2. Les consortiums d’entreprises allemands ont également souligné l’importance stratégique de garantir un approvisionnement abordable en énergie gazière pour la croissance économique future. Le coût de l’énergie est primordial pour l’économie allemande axée sur l’exportation ainsi que pour réduire les factures des ménages.

Cet engagement allemand est pris en dépit de la controverse sur la figure de l’opposition russe Alexei Navalny qui a été transporté en Allemagne en août dernier en prétendant avoir été empoisonné par le Kremlin dans le cadre d’un étrange complot d’assassinat. Le Kremlin a catégoriquement rejeté ces affirmations comme une provocation délibérée, suggérant l’implication des services secrets occidentaux dans une tentative de déstabilisation de la Russie. Navalny a séjourné en Allemagne pendant près de cinq mois en tant qu’invité de facto du gouvernement de Berlin. A son retour à Moscou le 17 janvier, il a été arrêté pour violation de sa licence de libération conditionnelle pour une peine avec sursis concernant une condamnation pour fraude passée.

Merkel et d’autres politiciens allemands ont certainement apporté à Navalny un grand soutien médiatique pour ses allégations non fondées contre le Kremlin. Leur indulgence à l’égard de ces accusations provocatrices est certainement un mépris méprisable de la souveraineté et des lois russes, élevant un agitateur douteux au rang de président Vladimir Poutine.

 

Cependant, les Allemands ne sont pas si stupides. Ils savent très bien que l’abandon du Nord Stream-2 équivaut à tirer sur leur économie à deux pieds. C’est pourquoi, malgré le brouhaha autour de Navalny, Berlin s’en tient à Nord Stream-2.

Voici donc Joe Biden. Le président est censé dire aux Européens ce qu’il pense être bon ou mauvais pour eux. Un leader américain d’outre-Atlantique hurle aux États européens que prendre livraison du gaz russe économique n’est “pas une bonne affaire”.

Bien sûr, les Américains doivent déguiser leurs intérêts commerciaux et stratégiques nus avec la tenue rhétorique selon laquelle Washington ne s’inquiète “que” de voir l’Europe exploitée par le chantage politique russe si l’Europe dépend de Moscou pour son approvisionnement en gaz. La conclusion étant que la Russie pourrait couper les lignes de gaz chaque fois que cela serait politiquement opportun. Ce point de vue cynique est fondé sur la sombre russophobie et, en tout état de cause, d’un point de vue juridique et contractuel, il serait peu plausible.

L’opposition arrogante de Biden au Nord Stream-2 n’est pas seulement la continuation de la politique de l’administration Trump. Dans les anciennes administrations Obama (2008-2016), où Biden était vice-président, la politique consistait également à s’opposer à l’ambitieux projet gazier, qui a débuté en 2011.

Avec Trump, la plupart des dirigeants européens en sont venus à détester ses manières effrontées et grossières. Avec son slogan “America First”, Trump a intimidé les Européens au sujet de prétendus tarifs douaniers injustes ainsi que pour avoir prétendument relâché ses engagements en matière de dépenses militaires envers l’OTAN. Seuls la Pologne et les États baltes de droite semblent avoir eu une faveur pour Trump, qu’ils admiraient pour ses sanctions anti-russes concernant Nord Stream-2.

Maintenant que Biden est à la Maison Blanche, plusieurs dirigeants européens ont exprimé leur soulagement et ont accueilli chaleureusement le nouveau président qui parle ouvertement de renouveler et de renforcer l’alliance transatlantique. La croyance implicite est que Biden apprécie les alliés européens d’une manière que le vulgaire Trump n’appréciait pas.

Toute notion de nouvelle appréciation américaine des alliés européens devrait être écartée. La présomption de Biden de dire aux Européens que Nord Stream-2 est une mauvaise affaire montre qu’en fin de compte, les Européens sont considérés comme n’ayant pas de souveraineté lorsqu’il s’agit de définir leur politique énergétique. L’oncle Sam, comme toujours, sait ce qu’il faut faire pour ses petits vassaux européens.

Source: The Strategic Culture Foundation, le 1er février 2021

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages