Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 19:15

Il peut maintenant « jouer à des jeux vidéo en utilisant son esprit ».

Elon Musk, le PDG de Tesla, a déclaré dans une interview donnée dimanche dernier qu’un singe avait été connecté pour jouer à des jeux vidéo avec son esprit par une société qu’il a fondée, Neuralink.

La société spécialisée dans les interfaces homme-machine a placé une puce informatique dans le crâne du singe et a utilisé de “petits fils” pour le connecter à son cerveau, a déclaré Musk. Le milliardaire de la technologie a dit que le singe « a l’air totalement heureux » et que les installations de Neuralink répondent aux exigences réglementaires américaines.

« Ce n’est pas un singe malheureux », a-t-il déclaré lors de l’interview sur Clubhouse, une nouvelle application de médias sociaux qui gagne en popularité et qui permet aux gens d’avoir des conversations informelles pendant que d’autres écoutent. « Vous ne pouvez même pas voir où l’implant neural a été mis, sauf qu’il a un léger mohawk sombre. »

Celui qui est aussi PDG de la société spécialisée dans le domaine de l’astronautique et du vol spatial, SpaceX, a aussi déclaré aux animateurs de Good Time Show, un talk-show organisé sur Clubhouse, que Neuralink essayait de savoir s’il pouvait utiliser ses puces pour amener les singes à jouer au “mind Pong” entre eux, a-t-il dit. « Ce serait plutôt cool ». Musk a également parlé des voyages dans l’espace, des colonies sur Mars, de la cryptographie, de l’intelligence artificielle et des vaccins covid-19.

Basée à San Francisco, l’équipe de Neuralink, composée d’une centaine de personnes, tente de développer une interface ordinateur-cerveau implémentable. Musk la décrit comme un Fitbit dans le crâne avec des fils minuscules qui vont dans le cerveau. Selon lui, le but de Neuralink est d’augmenter la vitesse à laquelle l’information peut circuler du cerveau humain vers une machine.

Neuralink teste les interfaces neuronales sur les animaux depuis des années. Dans une vidéo publiée l’année dernière, Neuralink a effectué une démonstration en direct de sa technologie sur trois porcs. Le public a pu voir les signaux neuronaux en temps réel de l’un des porcs, que Musk a nommé Gertrude.

Dans cette vidéo, Neuralink a démontré sa capacité à enregistrer et éventuellement à prédire des actions en se basant sur une puce câblée implantée dans le cerveau de Gertrude. Mais selon Musk, le singe qui joue au jeu vidéo s’est vu implanter une puce sans fil qui lui permet de contrôler une interface électronique uniquement avec son esprit. « Il n’est pas mal à l’aise et il n’a pas l’air bizarre », a déclaré Musk.

Le dispositif sans fil est particulièrement important, car il pourrait éliminer le potentiel d’infection qui vient avec les fils dépassant de la matière organique. « Si vous pouvez faire des expériences avec quelque chose qui n’implique pas de fils traversant la peau, cela va améliorer le bien-être des animaux », a déclaré l’année dernière le professeur de neuroscience Andrew Jackson de l’Université de Newcastle.

Le milliardaire a ajouté qu’un inspecteur du ministère américain de l’Agriculture (USDA) a décrit le laboratoire de Neuralink comme « les plus belles installations pour singes » qu’ils aient jamais vues.

Suivre le rythme du progrès de l’intelligence artificielle

La startup de l’interface cerveau-machine, que Musk a mise en place en 2016, espère à terme implanter des puces dans les cerveaux humains pour fournir un lien à large bande passante entre les humains et les ordinateurs. Pour cela la technologie de Neuralink devra suivre le rythme des progrès de l’IA, qui va continuer à devenir plus intelligente.

Pour illustrer le rythme des progrès de l’IA, le patron de Neuralink – qui pense que l’intelligence des machines finira par dépasser l’intelligence humaine – a souligné les percées réalisées dans des laboratoires de recherche comme OpenAI, qu’il a cofondé, et DeepMind, un laboratoire d’IA londonien qui a été racheté par Google en 2014. DeepMind est « à court de jeux à gagner », a déclaré Musk, qui a été l’un des investisseurs de la société.

Les gens sont en effet déjà des “cyborgs” car ils disposent d’une “couche numérique” tertiaire grâce aux téléphones, aux ordinateurs et aux applications, a déclaré Musk. « Avec une interface neurale directe, nous pouvons améliorer la bande passante entre votre cortex et votre couche numérique tertiaire de plusieurs ordres de grandeur », a-t-il dit. « Je dirais probablement au moins 1 000, ou peut-être 10 000, ou plus. »

Le cortex est une partie du cerveau qui joue un rôle clé dans la mémoire, l’attention, la perception, la pensée, le langage et la conscience. La couche numérique à laquelle il fait référence pourrait être n’importe quoi, de l’iPhone d’une personne à son compte Twitter.

À court terme, Neuralink prévoit d’utiliser ses puces sans fil pour traiter les troubles et les maladies du cerveau. En juillet dernier, Musk a prétendu que sa mystérieuse puce cérébrale révolutionnaire Neuralink, qui contourne les sens et communique directement avec le cerveau, pourrait être capable de « rééduquer » nos synapses pour guérir la dépression et les dépendances. Ces puces implantées chez les quadriplégiques leur donneront la capacité de « contrôler une souris d’ordinateur, ou leur téléphone, ou n’importe quel autre appareil simplement en pensant », dit-il.

Mais les objectifs à plus long terme de la startup sont bien plus ambitieux, allant du concept de “symbiose humain-AI”, à ce que le PDG appelle la “télépathie conceptuelle”. Cela impliquerait que les humains réfléchissent à une « série complexe de concepts » et les transfèrent ensuite directement, sans les comprimer, à une autre personne. « Cela améliorerait massivement la qualité et la rapidité de la communication », a déclaré Musk.

« Il y a d’autres choses assez folles qui pourraient être faites », a-t-il poursuivi. « Vous pourriez probablement sauvegarder l’état du cerveau. Ainsi, si vous deviez mourir, votre état pourrait être rendu sous la forme d’un autre corps humain ou d’un corps de robot… Vous pourriez décider si vous voulez être un robot ou une personne ou autre chose. »

Il y avait quelques réserves à la technologie futuriste, tout téléchargement ou transfert de conscience pouvant entraîner une perte de mémoire ou de sens de soi.

« Vous ne seriez pas exactement le même, il y aurait une petite perte de transfert… Mais il est également vrai que si vous vous réveillez aujourd’hui, vous n’êtes pas exactement le même qu’hier », a déclaré Musk. « Il pourrait y avoir quelque chose d’analogue à un jeu vidéo, comme une situation de sauvegarde, où vous êtes capable de télécharger votre dernier état… Peut-être perdre quelques souvenirs, mais surtout être vous », a-t-il poursuivi.

Musk a utilisé la conférence sur Clubhouse pour essayer d’inciter les ingénieurs à postuler pour un emploi chez Neuralink. « Si quelqu’un qui écoute est doué pour concevoir des Fitbit, des montres Apple, des téléphones, des ordinateurs de toutes sortes, alors, en fait, il serait parfait pour Neuralink », a-t-il déclaré. Il a également publié un tweet dimanche pour attirer des personnes capables de travailler sur les projets de la société.

Lire aussi : 13 choses à savoir sur l’implant Neuralink d’Elon Musk

 

Source

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages