Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 15:41

Alors que le Danemark et la Norvège abandonnent le vaccin Astra Zeneca, que des études de plus en plus nombreuses montrent des failles dans ce vaccin, l'Europe commence a réagir, mais quand est il de la France, qui en dépit du principe de précaution poursuit son entêtement vaccinal.

Maître Brusa a déjà reçu des plaintes pour accidents ou décès vaccinaux, il est bien évident que cela se traduira au mieux par des actions juridiques.

Alors faites vous encore confiance à vos représentants qui ne semblent guère s'émouvoir de ces divers contradicteurs officiels et des ces plaintes qui s'accumulent .

 

___________________________________________________________________________________________

 

Par Tyler Durden pour Zero Hedge,

AstraZeneca a fait l’objet de critiques incessantes depuis le début du déploiement du vaccin COVID-19, en raison d’une communication bâclée avec les autorités de réglementation et les gouvernements, qui a conduit à plusieurs arrêts pendant la phase de test (y compris un arrêt d’un mois d’un essai américain suite à des cas inquiétants de caillots sanguins mortels au Royaume-Uni).

 

Il se trouve que ces caillots sanguins – que l’entreprise avait considérés comme une coïncidence anormale pendant les essais – sont maintenant au centre d’un scandale international qui a rendu suspects tous les vaccins à base d’adénovirus (y compris le vaccin de Johnson & Johnson, qui est toujours suspendu aux États-Unis). Alors qu’AstraZeneca continue de nier l’existence d’un lien, l’EMA – le principal organisme de réglementation des médicaments de Bruxelles – a reconnu l’existence d’un lien probable, et les organismes de réglementation américains ont tiré des conclusions similaires à propos de J&J.

Mais alors que l’UE continue d’insister sur le fait que les risques liés au vaccin AZ sont largement compensés par ses avantages pour la société, Bruxelles est toujours irritée par les problèmes de production qui ont saboté le premier déploiement paneuropéen, ce qui a entraîné un embarras international et a même incité certains États membres, comme la Hongrie, à se tourner vers la Russie et la Chine.

Aujourd’hui, pour tous les problèmes causés par le fabricant de médicaments britannico-suédois, l’UE prépare une procédure judiciaire à son encontre, selon des rapports de Reuters et Politico. Voici ce qu’en dit Reuters :

Cette décision constituerait une nouvelle étape dans le plan de l’Union européenne visant à rompre les liens avec la société anglo-suédoise, qui a interrompu à plusieurs reprises ses livraisons à l’Union, ce qui a contribué à retarder considérablement le déploiement des vaccins en Europe.

La nouvelle de l’action en justice a été rapportée pour la première fois jeudi par Politico. Un fonctionnaire européen impliqué dans les discussions avec les fabricants de médicaments a confirmé que les autorités de Bruxelles se préparaient à poursuivre la société.

“Les États membres de l’UE doivent décider s’ils participent ou non à l’action. Il s’agit de respecter les livraisons d’ici la fin du deuxième trimestre”, a déclaré le fonctionnaire.

La question a été abordée mercredi lors d’une réunion avec des diplomates européens, au cours de laquelle la plupart des États de l’UE ont soutenu l’action en justice, ont déclaré deux diplomates à Reuters.

Toutefois, comme l’a souligné Politico, certains des plus grands membres de l’UE appréhendent cette action en justice, estimant qu’elle n’est pas claire.

La Commission européenne se prépare à lancer une procédure judiciaire contre le producteur de vaccins AstraZeneca, selon six diplomates européens.

La Commission a soulevé la question lors d’une réunion des ambassadeurs de l’UE mercredi, au cours de laquelle la majorité des pays de l’UE ont déclaré qu’ils seraient favorables à une action en justice contre la société au motif qu’elle n’a pas fourni à l’Union les doses de vaccin contre le coronavirus promises.

Toutefois, cinq à six pays, dont de grands États comme l’Allemagne et la France, ont fait part de leurs préoccupations quant au lancement d’une action en justice contre AstraZeneca, selon plusieurs diplomates. L’une de ces préoccupations, comme l’a expliqué un diplomate, est qu’une action en justice ne garantirait pas que l’UE obtienne davantage de doses.

“Que pouvons-nous faire en termes pratiques si AstraZeneca dit : ‘Regardez de plus près nos sites de production : Nous n’avons tout simplement pas de vaccins'”, a déclaré le diplomate, ajoutant que certains pays n’étaient “pas assurés que cette mesure soit applicable”.

La Commission européenne a déclaré jeudi qu’aucune décision n’avait été prise à l’heure actuelle concernant AstraZeneca, ce qui laisse la porte ouverte à une action en justice dans un avenir assez proche. Selon Politico, la Commission envisageait d’intenter une action en justice devant un tribunal belge d’ici vendredi et attend la signature officielle des pays de l’UE. Mais certains des pays qui ont des doutes ont exprimé leurs inquiétudes quant à ce délai serré.

Toutefois, comme nous l’avons souligné il y a quelques semaines, Bruxelles est tout aussi responsable qu’AstraZeneca de la mise en place bâclée du vaccin. Voici une analyse de cinq façons dont l’UE a mal géré le déploiement des vaccins, avec l’aimable autorisation du Brussels Report.

Aube Digitale

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages