Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

29 juin 2021 2 29 /06 /juin /2021 17:24

Un avenir sombre se profile.

Si ce n’est pas déjà le cas, d’anciens et d’actuels députés, des experts juridiques et des militants de la liberté d’expression avertissent que le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne, s’il est approuvé par le Parlement, pourrait ouvrir l’ère de la « censure algorithmique ».

 

L’inquiétude est suffisamment forte pour qu’un groupe se soit formé autour de la cause de l’empêchement de l’adoption du projet de loi, avec Index on Censorship et le député David Davis parmi ses membres.

L’organisme de réglementation britannique Ofcom sera chargé de faire appliquer la loi, qui prévoit des amendes massives pouvant aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires mondial total des entreprises qui enfreindraient les futures règles.

Si le nom de la législation proposée vous semble familier, c’est parce qu’il l’est : il s’agit de ce qui était auparavant connu sous le nom de Online Harms Bill. Bien que renommé, l’objectif reste le même : rendre les fournisseurs de services Internet comme les plateformes de médias sociaux et les moteurs de recherche utilisés par les résidents britanniques responsables des contenus de tiers.

Et le projet de loi exempterait les contenus postés par des journalistes, des avocats et des politiciens. Certains soupçonnent que cette disposition a pour but de s’assurer que ces personnalités influentes ne soulèvent pas trop de protestations. Mais les critiques affirment qu’elle est aussi essentiellement discriminatoire, divisant la société en deux niveaux, où la liberté d’expression est garantie à une classe privilégiée, tandis que les autres citoyens sont confrontés à la censure – le genre de censure « externalisée » à la Silicon Valley et à ses algorithmes.

L’inquiétude ici est double : les entreprises technologiques à l’origine de ces services choisiront de se protéger au détriment du droit de leurs utilisateurs à s’exprimer librement. Pour y parvenir à grande échelle, elles utiliseraient des algorithmes pour censurer les utilisateurs dont le contenu pourrait finir par nuire à leur activité.

L’autre préoccupation est que des entreprises privées américaines décideront de ce que les citoyens britanniques peuvent et ne peuvent pas dire et accéder en ligne, assumant de fait le rôle qui supplante les pouvoirs du gouvernement dans ce domaine.

L’un des membres du groupe, le célèbre avocat spécialisé dans les médias Gavin Millar, est cité comme ayant déclaré que le contenu que les entreprises technologiques seraient chargées de supprimer est vague et fixe « un seuil très bas ».

« C’est fondamental, il est important de se rappeler que ce qui est en jeu ici, c’est quelqu’un qui exerce un droit humain fondamental », a ajouté Gavin Millar.

 

Mais ceux qui sont à l’origine du projet de loi y voient un moyen de responsabiliser les entreprises technologiques – et de « protéger le peuple britannique contre le mal » – comme l’a dit la ministre de l’Intérieur Priti Patel.

Source: Reclaim The Net,

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages