Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 17:45
Piratage International : Une fuite révèle un abus de cyber-espionnage qui vise des politiciens, des militants et des journalistes… Ils savent tout de vous… Et cela va s’aggraver !
Un graffiti de Banksy sur l'espionnage détruit pendant des ...
 

Ed Snowden en avait parlé sur un tweet et il avait dit que lorsque cette histoire éclatera, « Ce sera comme une fuite inimaginable dont tout le monde parlera pendant très longtemps, tellement c’est monstrueux ».

« Southfront » rapporte qu’un logiciel espion d’une entreprise israélienne a été utilisé dans des tentatives de piratage réussies de 37 smartphones appartenant à des journalistes, des responsables gouvernementaux et des militants des droits de l’homme dans le monde entier, selon une enquête menée par 17 organisations médiatiques, publiée le 18 juillet.

L’une de ces organisations, d’après le Washington post, a déclaré que le logiciel espion Pegasus autorisé par le groupe israélien NSO a également été utilisé pour cibler les téléphones appartenant à deux femmes proches de Jamal Khahoggi, un chroniqueur du Post assassiné dans un consulat saoudien en Turquie en 2018.

L’une des deux était sa fiancée et les deux femmes ont été ciblées avant et après sa mort.

The Gardian, un autre média, a déclaré que l’enquête suggérait qu’il y avait aussi un abus généralisé et continu du logiciel de piratage de NSO, décrit comme un logiciel malveillant qui infecte les smartphones pour permettre l’extraction de messages, de photos et d’e-mails ; enregistrer les appels ; et activer secrètement les microphones.

L’enquête met en évidence l’abus généralisé et continu du logiciel espion de piratage de NSO appelé « Pegasus », qui, selon la société, est uniquement destiné à être utilisé contre de groupes terroristes, des trafiquants de drogue, d’autre encore et des criminels.

Pagasus est un logiciel malveillant très avancé qui infecte les appareils IOS et Android pour permettre aux opérateurs du logiciel espion de copier des messages, des photos, des appels et d’autres données, y compris activer secrètement des microphones et des caméras.

Sur la base de l’enquête, la fuite contient une liste de 50 000 numéros de téléphone identifiés comme ceux de personnes d’intérêt par les clients de NSO depuis 2016.

La liste comprend de nombreux membres de la famille du dirigeant d’un pays, suggérant qu’il aurait peut-être demandé aux agences de renseignement du pays d’explorer la possibilité de suivre et d’espionner leurs propres familles.

La société, NSO Group, a publié une déclaration sur son site Internet niant les reportages des 17 partenaires médiatiques dirigés par l’association de journalisme à but non lucratif « Forbidden Stories », basée à Paris.

« Le rapport de « Forbidden Stories » est plein d’hypothèses erronées et de théories non corroborées qui soulèvent de sérieux doute sur la fiabilité et les intérêts des sources Il semble que les sources non identifiées aient fourni des informations qui n’ont aucun fondement factuel et sont loin de la réalité », a déclaré la société dans un communiqué.

« Après avoir vérifié leurs affirmations, nous nions fermement les fausses allégations faites dans leur rapport », indique le communiqué. NSO a déclaré que sa technologie n’était en aucun cas associée au meurtre de Khashoggi.

Dans un communiqué, le groupe de défense des droits Amnesty International condamne « le manque flagrant de réglementation » des logiciels de surveillance.

« Jusqu’à ce que cette entreprise NSO et l’industrie dans son ensemble puissent montrer les droits de l’homme, il doit y avoir un moratoire immédiat sur l’exportation de la technologie de surveillance », a déclaré le groupe de défense des droits dans un communiqué.

Les numéros de téléphones ciblés figuraient sur une liste fournie par Forbidden Stories et Amnesty International au 17 organisations médiatiques. Rien n’a été très clair concernant la façon dont les groupes ont obtenu la liste.

Les numéros sur la liste n’ont pas été attribués, mais les journalistes ont identifié plus de 1 000 personnes dans les 50 pays.

Ils comprenaient plusieurs membres de la famille royale arabe, au moins 65 dirigeants d’entreprise, 85 militants des droits de l’homme, 189 journalistes et plus de 600 politiciens responsables gouvernementaux, dont plusieurs chefs d’état et premiers ministres.

« Nous sommes profondément troublés d’apprendre que deux journalistes d’AP, ainsi que des journalistes de nombreuses agences de presse, font partie de ceux qui ont pu être ciblés par des logiciels espions Pegasus », a déclaré Lauren Easten, directrice des relations avec les médias AP.

« Nous avons pris des mesures pour assurer la sécurité des appareils de nos journalistes et enquêtons », a-t-elle ajouté.

Le porte-parole de Reuters, Dave Moran, a déclaré : « Les journalistes doivent être autorisés à rapporter les nouvelles dans l’intérêt public sans craindre de harcèlement ou de préjudice, où qu’ils se trouvent. Nous sommes au courant du rapport et examinons la question ».

La carte ci-dessous donne un aperçu du nombre de clients de NSO Group qui alimentaient les chiffres.

Source: zerohedge

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages