Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 16:23

N'écoutez plus les médias mainstream, voici une enquête du média internet d'investigation greatgameindia, qui est à l'origine de la découverte de la fuite du virus de Wuhan mais aussi de sa fabrication en laboratoire dès février 2020 ; que j'ai relayé a peu près dans le même temps.

Great game India nous offre aujourd'hui un narratif tout à fait différent sur ce qui concerne la découverte de la technologie Arn messager.

Au préalable dans le narratif officiel on découvre la soit disant rapidité de la découverte de cette technologie, notamment par le directeur de Moderna mais également par Pfizer. en quelques heures. Un argument suspect bien évidemment si l'on sait le relevé et enquêter. En quelques heures OUI, quand on a déjà la méthode ç'est une évidence. On découvre par la suite que ç'est Ian MacLachlan qui à mis au point cette technologie mais également que la compétition était dure. Ian MacLachlan pour sa part n'a bénéficié d'aucune royalties ni de  rachat de brevet ; les labos s'étant emparés de l'invention sans autre forme de procès, pour se tailler la part du lion. Part du lion qui ressort dans les contrats, les ventes, les procédés tout à fait mafieux, ou l'on ne préoccupe pas de morale, de règles, de formalités et l'où on impose sa vision, sa méthode, sans se soucier des conséquences et ç'est bien là que réside le HIC.

Quand on vous trompe sur le narratif, ou que l'on omet de vous dire l'historique que tout est enjolivé à l'envie il y a de quoi se poser des questions et dans cette affaire il y a trop de parts d'ombres, de non dit, de reculades, d'incertitudes, d'enquêtes, de contre enquêtes, de litiges, de contradictions pour que cela ne soit pas en sa nature propre louche. Comme disait l'ancien adage, 'il n'y a pas de fumée sans feu" !

 

Aussi je vous laisse découvrir la véritable origine de la technologie ARNm.....

 

__________________________________________________________________

 

Sans le  système d'administration innovant d' Ian MacLachlan , Moderna et Pfizer ne pourraient pas introduire en toute sécurité leurs vaccins à ARNm dans vos cellules. Alors pourquoi presque personne ne reconnaît-il les contributions fondatrices du biochimiste canadien ou ne paie-t-il un sou en redevances? C'est l' histoire inédite de la technologie de l'ARNm utilisée dans les vaccins COVID-19 et comment son inventeur est annulé par Big Pharma.

L'histoire inédite de la technologie d'ARNm utilisée dans les vaccins COVID-19

Alors que la technologie de l'ARNm utilisée dans les «vaccins» expérimentaux actuels de Pfizer, BioNTech et Moderna à usage d'urgence (EUA) fait son chemin dans les armes à travers le monde, peu de choses ont été rapportées sur la façon dont la technologie de l'ARN messager - dont le but est d'instruire le système immunitaire système de lutte contre le COVID-19—a été développé.

 
 
 

Pour que le produit pénètre « en toute sécurité dans les cellules humaines », l'ARNm doit être encapsulé dans des fragments de graisse appelés lipides. Comme le PDG de Pfizer, Albert Bourla, l'a révélé à Forbes :

« L'ensemble de la plate-forme d'ARNm n'est pas de savoir comment construire une molécule d'ARNm ; c'est la chose facile. C'est comment s'assurer que la molécule d'ARNm ira dans vos cellules et donnera les instructions.

Comme indiqué précédemment par GreatGameIndia , https://greatgameindia.com/ les  vaccins à ARNm COVID-19 sont des thérapies géniques  créées par Moderna et Pfizer, ce ne sont pas des vaccins.

 
 
 

 

 

Selon le géant pharmaceutique Moderna, les vaccins expérimentaux basés sur l'ARNm COVID-19 approuvés pour une utilisation d'urgence pour la première fois de l'histoire sont un  système d'exploitation  conçu pour programmer l'ADN humain .

Selon une vidéo divulguée par un initié de Facebook,  Mark Zuckerberg lui-même a admis que les vaccins COVID-19 changeront votre ADN  et qu'il ne sait pas quels seraient les effets à long terme de ces vaccins.

Le développement de vaccins contre le COVID-19 est une entreprise extrêmement rentable pour les sociétés pharmaceutiques. En fait, pour les années à venir, Pfizer, BioNTech et Moderna  devraient  recevoir des milliards de dollars à partir des seules injections de rappel COVID-19, sur un marché des vaccins de 35 milliards de dollars .

 
 
 
 

Les trois mêmes sociétés devraient vendre pour 45 milliards de dollars de vaccins en 2021. 

L'histoire inédite de la technologie d'ARNm utilisée dans les vaccins COVID-19

Mais exactement comment Moderna et Pfizer ont-ils développé la technologie pour introduire leurs médicaments à base d'ARNm dans les cellules humaines une fois que leur jab a pénétré dans le corps ?

 

Selon le co-fondateur de BioNTech Dr Ugur Sahin, le vaccin COVID-19 qu'il a conçu pour Pfizer a été conçu en quelques heures en une seule journée le 25 janvier 2020.

Même, selon eux, le vaccin contre le coronavirus de Moderna n'a pris que deux jours pour être conçu .

Aucun autre vaccin dans l'histoire n'a été créé et fabriqué aussi rapidement. Auparavant, le vaccin le plus rapide jamais développé prenait plus de quatre ans.

 
 

Cependant, c'est loin de la vérité. La réponse simple est que ni Pfizer, ni Moderna ou BioNTech n'ont conçu les vaccins basés sur la technologie de l'ARNm.

 Une enquête de plusieurs mois menée par Forbes révèle  "une saga compliquée impliquant 15 ans de batailles juridiques et d'accusations de trahison et de tromperie". La sonde explique :

 

"Ce qui est clair, c'est que lorsque l'humanité avait besoin d'un moyen de fournir de l'ARNm aux cellules humaines pour arrêter la pandémie, il n'y avait qu'une seule méthode fiable disponible - et ce n'était pas une méthode interne à Pfizer, Moderna, BioNTech ou l'un des d'autres grandes sociétés de vaccins. 

Selon Forbes, le scientifique le plus responsable de la méthode cruciale d'  administration de l'ARNm pour les vaccins COVID est Ian MacLachlan, un biochimiste canadien de 57 ans.

MacLachlan était le directeur scientifique de  deux petites entreprises , Protiva Biotherapeutics et  Tekmira Pharmaceuticals .

 
Vaccins COVID-19 à ARNm de Ian MacLachlan
Ian MacLachlan

Bien qu'il ne soit pas actuellement reconnu ou indemnisé par les sociétés pharmaceutiques géantes, dans ce rôle, il a commandé l'équipe qui a développé la technologie cruciale actuellement utilisée dans leurs vaccins à ARNm. 

MacLachlan est devenu le directeur scientifique de Protiva en 2000. Il a recruté Mark Murray, cadre supérieur américain de longue date en biotechnologie, pour en être le PDG. Peu de temps après, deux chimistes de Protiva ont fait une  découverte cruciale qui a conduit à une nouvelle méthode de mélange. Comme expliqué par Forbes : 

 

Ils ont placé des lipides dissous dans de l'éthanol d'un côté d'un appareil physique à connecteur en T et, de l'autre côté, du matériel génétique dissous dans de l'eau salée, puis ont projeté des flux des deux solutions l'un sur l'autre. C'était le moment qu'ils espéraient.

La collision a entraîné la formation de lipides en une nanoparticule dense qui a instantanément encapsulé le matériel génétique. La méthode était élégamment simple, et cela a fonctionné.

À la suite de cette découverte, l'équipe de MacLachlan a développé une nouvelle nanoparticule lipidique (LNP) composée de quatre types spécifiques de lipides.

Bien que similaire aux lipides utilisés par d'autres (Inex) dans les expériences, le LNP de MacLachlan avait  « un noyau dense qui différait considérablement des bulles de liposomes en forme de sac développées par Inex. L'équipe de MacLachlan avait déterminé les ratios spécifiques des quatre types de lipides qui fonctionnaient le mieux les uns par rapport aux autres. Tout a été consciencieusement breveté. 

En 2013, MacLachlan a eu une conversation avec Stéphane Bancel, PDG de la nouvelle entreprise Moderna Therapeutics, à propos de son système d'administration innovant, sur lequel il travaillait depuis plus d'une décennie.

 
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel

Un ancien collègue et rival de MacLachlan, Thomas Madden d'Inex (qui a été licencié de Tekmira cinq ans plus tôt), parlait également à Bancel à l'époque.

Thomas Madden, PDG d'Acuitas Therapeutics
Thomas Madden, PDG d'Acuitas Therapeutics

Forbes souligne que  « la rivalité entre ces deux scientifiques est à l'origine de la controverse sur la technologie d'administration sur laquelle reposent les vaccins Covid-19 d'aujourd'hui ».

Pour sa part, Moderna Therapeutics "conteste vigoureusement l'idée que son vaccin à ARNm utilise le système de délivrance de MacLachlan". La société maintient que pendant des années, elle a utilisé son propre «système de livraison exclusif».

Cependant, lors du test de son vaccin COVID-19 chez la souris, Moderna  « a utilisé  les  quatre mêmes types de lipides que la technologie de MacLachlan, dans des proportions identiques ». Forbes explique :

Moderna insiste sur le fait que la formulation préclinique du vaccin n'était pas la même que le vaccin lui-même. Les dépôts réglementaires ultérieurs  de Moderna montrent que son vaccin utilise les quatre mêmes types de lipides que le système d'administration de MacLachlan, mais avec une version exclusive de l'un des lipides et les ratios «légèrement modifiés» d'une manière encore non divulguée. 

 

Le récit de Pfizer ressemble beaucoup à celui de Moderna. Pourtant, des  documents de la FDA confirment que  « leur vaccin utilise les mêmes quatre types de lipides dans des proportions presque exactes que MacLachlan et son équipe ont brevetées il y a des années, bien que l'un de ces lipides soit une nouvelle variante exclusive ». 

Les batailles juridiques et les circonstances atténuantes entre MacLachlan, Madden et divers autres entourant la technologie d'ARNm utilisée dans les vaccins COVID-19 sont expliquées en détail dans l'article de Forbes.

MacLachlan a fait remarquer :  « Je regarde les nouvelles, et 50 % d'entre elles sont des vaccins, c'est partout, et je n'ai aucun doute que les vaccins utilisent la technologie que nous avons développée.

MacLachlan est résolu à la réalité que – sur les milliards de dollars qui tomberont dans les poches des grandes sociétés pharmaceutiques grâce aux vaccins à ARNm COVID-19 – son nom est annulé et il ne recevra aucune compensation monétaire pour sa contribution.

Entre-temps, le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, est devenu milliardaire en avril dernier grâce au vaccin. Néanmoins, MacLachlan déclare :

 

«Je sens vraiment que j'ai apporté une contribution. J'ai des sentiments mitigés à cause de la façon dont il est caractérisé et je connais la genèse de la technologie.

En outre, un accord de confidentialité montre que des candidats vaccins potentiels contre le coronavirus  ont été transférés de Moderna à l'Université de Caroline du Nord  en 2019, dix-neuf jours avant l'émergence officielle de la pandémie de Covid-19.

Des scientifiques allemands ont découvert comment les parties cassées des vaccins à ARNm mutent pour déclencher des caillots sanguins  chez les receveurs. Les scientifiques disent que le vaccin est envoyé dans le noyau cellulaire au lieu du liquide environnant, où des parties de celui-ci se brisent et créent des versions mutées d'eux-mêmes. Les versions mutées pénètrent ensuite dans le corps et déclenchent les caillots sanguins.

Une étude choquante majeure a révélé les dangers terrifiants des  vaccins à ARNm COVID-19 induisant une maladie à base de prions provoquant la dégénérescence  progressive de votre cerveau .

Les prions induits par le vaccin à ARNm peuvent provoquer des maladies neurodégénératives car les souvenirs à long terme sont maintenus par des protéines de type prion. L'étude a conclu que le vaccin à base d'ARNm peut également provoquer la SLA, la dégénérescence lobaire frontale, la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies neurologiques dégénératives chez les receveurs du vaccin.

 

Source : GreatGameIndia

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages