Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:27

Le ministère de la Défense exigera que toutes les troupes militaires américaines reçoivent le vaccin COVID-19 d' ici le 15 septembre. L'Associated Press a précédemment rendu compte de la note du secrétaire à la Défense Lloyd Austin.

par Kyle Becker

Grande réinitialisation : le Forum économique mondial déclare que « l'ère des robots humains est révolue »

L'AP a rapporté que "la date limite pourrait être repoussée si le vaccin reçoit l'approbation finale de la FDA ou si les taux d'infection continuent d'augmenter".

« Je n'hésiterai pas à agir plus tôt ou à recommander une voie différente au président si j'en ressens le besoin. Pour défendre cette nation, nous avons besoin d'une force saine et prête », a ajouté le secrétaire à la Défense.

 

Un membre des forces armées refusant de prendre le vaccin est passible de sanctions en vertu de l'UCMJ, a noté le rapport de l'AP. La peine pour refus d'obéir à un ordre peut aller jusqu'à la cour martiale.

"Certains militaires non vaccinés ont suggéré qu'ils se feraient vacciner une fois que cela serait nécessaire, mais d'autres s'y opposent catégoriquement", indique le rapport.

Maintenant, certains de ces soldats « catégoriquement opposés » portent plainte devant les tribunaux contre le prochain mandat militaire de vaccination.

Les personnes inscrites au procès en tant que défendeurs sont le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Xavier Becerra et Janet Woodock, commissaire par intérim de la Food & Drug Administration.

« Les plaignants, le sergent d'état-major Daniel Robert, de l'armée américaine, et le sergent d'état-major Holli Mulvihill, USMC, individuellement et au nom de tous les autres membres du service actif, de la Garde nationale et de la Réserve dans une situation similaire, en tant que survivants documentés de COVID-19, déposent cette action contre le ministère de la Défense («DoD»), cherchant un jugement déclaratoire selon lequel le DoD ne peut pas les forcer à se faire vacciner contre le COVID-19 en vertu des réglementations militaires existantes, des réglementations fédérales, de la loi fédérale et de la Constitution américaine », indique la plainte légale des plaignants .

« Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin (le « SECDEF ») a publiquement informé les plaignants, via un mémo, qu'il demandera l'autorisation au président des États-Unis d'Amérique (le « Président »), de mandater le vaccin COVID-19 le ou vers le 15 septembre 2021 », notent les plaignants.

 

"Sur information et croyance, le DoD vaccine déjà des militaires en violation flagrante de ses obligations légales et des droits des militaires en vertu de la loi fédérale et de la Constitution."

"Le règlement de l'armée 40-562 fournit aux survivants documentés d'une infection, une exemption médicale présumée de la vaccination en raison de l'immunité naturelle acquise du fait d'avoir survécu à l'infection", a ajouté la plainte légale.

« Des exemples généraux d'exemptions médicales sont les suivants… Preuve d'immunité basée sur des tests sérologiques, une infection documentée ou des circonstances similaires », cite le procès.

« Les plaignants demandent également un jugement déclaratoire au motif que le mandat d'autorisation d'utilisation d'urgence (« EUA ») DoD COVID-19 Vaccine, dont ils ont été informés comme étant imminent, ne peut pas être délivré en violation du 10 USC §1107 [Code américain] et ses règlements d'application, y compris la directive DoD 6200.2, le règlement de la FDA sur les produits biologiques au 21 CFR § 50 et suivants, ainsi que la loi concernant le consentement éclairé 50 USC 1520 (« Le code de Nuremberg ») », a ajouté le procès.

Les analystes juridiques citent des situations antérieures qui suggèrent que les contestations judiciaires de l'ordonnance de vaccin COVID peuvent échouer devant les tribunaux.

"Légalement, les vaccins sous autorisation d'utilisation d'urgence exigent que les membres du service accordent un" consentement éclairé "pour en recevoir un, qu'ils sont autorisés à refuser", rapporte US News.

"La loi stipule qu'un président peut passer outre cette préoccupation dans" l'intérêt de la sécurité nationale ", selon une analyse du blog Lawfire de l'Université Duke en février."

Robert Sanders, président du Département de la sécurité nationale de l'Université de New Haven, a évoqué le cas de la vaccination des troupes pour les protéger de l'anthrax.

Une affaire de suivi a révélé que de tels ordres ne violaient pas les droits constitutionnels des troupes car « l'obligation de placer les besoins de la nation au-dessus du bien-être personnel d'un militaire s'applique en temps de paix comme en temps de guerre ».

Le professeur Sanders a donné son évaluation des contestations judiciaires de l'ordonnance de vaccination militaire. "Je crois que de tels défis échoueront sur le fond dans l'histoire du litige militaire du vaccin contre l'anthrax", a-t-il déclaré.

Les plaignants soumettent également dans leur procès le témoignage d'expert du Dr Peter McCullough, MD, qui est certifié par le conseil en médecine interne et était le chef de recherche à l'hôpital William Beaumont.

En plus d'être cardiologue, il détient également une maîtrise en santé publique de l'Université du Michigan. Il est actuellement professeur de médecine à la Texas Christian University et à la faculté de médecine du Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas du Nord.

La partie pertinente du témoignage du médecin est soumise au format d'image texte ci-dessous :

témoignage de médecin covid 19

"Pour le dire de manière concise et franche, les personnes qui ont naturellement créé des anticorps résultant de la contraction et de la récupération du virus ne devraient recevoir aucune inoculation contre le virus ou toute famille ou variante de celui-ci, car cela fera plus de mal que de bien", est le Dr McCullough. témoigner.

Le Pentagone n'a pas encore officiellement émis le mandat de vaccination, mais l'ordonnance devrait être émise en septembre.

Source : BeckerNews.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages