Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 11:04
Les plus gros transporteurs maritimes tirent la sonnette d’alarme : les prix des transports de fret vont monter en flèche !!!
 

À l’instar des tarifs des conteneurs, les tarifs d’expédition de vrac sec sont sur le point d’augmenter en raison de la capacité limitée des navires et de la forte demande, selon le président et chef de la direction de Genco Shipping, John Wobensmith, qui s’est entretenu avec Bloomberg.

« Je pense que les taux peuvent augmenter à partir de maintenant », a déclaré Wobensmith. « Vous arrivez à un point, et vous l’avez vu dans les conteneurs, où vous atteignez un certain taux d’utilisation, et vous commencez à voir des prix pharanoiques. Je pense que nous nous rapprochons de cette période. »

Il a déclaré : « fondamentalement, vous avez une demande supérieure à la croissance de l’offre », ajoutant que les accords de fret sont supérieurs à 20 000 $ pour le premier trimestre, un niveau jamais vu de façon saisonnière depuis une décennie.

Plus de 5 milliards de tonnes de marchandises, telles que le charbon, l’acier et les céréales, sont expédiées dans le monde entier dans des vraquiers au cours d’une année donnée. Un mouvement plus élevé de l’indice Baltic Dry (BDI) indique qu’il y a une demande croissante des produits de base sur les principales voies de navigation.

Le crédit accordé à l’argument de Wobensmith est le BDI sur une base saisonnière montre que la demande dépasse actuellement l’offre des navires et exerce une pression sur les coûts.
Il ne s’attend pas à ce que les tarifs des vraquiers connaissent un renversement significatif avant le début de l’année prochaine, alors que la demande connaît un creux saisonnier. « Vous avez besoin de très peu de croissance de la demande pour continuer à construire ce que nous avons vu cette année », a-t-il déclaré. « Il s’agit plus de hauts et de bas plus élevés qu’autre chose. »

L’impulsion du crédit alloué par la Chine doit augmenter pour que le boom des matières premières et les taux des vraquiers restent élevés.

Outre la Chine, l’adoption d’un projet de loi sur les infrastructures aux États-Unis pourrait être l’injection fiscale qui pourrait également entraîner une hausse des prix des produits de base, continuant ainsi à faire grimper les tarifs des vraquiers.

Tout cela alimente fortement l’inflation, alors que la Réserve fédérale essaie de convaincre tout le monde qu’elle ne sera que « transitoire ».

Source: zerohedge

___________________________________________________

Pourquoi les distributeurs s’apprêtent à augmenter les prix en rayon…

Pénurie de matières premières dans les supermarchés et magasins de bricolage

 

Pénurie de pâtes, semoule et riz dans un supermarché en mars 2020
MARTIN BUREAU / AFP

 
 
Auteur(s): FranceSoir
 

Un an et demi après le début de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreuses matières premières comme le blé, le café, le bois ou le métal manquent à l’appel dans les rayons des magasins. Une pénurie inédite qui risque de s’accompagner d’une hausse des prix.

Une pénurie mondiale

Si vous vous êtes récemment rendus au supermarché ou dans une enseigne de bricolage, vous les avez sans doute remarqués : ces rayons presque vides, alors qu’ils débordaient encore de produits en début d’année. En cause : une pénurie mondiale de matières premières qui touche non seulement les produits alimentaires, mais aussi les composants électroniques et le bois, le métal ou encore le plastique.

Une conjoncture économique défavorable

Pour les spécialistes, ces pénuries multiples sont dues à une baisse mondiale de la production de matières premières en raison de différents facteurs : la pandémie, mais aussi les sécheresses extrêmes de cet été, combinées à une reprise économique intense.

Outre la menace qui pèse sur les produits à base de blé dur comme la farine ou les pâtes, les ruptures concernent aussi d’autres secteurs, notamment celui de l’ameublement. Le géant suédois Ikea a ainsi indiqué n'être plus en mesure de satisfaire l'intégralité des intentions d'achats de ses clients, en France et à l’étranger. Même problème dans les magasins de jouets ou encore les enseignes de bricolage, impactés par la pénurie de composants électroniques et de plastique, ainsi que le manque de conteneurs pour transporter les marchandises produites en Asie.

Une hausse limitée des prix

Les consommateurs doivent-ils alors craindre une hausse des prix ? Pour l’heure, les spécialistes des différents secteurs restent optimistes. Interrogé par Le Figaro, le PDG du groupe Système U, Dominique Schelder, estime en effet que ces pénuries pourraient se traduire par « une éventuelle hausse sur certains produits », mais que celle-ci restera limitée. « Il y aura peut-être un impact notamment sur la période de fin d'année sur certains produits frais où l'alimentation animale a augmenté, mais on n’en est pas encore là », ajoute-t-il.

Même son de cloche du côté du syndicat agricole FNSEA. Interviewée par RMC le 19 août, sa présidente Christiane Lambert a rappelé que « pour un Français qui mange neuf kilos de pâtes par an, si le blé dur augmente de 5 %, cela va représenter deux centimes par kilo de pâtes, donc on est sur des niveaux de hausse pas très élevés. »

Auteur(s): FranceSoir

Anice Lajnef – ALERTE: Le géant de l’immobilier chinois Evergrande annonce la suspension de cotation de ses obligations domestiques. Les marchés financiers détestent les suspensions de cotation. La crise de 2007 avait justement démarré avec la suspension de cotation par la BNP de 3 de ses fonds cotés.

USA : Le tsunami de faillites commence : des milliers d’avis de défaut de paiement refont surfaces… De très fortes tensions se profilent !
 

Il y a deux semaines, en montrant l’étrange corrélation entre les défauts de paiement et les taux de chômage, nous avons prédit que le nombre de dossiers du chapitre 11 qui est sur le point d’inonder les États-Unis sera tout simplement hors norme.

Tout ce qui manquait était un catalyseur… et selon Bloomberg, ce catalyseur est arrivé au cours de la semaine dernière, alors que les propriétaires de commerces de détail ont envoyé des milliers d’avis de défaut de paiements aux locataires, qui à leur tour ont connu un effondrement du trafic piétonnier, des ventes et des flux de trésorerie en raison de la pandémie de COVID-19, et sont tout simplement incapables de payer leurs dettes.

Selon Bloomberg, les restaurants, les grands magasins, les marchands de vêtements et les chaînes spécialisées ont reçu des avis de propriétaires – dont certains ont passé jusqu’à trois mois sans percevoir de loyer.

« Les lettres de défaut de paiements des propriétaires s’envolent », a déclaré Andy Graiser, co-président de la société immobilière commerciale A&G Real Estate Partners. « Cela crée une véritable peur sur le marché. »

La pression exercée par les avis de défauts de paiements et les actions de suivi telles que la fermeture de magasins ou la résiliation de baux a été citée dans les faillites de Modell’s Sporting Goods et Stage Stores Inc. De nombreuses chaînes ont cessé de payer le loyer après que la pandémie a fermé la plupart des magasins américains, arguant qu’elles pourraient conserver de l’argent avant que les propriétaires ne demandent le paiement.

Les enjeux sont énormes et les propriétaires en souffrent aussi. Un loyer estimé à 7,4 milliards de dollars pour avril n’a pas été payé, soit environ 45% de ce qui est dû, selon une analyse récente du groupe CoStar, qui a également révélé que seulement un quart des paiements de loyer attendus ont été reçus par les propriétaires.

« Si les propriétaires ne font pas une pause dans leurs actions, vous allez voir bien plus de faillites. »

La question est alors de savoir qui renflouera les propriétaires et si leurs créanciers seront tout aussi généreux en acceptant l’abstention.

Cela dit, la réception d’un avis de défaut de paiement ne signifie pas nécessairement qu’un commerçant sera licencié de sitôt, d’autant plus qu’il n’y a personne en file d’attente pour l’immobilier : certains propriétaires envoient simplement des lettres pour préserver leurs droits légaux tout en discutant de la situation avec locataires, et d’assurer leur place en tant que créancier garant une fois que le tsunami par défaut commence sérieusement.

L’une de ces sociétés, Simon Property Group Inc., affirme être en négociations actives avec les commerçants de ses centres commerciaux et tenir compte de la situation financière de leurs locataires. « En fin de compte, nous avons un contrat et nous nous attendons à être payés », a déclaré le PDG David Simon lors de l’appel aux résultats de la société le 11 mai.

« Les propriétaires ont un contrat légal », a déclaré Vince Tibone, analyste principal de Green Street Advisors. « Cependant, d’un point de vue pratique, beaucoup de ces détaillants sont au bord de la faillite et ne peuvent tout simplement pas payer pour le moment. »

Cependant, comme indiqué ci-dessus, les propriétaires sont bien entendu toujours aux prises avec leurs propres factures, y compris les dettes bancaires qu’ils sont censés payer. Jeudi, nous avons signalé que les centres commerciaux américains traversaient une crise qui a commencé en janvier alors que les vacances atteignaient un niveau record.

Et plus tôt vendredi, nous avons signalé que les détaillants américains ont représenté la majeure partie des défauts de paiement au cours des deux derniers mois, car ils ont été contraints de fermer temporairement des magasins pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Les détaillants Neiman Marcus Group, J.Crew et JC Penney ont déjà déposé une demande de mise en faillite (chapitre 11) ce mois-ci aux États-Unis. Mais la véritable vague de faillites était en veille pendant la période de grâce tacite liée au covid et juste avant que les avis de défaut de paiement commencent à être se multiplier.

Les lettres ont commencé à arriver en mars et début avril, « mais le taux de ces avis a sensiblement augmenté fin avril et début mai », a déclaré Stage Stores. Certains propriétaires ont commencé à verrouiller l’entreprise « et ont menacé d’expulser les débiteurs et de disposer de l’inventaire en magasin ». La société a également déclaré que « répondre et gérer ces avis de défaut et les litiges connexes en dehors du chapitre 11 aurait été une tâche extrêmement difficile ».

« Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup d’investisseurs qui cherchaient à acheter des détaillants qui font la démarche de s’inscrire au chapitre 11 », a déclaré Grasier, ajoutant que « les propriétaires et les détaillants doivent vraiment se réunir et se rendre compte qu’ils traversent la même galère. »

Certains propriétaires l’obtiennent, selon Tom Mullaney, directeur général de la restructuration de la société de services immobiliers Jones Lang LaSalle. Les détaillants qu’il représente reçoivent des lettres de défaut de paiement qui sont compréhensives et sympathiques ; d’autres propriétaires en revanche, adoptent un ton plus agressif.

Ce qui est plus intéressant, c’est l’action, ou l’absence d’action, par les propriétaires par la suite, a déclaré Mullaney. « Dans de nombreux cas, les lettres envoyées ne font pas l’objet d’un suivi », a-t-il déclaré – les propriétaires préservent simplement leurs droits légaux. Peut-être qu’ils n’ont tout simplement pas les fonds pour engager des avocats ?

D’autres, quant à eux, ne font que se faire justice eux-mêmes : certains propriétaires ont perdu patience et ont mis en ultimatum à ses clients de Mullaney. « L’environnement devient assez difficile et émotionnel pour les deux antagonistes », a-t-il déclaré. « La seule chose pire que d’être un détaillant en ce moment, c’est d’être un propriétaire de commerce de détail. »

Source: zerohedge

Marc Faber, investisseur légendaire, économiste et prévisionniste de marché, pense que les banques centrales (BC) ne vont pas réduire l’impression monétaire. C’est tout le contraire.

 

faber

Il prévoit que les banques centrales vont imprimer encore plus d’argent à un rythme plus rapide pour maintenir le système économique défaillant un peu plus longtemps. Le Dr Faber explique :

« Ce qui est perçu comme sûr, à savoir l’argent liquide, n’est plus sûr. Il n’est plus sûr. Vous me demandez ce qui est sûr ? Je ne sais pas ce qui est sûr quand vous avez des imprimeurs de monnaie qui impriment de la monnaie indéfiniment. Je ne pense pas qu’ils puissent s’arrêter. Je pense en fait qu’ils doivent accélérer leur impression monétaire. Donc, les actions peuvent monter, mais en termes réels, cela ne signifie pas que votre niveau de vie va augmenter. Peut-être que le niveau de vie des 50 personnes les plus riches du monde va augmenter, mais pas le niveau de vie de l’Américain typique… ou de l’Américain moyen. Ce niveau de vie va baisser…. Toute cette impression monétaire est une mesure désespérée pour empêcher les électeurs de se rebeller. »

Le Dr Faber prédit que non seulement nous allons assister à une plus grande inflation des actifs, mais aussi à une inflation spectaculaire des salaires. Le Dr Faber, qui est titulaire d’un doctorat en économie, déclare :

« Ce qui va se passer selon moi, et que la plupart des gens n’ont pas vraiment envisagé, c’est que nous allons avoir une inflation des salaires. Pour la première fois depuis la fin des années 1970, l’inflation des salaires va s’accélérer, et dans certains cas, elle sera assez spectaculaire. Dans certains États, le salaire minimum est de 15 dollars. Je pourrais voir ce salaire passer à 30 dollars de l’heure très rapidement. Je ne pense pas que l’inflation soit « transitoire » (comme le proclame la Fed). Nous n’aurons pas de stagflation. Nous aurons quelque chose de pire. Nous aurons une hausse des prix et une dépression du niveau de vie de la plupart des gens. »

Le Dr Faber affirme que le marché boursier américain est « surévalué et trop détenu ».

Il aime les actions de pays étrangers, l’immobilier « loin des villes » et l’or physique, l’argent et un peu de cash. M. Faber apprécie également la présence de crypto-monnaies dans son portefeuille.

Le Dr Faber est moins préoccupé par la situation économique que par la montée du socialisme et du communisme dans le monde occidental. Faber soutient que le socialisme détruit les économies et la liberté. Faber fait remarquer,

« Je peux vous dire une caractéristique de tous les pays socialistes que j’ai visités dans ma vie, et tous avaient moins de liberté, moins de bonheur que nous, et les niveaux de vie étaient substantiellement, pas un peu, mais substantiellement inférieurs à ce qu’ils sont dans le monde capitaliste libre… Je suis désolé de dire que je pense que le monde occidental s’est engagé dans une voie très dangereuse où essentiellement, grâce aux taux d’intérêt zéro, tout est gratuit. Puis vous obtenez des conséquences involontaires. »

Donc, avec l’inflation qui augmente et le niveau de vie qui baisse en Occident, la possibilité d’une guerre augmente-t-elle ? Faber répond ,

« Correct. Je pense qu’une fois que cette histoire de Covid19 sera terminée, l’élite, ceux qui font de l’argent, iront à la guerre. C’est la dernière recette pour maintenir l’unité de la population. »

Rejoignez Greg Hunter pour un tête-à-tête avec le Dr Marc Faber du « Gloom, Boom & Doom Report ». 04/09/21

Dans une autre interview, cette fois avec Adam Taggart de Wealthion, Faber fustige Bernanke, Yellen et Powell « comme les bureaucrates de bas étage que j’ai vus dans l’histoire ».

« Ces gens vont continuer à imprimer de l’argent. »

« Les universitaires diront que nous n’en avons pas imprimé assez. »

« Les banquiers centraux sont des criminels. »

Comme le note Mike Shedlock, le portefeuille de Faber est composé de 25% de métaux précieux, 25% d’immobilier, 25% d’actions et 25% d’obligations. Faber prédit que le cash disparaîtra, mais sera remplacé par des crypto-monnaies de banques centrales « tout aussi mauvaises ».

« Qui veut contrôler votre argent ? », demande Faber.

« La beauté de l’or et de l’argent est que personne ne le contrôle ».

De plus, Faber dit « n’oubliez pas : la Fed mentira toujours, de la même manière que les généraux américains ont déformé les conditions infortunées de l’Afghanistan au monde entier afin de maintenir la machine de guerre. »

Et rappelle aux lecteurs de se souvenir des mots de Léon Nikolaïevitch Tolstoï :

« Dans toute l’histoire, il n’y a pas de guerre qui n’ait été ourdie par les gouvernements, les gouvernements seuls, indépendamment des intérêts des peuples, pour lesquels la guerre est toujours pernicieuse, même lorsqu’elle réussit. »

Traduction : Aube digitale

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages