Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 09:44
L’action d’Evergrande est suspendue en raison de craintes de défaut de paiement, ce qui fait chuter les contrats à terme et les cryptos

Deux semaines après que les marchés se sont affolés au sujet d’Evergrande, pour oublier complètement que le secteur immobilier chinois est sur le point d’être frappé par une crise majeure, les contrats à terme ont été revus à la baisse dans la nuit de dimanche à lundi et les actions de Hong Kong ont connu leur plus forte chute en deux semaines après que les actions d’Evergrande et de son unité de gestion immobilière ont été suspendues de la négociation lundi à Hong Kong, les traders s’attendant à un nouveau test de dette pour le promoteur.

Aucune raison n’a été donnée pour l’arrêt des transactions lundi, les actions d’une autre unité, China Evergrande New Energy Vehicle, étant toujours négociées à Hong Kong.

Après qu’Evergrande n’ait pas réussi à payer les intérêts de deux obligations offshore, l’incertitude sur la dette d’Evergrande est revenue, car on se demande si la société ne manquerait pas à ses obligations sur un billet en dollars arrivant à échéance le 3 octobre, émis pour un montant initial de 260 millions de dollars par une entité appelée Jumbo Fortune Enterprises et garanti par Evergrande. L’échéance étant un dimanche, la date d’échéance effective est le lundi. L’émetteur est une coentreprise dont les propriétaires comprennent Hengda Real Estate, la principale unité onshore d’Evergrande.

 

Ce qui est remarquable à propos de la note Jumbo Fortune, c’est que contrairement aux deux précédents défauts de paiement qui bénéficient d’un délai de 30 jours, l’échéance du dimanche n’a pas de délai de grâce et le non-paiement du principal de l’obligation constitue un défaut, bien que, comme le note Bloomberg, cinq jours ouvrables soient accordés si le défaut de paiement est dû à une erreur administrative ou technique. Les détails des garanties n’étaient pas largement connus, car le prospectus de l’obligation n’est pas accessible au public et l’opération n’était pas cotée en bourse. Le fait que le lundi soit un jour férié en Chine ajoute à la marge de manœuvre potentielle.

La nouvelle de la suspension a fait plonger les contrats à terme du S&P dans le rouge après des gains antérieurs, et le Topix japonais a également cassé un gain antérieur…

… et a fait chuter le Hang Seng de Hong Kong de 2,7 %, soit la plus forte baisse en deux semaines, les actions des sociétés pharmaceutiques et technologiques étant en chute libre. À la suite de l’annonce de Merck, Wuxi Biologics a enregistré une chute de 8,1 %, la plus forte depuis le 20 août, tandis que CSPC Pharmaceutical a chuté de 7,1 %. Dans le secteur des technologies, l’indice Hang Seng Tech a étendu sa chute à 2,6 % ; Ping An Healthcare et Alibaba Health l’ont entraîné dans leur chute, avec des baisses d’au moins 6 % chacun.

La suspension d’Evergrande a également eu des répercussions sur les cryptomonnaies, bien que personne, à part une poignée d’algos confus, ne veuille vendre des cryptomonnaies alors que la Chine ne peut plus interdire le bitcoin et que ses pairs l’ont déjà interdit environ 17 fois.

Pourtant, alors que les algos nerveux cherchaient à nouveau Evergrande sur Google, il semble que la Chine ait déjà pris des mesures actives pour sécuriser la faillite à venir, Caillan rapportant que Hopson Development – qui a également été interrompu à Hong Kong ce matin – était prêt à acquérir une participation de 51 % dans Evergrande Property Services pour plus de 40 milliards de dollars de Hong Kong, un modèle pour ce à quoi ressembleront les futurs sauvetages (forcés) fragmentaires du promoteur immobilier insolvable.

Le prochain « Moment Lehman » - La Chine essaiera-t-elle de créer une diversion dangereuse ?
 

Rédigé par James Rickards via DailyReckoning.com,

Le discours heureux de Wall Street voudrait vous faire croire que l'effondrement financier d'Evergrande en Chine est sous contrôle et que les parties responsables ont pris des mesures pour éviter un « moment Lehman » sur les marchés des capitaux chinois.

Presque tout dans ce récit est factuellement faux. C'est le discours joyeux de Wall Street à son meilleur, assurant aux investisseurs que les choses sont sous contrôle tandis que l'argent intelligent court pour les collines. Quelque chose de plus proche de la vérité a été rapporté le même jour dans  le Wall Street Journal . Voici leur résumé :

Les autorités chinoises demandent aux gouvernements locaux de se préparer à la chute potentielle du groupe China Evergrande, selon des responsables familiers avec les discussions, signalant une réticence à renflouer le promoteur immobilier endetté tout en se préparant à toutes les retombées économiques et sociales des difficultés de l'entreprise…

Les gouvernements locaux ont reçu l'ordre de réunir des groupes de comptables et d'experts juridiques pour examiner les finances autour des opérations d'Evergrande dans leurs régions respectives, parler aux promoteurs immobiliers locaux et privés pour se préparer à reprendre des projets immobiliers locaux et mettre en place des équipes chargées de l'application de la loi. pour surveiller la colère du public… un euphémisme pour les protestations, selon les gens.

 

Le faux plan de la Chine

Ce plan de gestion de crise réel est le pire playbook possible. Pourquoi?

Toute réponse à une crise financière doit être centralisée afin que les décisions sur la manière de déployer des ressources limitées puissent être prises rapidement. Certains prêteurs doivent être sauvés, d'autres devraient être autorisés à faire faillite. Les détenteurs d'actions devraient être éliminés. Les investisseurs étrangers dans la dette libellée en dollars d'Evergrande seront laissés à eux-mêmes et chercheront éventuellement un soulagement dans leur pays d'origine.

Le fait est que ces types de décisions ne peuvent pas être prises par les « gouvernements locaux » comme le proposent les Chinois. Le plan du gouvernement n'est pas un effort sérieux pour tronquer une crise financière. Il semble davantage conçu pour supprimer les troubles sociaux et peut-être arrêter les « fauteurs de troubles ».

Les analystes occidentaux ne comprennent pas cette dynamique car ils voient les événements à travers le prisme des normes de Wall Street et de Washington.

Mais le Parti communiste chinois ne se soucie pas de savoir si les oligarques chinois ou les investisseurs dans les ETF BlackRock perdent de l'argent. Cela leur va bien. Ce sont des communistes.

La bonne et la mauvaise nouvelle

La bonne nouvelle est que le mythe chinois s'est maintenant révélé être une fraude. Le rêve mondialiste pour la Chine s'est effondré et a brûlé. Bon débarras.

Les régulateurs chinois pensent avoir les ressources pour renflouer ou restructurer Evergrande avec quelques décotes pour les créanciers.

Ils le font probablement, mais cela manque le point.

Les investisseurs d'Evergrande organisent maintenant des manifestations auprès des banques après avoir appris que leurs prêts à Evergrande ne seront pas remboursés avant deux ans. Bien sûr, Evergrande sera en faillite bien avant cela, et les investisseurs n'obtiendront finalement rien.

C'est un autre fiasco en préparation, car ces investisseurs se débarrasseront de ces biens immobiliers indésirables, ce qui entraînera à son tour l'effondrement du marché immobilier. Essentiellement, les régulateurs chinois sont tellement désespérés qu'ils essaient de payer les créanciers en nature avec des actes immobiliers dont personne ne veut.

Les Chinois ne regardent que ce qu'il y a à l'intérieur des quatre murs d'Evergrande et ignorent le fait que l'ensemble de leur système immobilier et financier est au bord d'un effondrement historique mondial.

Mais voici le vrai problème : les dégâts ne se limiteront pas à Evergrande. Il se propagera rapidement aux contreparties d'Evergrande, y compris d'autres développeurs et banques.

Cette combinaison sans précédent de crise financière et d'indifférence communiste pourrait entraîner une contagion à part entière qui pourrait se transformer en crise aux États-Unis et en Europe en quelques mois.

Je l'ai toujours prédit, mais en réalité, ce n'était pas si difficile à prévoir. L'économie chinoise est essentiellement un système de Ponzi axé sur la dette.

Jusqu'à la moitié de l'investissement de la Chine est un gaspillage total. Il crée des emplois et utilise des intrants comme le ciment, l'acier, le cuivre et le verre. Mais le produit fini, qu'il s'agisse d'une ville, d'une gare ou d'un complexe sportif, est souvent un éléphant blanc qui restera inutilisé. Le paysage chinois est jonché de « villes fantômes » résultant du gaspillage d'investissements et du modèle de développement défectueux de la Chine.

Et comme je l'ai déjà expliqué, cela a de sérieuses implications pour le leadership chinois…

Le « mandat du ciel » en péril

L'économie chinoise ne consiste pas seulement à fournir des emplois, des biens et des services. Il s'agit de la survie d'un régime pour un Parti communiste chinois qui fait face à une crise existentielle s'il n'y parvient pas.

C'est un régime illégitime qui ne restera au pouvoir que tant qu'il fournira des emplois et un niveau de vie élevé au peuple chinois. L'impératif primordial des dirigeants chinois est d'éviter les troubles sociaux.

Si la machine à emploi de la Chine se saisit, comme certaines parties de celle-ci l'ont fait lors de l'épidémie de coronavirus, Pékin craint que des troubles populaires n'apparaissent à une échelle potentiellement beaucoup plus grande que les manifestations de 1989 sur la place Tiananmen. C'est une menace existentielle pour le pouvoir communiste.

Le président Xi Jinping pourrait rapidement perdre ce que les Chinois appellent « le mandat du ciel ».

C'est un terme qui décrit la bonne volonté intangible et le soutien populaire dont les empereurs ont besoin pour gouverner la Chine au cours des 3 000 dernières années. Si le Mandat du Ciel est perdu, un dirigeant peut tomber rapidement.

Même avant la crise actuelle, la Chine a connu de graves problèmes économiques structurels qui la rattrapent enfin.

La Chine est tellement endettée qu'elle est maintenant au point où plus de dette ne produit pas de croissance. L'ajout de dette supplémentaire aujourd'hui ralentit l'économie et remet en question la capacité de la Chine à assurer le service de sa dette existante.

Essentiellement, la Chine se trouve devant un dilemme sans issue. La Chine a été le moteur de la croissance au cours des huit dernières années avec un crédit excessif, des investissements dans les infrastructures gaspillés et des programmes de Ponzi.

Les dirigeants chinois le savent, mais ils ont dû maintenir la machine de croissance à la vitesse supérieure pour créer des emplois pour des millions de migrants venant de la campagne vers la ville et pour maintenir des emplois pour les millions d'autres déjà dans les villes.

La Chine tentera-t-elle de créer une dangereuse diversion ?

Les deux moyens de se débarrasser de la dette sont la déflation (qui se traduit par des radiations, des faillites et du chômage) et l'inflation (qui se traduit par un vol de pouvoir d'achat, semblable à une augmentation d'impôts).

Les deux alternatives sont inacceptables pour les communistes parce qu'elles n'ont pas la légitimité politique pour endurer le chômage ou l'inflation. L'une ou l'autre politique provoquerait des troubles sociaux et libérerait un potentiel révolutionnaire.

La question est de savoir si la Chine agira de manière agressive contre Taïwan, par exemple, pour distraire le peuple et tenter de les unir ?

La Chine ne veut pas la guerre en ce moment. Mais détourner l'attention du peuple des problèmes intérieurs vers un ennemi étranger est une vieille astuce utilisée par les dirigeants pour unir le peuple en période d'incertitude.

Si les dirigeants chinois décident que le risque de perdre leur légitimité chez eux l'emporte sur le risque de conflit qui impliquerait probablement les États-Unis, la probabilité d'une guerre augmente considérablement.

Je ne fais pas de prédiction précise, mais les guerres ont moins commencé. C'est une période très dangereuse.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages