Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

15 novembre 2021 1 15 /11 /novembre /2021 18:49

Agricultural Fertilizer Manufacturer | Exporter | Supplier ...

 

Les pénuries mondiales d'énergie qui ont fait exploser les prix du charbon, du pétrole et du gaz naturel au cours des derniers mois sont une conséquence prévisible de la folle poursuite de politiques économiques « zéro carbone » qui ont vu des gouvernements insensés subventionner une part croissante de l'électricité produite par des centrales solaires et éoliennes peu fiables.

 

 

L'une des conséquences a été la multiplication par cinq du prix du gaz naturel ou du méthane dans le monde entier. Cela va de la Chine à l'UE, aux États-Unis et au-delà. Cette pénurie de gaz naturel et l'explosion de son prix ont eu pour conséquence une crise croissante de la production d'engrais pour l'agriculture mondiale. Tout ceci n'est peut-être pas un accident. Il s'inscrit dans l'agenda de la Grande Réinitialisation de l'ONU 2030 du Forum économique mondial.

Les engrais à base d'ammoniac fabriqués à partir d'azote (la plus grande partie de notre air, donc jamais en pénurie) et de gaz naturel ou de méthane (CH4) représentent près de 70% de tous les engrais utilisés pour soutenir les principales cultures agricoles telles que le blé, le maïs, le riz et même le café. La flambée des prix du gaz naturel, de 300 à 500% au cours des derniers mois, a eu un effet dévastateur sur la production mondiale d'engrais, dont 80% du coût de fabrication des engrais ammoniacaux est imputable au gaz naturel.

Lorsque l'ouragan Ida a traversé la Louisiane le 25 août, le plus grand complexe d'usines d'ammoniac du monde, appartenant à CF Industries, a été fermé pour des raisons de sécurité et n'a rouvert que dix jours plus tard. Curieusement, à ce moment-là, deux autres usines de la même CF Industries, celles du Royaume-Uni, ont annoncé qu'elles fermeraient deux autres usines d'engrais le 22 septembre, en invoquant le prix élevé du gaz naturel comme cause, alors que leur usine de Louisiane venait d'être fermée pendant dix jours. Ces deux usines fournissent environ deux tiers de la demande intérieure d'engrais au Royaume-Uni. Le gouvernement a été contraint d'accorder des subventions d'urgence à CF Industries pour rouvrir temporairement l'une des deux usines afin d'atténuer les pressions. L'effet combiné de ces trois fermetures majeures par le même groupe a aggravé la crise de l'approvisionnement mondial en engrais. Ce n'est peut-être qu'une coïncidence si les deux plus grands actionnaires de CF Industries sont Vanguard et BlackRock.

Cette crise fait boule de neige. Début octobre, des fermetures de la production d'engrais à base d'ammoniac ont été annoncées par le géant allemand de la chimie, BASF, en Belgique et en Allemagne, pour une durée indéterminée. Cela concerne également la production d'AdBlue, un additif pour carburant diesel à base d'ammoniac.

D'autres fermetures sont en cours à Achema en Lituanie et à OCI aux Pays-Bas. Yara International réduit de 40% sa production d'engrais à base d'ammoniac dans l'UE. Fertiberia en Espagne ferme une usine ainsi que OPZ en Ukraine, un important producteur d'engrais. En Autriche, Borealis AG a fermé sa production et le plus grand producteur d'ammoniac d'Allemagne, SKW Piesteritz, a réduit sa production de 20%.

Aggravant la crise mondiale des engrais, l'administration Biden a imposé en août des sanctions au gouvernement biélorusse, désignant explicitement Belaruskali OAO, le quatrième producteur mondial d'engrais, pour avoir « soutenu le régime biélorusse aux dépens du peuple biélorusse ». Belaruskali contrôle environ un cinquième du marché mondial des engrais à base de potasse.


Le cœur de la sécurité alimentaire mondiale

Les engrais à base d'azote sont de loin les plus utilisés dans l'agriculture mondiale, soit environ trois quarts de tous les engrais commerciaux. Depuis la mise au point du procédé Haber-Bosch en Allemagne juste avant la Première Guerre mondiale, la production artificielle d'engrais azotés a soutenu l'énorme expansion de la productivité agricole. Les engrais azotés sont fabriqués à partir d'ammoniac (NH3) produit par le procédé Haber-Bosch. Ce procédé consomme beaucoup d'énergie et utilise du gaz naturel (CH4), qui est du méthane, pour fournir de l'hydrogène. Ce NH3 ou ammoniac est utilisé comme matière première pour d'autres engrais azotés, comme le nitrate d'ammonium anhydre (NH4NO3) et l'urée (CO(NH2)2). Depuis la Seconde Guerre mondiale, le rendement des cultures est devenu fortement dépendant des engrais azotés. On estime que pour les États-Unis, les rendements moyens du maïs diminueraient de 40% sans les engrais azotés.

Aujourd'hui, on estime que la moitié de la population mondiale dépend peut-être des engrais azotés. Selon des études publiées dans la revue scientifique Nature, 48% de la population mondiale en 2008 dépendait des engrais azotés pour son accès quotidien à la nourriture.

« Cela signifie que les engrais azotés ont assuré en 2015 la sécurité alimentaire de 3,5 milliards de personnes qui, autrement, seraient mortes de faim ».
Le choc de la Chine

Ajoutant un énorme choc à la pénurie mondiale croissante d'engrais, Pékin a décidé ces dernières semaines de réduire fortement ou de geler les exportations d'engrais pour diverses raisons, notamment des pénuries de charbon et de gaz naturel pour l'énergie électrique et une tentative paniquée de contrôler l'inflation intérieure. Les inondations record de l'été dans la province du Henan ont touché le cœur de la région céréalière de la Chine, et le gouvernement a lancé une campagne pour que les citoyens se soumettent à une « campagne d'assiettes propres 2.0 » afin de mettre fin au gaspillage alimentaire, ce qui, selon certains, est un moyen de masquer les graves échecs de récolte.

La Chine, l'Inde et les États-Unis sont de loin les plus grands utilisateurs mondiaux d'engrais azotés en tonnes par acre. La Chine est également l'un des principaux exportateurs d'engrais. En septembre, le gouvernement a annoncé l'interdiction d'exporter des engrais azotés et phosphatés jusqu'en juin 2022. En raison de la flambée des prix mondiaux du gaz naturel et du charbon importé par la Chine, le pays a connu d'importantes coupures d'électricité dues à la fermeture de compagnies d'électricité plutôt que de vendre de l'énergie à perte. L'une des conséquences de cette crise complexe est l'interdiction d'exporter des engrais. La Chine est le plus grand exportateur d'engrais azotés à base d'urée, représentant près d'un tiers de l'offre mondiale, et est également un grand fabricant de phosphate.

En Bavière, dans le sud de l'Allemagne, les agriculteurs seraient dans l'impossibilité d'acheter des engrais au moins jusqu'à l'été prochain. L'extension de la crise mondiale des engrais entraînera une forte réduction des cultures de maïs fourrager, de blé, de riz, de café et autres en 2022. Cette crise survient alors que l'inflation des prix des denrées alimentaires est la plus forte depuis des décennies, et qu'elle est encore aggravée par les mesures du Covid et les perturbations du commerce maritime mondial.

Attaque du méthane lors de la COP26

Derrière la crise croissante de la pénurie d'engrais dans le monde se cache la multiplication par cinq du prix du méthane ou du gaz naturel, comme on l'appelle habituellement. Cette situation trouve son origine dans les politiques vertes délibérément « anti-carbone » de l'administration Biden et de l'Union européenne avec son programme « Fit for 55 » visant à réduire les émissions de CO2 de 55% d'ici 2030. L'administration Biden a forcé le désinvestissement dans le gaz de schiste américain, et l'expansion forcée des énergies vertes hautement subventionnées comme l'éolien et le solaire ont créé un réseau électrique peu fiable. Lorsque le vent ne souffle pas ou que le soleil ne brille pas, l'énergie électrique alternative fait défaut. Le stockage est un énorme problème. Ce n'était pas si grave lorsque l'énergie solaire ou éolienne ne représentait qu'un infime pourcentage du réseau. Mais aujourd'hui, dans des pays comme l'Allemagne, qui dépend de l'énergie, les alternatives peuvent représenter 42% de la consommation électrique brute. Alors que les centrales nucléaires et au charbon sont taxées jusqu'à l'extinction pour la folie du zéro carbone, les prix du pétrole et du gaz naturel explosent. Les nouveaux investissements dans l'exploitation des hydrocarbures s'effondrent en conséquence, et les réserves sont limitées au moment même où tout le monde en a besoin.

La crise croissante de la production mondiale d'engrais s'inscrit parfaitement dans le cadre de l'Agenda 2030 de l'ONU pour une agriculture « durable » (sic), par lequel les mondialistes, tels que le Forum économique mondial de Klaus Schwab et BlackRock de Wall Street, le plus grand fonds d'investissement privé au monde, qui gère 9000 milliards de dollars d'actifs, entendent réduire considérablement la production de viande, en la remplaçant par de fausses viandes cultivées en laboratoire ou même par des insectes comme source de protéines.

On assiste à une diabolisation croissante de l'agriculture, et notamment de la production de viande, sous prétexte qu'elle serait une source majeure du réchauffement climatique. Le méthane est désormais une cible majeure de l'agenda vert des États-Unis et de l'Union européenne. En particulier, lors de la récente conférence des Nations unies sur le réchauffement climatique (COP 26), une centaine de pays ont signé une proposition conjointe de l'UE et des États-Unis visant à réduire les émissions de méthane de 30% d'ici à 2030. Il faut s'attendre à ce que les gouvernements et les ONG s'attaquent de plus en plus à notre système alimentaire en utilisant la flambée des prix des engrais, les campagnes contre la viande et les demandes d'agriculture « durable » pour augmenter encore le coût des denrées alimentaires. La clé de cette attaque est la guerre du Green New Deal contre le pétrole, le gaz et le charbon, le système énergétique à faible coût qui est au cœur de l'économie mondiale actuelle et qui permet d'échapper à la pauvreté depuis la Seconde Guerre mondiale. 
 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages