Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 14:53
STATISTIQUES SUR LES DECES : Enfin les chiffres commencent à sortir…Mais attendez encore un peu avec les triples doses ! Pour autant, le gouvernement, droit dans ses bottes, envisage le Pass Vaccinal partout au travail !!!
 

 

 

Pr Chabriere: « Actuellement 2 personnes sur 3 sur qui décèdent du covid sont vaccinées. Beaucoup d’efforts et peu de bénéfices à imposer le vaccin à tout le monde. Il vaut mieux garder cette énergie pour protéger et soigner les plus fragiles. »

 

 

Pr Claverie, virologue et médecin: « C’est véritablement une escroquerie, on a jamais vu un vaccin qui dure 3 mois et pour lequel il faut 3 doses, et peut-être 4 et 5… C’est vraiment une escroquerie ! On est en train de nous vendre un vaccin qui clairement est un échec ! »

 

 

 

___________________________________________________

 

A partir de janvier, les résidents non-vaccinés des EHPAD du Bocage ornais seront confinés dans leur chambre...à vie

 

 

 
Dans les Ehpad du Bocage ornais, les résidents non-vaccinés ne pourront plus recevoir de visites à partir du lundi 13 décembre.

La cinquième vague de Covid-19 est bien là, avec un taux d'incidence dans le département de l'Orne qui frôle des 300 cas pour 100 000 habitants.

Les centres de vaccination ont augmenté leur capacité, des centres éphémères sont aménagés dans certains bourgs ruraux, le protocole est passé au niveau 3 dans les écoles primaires, les cantines scolaires doivent se réorganiser avant lundi 13 décembre, les discothèques sont fermées pour quatre semaines, les entreprises sont invitées à favoriser le télétravail. La liste est longue des nouvelles mesures prises pour faire face à l'épidémie.
10 % des personnes âgées
non vaccinées

Pourtant, "10 % des personnes âgées ne sont toujours pas vaccinées, même si les trois quarts des personnes qui sont actuellement hospitalisés pour Covid-19, sont des personnes qui ne sont pas vaccinées", explique David Trouchaud, le directeur du centre hospitalier Monod de Flers, directeur du Groupement Hospitalier (GHT) des "Collines de Normandie", qui regroupe Flers, La Ferté-Macé, Domfront et Vire. Le directeur souligne des tensions qui commencent à s'exprimer dans les services où les personnels sont fatigués.
 
Visites supprimées et confinement

D'où, pour éviter des brassages de population et des risques de clusters, un sérieux tour de vis dans les Ehpad du Bocage ornais à partir du lundi 13 décembre, avec l'interdiction des visites aux résidents qui ne sont pas encore vaccinés. Pour ceux qui persisteraient et ne seraient toujours pas vaccinés au 1er janvier, "ce sera le confinement permanent dans leur chambre".
 
 Sur ce GHT des Collines de Normandie, il n'y a à ce jour que quatre malades Covid-19 qui sont hospitalisés, dont un en réanimation. À taux d'incidence égal l'an dernier "on en dénombrait 80, mais aujourd'hui la population est massivement vaccinée", souligne le directeur. Il reste juste inquiet en cas d'exposition soudaine de la Covid-19 "car l'hôpital a repris toutes ses activités avec par exemple un taux d'occupation de 113 % en pédiatrie". Il n'y aurait donc pas de places disponibles pour un afflux de malades de la Covid-19.
 
Source:   Tendance Ouest
 
 
_______________________________________________
 
 

Gabriel Attal: « Pour que les vaccinés puissent vivre quasi normalement, les non-vaccinés doivent vivre un quasi confinement. »

 

 

Le Pr Megarbane annonce la couleur ce matin sur cnews: à terme ce vaccin sera obligatoire pour ts dès la naissance. Dc comme il s’agit d’un traitement préventif à renouveler tous les 3/4 mois,ns serons ts en liberté conditionnelle permanente, avec pass renouvelé si on obtempère, à vie.

 

 

Cohen-Hadad, CPME IDF : Les salariés non vaccinés, on les mettra en dehors de l’entreprise, c’est notre devoir
 

Invité ce matin à répondre aux questions d’Apolline de Malherbe sur RMC, Bernard Cohen-Hadad, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME IDF), risque bien de se faire taper sur les doigts par les chefs d’entreprise.

 

En effet, le chef de guerre des CPME Paris-Île-de-France abdique avant même le début de la guerre, sa culotte au niveau des chaussures. Les chefs d’entreprise ne peuvent que contempler les millions d’euros qui vont s’envoler et la fermeture définitive de leurs entreprises quand les salariés plieront bagage. A moins que ce ne soit à Bernard Cohen-Hadad de plier bagage pour cause de  haute trahison ? Les patrons français ne manqueront pas de le contacter, ici, pour plus d’explications.

Rappelons l’état actuel de l’hôpital où le personnel a disparu, comme nous le dit le Pr Pierre Amarenco, chef du service neurologie. Il soigne depuis vingt ans des infarctus et des AVC, mais à présent doit se débrouiller avec quatre infirmières sur vingt-quatre et seulement quatre lits ouverts sur vingt-huit.

Si la réponse de Bernard Cohen-Hadad est d’abdiquer avant la guerre, en quoi est-il utile aux petites et moyennes entreprises ? Si son boulot est de suivre la folie sanitaire et de couler les entreprises, pourquoi payer des cotisations ? Si les chefs d’entreprise se retrouvent sans salariés et dans l’obligation de fermer boutique, est-ce que Cohen-Hadad ira monter des murs en parpaing pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre ?

Le Média en 4-4-2 

 

COVID – l’idée radicale de Charles Consigny: « Faisons payer l’entrée en réanimation aux non-vaccinés »

 

 

Vers un pass sanitaire obligatoire au travail ?
 

http://

Selon Le Figaro, qui cite une source à l'Elysée, le gouvernement aurait déjà décidé d'étendre le pass sanitaire à tous les lieux de travail. Les ministres du Travail a toutefois fait savoir que «rien» n'était «acté» pour le moment.

 

C'est un écho qui résonne de plus en plus fortement : l'exécutif envisagerait d'étendre le pass sanitaire à tous les lieux de travail, sur le modèle de l'Allemagne et de l'Italie, selon les informations du Figaro. L'obligation procéderait d'une «homogénéisation des règles entre secteurs, non pas simplement en entreprise mais sur le lieu de travail quel qu'il soit, public ou privé», précise au quotidien une source à l'Elysée.

Pass sanitaire dans un premier temps ?

La ministre du Travail Elisabeth Borne doit discuter ce 20 décembre à 11h des «mesures de freinage supplémentaires qui peuvent être envisagées en entreprise [...] avec les partenaires sociaux», a précisé le cabinet du Premier ministre, assurant que «rien n'est tranché à ce stade». Mais selon la présidence auprès du Figaro, la rencontre ne serait qu'une «réunion de tuyauterie» pour fixer «les modalités pratiques» de l'extension du pass sanitaire. Une rencontre aura également lieu le 21 décembre entre la ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin et les fédérations de fonctionnaires à ce propos.

Le ministre de la Santé a déjà ouvert la voie à cette mesure le 18 décembre sur France Inter, assumant «de se poser la question d'un pass sanitaire pour aller travailler» : «C'est une question légitime qui est d'ailleurs appliquée chez certains de nos voisins, les Allemands ont le fameux pass 2G et le pass 3G. On ne peut pas empêcher les gens d'aller travailler s'ils ne sont pas vaccinés mais on peut exiger d'eux qui passent un test s'ils ne sont pas vaccinés», a-t-il justifié.

La mesure pourrait en effet dans un premier temps sur un pass sanitaire, avec la possibilité de passer un test de dépistage du Covid sans être forcément vacciné. Mais comme l'a annoncé Jean Castex le 17 décembre, le gouvernement espère une adoption au Parlement d'ici fin janvier du pass vaccinal, qui doit remplacer le pass sanitaire, pour une entrée en vigueur «dans la foulée». Y compris, potentiellement, sur les lieux de travail.

Elisabeth Borne précise que «rien n'est acté»

Toutefois, dans une déclaration à l'AFP le 20 décembre, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a assuré : «Nous avons abordé l'hypothèse d'un pass sanitaire en entreprise. Ce qui ressort des échanges c'est que les organisations syndicales n'y sont pas favorables, et que les organisations patronales sont réservées et s'interrogent sur les modalités pratiques de mise en œuvre.»

«Rien n'est acté à ce stade», a-t-elle ajouté, précisant que la mesure «supposerait une disposition législative».

Source

Nouveau délire totalitaire : un an de prison aux frais des nonvax en Autriche

 

 

 

L'amende est désormais fixée à 2 000 € au lieu de 7 200 €, mais l'amendement à la loi contre les opposants à la vaccination est explosif en termes de politique démocratique : les personnes opposées à la vaccination en Autriche feront face à un an de détention à l'avenir. L'amendement a déjà été adopté en commission parlementaire. Il devrait y avoir leurs propres zones de détention et les frais de nourriture seront facturés aux « détenus ».
 
 
Tranquillement, et sans vouloir attirer beaucoup d'attention, le gouvernement a maintenant terminé le modèle actuel pour l'application de l'obligation de vaccination prévue. Plus précisément, il s'agit d'une modification correspondante de la loi sur l'exécution administrative.
 
Le texte de la loi, qui a déjà été adopté par la commission parlementaire désignée et n'a été approuvé que par l'ÖVP, le SPÖ, les Verts et le NEOS avec les voix opposées du FPÖ, est disponible sur eXXpress.
 
Cela concernera toute personne qui refuse de se faire vacciner contre le coronavirus malgré une amende de 2000 euros. Mais cela ne s'arrêtera pas à  un paiement unique : chaque infraction est à nouveau punie de 2000 euros - comme pour les infractions à la limitation de vitesse. Et toute personne qui refusera de se faire vacciner et également de payer les amendes devront être placées en garde à vue.
 
 
Les personnes concernées devront  supporter elles-mêmes les frais de détention
 
Et de manière analogique aux amendes, la durée peut s'ajouter en cas de récidive : alors qu'initialement une peine de prison pouvait aller jusqu'à quatre mois, le gouvernement envisage d'allonger la peine maximale à un an (! ).
 
Particulièrement explosif : contrairement à d'autres détenus, le trésor public ne paiera pas les frais inhérents, mais l'intéressé devra supporter lui-même les frais encourus pendant cette période. L'agresseur doit donc aussi payer sa nourriture et sa cellule.
 
Autre passage intéressant du texte de loi : « Les prisonniers sont détenus dans des cellules », qui sont séparées des autres car ils « sont détenus conformément à des dispositions autres que cette loi fédérale ». Ainsi, selon cet amendement à la loi, il existe apparemment des étages ou des bâtiments pénitentiaires séparés pour les opposants anti-vaccination.
 
 
[...]
 
Source:  Exxpress
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages