Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 18:42
Je vous propose également en lien un article sur la vaccination concernant les chiens ; notamment la survaccination, le chien étant un mammifère je vous laisse le soin de découvrir ce qui est présenté ça en dit long ! Merci

 

_________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 
http://
 
 
Une étude récente par des chercheurs suédois a révélé que les vaccins à ARNm du coronavirus affaiblissent le système immunitaire d'une personne et le risque de développer un cancer.
Des chercheurs de l'Université d'Umea, dans le nord-est de la Suède, ont découvert que la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, sur toute sa longueur, traverse le corps d'une personne infectée par le virus et supprime son immunité adaptative. « Contrairement aux réponses immunitaires innées, les réponses adaptatives sont fortement spécifiques à l'agent pathogène particulier qui les induites.

Ils peuvent également fournir une protection durable. Une personne qui se remet de la rougeole, par exemple, est protégée à vie contre la rougeole par le système immunitaire adaptatif. Les données des essais cliniques des vaccins COVID-19, avaient précédemment montré que les vaccins altèrent la production de globules blancs, un composant essentiel du système immunitaire de l'organisme.

Cette enquête a révélé une diminution des lymphocytes chez les personnes qui ont pris le vaccin à ARNm de Pfizer. Les lymphocytes, comme les cellules T et B, sont des types de globules blancs et sont des éléments importants du système immunitaire.

Le fait que les chercheurs suédois aient signalé une perte de la fonction immunitaire, associée à l'invasion de la protéine de pointe dans le noyau cellulaire, combiné aux données d'essais cliniques précédents qui ont révélé des réductions transitoires du nombre de globules blancs, peut expliquer les rapports d'augmentation des infections COVID, peu de temps après la vaccination », a écrit Lyn Redwood, défenseur de la santé des enfants.

La suppression immunitaire par les vaccins peut conduire au cancer

Les données épidémiologiques cliniques montrent, que les effets immunosuppresseurs des vaccins à ARNm, peuvent augmenter considérablement le risque de développer un cancer.

Les lymphocytes, en particulier les cellules T, sont bien connus pour le rôle important qu'ils jouent dans la prévention du cancer, en raison de leur capacité à attaquer et à tuer les cellules cancéreuses avant qu'elles ne se propagent. Les données montrent que les personnes qui ont reçu une injection du vaccin à ARNm peuvent subir une suppression immunitaire temporaire ou un dérèglement qui peut durer une semaine ou plus.

D'autres recherches montrent que les vaccins à ARNm peuvent « reprogrammer » les réponses immunitaires adaptatives et innées. En particulier, les vaccins régulent positivement la voie TLR4, qui est connue pour jouer un rôle crucial dans la réponse du système immunitaire aux infections et aux cellules cancéreuses. (Connexe : L'ATROCITÉ DU CANCER DU VACCIN : comme sur des roulettes, la plupart des Américains vaccinés perdront leur fonction immunitaire d'ici Noël et commenceront à développer des tumeurs cancéreuses accélérées qui les tueront au cours de la prochaine décennie.)

Cette combinaison de facteurs signifie, que si une personne vaccinée a une tumeur quelque part dans son corps, connue ou inconnue, ou si elle a une prédisposition à un certain type de cancer, un état d'immunosuppression ou de dérégulation induit par le vaccin pourrait potentiellement déclencher une croissance tumorale soudaine, dans les semaines suivant la vaccination.

Le consensus scientifique actuel est que les vaccins eux-mêmes ne contiennent pas de cancérogènes, mais cette affirmation doit être correctement étudiée. L'étendue de la croissance tumorale induite par le vaccin est également actuellement incertaine.

Mais les conclusions de l'étude sont étayées par des preuves du monde réel, montrant qu'il existe déjà plusieurs milliers de rapports de cancers d'origine vaccinale. En août, le pathologiste clinique Dr Ryan Cole a décrit une augmentation significative de certains cancers, notamment du sein, des ovaires, de l'endomètre, de la prostate et du pancréas depuis le début de la campagne de vaccination de masse aux États-Unis.
[...]

Sources : vaccines.news & childrenshealthdefense.org & swprs.org & brighteon.com
 
 
 
______________________________________________
 
 
 
Après l’Allemagne et le Royaume Uni, le Danemark publie ses chiffres : 89,7% des infectés omicron sont doubles et triples vaccinés !
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages