Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 10:40

Le Professeur Montagnier avait indiqué que les vaccins pouvaient provoquer des variants surtout quand ceux ci sont injectés en période d'épidémie.

Mais il avait indiqué également que les multiples vaccinations auraient des conséquences sur l'immunité et provoqueraient à terme le VIH (Sida), ce que corroborent des études Allemandes et Britanniques ; donc réfléchissez à deux fois avant de vous vacciner ou vacciner vos proches dont vous avez la responsabilité

 

 

_________________________________________________________

 

C’est officiel ! L’agence européenne du médicament déclare: « si nous avons une stratégie dans laquelle nous donnons des rappels tous les 4 mois, nous finirons par avoir potentiellement des problèmes avec la réponse immunitaire… »

Les données officielles Allemandes indiquent que les personnes vaccinées développeront le syndrome d’immunodéficience d’ici fin janvier
 

Les données du gouvernement allemand, concernant le variant  Omicron, suggèrent que la plupart des « complètement vaccinés » auront un syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) induit par le vaccin Covid-19, d’ici la fin du mois de janvier 2022, après avoir confirmé que le système immunitaire des personnes entièrement vaccinées s’est déjà dégradé de 87%.

Un lecteur : Les chiffres du gouvernement allemand sur le Covid-19 sont produits par le « Robert Koch Institut » (voir ici). Leurs dernières données sont disponibles en pdf téléchargeable ici.
Page 14 contient son rapport hebdomadaire de gestion COVID-19 du 30 décembre 2021 –

 

Traduction

« Des informations sont publiées, concernant les cas Omicron, dans le système de déclaration. 6.788 cas ont été renseignés sur les symptômes, la plupart du temps aucun ou des symptômes bénins sont indiqués. Les plus fréquents sont des symptômes d’écoulement nasal (54%), de toux (57%) et de maux de gorge (39%). 124 patients ont été hospitalisés, quatre personnes sont décédées. Une exposition à l’étranger a été signalée pour 543 (5 %) cas. 186 patients n’étaient pas vaccinés, 4.020 étaient complètement vaccinés, parmi ceux-ci, une vaccination de rappel a été rapportée pour 1.137. Sur la base des données transmises, 148 réinfections ont été trouvées parmi toutes les infections à Omicron publiées, aucune d’entre elles n’ayant été signalée à la personne touchée par la réinfection. La figure 9 montre la répartition des cas d’Omikron, signalés jusqu’à présent en Allemagne. Des cas d’Omicron ont été détectés dans tous les États fédéraux.

  • 186 cas non vaccinés
  • 2.883 cas doublement vaccinés
  • 1.137 cas triplement vaccinés
  • 4.020 cas entièrement vaccinés

En Allemagne, 70,53 % sont entièrement vaccinés, 2,97 % partiellement vaccinés et 26,5 % non vaccinés – https://ourworldindata.org/covid-vaccinations  

Ainsi, les non-vaccinés contaminés représentent 186 cas, la population entièrement vaccinée 4.020 cas. Ainsi, l’incidence des cas Omicron vaccinés est de 57,0% de la population (830.000 représente 1% des 83 millions d'allemands)
Et l’incidence des cas d’Omicron non vaccinés est de 7,02% de la population. Donc, les vaccinés sont 57.0 / 7.02 = 8.12x plus susceptibles d’être infectés par Omicron que les non-vaccinés en Allemagne . C’est ce que la vaccination a provoqué sur le peuple allemand. L’Institut Koch n’a pas fourni son tableau habituel de l’efficacité des vaccins, dans son rapport hebdomadaire du 30 décembre. Cela peut être dû aux vacances (les Britanniques ont complètement abandonné le 23 décembre) ou peut-être parce que les chiffres seraient désastreux pour la vaccination. Mais nous pouvons aider les Allemands ici en faisant le calcul pour eux, en utilisant la formule d’efficacité du vaccin de Pfizer. Efficacité du vaccin = efficacité du système immunitaire = (1-8,12)/8,12 = -7,12/8,12 = -87,7 %. Ainsi, les vaccinés ont une réponse immunitaire inférieure de 87,7% à celle des non-vaccinés. Cela signifie que l’Allemand moyen n'a plus que 12,3% de son système immunitaire, pour lutter contre certaines classes de virus et certains cancers. Voici la prédiction, l’extrapolation à partir des données du rapport de surveillance des vaccins ukHSA, des semaines 35 à 42, que nous avons fait pour la première fois le 10 octobre. Les chiffres prévus sont en vert olive.

Ainsi, l’Allemagne, avec une dégradation du système immunitaire de 87,7%, a fait 6,7% de moins que notre modèle prédictif, une dégradation de 81,0% cette année (pour les plus de 18 ans, sur la base de 2 doses, plutôt que de 3). C’est la 3ème dose qui détruit vraiment le système immunitaire, comme le montrent les données de l’OMS pour Omicron.
Voici le tableau 1b du rapport de l’OMS : Enquête sur les infections à coronavirus (COVID-19), Royaume-Uni : Caractéristiques liées à un résultat compatible avec Omicron chez les personnes testées positives à la COVID-19 (84,8 kB xlsx) 

Tableau 1b: Probabilité modélisée de tests positifs avec un résultat probable Omicron chez les personnes testées positives au COVID-19, par caractéristique démographique dépistée, Royaume-Uni: 29 novembre 2021 au 12 décembre 2021

Nous avons maintenant les chiffres du gouvernement allemand pour Omicron et ils montrent que les personnes complètement vaccinées sont 8,12 fois plus susceptibles d’avoir une infection à Omicron que les personnes non vaccinées. Ces chiffres vraiment étonnants montrent que nous sommes plus de 8 fois plus en sécurité par rapport à Omicron dans une chambre, un restaurant, un bar, une boîte de nuit, un train, un bateau ou un avion rempli de personnes non vaccinées, que nous ne le sommes avec des personnes « entièrement vaccinées ». Et plus vous recevez d'injections, plus la dégradation de votre système immunitaire progresse rapidement. Il semble également que les non-vaccinés atteignent une immunité sous-collective contre le Covid-19, tandis que les complètement vaccinés sont empêchés de l’atteindre à cause des vaccins. Les chiffres allemands ont détruit les passeports vaccinaux et prouvent à eux seuls l'aberration d’une thérapie génique et de la vaccination au moyen des protéines de pointe.

Les vaccinés s’en sortent mal contre Omicron, parce que les anticorps induits par le vaccin contre la protéine de pointe Alpha de Wuhan sont presque inutiles contre Omicron. Ainsi, les dommages progressifs sous-jacents au système immunitaire, causés par la production incessante de protéines, n’ont presque plus rien à combattre.
Nous voyons donc dans ces chiffres une estimation beaucoup plus proche de l’ampleur des dommages causés aux personnes vaccinées, que nous n’avons pu voir avec les chiffres du delta, pour les les personnes vaccinées et non vaccinées.
Le Royaume-Uni compte 69,45% de vaccinés doubles ou triples, 6,41% vaccinés isolément et 24,14% non vaccinés (ourworldindata). Nous ferons donc légèrement pire que les Allemands, avec un peu plus de victimes. D’ici la fin du mois de janvier, toutes les personnes entièrement vaccinées dans les deux pays, âgées de plus de 30 ans, auront une vaccination complète, médiée par le sida. Cependant, une grande partie du système immunitaire, qui reste actuellement avec la capacité de combattre Omicron, aura disparu. Cela entraînera un fardeau énorme pour les services de santé des deux pays et une douleur et une mortalité massives, toutes infligées par un système de santé corrompu. Nous avons les chiffres grâce à la précision et à l’efficacité des Allemands. Mais je n’ai pas de mots en anglais pour décrire l’immoralité des escrocs impliqués dans ce programme de vaccination.

Source

Les données officielles Britanniques indiquent que les personnes triplement vaccinées développent le syndrome d’immunodéficience acquise à un rythme alarmant

 

Les données officielles indiquent que les personnes triplement vaccinées développent le syndrome d’immunodéficience acquise à un rythme alarmant
Une enquête approfondie sur 5 mois de données officielles du gouvernement britannique publiées par l’Agence de sécurité sanitaire du Royaume-Uni semble confirmer les prédictions faites précédemment par The Expose selon lesquelles la dose de « rappel » de Covid-19 donnerait un coup de fouet temporaire de très courte durée au système immunitaire de la population vaccinée avant de décimer son système immunitaire beaucoup plus rapidement que ce qui avait déjà été observé chez les personnes ayant reçu deux doses du vaccin Covid-19.

En bref, les données officielles du gouvernement britannique suggèrent fortement que la population vaccinée contre le Covid-19 développe une nouvelle forme de syndrome d’immunodéficience acquise induite par le vaccin Covid-19.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) publie un rapport hebdomadaire de surveillance des vaccins, chaque rapport contenant quatre semaines de données sur les cas, les hospitalisations et les décès liés au Covid-19, par statut vaccinal. Pour notre enquête, nous avons analysé 5 de ces rapports de surveillance des vaccins publiés, contenant des données du 16 août 2021 au 2 janvier 2022, afin d’obtenir une image claire de l’effet des vaccins Covid-19 sur le système immunitaire de la population vaccinée, et voici ce que nous avons trouvé…

Les rapports de surveillance des vaccins de l’UKHSA utilisés pour notre enquête peuvent être consultés ici.

Efficacité du vaccin Covid-19 dans le monde réel

Pfizer affirme que son injection d’ARNm Covid-19 a une efficacité vaccinale de 95 %. Cette affirmation repose sur un calcul simple (dont les détails complets peuvent être consultés ici) effectué sur le nombre d’infections confirmées dans le groupe vacciné et le groupe non vacciné au cours des premières étapes des essais cliniques toujours en cours.

Aujourd’hui, grâce à une multitude de données publiées par l’Agence britannique de sécurité sanitaire, nous sommes en mesure d’utiliser le même calcul que celui qui a servi à calculer l’efficacité à 95 % du vaccin Pfizer, pour calculer l’efficacité réelle des vaccins Covid-19, et les données dressent malheureusement un tableau extrêmement inquiétant.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 37 comprend le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 33 et la semaine 36 de 2021 (du 16 août au 12 septembre). Comme le rapport nous indique les taux de cas de Covid-19 pour 100 000 personnes parmi la population non vaccinée et la population vaccinée à deux doses, nous sommes en mesure de calculer l’efficacité réelle du vaccin au cours de cette période, et elle s’est avérée être la suivante –

Source

L’efficacité dans le monde réel de tous les vaccins Covid-19 disponibles combinés était aussi faible que moins-47% dans le groupe d’âge 60-69 ans, et aussi élevée que +66% dans le groupe d’âge moins de 18 ans entre le 16 août et le 12 septembre 2021. Les seuls autres groupes d’âge pour lesquels le vaccin avait un effet positif à ce stade étaient les 18-29 ans, les 30-39 ans et les 80 ans et plus. Mais comme vous pouvez le constater, aucun de ces groupes d’âge n’a montré une efficacité du vaccin proche de 95 %.

Cependant, il suffit de voir comment les choses se sont inversées un mois plus tard.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 41 incluait le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 37 et la semaine 40 de 2021 (du 13 septembre au 10 octobre), et l’efficacité réelle du vaccin au cours de cette période s’est avérée être la suivante –

Source

L’efficacité dans le monde réel de tous les vaccins Covid-19 disponibles combinés était aussi faible que moins-109% dans le groupe d’âge des 40-49 ans, et aussi élevée que +89% dans le groupe d’âge des moins de 18 ans entre le 13 septembre et le 10 octobre 2021. Le seul autre groupe d’âge pour lequel le vaccin avait un effet positif à ce stade était celui des 18-29 ans.

Ce qui est inquiétant, c’est la chute de l’efficacité réelle du vaccin dans tous les groupes d’âge, mais surtout dans le groupe des 40-49 ans, qui est passé d’une efficacité réelle de moins 36 % à moins 109 %.

Le fait que l’efficacité réelle des vaccins ait dépassé la barrière de moins 100 % suggère que non seulement les vaccins échouaient, mais qu’ils décimaient aussi complètement le système immunitaire des bénéficiaires.

La lecture du prochain rapport de surveillance des vaccins est donc effrayante.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 45 comprenait le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 41 et la semaine 44 de 2021 (du 11 octobre au 7 novembre), et l’efficacité réelle du vaccin au cours de cette période s’est avérée être la suivante

 
__________________________________
Les vérités dérangeantes sur le SIDA révélées par Luc Montagnier
 
 
 
Professeur émérite à l’institut Pasteur, prix Nobel de médecine, co-découvreur du VIH, Luc Montagnier a fait des révélations fracassantes sur le VIH dans le film documentaire d’un jeune réalisateur. Depuis Brent Leung est la cible de toutes les attaques possibles et imaginables de la part des représentants de l’industrie pharmaceutique.
 
Les vérités dérangeantes sur le SIDA révélées par Luc Montagnier

Un réalisateur cible de toutes les attaques


Quand Brent Leung a montré son documentaire révolutionnaire sur le SIDA, "House of Numbers" , il a été l’objet d’attaques diffamatoires sans précédent. Les "spécialistes" , promoteurs des théories conventionnelles sur le SIDA, avec leurs vaccins et produits pharmaceutiques, se sont déchaînés contre le protagoniste en le qualifiant de "négationniste du SIDA" faisant un parallèle sans équivoque possible avec l’expression « négationniste de l’Holocauste ».

 
 
Quelle curieuse comparaison : si vous niez une quelconque partie des théories conventionnelles sur le SIDA, vous êtes aussi méchant qu’un criminel de guerre nazi ?

Leur mythologie sur le SIDA est fondée sur des mensonges et de la désinformation. C’est pourquoi au lieu de s’engager dans un débat intelligent fondé sur les preuves disponibles, ils attaquent toute personne mettant en doute les partisans de leur culte pro-pharmaceutique. 

Des coupables qui accusent
 
 
Comparaison curieuse et même paradoxale : car les origines de l’industrie pharmaceutique moderne se trouvent précisément dans le régime nazi, quand des scientifiques menaient des expériences pharmacologiques sur les prisonniers des camps de concentration. Des réalités historiques nous rappellent combien certains domaines, telle la pharmacologie, ont un passé bien peu reluisant.

Par exemple, le président de Bayer, celui de l’aspirine Bayer, était durant la 2ème guerre mondiale le docteur Fritz ter Meer. Un criminel de guerre reconnu coupable de crimes contre l’humanité et condamné à sept ans de prison lors du procès de Nuremberg.

Ainsi donc voit-on d’anciens criminels nazi et consorts, affubler un jeune réalisateur de négationnisme alors qu’il ne fait qu’apporter aux yeux du monde de simples vérités… dérangeantes certes, mais des vérités dites par un personnage bien informé sur le sujet.

Un secteur industriel qui n’a pas vraiment changé
 
 
Peu de changement depuis l’après guerre pour l’industrie pharmaceutique d’aujourd’hui qui est largement vérolée par des criminels non inculpés, mais coupables de crimes contre l’humanité biens actuels.

Leur méthode n’est plus à démontrer. Elle a été largement employée et éprouvée : pour multiplier les profits ils favorisent d’abord la maladie puis vendent le vaccin ou le médicament qui soit disant « traite » la maladie.

L’efficacité de leurs produits commercialisés n’est que rarement réellement vérifiée. Car les études réalisées sont financées par les mêmes acteurs qui ont des intérêts financiers dans le secteur.

 
Ce qui se vérifie toujours par contre : c’est le prix excessif auquel les médicaments sont vendus, surtout au début de leur apparition sur le marché. On prétexte les coûts de la recherche et en même temps, on engraisse les actionnaires de dividendes aux montants à peine avouables. Et de fait on exclut les populations pauvres de l’accès aux traitements.

C’est toujours la même vieille escroquerie, qu’ils parlent de cancer, de grippe aviaire, du SIDA ou maintenant d’Ebola.

Le film qui dérange


Quand le film House of Numbers sort, les habituels promoteurs de la pharmaceutique qui l’ont visionné savent qu’ils doivent attaquer le message et essayer de le discréditer aussi vite que possible.

Ils prétendent alors entre autres allégations, que Brent Leung cite des scientifiques hors contexte en déformant ce qu’ils disent. En particulier, le réalisateur est attaqué sur son interview du Docteur Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine et co-découvreur du virus du SIDA, qui explique entre autres choses à Brent Leung durant l’interview :
"on peut vaincre le SIDA par la nutrition… l’approche vaccinale est entièrement exagérée."

De telles affirmations annoncent une catastrophe financière pour les sociétés pharmaceutiques. Car tous profitent du mythe souvent répété que l’on ne guérit pas du SIDA et que seuls les médicaments peuvent traiter la maladie.

L’interview du professeur Luc Montaginier

Pour aider à clarifier cette question, Brent Leung, le réalisateur de House of Numbers a accepté de fournir un film non coupé de la conversation avec Luc Montagnier qui a un message différent sur le SIDA à faire passer, jugez par vous même :
 


Luc Montagnier raconte son parcours de chercheur et retrace l’histoire de cette découverte dans son livre « DES VIRUS ET DES HOMMES « , où fait le point sur ce qu’on sait aujourd’hui du virus et de son origine, de la maladie et de ses mécanismes :

Dans les faits, Brent Leung n’a pas cité Luc Montagnier hors contexte. Celui-ci clarifie parfaitement sa position sur des points comme la manière dont l’alimentation peut aider à contrer une infection par le VIH.

Ceux qui critiquent Brent Leung sont profondément – ou bizarrement – mal informés pour porter leurs accusations. En tout cas, ils ne peuvent nier aujourd’hui connaitre le point de vue de l’un des plus éminents chercheurs sur le SIDA. Il suffit de visionner la vidéo

Une vidéo sans équivoque possible

Comme on le voit dans la vidéo, Brent Leung ne pose pas de questions tendancieuses. Au contraire, il est tout à fait réservé dans son interrogatoire, préférant permettre à Luc Montagnier de faire l’essentiel de la conversation. Il n’interrompt pas son interlocuteur, ni n’essaie de le piéger verbalement d’aucune manière.

Pour sa part, le professeur Montagnier ne mâche pas ses mots. Il est très clair sur ses arguments, les énonçant plusieurs fois de différentes manières :
 
 
  • On peut être exposé au VIH sans être infecté.
  • Un système immunitaire fort peut protéger du SIDA
  • Avec une bonne alimentation, on peut repousser le SIDA chez le malade et réduire la pandémie.
  • L’importance des vaccins pour le SIDA est exagérée.
  • Le SIDA peut être traité avec des moyens alternatifs aux vaccins, peu coûteux et très efficaces, mais peu utilisés.
  • Ce dont les Africains ont réellement besoin est une meilleure alimentation pour les protéger du SIDA.
  • L’importance de l’alimentation pour le SIDA est négligée par les autoritésLes autorités sanitaires prennent leurs conseils auprès d’experts qui protègent les intérêts de l’industrie du médicament.
Luc Montagnier n’est pas neutre, il parle avec une intention claire, sans hésitation sur chacun des différents points évoqués. À la toute fin de l’interview, il reconnaît même devant Brent Leung que ce qu’il vient de dire est une « bombe » d’informations, en conflit avec les affirmations des scientifiques conventionnels du SIDA comme Anthony Fauci.

Leurs mythologies du SIDA sont fondées sur des mensonges. Au lieu de s’engager dans un débat intelligent fondé sur les preuves disponibles, ils attaquent simplement toute personne qui met en doute les partisans de leur culte du médicament.

Les vérités interdites par les groupes pharmaceutiques… et leurs complices
 
 
Les sociétés pharmaceutiques ne veulent pas que vous connaissiez la vérité à propos du SIDA, tout comme pour le cancer, le diabète ou des maladies du cœur. Il y a une vérité simple qui, si elle était reconnue largement, dévasterait totalement l’industrie pharmaceutique avec tous ses vaccins lourdement promus et ses produits chimiques brevetés :

Le SIDA a une cure. Le cancer a une cure. Le diabète peut être guéri. La maladie du cœur peut être guérie. La liste ne s’arrête pas là…

Quand le co-découvreur du virus du SIDA dit devant la caméra que le SIDA peut être guéri par l’alimentation, il dit une vérité interdite que les sociétés pharmaceutiques ne peuvent tolérer. Si les gens comprennent que le SIDA peut régresser et même disparaître grâce aux nutriments comme les antioxydants, leur foi dans les vaccins et les médicaments en prendrait un coup.

Mais la seule industrie du médicament ne pourrait à elle seule contrôler si bien la désinformation…

Les complices qui se cachent


Des milliards de dollars/euros sont en jeu pour les sociétés de la chimie médicinale. Ce sont également des recettes de TVA énormes pour les différents pays producteurs de médicaments et c’est bien là tout le problème.

Les différents gouvernements des pays concernés ont trop de budget à perdre pour se risquer à reconnaître une explication autre sur le sujet des grandes maladies. Mais eux non plus ne parviendraient à contenir le discours dans sa dimension mensongère sans une aide puissante… celle des médias.

Les quelques grands groupes de presse qui existent à travers le monde (possédant plus 80% de l’ensemble de la presse sur tous les continents) appartiennent à des groupes plus importants et très puissants, où figurent en bonne place les différents laboratoires pharmaceutiques producteurs d’argent.

C’est la raison pour laquelle très peu de gens ont entendu les propos de Luc Montagnier qui remontent tout de même à 2009… D’ailleurs si vous n’avez pas vu le House of Numbers, ne vous en privez pas.

Luc Montagnier raconte son parcours de chercheur et retrace l’histoire de cette découverte dans son livre « DES VIRUS ET DES HOMMES « , où fait le point sur ce qu’on sait aujourd’hui du virus et de son origine, de la maladie et de ses mécanismes :

 
 
Récompenses du film documentaire House of Numbers, de Brent Leung :
  • Gagnant du festival Washougal International Film Festival 2009
  • Gagnant du festival Radar Hamburg Film Festival 2009
  • Gagnant du festival Docuwest Film Festival 2009
  • Gagnant du Golden Ace au Festival International du Film de Las Vegas en 2009
  • Certificat du Mérite au Global Cinema Festival
Source :
Film «House of Numbers».
Professeur Docteur Luc Montagnier, sa fiche Wikipédia


Vu ici
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages