Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

8 février 2022 2 08 /02 /février /2022 11:25
Les données cachées des essais de Pfizer montrent que TOUTES les femmes «vaccinées» pendant la grossesse ont perdu leur bébé à naître

( Natural News ) Une action en justice intentée par des professionnels de la santé publique et de la santé pour la transparence a produit des documents de Pfizer montrant que son « vaccin » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) a causé  une fausse couche à toutes  les mères enceintes sur lesquelles il a été testé.

Intitulé « Analyse cumulative des rapports d’événements indésirables post-autorisation », un rapport de Pfizer décrivant les événements signalés jusqu’en février 2021 – vous  pouvez télécharger ce rapport  – montre qu’aucune femme enceinte qui a pris les piqûres de Pfizer n’a accouché d’un bébé vivant.

Le tableau 6 du rapport, intitulé « Informations manquantes », révèle sous le premier thème « Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement » la déclaration suivante :

« Les résultats de grossesse pour les 270 grossesses ont été rapportés comme avortement spontané (23), résultat en attente (5), naissance prématurée avec décès néonatal, avortement spontané avec mort intra-utérine (2 chacun), avortement spontané avec décès néonatal et résultat normal (1 chacun). ). Aucun résultat n’a été fourni pour 238 grossesses (notez que 2 résultats différents ont été rapportés pour chaque jumeau, et les deux ont été comptés). participez à notre sondage – l’histoire continue ci-dessous

Pris au pied de la lettre, cela suggérerait que sur 270 grossesses, il y a eu 23 avortements spontanés, cinq « résultats en attente », deux naissances prématurées avec décès néonatal, deux avortements spontanés avec décès intra-utérin, un avortement spontané avec décès néonatal et un résultat normal. . Cependant, il y a aussi cette déclaration délicate : « aucun résultat n’a été fourni pour 238 grossesses ».

« Donc, vraiment, nous n’avons aucune idée de ce qui s’est passé avec 243 (5 + 238) des grossesses de ces femmes injectées ; ils n’ont tout simplement pas été inclus dans le rapport », a rapporté  Principia Scientific International .

Tendance :

« Ce que nous savons, c’est que sur 27 grossesses déclarées (270 moins 243), il y a 28 bébés morts ! Cela semble signifier que quelqu’un était enceinte de jumeaux et que 100% des bébés à naître sont morts.

Les coups covid de Pfizer mettent fin à la vie humaine

Il est possible que les cinq « résultats en attente » aient abouti à un accouchement normal. Cela signifie qu’au mieux, seuls 87,5 % des bébés vivant dans des utérus « entièrement vaccinés » sont morts, contre 100 %.

Quoi qu’il en soit, c’est toujours un résultat horrible. Aucun  bébé ne devrait mourir à la suite de ces injections si elles sont vraiment « sûres et efficaces » comme on le prétend, et pourtant elles semblent tuer la plupart ou la totalité des bébés à naître.

Il s’avère que Pfizer a tenté de couvrir tout cela avec un article intitulé « Safety and Efficacy of the BNT162b2 mRNA Covid-19 Vaccine », qui a été publié dans le  New England Journal of Medicine  (NEJM) le 31 décembre 2020.

Cet article tente de dissimuler le fait qu’au cours du premier trimestre de la grossesse, l’injection de Pfizer a provoqué  une fausse couche chez 82 % de celles qui l’ont reçue . La Canadian Covid Care Alliance a rendu compte de cette étude le mois suivant, la dévoilant comme une imposture totale.

« L’étude favorable à Pfizer est une imposture complète », a rapporté  Principia Scientific International . « [I]t est rempli de fausses déclarations et de méthodes trompeuses. »

« Ces injections sont criminelles ; période », a ajouté le groupe, soulignant le fait que  personne ne  devrait les prendre.

Le Conseil mondial de la santé a élaboré une  déclaration de cesser et de s’abstenir  qui est signifiée à tous les gouvernements, cliniques, hôpitaux, organismes de réglementation médicale, médecins, infirmières, politiciens et « toute personne participant de quelque manière que ce soit à la fabrication, à l’expédition, à la distribution, à la promotion , ou l’administration de ces injections.

« Le message à toute personne impliquée dans ces campagnes d’injection est ‘Arrêtez maintenant. C’est un crime. Vous serez pénalement et civilement responsable. Le chat est sorti du sac. La justice arrive », explique PSI à propos de l’initiative.

« Veuillez conserver des photos et des notes indiquant à qui, quand et où la déclaration et l’avis sont signifiés. Nous finalisons davantage de ressources sur le site Web du Conseil mondial de la santé pour télécharger ces photos et ces détails. »

Les dernières nouvelles sur les blessures et les décès causés par les « vaccins » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) sont disponibles sur  ChemicalViolence.com .

Les sources de cet article incluent :

Principa-Scientific.com

DrTrozzi.org

NaturalNews.com

WorldCouncilForHealth.org

Pfizer

Source : https://www-dcclothesline-com.translate.goog/2022/02/02/hidden-pfizer-trial-data-shows-that-all-vaccinated-women-in-pregnancy-lost-their-unborn-babies/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=ajax

 

________________________________________________________

 

COVID 19: Geert Vanden Bossche pousse un cri d’alarme sur les vaccins, ses propos dérangent
Dans une vidéo de 36 minutes diffusées sur YouTube, Geert Vanden Bossche a affirmé que la vaccination pourrait induire une perte de l’immunité naturelle. Pour cette raison, il ne faut pas vacciner les plus jeunes. Ses propos font polémiques, il a été auditionné par la Chambre dans le débat sur le vaccin obligatoire. Certains membres de la communauté scientifique belge l’accusent même d’usurpation « Il ne suffit pas de s’autoproclamer expert scientifique pour être un expert scientifique ». Pour autant, ces derniers ne répondent pas aux questions que de plus en plus de personnes commencent à se poser sur les effets secondaires du vaccin, ainsi que la durée d’efficacité des doses injectées.

Les déclarations de Geert Vanden Bossche

Mais qui est Geert Vanden Bossche ? Médecin vétérinaire à l’université de Ghent (Belgique), et docteur en virologie de l’université d’Hohenheim (Allemagne). Il a déjà travaillé chez GSK Biologicals, Novartis Vaccines, Solvay Biologicals, et a fait un passage au «  Center for Infection Research » à Cologne en Allemagne. Il a travaillé pendant 3 ans pour la Fondation Gates, et pour GAVI, « l’Alliance du Vaccin ».

Depuis le début de la pandémie, Geert Vanden Bossche n’a cessé de dénoncer la dangerosité de la vaccination massive. Avec une lettre ouverte, il a mis en garde en mars 2021 l’OMS  sur les risques d’affaiblissent de la résistance immunitaire, causée par la vaccination. L’organisation internationale n’a pas donné suite à ses recommandations, mais  le directeur Général de l’OMS a averti décembre 2021,  que les programmes de rappel contre le Covid-19 ne constituaient pas une solution miracle, et risquaient même d’accélérer les mutations du virus.  

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a également lancé une alerte sur les effets nocifs des rappels excessifs des vaccins contre le Covid-19, qui pourrait générer des « problèmes de réponse immunitaire.

Récemment, dans une interview pour BAM et diffusée sur YouTube, le médecin a déclaré que la vaccination pourrait induire une perte de l’immunité naturelle ou innée, notamment chez les plus jeunes. Il a également expliqué que les personnes non-vaccinées sont mieux protégées contre le variant Omicron.

Il figure parmi les experts auditionnés dans le cadre des débats sur la vaccination obligatoire contre le Covid-19 devant la Commission de la Santé et de l’Egalité des chances (CSEC) du Parlement belge.

Son audition a donné lieu à des protestations de la part des tenants de la médecine politisée.

Des arguments accusés d’être sans preuve scientifique

Comme la vidéo choc de Robert Malone sur la vaccination des enfants, celle de Geert Vanden Bossche   a enregistré un réel succès avec plus 280.000 vues. Le savant flamand a exposé plusieurs arguments solides sur le danger de la vaccination des enfants, l’impossible immunité de groupe, le rôle bénéfique des non-vaccinés dans le contrôle de la circulation du virus.

L’acharnement politique venant de ses pairs, transformés en militants d’une médecine politisée, ne s’est pas fait attendre. Une cinquantaine de membres de la communauté scientifique ont déclaré « il ne suffit pas de se proclamer expert scientifique pour être expert scientifique ». Quelle lucidité!

Comme de bons perroquets d’un comité médical fasciste ou soviétique, nos militants écrivent: “Le CV de Mr Vanden Bossche n’indique aucune contribution scientifique académique, biotechnologique ou pharmaceutique significative ou évaluable en matière de médecine humaine, vaccins, immunologie, virologie, ou santé publique ».

Sans aucun argument étayé, les détracteurs de Vanden Bossche lancent des pétitions de principe. Selon le chef de service du département pédiatrique de l’HUDERF (Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola), Pierre Smeesters, il n’y a aucune donnée qui prouve que « la vaccination empêche le développement de cette immunité naturelle ». Alors que chercheurs de Pfizer eux-mêmes ont  reconnu que l’immunité naturelle est plus efficace que le vaccin.

Selon la vaccinologue de la KU Leuven Corinne Vandermeulen, ce n’est pas pour la première fois que des campagnes de vaccination ont été menées au cœur d’une période de pandémie et d’ajouter : « À chaque fois, les gens ont commencé à vacciner au milieu de l’épidémie pour la maîtriser. Et cela n’a jamais aggravé le problème. Au contraire, les épidémies ont été maîtrisées.” Pour autant, elle a sans doute omis de mentionner que  même l’OMS a déjà reconnu  plus d’un million d’effets secondaires à cause des vaccins anti-covid.

Rappelons nous également le  « Pfizer Gate », après la publication d’un témoignage d’une ancienne salariée de Ventavia dans le British Medical Journal, ou plusieurs individus auraient signalé des problèmes graves liés à la vaccination, mais ils n’auraient jamais été recontactés.

Source : Le Courrier des stratèges

 

________________________________________________________

 

Conseil d’état sur la 3ème dose : « Le ministre des solidarités et de la santé a reconnu qu’il y avait 24% d’effets secondaires graves…Environ 300 000 conernées…Possibilité d’invoquer une contre-indication par votre médecin ! » Quelle honte !!!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages