Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

9 février 2022 3 09 /02 /février /2022 19:23
Je viens d'apprendre que deux réacteurs supplémentaires vont être fermés pour causes de fissures !
 
 
___________________________________________________
 
 par Tyler Durden zero hedge
 

Lorsque nous avons entendu pour la première fois hier que le plus grand producteur d'énergie d'Europe, le français EDF (Electricité de France), avait paradoxalement de nouveau réduit son objectif de production nucléaire pour la deuxième fois en un mois - malgré des coûts énergétiques déjà ridiculement élevés en France et sur tout le continent - nous avons eu un réaction très rapide : cela rendrait Poutine très heureux car l'Europe deviendrait encore plus dépendante du gaz russe.

EDF a déclaré que la production nucléaire devrait tomber à 295 et 315 térawattheures en 2022, contre une prévision antérieure de 300 et 330 térawattheures. La dernière fois que la production nucléaire de l'entreprise est tombée en dessous de 300 térawattheures, c'était il y a plus de trois décennies. De nouvelles réductions de la production de l'année prochaine pourraient survenir lorsque EDF publiera ses résultats plus tard ce mois-ci, a déclaré Morgan Stanley dans un rapport.

 

"Lorsque l'objectif est proche ou inférieur à 300 térawattheures, cela commence à soulever des inquiétudes pour l'hiver prochain en termes d'offre et de demande", a déclaré Emeric de Vigan, directeur général de la société française d'analyse énergétique COR-e.

Effectivement, mardi, les prix de l'électricité en Europe ont bondi, comme prévu, alors que les négociants en énergie ont répondu à l'annonce d'Électricité de France SA selon laquelle sa production nucléaire pourrait chuter cette année à des niveaux jamais vus depuis 1990, et Morgan Stanley dit qu'il y a une "probabilité significative" de une production coupée pour 2023. Le déficit a contraint la France à importer de l'électricité à certains moments, resserrant l'approvisionnement des pays voisins habitués à compter sur le géant nucléaire français pour garder les lumières allumées.

L'électricité allemande à un an, une référence européenne en matière d'électricité, a bondi de 4,7 % à 147 euros le mégawattheure, tandis que le contrat de mars a bondi de 5,5 %. Le contrat français pour l'année prochaine a augmenté de 7% à 162 euros, le plus haut niveau jusqu'à présent en 2022.

Et en mettant cela dans son contexte, nous soupçonnons que les "gilets jaunes" ne seront pas contents...

Le géant français du nucléaire, autrefois source de fierté nationale, est aux prises avec plusieurs pannes de réacteurs qui affecteront ses bénéfices. Le rachat de 15 térawattheures d'électricité aux prix actuels coûtera à EDF 2,1 milliards d'euros (2,4 milliards de dollars), soit 8% de la capitalisation boursière de l'entreprise, a déclaré Ahmed Farman, analyste chez Jefferies Group.

La France était le plus grand exportateur net d'électricité d'Europe au second semestre de l'année dernière, envoyant l'équivalent de 10 % de sa demande à l'étranger, selon le consultant industriel Enappsys Ltd. Une production nucléaire moindre en 2022 réduira probablement les exportations vers les pays d'Allemagne et du Royaume-Uni. , augmentant leur exposition aux prix élevés du gaz et du charbon pour ses centrales électriques.

L'action EDF a chuté de 4,5 %, ce qui a poussé Morgan Stanley à dire que "ces annonces nuisent au sentiment sur le titre et peuvent inciter les investisseurs à attendre plus longtemps avant de se réengager sur le nom".

Comme le note Bloomberg, alors que les réacteurs d'EDF sont l'épine dorsale d'un système électrique européen de plus en plus intégré, le parc devient de plus en plus peu fiable en raison de longues périodes de maintenance planifiée et non planifiée. Une série de pannes récentes a aggravé la crise énergétique en Europe, alors que la Russie achemine moins de gaz naturel vers le continent et que les tensions sur l'Ukraine sont vives. En effet, la décision d'EDF a rendu la France - et l'Europe - plus dépendantes des exportations de gaz russe, pas moins, à un moment où la "coopération énergétique" russe avec l'Europe est de plus en plus un sujet de débat brûlant.

C'est presque comme si le marionnettiste Poutine dirigeait discrètement les décisions européennes en matière d'infrastructures énergétiques dans les coulisses de la manière la plus bénéfique pour la Russie. Ça, ou les bureaucrates européens sont une bande de bouffons maladroits.

  

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages