Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

23 février 2022 3 23 /02 /février /2022 20:06
Beaucoup de fantasmes, de peurs, de rumeurs, ont circulé sur le graphène, et sur son hypothétique présence dans le vaccin contre le COVID. À notre connaissance, ce débat n’a pas été tranché, c’est d’ailleurs pour cette raison que nous n’avons jamais relayé les affirmations diverses sur le graphène dans nos colonnes. Mais il est un fait avéré, qui mérite d’être relevé, c’est l’engouement de Mc Kinsey pour le graphène et pour les avantages qu’il présenterait dans le domaine des bio-technologies. Nous vous devions bien une revue de la littérature Mc Kinseyenne sur le sujet.

 

Graphene by the numbers

 

Répétons-le, beaucoup de fantasmes ont agité le landerneau concernant la présence de graphène dans le vaccin contre le COVID. Je parle de fantasme, ici, car j’ai lu des histoires fantaisistes de lanceurs d’alerte arrêtés et suicidés par la police après avoir prétendument démontré les dangers du graphène présent dans le vaccin.

Du graphène présent dans le vaccin Pfizer, vraiment ?

Personnellement, je ne comprends rien à ces histoires de graphène, et je revendique ma parfaite nullité en matière scientifique. Sur ce sujet, je me réfugie donc derrière ma méthode habituelle, qui est d’écouter tous les avis et de chercher les dénominateurs communs, avec la conviction que ces dénominateurs peuvent être un indice (fragile, friable, révocable) d’un consensus. Tant que je n’ai pas trouvé cet indice, je m’abstiens d’évoquer le sujet.

Sur le graphène dans le vaccin, je me souviens d’avoir discuté avec le directeur d’une publication complotiste qui m’a expliqué qu’il n’avait trouvé aucune preuve d’une telle présence dans le vaccin. J’ai aussi discuté avec une virologue de très haut niveau qui m’a soutenu ne pas savoir ce qu’il y avait exactement dans les adjuvants du vaccin, mais qui ne m’a pas dit qu’on y trouvait du graphène.

Faute d’éléments probants, je suis donc incapable de dire si du graphène se trouve dans le vaccin ou non et, à ma connaissance, personne n’est parvenu à le prouver.

Pour être franc, je soupçonne que, parmi ceux qui soutiennent que Pfizer a introduit le graphène dans le vaccin, on trouve parfois des trolls mondialistes qui poussent à la roue pour discréditer les dissidents en les attirants dans les bas-fonds d’un complotisme manichéen.

C’est pour cette raison que le Courrier des Stratèges, qui n’est pas complotiste, prend toujours garde à ne pas donner d’écho à des rumeurs incertaines, et s’en tient aux sources contestables et opposables. En revanche, l’excellent Laurent Aventin, qui est spécialiste de ces sujets, livrera la semaine prochaine un dossier documenté sur la question.

Ce que Mc Kinsey dit du graphène

Ce qui est attesté, en revanche, c’est l’intérêt que le cabinet Mc Kinsey porte au graphène, et même, peut-on dire sans trop de difficultés, la publicité qu’il fait à ce produit.

Ainsi, on découvre sur le site du World Economic Forum un article de… Mc Kinsey, d’octobre 2021, évoquant les dix tendances technologiques du futur, qui montre ceci :

 

tech-trends-2022

 

Les observateurs attentifs noteront que, selon Mc Kinsey, la neuvième tendance technologique d’avenir, ce sont les matériaux de nouvelle génération (next-generation materials) parmi lesquels le graphène occupe une place de choix, à côté des nano-matériaux et des nano-particules de disulfide de molybdène.

Selon Mc Kinsey, le graphène fait donc partie des nouveaux matériaux qui vont “exploser” dans les dix ans à venir.

Les initiés noteront que, pour Mc Kinsey, la première tendance reste le développement des objets connectés, qui permettront de rendre encore plus performante la surveillance quotidienne et l’hégémonie culturelle de la caste, comme je l’explique dans le deuxième chapitre de mon livre sur l’agenda du chaos publié aujourd’hui (et que je vous offre exceptionnellement !).

Ceux qui ont suivi notre dossier sur Mc Kinsey ont relevé que le cabinet de conseil américain exerce une importante influence sur la mondialisation… Les théories sur le graphène sont donc à prendre au sérieux.

Mc Kinsey propagandiste du graphène

L’engouement de Mc Kinsey pour le graphène n’a pas commencé avec la crise du COVID. Dès avril 2018, le cabinet publie un article qui ressemble plus à de la publicité qu’à de l’analyse (mais Mc Kinsey est-il capable de distinguer les deux ?), qui énumère les avantages du nouveau matériau.

Le propos de Mc Kinsey est d’expliquer que les semi-conducteurs actuels ont atteint leurs limites technologiques, et que tout gain de fonction suppose une recherche de plus en plus coûteuse et de moins en moins rentable. Pour cette raison, le graphène est un matériau d’avenir.

Le cabinet américain énumère longuement les qualités de ce matériau, avec différentes infographies dont nous avons reproduit la plus parlante.

On notera en particulier que l’article relève que :

sa mobilité est estimée à 250 fois celle du silicium et sa flexibilité et d’autres propriétés le rendent idéal pour une gamme d’applications, de la technologie des batteries à l’optoélectronique comme les écrans tactiles.

C’est pour cette raison essentielle de rapidité que Mc Kinsey affirme que le graphène est un “game changer”, c’est-à-dire un matériau qui changera la face des semi-conducteurs dans les 10 ans à venir. Autrement dit, le graphène est appelé à devenir un produit de grande consommation dans les technologies de l’information.

L’article s’étend longuement sur les perspectives futures du graphène, comme si ces perspectives étaient un fait acquis. Il ne faut surtout pas oublier ici que l’un de ses trois auteurs est aussi un investisseur spécialisé dans les nouveaux matériaux (Nick Santhanam). Son intérêt est donc de bien “vendre” son produit en vantant ses mérites et son potentiel de croissance.

Car, le problème du graphène, c’est son coût de production… Plus il sera produit, moins il coûtera cher.

Et le vaccin alors ?

Dans les éléments que nous citons, on constate que Mc Kinsey ne parle à aucun moment du vaccin, ni de l’utilisation possible du graphène comme adjuvant vaccinal.

En revanche, un petit élément éveille l’attention, ce sont les vertus que Mc Kinsey prête au graphène dans les communications sans fil. Pour le cabinet, cette utilisation n’est pas “première”, mais seulement une applicatiion future du produit.

Dans cet article, Mc Kinsey ne s’étend pas directement sur les fonctions possibles du graphène dans le domaine de la communication sans fil.

Pour comprendre les utilisations possibles, il faut se référer à un autre document du cabinet, qui est un rapport complet de mai 2020 consacré à la bio-révolution

Le graphène y est cité dans une note en bas de page consacrée à son utilisation agricole possible (page 113 du rapport) :

CRISPR-Chip is a system that immobilizes CRISPR complexes on the surface of graphene-based transistors, which
allows for the electronic identification of specific target genes (La CRISPR-puce est un système qui immobilise les CRISPR complexes sur la surface des transistors à base de graphène, qui permettent l’identification électronique de gènes cibles spécifiques).

Selon Mc Kinsey, cette technologie de transistor à base de graphène permettrait de ne plus utiliser de pesticides de masse, parce qu’elle rendrait possible l’injection de “CRISPR-chip” combattant génétiquement les maladies dans chaque plante.

Le vaccin n’est pas cité ici nommément, mais on voit bien que, selon Mc Kinsey, le graphène peut être médicalement utile en jouant le rôle de transistor qui immobilise les CRISPR, technologie évoquée pour lutter contre le virus.

Technologiquement, en tout cas, on peut penser que Mc Kinsey n’exclut pas une utilisation médicale du graphène, non pour communiquer avec les antennes 5G, mais pour fixer les CRISPR supposés intervenir dans la lutte contre les virus.

Sur tous ces points, ne manquez pas les surprises que Laurent Aventin vous réserve la semaine prochaine dans son dossier spécial.

Mais une évidence s’impose : Mc Kinsey s’intéresse au graphène et à ses possibilités médicales…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages