Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 19:52

Fin du Pétrodollar ? Katie S.Phang: « Le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux reçu des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine la semaine dernière, après avoir refusé de parler à M. Biden. »

 

____________________________________________

 

D’abord, le président brésilien Jair Bolsonaro a refusé de condamner l’invasion russe en Ukraine. Puis, l’Inde a fait de même – alors que le gouvernement Modi tentait d’équilibrer ses liens historiques avec Moscou et son partenariat stratégique avec Washington.

 

 

Aujourd’hui, les dirigeants saoudiens et émiratis refusent de répondre aux appels de Biden, alors que le président américain tente de contenir la flambée des prix du pétrole, selon le Wall Street Journal, qui ajoute que les monarchies du golfe Persique ont fait savoir « qu’elles ne contribueront pas à atténuer la flambée des prix du pétrole si Washington ne les soutient pas au Yémen et ailleurs ».

« On s’attendait à un appel téléphonique, mais il n’a pas eu lieu », a déclaré un responsable américain au sujet d’une discussion prévue entre Biden et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. « Cela faisait partie de l’ouverture du robinet [du pétrole saoudien] ».

Mohammad bin Salman: chi è il millennial più potente del ...

Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed bin Salman.

Le cheikh Mohammed bin Zayed al Nahyan des Émirats arabes unis a également refusé de parler à Biden ces dernières semaines, selon des responsables du Moyen-Orient et des États-Unis.

Pourtant, le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux pris des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine après avoir refusé de parler à Biden, selon le WSJ. Ils ont également parlé avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Biden a réussi à joindre le père du prince Mohammed, âgé de 86 ans, le 9 février, mais le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré que l’appel entre Biden et le cheikh Mohammed devait être reprogrammé, selon le rapport.

Qu’en retirent-ils ?

Comme le note le Journal, « Les Saoudiens ont signalé que leurs relations avec Washington se sont détériorées sous l’administration Biden, et ils veulent plus de soutien pour leur intervention dans la guerre civile au Yémen, de l’aide pour leur propre programme nucléaire civil alors que celui de l’Iran progresse, et une immunité juridique pour le prince Mohammed aux États-Unis, ont déclaré des responsables saoudiens. Le prince héritier fait face à de multiples poursuites judiciaires aux États-Unis, notamment pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. »

 

Voilà la question.

Pendant ce temps, les Émiratis partagent les préoccupations saoudiennes concernant le niveau d’engagement moins qu’adéquat des États-Unis concernant les récentes frappes de missiles des militants Houthis soutenus par l’Iran au Yémen contre les EAU et l’Arabie saoudite. Les deux royaumes sont également préoccupés par la relance de l’accord sur le nucléaire iranien, qui en est aux « dernières étapes des négociations », mais qui ne répond en rien à leurs préoccupations en matière de sécurité.

Ainsi, pour ceux qui suivent l’évolution de la situation, alors que l’Occident continue d’insister sur l’isolement de la Russie – et ne vous méprenez pas, ces sanctions seront immédiatement paralysantes – si l’on considère la population et les ressources qui proviennent de la Chine, de l’Inde, du Brésil et des royaumes du Moyen-Orient – en gros, la moitié de la population mondiale et ceux qui contrôlent la plupart des matières premières du monde ne sont pas d’accord pour punir Poutine ou apaiser la situation au profit de l’Occident.

Et comme le souligne le Journal, « l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les deux seuls grands producteurs de pétrole qui peuvent pomper des millions de barils de pétrole supplémentaires – une capacité qui, si elle était utilisée, pourrait contribuer à calmer le marché du brut à un moment où les prix de l’essence aux États-Unis sont à des niveaux élevés. »

Trop peu, trop tard ?

À la fin du mois dernier, Brett McGurk, le coordinateur du Conseil national de sécurité pour le Moyen-Orient, et Amos Hochstein, l’envoyé du Département d’État pour l’énergie, se sont rendus à Riydah pour tenter d’apaiser les relations – tandis que McGurk a également rencontré le cheikh Mohammed à Abou Dhabi pour entendre leurs frustrations concernant la réponse de l’Amérique aux attaques des Houthis.

De toute évidence, la diplomatie ne s’est pas bien passée.

À ce jour, les Saoudiens et les Émiriens ont refusé d’augmenter leur production de pétrole et s’en tiennent à la feuille de route de l’OPEP en matière de production qui avait été convenue précédemment. De plus, leur alliance énergétique avec la Russie, autre grand producteur de pétrole, a renforcé la portée mondiale de l’OPEP tout en rapprochant les royaumes de Moscou.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont noué des liens profonds avec l’ancien président Donald Trump, qui s’est rangé de leur côté dans un conflit régional avec le Qatar, a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien auquel ils s’étaient opposés, a effectué son premier voyage à l’étranger à Riyad en 2017 et a soutenu le prince Mohammed après le meurtre de M. Khashoggi. Mais la décision de M. Trump de ne pas répondre à une attaque de drones et de missiles iraniens contre d’importants sites pétroliers saoudiens en 2019 a ébranlé les partenaires du Golfe qui s’appuient depuis des décennies sur la promesse de protection sécuritaire des États-Unis. L’Iran a nié toute implication dans les attaques d’installations pétrolières.

Le désaccord entre Biden et le prince héritier d’Arabie saoudite remonte à l’élection présidentielle de 2020, lorsque le candidat démocrate a juré de traiter le royaume comme un État « paria » après qu’une équipe de tueurs saoudiens a tué M. Khashoggi en 2018 à Istanbul. -WSJ

Biden a également publié un rapport des services de renseignement peu après son entrée en fonction, qui concluait que le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul avait été approuvé par le prince Mohammed – qui a nié avoir eu connaissance du complot, bien que des proches collaborateurs aient été condamnés par la justice saoudienne pour la mort du journaliste.

Le président américain a également critiqué l’Arabie saoudite pour sa longue guerre au Yémen, et a coupé les armes que les Saoudiens utilisaient pour cibler les Houthis. Biden a également retiré les Houthis d’une liste de groupes terroristes mondiaux, après que l’ancien président Trump les y ait ajoutés.

 

Et lundi (après que Biden ait été démasqué), la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a confirmé que Biden avait maintenu son opinion selon laquelle les Saoudiens devaient être traités comme des « parias » et que leurs dirigeants avaient « peu de valeur sociale ».

Dans un entretien avec le magazine Atlantic publié la semaine dernière, le prince Mohammed a déclaré, lorsqu’on lui a demandé si Biden l’avait mal compris : « Simplement, cela m’est égal », ajoutant que le président américain n’aurait pas dû se mettre à dos les dirigeants saoudiens. « C’est à lui de penser aux intérêts de l’Amérique », a-t-il dit, ajoutant : « Vas-y. »

Par conséquent, ne qualifiez pas de « paria » le pays qui pourrait vous tirer d’une crise pétrolière si vous avez besoin de son aide.

Aube Digitale

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages