Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 171 541 visiteurs 276 832 pages lus et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 

Youtube 

 
Crowdbunker 

 
 

Recherche

réf.

3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 19:51

L'hebdomadaire le Spiegel, vient, en plein milieu de la grave crise ukrainienne, d'apporter des éléments redoutablement importants pour la diplomatie russe envers les Etats-Unis, l'Otan et l'UE après la découverte d'un document datant de 1991.

Le magazine allemand confirme, en effet, les accusations de la Russie concernant l'élargissement de l'Otan vers l'est en violation d'un accord datant d'après la chute du mur de Berlin. Un document écrit, prouvant un accord, sur le non élargissement de l'Otan vers l'est a été trouvé dans les archives britanniques. 

Le Spiegel évoque une découverte sensationnelle. Un document découvert dans les archives confirme la version du Kremlin selon laquelle l'Otan ne devait pas s'élargir vers l'est après avoir obtenu l'accord de Moscou sur l’unification de l'Allemagne. La découverte de ce document écrit tombe alors que le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a soutenu et continue d’affirmer que personne n'a fait de telles promesses à l'Union soviétique. Le document écrit, selon le Spiegel, a été découvert dans les archives nationales britanniques par le politologue américain Joshua Shifrinson, professeur à l'université de Boston. Auparavant, le document était classé « secret », mais il a ensuite été déclassifié. 

« L'Otan ne devrait pas non plus s'étendre formellement ou informellement vers l'est ». Il est question du procès-verbal de la réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères américain, britannique, français et allemand, tenue à Bonn le 6 mars 1991, où ils ont discuté de la sécurité en Europe centrale et orientale. A ce moment-là, l'organisation du pacte de Varsovie était en train de disparaître et les politiciens des pays du bloc soviétique signalaient aux pays occidentaux leur désir de rejoindre l'Otan.

Cependant, comme le note le Spiegel, il ressort clairement du document que les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français ont convenu que l'adhésion à l'Otan de candidats d'Europe de l'Est est inacceptable. Selon la note, le directeur politique du ministère allemand des Affaires étrangères, « Jürgen Chrobog a déclaré que nous avions besoin de nouvelles idées sur la manière d'assurer la sécurité de l'Europe centrale et orientale des pays. Nous avions clairement indiqué lors des négociations 2 plus 4 que nous ne prolongerions pas l'Otan au-delà de l'Elbe (Sic). Nous ne pouvions donc pas proposer l'adhésion à l'Otan, à la Pologne et aux autres ». Les participants à la réunion ont décidé de renforcer la stabilité et la sécurité de l'Europe centrale et orientale par des accords bilatéraux avec les pays de la région et dans le cadre de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). 

Le document trouvé dans les archives confirme la position russe. Le président russe, Vladimir Poutine, a souligné à plusieurs reprises que pendant des négociations sur l'unification de l'Allemagne, l'Union soviétique s'est vu promettre que l'Otan ne s'élargirait pas. Il l'a notamment dit lors d'une conférence de presse en décembre 2021 : « Pas un pouce vers l'est, nous disait-on dans les années 90. Et alors ? Ils ont triché. Ils ont simplement trompé de manière flagrante : cinq vagues d'expansion de l'Otan, et maintenant, s'il vous plaît, en Roumanie, des systèmes correspondants apparaissent maintenant en Pologne ».

Selon le président russe, la Russie s'est opposée à plusieurs reprises à l'expansion de l'Otan vers l'est, se référant aux promesses correspondantes des pays occidentaux. Durant ses déclarations lors de sa traditionnelle grande conférence de presse en décembre 2021, il a déclaré : « Et ils nous disent : « Où est-ce écrit ? » ; « Sur un bout de papier ? » ; « Il n'existe pas ? » ; « Eh bien, c'est tout ! » ; « Tu t'en vas ! » ; « On s'en moquait de tes soucis ». « Et ainsi d'année en année. Chaque fois que nous avons essayé d'empêcher quelque chose, exprimé des inquiétudes ». [Ils nous ont dit], « Non - vous partez avec vos préoccupations, nous ferons ce que nous pensons nécessaire ». 

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a, donc, encore menti sur le fait que l'Alliance de l'Atlantique Nord « n'a jamais promis de ne pas s'étendre [à l'est] ». Dans un entretien avec le Spiegel, qui porte le titre « La Russie est l'agresseur », en date de janvier 2022 Jens Stoltenberg avait encore déclaré que les affirmations russes auraient été fausses : « Ce n'est tout simplement pas vrai, aucune promesse de ce genre n'a jamais été faite, il n'y a jamais eu un tel accord en coulisses. C'est tout simplement faux ».

Les affirmations de Jens Stoltenberg à la lumière de la découverte du document dans les archives britanniques prouvent qu'il ment. Cela est un comportement grave car aujourd'hui les Etats-Unis colportent à travers le monde par l'intermédiaire de leurs médias que la Russie et l'agresseur alors que cela est l'inverse, comme le prouve le document historique découvert dans les archives britanniques. 

Le document publié par le Spiegel permet d'affirmer qu' il est temps de remettre ces menteurs qui agissent au sein de l'Otan et de la politique occidentale à leur place et de rétablir rapidement la justice historique afin de protéger la paix rapidement. 

Pierre Duval pour Agoravox

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages