Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 19:54

Le Japon a confirmé qu'il n'avait pas l'intention de se retirer de ses projets pétroliers et gaziers en Extrême-Orient russe

 

Le ministre japonais de l'Économie, Hagiuda Koichi, a déclaré : « Le Japon a des participations dans les deux projets [pétroliers et gaziers] et a assuré des approvisionnements à long terme. Les projets fournissent à notre pays de l'énergie à des prix inférieurs à ceux du marché, et la flambée des coûts de l'énergie rend les projets encore plus importants "

 

Selon RT : Koichi a également déclaré que si le Japon importe environ 90 % de son pétrole brut du Moyen-Orient, le projet russe Sakhalin-1 est considéré à Tokyo comme une source d'énergie importante en dehors de cette région. Il a ajouté que le projet Sakhalin-2, à son tour, représente environ 9% des importations de gaz naturel liquéfié (GNL) de son pays. En outre, le ministre a souligné que le Japon s'en tiendra également aux accords sur un autre projet de développement de GNL dans l'Arctique russe.

Les déclarations de Koichi vont à l'encontre de la position plus large du Japon sur la coopération avec la Russie. L'État asiatique s'est récemment joint à un certain nombre de pays occidentaux pour imposer des sanctions à Moscou après que ce dernier a lancé une opération militaire en Ukraine. Les sanctions ne visent cependant pas les vecteurs énergétiques.

 
 
 
Rédactrice chez NewsPunch
 
 
_______________________________________
 

Jim Rickards: « Avant l’invasion, la parité USD/RUB était de 80,0. Aujourd’hui, elle est de 80,5. Les sanctions n’ont eu aucun impact sur le rouble russe. Mais ces dernières coûteront aux Américains et aux Allemands des milliards de dollars en raison de la hausse des coûts de l’énergie et de l’inflation. »

 

___________________________________________

Défaut de paiement, un «désastre à grande échelle» à venir ...

Compte à rebours avant le défaut de paiement du gouvernement américain

Les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) arrivent. Et elles arrivent bien plus vite que la plupart des gens ne veulent l’imaginer. Êtes-vous prêts ?

À l’heure actuelle, environ 90 banques centrales – dont les banques centrales européennes et la Réserve fédérale – expérimentent ou sont à divers stades de la mise en œuvre des CBDC. En outre, ces banques centrales favorables aux CBDC comprennent toutes les économies du G20. Et ensemble, elles représentent plus de 90 % du PIB mondial.

 

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que l’adoption d’une CBDC dans votre pays de résidence s’accompagnerait de la suppression de l’argent liquide. Ce serait pour votre bien, bien sûr. Pour éliminer les transactions néfastes et les marchés noirs.

Si vous attachez de l’importance à la confidentialité financière et à la liberté de dépenser votre argent comme bon vous semble, alors le déploiement rapide des CBDC est un signal d’alarme majeur. L’utilisation obligatoire d’une CBDC, comme un dollar numérique par exemple, donnerait aux planificateurs centraux une surveillance et un contrôle complets de vos finances.

En effet, sous un régime de CBDC – sans argent liquide – toutes vos transactions seraient soumises à la surveillance du gouvernement. Tous les vestiges de la liberté financière, de la vie privée et de l’anonymat seraient détruits. Mais ce n’est pas tout…

Les CBDC permettraient aux planificateurs centraux fous de contrôle et de pouvoir de faire bien plus qu’espionner et surveiller vos transactions financières. Les CBDC leur permettraient de contrôler comment et quand vous dépensez votre argent.

Cela peut sembler fou à une personne saine d’esprit, qui agit avec un minimum de modestie et d’intégrité. Mais, en vérité, c’est l’un des principaux objectifs des CBDC. En fait, il y a plusieurs années, le directeur général de la Banque des règlements internationaux, Agustin Carstens, a décrit les pouvoirs extraordinaires que les CBDC conféreraient aux planificateurs centraux. Voici les détails fournis par Carstens lui-même :

« Il y a une énorme différence [entre les CBDC et les espèces]. Par exemple, avec l’argent liquide, nous ne savons pas qui utilise un billet de 100 dollars aujourd’hui. Nous ne savons pas qui utilise un billet de 1 000 pesos aujourd’hui. Une différence essentielle avec les CBDC est que la banque centrale aura un contrôle absolu dans le cadre de règles et de réglementations qui détermineront l’utilisation de cette expression de la responsabilité de la banque centrale, et nous aurons la technologie pour faire respecter cela. »

Vous comprenez ? Les planificateurs centraux veulent un contrôle absolu sur la façon dont vous dépensez votre argent. Cela inclut le gouvernement américain aussi…

 

Traçables et programmables

Le 9 mars, l’administration Biden a publié un décret demandant à plusieurs agences fédérales d’étudier les monnaies numériques et d’identifier les moyens de les réglementer. Une grande partie du décret est axée sur les crypto-monnaies basées sur la blockchain, comme le bitcoin et l’ethereum.

 

Cependant, dans le cadre du décret, Biden demande également au gouvernement fédéral et à la Réserve fédérale de jeter les bases d’une nouvelle monnaie américaine potentielle, une CBDC – peut-être un dollar numérique.

Plus précisément, le décret ordonne au Trésor américain et à d’autres agences fédérales d’étudier le développement de la nouvelle CBDC et de rendre compte dans les 180 jours des risques et avantages potentiels d’un dollar numérique. Le décret ordonne également au département du Trésor, au bureau du procureur général et à la Réserve fédérale d’élaborer une « proposition législative » visant à créer une monnaie numérique dans un délai de 210 jours, soit environ sept mois.

Le dollar numérique arrive, et il arrive vite.

Pour être clair, l’adoption d’un dollar numérique par le gouvernement américain, comme le souhaite Biden, serait l’une des plus grandes expansions du pouvoir fédéral jamais réalisées. Le dollar numérique serait bien différent d’une version numérique du dollar américain existant. Il serait également très différent des crypto-monnaies comme le Bitcoin et l’Ethereum, qui sont décentralisées.

Les dollars numériques seraient traçables et programmables. La Réserve fédérale, ou une autre agence gouvernementale, aurait la capacité de créer des dollars numériques à sa guise. En outre, les dollars numériques pourraient être programmés pour être soumis à diverses règles et restrictions régissant la manière et le moment de les dépenser.

Plus tôt cette année, dans le rapport publié par la Réserve fédérale sur le développement d’une CBDC, la Fed a fourni des exemples de « choix de conception » possibles pour un dollar numérique, notamment qu' »une banque centrale pourrait limiter le montant de la CBDC qu’un utilisateur final pourrait détenir. »

Le plan du décret de Biden pour un dollar numérique comprend également des choix de conception qui donneront au gouvernement fédéral un contrôle total sur la liberté financière et l’économie. Le décret stipule même que la CBDC et les autres politiques régissant les actifs numériques doivent atténuer « le changement climatique et la pollution » et promouvoir « l’inclusion financière et l’équité. » Il s’agit là d’un axe majeur.

Nous pouvons en déduire que l’inclusion et l’équité financières signifient la redistribution des richesses. Et l’atténuation du changement climatique signifie des restrictions sur l’utilisation des combustibles fossiles. Ces éléments, ainsi que d’autres dictats gouvernementaux, comme la soustraction directe des taxes et des frais de votre compte, seraient programmés dans le dollar numérique.

Pourquoi maintenant…

Retour de flamme

 

Les sanctions prises par les États-Unis et l’Union européenne à l’encontre de la Russie, notamment en coupant les institutions financières russes du réseau SWIFT et en empêchant les banques centrales russes d’utiliser leurs réserves de devises, pourraient s’avérer être une erreur stratégique. Les répercussions potentielles sont réelles et se produisent déjà.

L’Europe, qui dépend de la Russie pour 40 % de son gaz naturel, est en train de récolter la tempête. Selon Bloomberg, Poutine a signé un décret exigeant le paiement en roubles des fournitures de gaz russe à compter du 1er avril (aujourd’hui). L’Europe se soumettra-t-elle ?

Selon certaines rumeurs, les nations européennes achètent déjà secrètement des roubles. La hausse du rouble sur le marché des changes, qui a retrouvé son niveau d’avant l’invasion, laisse certainement entendre que quelque chose se prépare.

Quoi qu’il en soit, les États-Unis sont en train de perdre le contrôle du système financier et de paiement international. En excluant la Russie de SWIFT, Poutine est obligé de chercher d’autres alternatives. Plus précisément, la Chine a développé son propre système de paiement interbancaire transfrontalier (CIPS) comme alternative à SWIFT.

Les sanctions contre la Russie pourraient accélérer encore l’utilisation et l’adoption du CIPS par les nations qui s’opposent à l’influence occidentale. Les crypto-monnaies et la technologie blockchain offrent également aux banques et aux particuliers des moyens de transférer des paiements sans utiliser de dollars ou SWIFT.

Le succès même de l’armement du système financier hérité par les États-Unis et l’Europe pousse la Russie et d’autres pays vers de telles alternatives. Par conséquent, la diminution des transactions internationales en dollars pourrait compromettre le statut de monnaie de réserve du dollar. Cela aurait de graves conséquences pour l’économie américaine, car le dollar subirait probablement une dévaluation importante.

Aux États-Unis, l’inflation des prix à la consommation (officielle) est déjà à son plus haut niveau depuis 40 ans. Officieusement, elle est plus élevée qu’elle ne l’a été depuis plus de 100 ans.

Entre la guerre financière en cours, l’inflation galopante des prix à la consommation, une dette nationale de 30 000 milliards de dollars, des déficits de plusieurs milliards de dollars et des engagements non provisionnés s’élevant à des centaines de milliards de dollars, quelque chose doit céder…

…à savoir, le dollar américain.

Compte à rebours avant le défaut de paiement du gouvernement américain

Le mythe américain populaire est que le gouvernement américain n’a jamais fait défaut sur sa dette.

Franchement, c’est de la foutaise pure et simple.

 

Le gouvernement américain a (officieusement) fait défaut sur sa dette à deux reprises au cours des cent dernières années.

Le décret 6102 de 1933, qui obligeait tous les citoyens américains à rendre leurs pièces et lingots d’or, était en fait un défaut de paiement. La possession d’or aux États-Unis, avec quelques petites restrictions, a été illégale pendant les 40 années suivantes.

En vertu du décret 6102, les Américains ont reçu une compensation de 20,67 dollars par once d’or. Ils ont été payés en dollars papier. Immédiatement après la confiscation de l’or par le gouvernement, le prix de l’or a été porté à 35 dollars l’once par le Gold Reserve Act de 1934. C’est ainsi que les citoyens américains ont été dépouillés de plus de 40 % de leur richesse.

Le deuxième défaut s’est produit en 1971, lorsque le président Nixon a « temporairement » suspendu la convertibilité du dollar en or.

Avant 1971, comme déterminé par le système monétaire international de Bretton Woods, qui a été convenu à Bretton Woods, New Hampshire, en juillet 1944, une banque étrangère pouvait échanger 35 dollars avec le Trésor américain contre une once d’or. Après que les États-Unis aient renoncé à ce taux de change établi, lorsque les banques étrangères remettaient 35 dollars au Trésor américain, elles recevaient 35 dollars en échange.

Dans les deux cas, le gouvernement américain n’a pas ouvertement fait défaut sur la dette. Au lieu de cela, il a changé les fondamentaux – les termes et conditions – du dollar. En toute honnêteté, ce sont des défauts de paiement.

De même, l’émission d’un dollar numérique (une CBDC émise par la Fed), qui est traçable et programmable, modifie les termes et conditions du dollar en espèces.

Ne vous y trompez pas. Il s’agit d’un défaut… et vous ne l’aimerez pas.

De plus, selon le décret de Biden, ce défaut pourrait survenir dès T moins 210 jours après le 9 mars – ou dès le 4 octobre.

Si cela ne vous fait pas chaud au cœur, nous ne savons pas ce qui le fera.

Source: Economic Prism,

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages