Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

2 juin 2022 4 02 /06 /juin /2022 17:50

Le chef d'Europol a déclaré que les armes envoyées en Ukraine par les pays occidentaux pourraient se retrouver sur le marché noir européen et être utilisées par divers groupes criminels.

Europol prévient que les armes expédiées en Ukraine pourraient être utilisées par des « groupes criminels » pendant des années

Dans une interview accordée à Welt am Sonntag, la directrice exécutive d'Europol, Catherine De Bolle, a révélé que son organisation se prépare à un afflux d'armes illégales en Europe qui ont été initialement livrées à l'Ukraine par des pays occidentaux pour aider les troupes ukrainiennes combattant la Russie.

 

Europol s'inquiète, selon De Bolle, de savoir qui obtiendra ces armes une fois la bataille terminée.

Elle a souligné qu'après la fin des guerres yougoslaves il y a 30 ans, des volumes importants d'armes sont apparus en Europe et que ces armes sont encore utilisées par divers groupes criminels aujourd'hui.

 

De Bolle veut que l'Europe soit préparée cette fois. Selon elle, un comité de travail international a déjà commencé à chercher des solutions potentielles à leur problème.

 
ABONNEZ-VOUS À GREATGAMEINDIA

Entrez votre adresse e-mail pour vous abonner à GGI et recevoir les notifications de nouveaux messages par e-mail.

 

 

De Bolle n'est pas entré dans les détails des mesures qu'Europol propose de prendre pour empêcher la propagation d'armes ukrainiennes à travers le continent via des organisations criminelles.

Outre le trafic d'armes, Europol est également à la recherche de terroristes connus et d'extrémistes violents, en particulier d'extrême droite, qui tentent de fuir l'Ukraine pour l'Europe, selon le chef de l'agence, qui s'est entretenu avec Welt am Sonntag.

 

Moscou a fréquemment mis en garde les pays occidentaux contre l'envoi d'armes à l'Ukraine, les accusant de prolonger la crise et de nuire à la Russie plutôt que d'aider l'Ukraine, comme disent ces pays.

 
 

Le Kremlin a également averti que Kiev ne serait pas en mesure de garantir que ces armes ne finiraient pas entre les mains d'extrémistes ou de terroristes, mettant en péril la sécurité européenne.

Malgré ces avertissements, les pays occidentaux continuent de dépenser des milliards de dollars pour fournir des armes, en particulier des armes lourdes, à l'Ukraine sous prétexte de soutenir la lutte de Kiev contre les troupes russes participant à l'opération militaire spéciale, ainsi que les combattants des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ( DPR et LPR), qui luttent pour l'indépendance depuis 2014.

 
 

Suite à une demande d'aide de la RPD et de la LPR, le président Vladimir Poutine a ordonné l'opération le 24 février.

 

Source : greatgameindia

_________________________________________________________________________

 

Dans une interview accordée ce week-end aux médias allemands, la directrice de l’agence de police européenne Europol a lancé un avertissement alarmant concernant l’énorme quantité d’armes déversées par l’Occident en Ukraine.

La directrice d’Europol, Catherine De Bolle, a déclaré au journal allemand Welt am Sonntag que l’afflux d’armes sur le champ de bataille Ukraine-Russie pourrait se retrouver entre les mains de groupes criminels pendant des années. « À un moment donné, la guerre sera terminée. Nous voulons éviter une situation comme celle qui a suivi la guerre dans les Balkans il y a 30 ans », a-t-elle déclaré à la publication, en référence aux conflits qui ont suivi l’effondrement de la Yougoslavie.

« Les armes de cette guerre sont encore utilisées par des groupes criminels aujourd’hui », a souligné Mme De Bolle en parlant des conflits des Balkans et de ce qui semble être une situation similaire en Ukraine.

« La situation est très dynamique et fragmentée et nous recevons des chiffres différents de nos partenaires européens », a déclaré Mme De Bolle. Elle a souligné qu’en réponse, son agence cherche à « trouver un moyen de gérer la situation après une éventuelle fin de la guerre ». Elle a précisé que cela impliquerait qu’Europol « réunisse une task force internationale qui s’occupera de cette question ».

Le conflit ukrainien a attiré des dizaines de milliers de volontaires étrangers après que le gouvernement de Kiev a créé une légion étrangère. Cette légion comprend également des vétérans et des mercenaires américains et britanniques. Sur ce point, elle a expliqué, comme cité par la Deutsche Welle :

Les personnes qui se rendent en Ukraine ont des expériences et des idéologies différentes. Mais elle a ajouté que même ceux qui sont désillusionnés par la violence dont ils sont témoins là-bas seront sous observation.

La Russie, pour sa part, a longtemps mis en avant les groupes d’extrême droite et néonazis et le danger de les armer. Le bataillon Azov, en particulier, a été sur les lignes de front dans ce qui est maintenant Marioupol, contrôlé par la Russie, et est considéré comme une force de combat ukrainienne principale dans le Donbass.

Le Kremlin s’est particulièrement plaint de l’afflux de missiles Stinger américains sur le champ de bataille ukrainien. Les Stinger ne constituent pas seulement une grave menace pour les avions militaires, mais aussi pour l’aviation civile.

 
 

Le type de scénario dont s’alarme aujourd’hui Catherine De Bolle d’Europol s’est déjà produit en Syriecomme cela est documenté depuis longtemps, étant donné que les programmes jumelés de la CIA et du Pentagone visant à armer les soi-disant « rebelles modérés » ont abouti à un ensemble d’armes, y compris des missiles antichars TOW, qui sont allés directement à Al-Qaïda, ISIS et tous les groupes terroristes syriens.

 

 

https://www.aubedigitale.com/europol-previent-que-les-armes-expediees-en-ukraine-pourraient-etre-utilisees-par-des-groupes-criminels-pendant-des-annees/

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages