Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 08:56

Numériser0002

Vue équestre de Niort au début du XVIIème (d'après une gravure de Chastillon)

 

Histoire de la Ville de Niort :

 

Blason de la ville de Niort Deux Sèvres :

 

d'azur semé de fleurs de lys d'or à la tour donjonnée d'argent, maçonnée et ajourée de sable, brochant sur le tout, posée sur des ondes aussi d'argent mouvant de la pointe (le donjon est le donjon initial, les ondes, la Sèvre mais aussi la mer car Niort était un port, les lys car le frère de Saint Louis Alphonse de Poitiers qui le portait "a partie a dextre" avait reçu le comté de Poitiers en apanage. Louis XI, par lettres patentes en 1461, confère la noblesse héréditaire au maire, échevins, conseillers municipaux, ainsi que confirmation et concession permanente de son écu.

 

En 1203 la première charte de France de "Franche Commune" est attribué à la ville par Jean sans Terre, puis confirmée par Aliènor d'Aquitaine.

 

 

Niort date vraisemblablement du VIème siècle, Novogorum, Novioritum (nouveau gué, Novioregum (Noticia Provinciarum et civitatem galliae honorii augusti), elle se situe sur l'axe secondaire de la voie romaine menant de Saintes à Nantes bordant le golfe Pictave (nommé aussi "lac des 2 corbeaux"), cette position stratégique se révélera comme étant la clé du couloir nord sud dans l'ouest et l'enjeu d'âpres combats

 

  Cette situation en fait sa richesse dès le Moyen Age, foires et marchés se développent. L'accessibilité portuaire est mis en oeuvre tout au long du Moyen Age, les méandres du golfe se prolongent jusqu'à 40 kms avant d'atteindre la mer. Une partie des marais poitevins est asséchée et  drainée par la coalition de 5 abbayes dont l'abbaye royale de Saint Maixent, l'abbaye de Maillezais.

 

La ville est ceinturée  de remparts sur 2 800 m (au XIVème, comparez avec Carcassonne 1500m de fortifications extérieures et 1100m intérieures) il subsiste les deux donjons jumeaux carrés reconstruits en 1158 sous Henri Plantagenêt reliés plus tard par un bâtiment central faisant office d'habitat plus confortable. Malgré sa position de noeud axial stratégique les ouvrages défensifs ne suffiront jamais à combler le déficit naturel du sol, maisen cas de siège le Marais offre toujours une issue de secours et une cache sûre.

 

Elle faisait partie des villes d'Aliènor d'Aquitaine, puis de ses fils Jean et Richard (Coeur de lion), fruits de son union avec Henri Plantagenêt alors comte d'Anjou. Cette alliance réunie l'Aquitaine, le Poitou, L'Anjou, le Maine, la Normandie puis l'Angleterre lors de son accession au trône en 1154. Niort alterne entre les deux camps au gré de multiples batailles, sièges (poliorcétique), hommages liges rompus, bien avant la guerre de cent ans. 

Pour noter la violence des combats, en 1346 Saint Maixent fût ravagée par les Anglais et ses hâbitants massacrés

En 1368 par le Prince Noir héritier du trône d'Angleterre convoque les Etats Généraux de la province pour imposer une redevance de 10 sols par foyer ( impôt du fouage) ; les Niortais se révoltent, la ville est prise d'assaut, incendiée et une grande partie de la population massacrée, cette répression s'explique aussi par les nombreuses offensives françaises

 

 Duguesclin reprend la cité le 26 mars 1372 par ruse (revêtue d'un uniforme ennemi une avant garde française entre et  la nuit ouvre une des portes de la cité) ; après Thouars, Fontenay-le-Comte, Melle et la bataille de Chizé, le Poitou tombe définitivement. En 1436 le Poitou est rattaché à la couronne.

La ville prend un essort exceptionnel sous la suzeraineté de Jean de Berry, les halles couvertes sont restaurées et agrandies pour devenir "les plus grandes d'Europe", un hôtel de ville est construit doté d'une horloge, 700 m de remparts ajoutés.  Le vin de la région est réputé sur la zone commerciale Atlantique (vin blanc cépage chenin dit "chemière"), les drapperies, faïences partent vers la Baltique sur les navires de la ligue hanséatique. Cette dynamique économique va de paire avec une effervescence intellectuelle (Rabelais-Abbaye de Maillezais),  pour l'artisanat d'art dont la faïence avec Bernard de Palissy. L'expansion rapide de l'imprimerie dans le Bas Poitou permet aussi la vulgarisation des évangiles.

 

Niort devient majoritairement calviniste dès 1557 et cette position ainsi que celle stratégique en font un enjeu majeur des  guerres de religions ; elle bascule d'un côté puis de l'autre au cours d'affrontements terribles, batailles effroyables et sanglantes (Duc de Joyeuse et Amiral de Coligny).

Henry IV fait assécher une partie des marais par les Hollandais, spécialisés dans la technique, les marais sont sources d'épidémies rémanentes, la région gagne environ 40 à 50kms sur la mer, la terre y est riche par les dépôts alluvionnaires de la Sèvre, les eaux poissonneuses, les côtes exploitent les salines, les tanneries importent des peaux d'Amérique du Nord. Henry IV réinstaure la paix sociale avec l'Edit de Nantes.

 

A la mort d'Henri IV Marie de Médicis assure la régence, la gestion du royaume est calamiteuse et le pays encore en déficit (décidément c'est une tradition). Les querelles partisanes ressurgissent donc et les cours étrangères financent ces divisions pour affaiblir le royaume. Louis XIII accède au trône et remarque le poitevin Armand du Plessis, il le nomme "aux affaires". Des villes de France se soulèvent dont celles de l'Ouest, finalement Richelieu fait tomber définitivement les places de Niort et Saint Maixent dernière cité sur la route de  La Rochelle.

La révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV le 22 septembre 1685 et les premières "dragonnades" (régiment de dragons casernés sur Niort) ruinent définitivement la région En 1681 l'Intendant de la Province Louvois fait loger les dragons chez ceux qui ne veulent pas se convertir. Le culte est interdit et punissable de galère.

Les familles protestantes s'éxilent, leurs biens sont saisis. Sous Louis XV la France perd "La Belle province" le Canada ou bon nombre de poitevins émigrent, les importations de peaux cessent. Les huguenots s'expatrient vers la Suisse, les pays du Nord de l'Europe, l'Irlande du Nord, la Nouvelle Angleterre. En 50 ans la population de Niort passe de 11 000 à 7 000 âmes ; en Poitou l'exil s'évaluerait à environ 18 000 personnes. L'Edit de tolérance de 1787 par Louis XVI réinstaure le droit de culte.

Napoléon 1er lassé par les rebellions inscessantes des régions du Poitou et de la Bretagne les divises, une partie du bas Poitou (Vendée) sera réunie à Nantes (Capitale des Ducs de Bretagne) et ses environ (Loire Atlantique) en une nouvelle entité  : les Pays de Loire.

 

Au cours de ces batailles et sièges la population fût parfois pratiquement exterminée. Du fait des guerres , celle entre la l'Angleterre et la France, puis celle des religions, il ne reste pratiquement aucun pratimoine complet dans un rayon de 20 kms autour de Niort du fait de l'établissement d'une contre marche , une ceinture de villages fortifiés et châteaux défensifs contrôlant les voies et accès fut totalement anéantis (contre marche pour empécher les assaillants d'y loger, les 20 kms environ correspondent au temps de marche de l'infanterie pour attaquer la ville) puis démantelés (sur ordre de Richelieu pour éviter que les révoltes n'ai lieu dans les villes de France et qu'on n'y puisse les déloger), idem pour les édifices religieux, mobilier et archives. Ce qui contraste avec ce paysage de plaine ou la mer des blés ondule sous la brise, ce marais si apaisant.

 

En outre on peut noter la naissance à Niort de Mme de Maintenon (Françoise d'Aubigné) petite fille du poète Agrippa d'Aubigné, écuyer d'Henri de Navarre,  elle vécu à Niort dans la misère jusqu'au jour de son premier mariage avec le poète Scarron, veuve elle fût la gouvernante des enfants de Mme de Montespan  et du roi Louis XIV qui l'épousa ensuite en secret

Je vous propose également la vidéo réalisée et conçue par M. Auzanneau-Fouquet Jean- Marie, assez explicite quand aux "Mystères de Niort", avec son aimable accord :


 

Sources :

Jean Favier, Les Plantagenêts. Origine et destin , éd. Fayard, Paris, 2004.

 

Arrêt de la Cour des Aydes : Confirmation de la Lettre patente de 1610 sous la régence de Marie de Médicis,

Lettre de création d’un régiment royal de la ville de Nyort par Louis XIII le 16 juin 1621,
Arrêt du Conseil du Roy Louis XIV portant sur la réduction des échevins et officiers de la ville de Nyort le 18 juillet 1681,
Mythe du dragon de Nyort par M. D’Orfeuille, Saint Maixent an 7 de la République,
Parallèles entre le dragon de Niort et l’Hydre de Lerne, symbolisme des Hercules de la ville de Niort,
Etude sur les Poulpes, calamars, pieuvres et Hydres mythiques

Récit des opérations militaires en Bas Poitou durant les guerres de religions 1562-1622 (archives nationales de l’armée de terre),
Situation générale en Bas Poitou au XVIIème siècle,
Effets de la Révocation de l’Edit de Nantes ou Edit de Fontainebleau 1685,
Bref historique de la ville de Niort,
Chartes originales de la ville de Nyort, par Aliènor d’Aquitaine en 1203 et confirmées par ses successeurs,

Lettre patente de confirmation des privilèges par le roi Louis XIII, au Maire, échevins et pairs de la Ville de Nyort en 1610,

D’Assailly


http://simulateur-cadeaux.com/cadeau_cultures-regionales_poitoucharentes.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MCBL 10/01/2013 13:37

Belle initiative, passionnante, continuez.
Association ADANE 79260 La Crèche

Henry 29/01/2013 18:21



Bonjour,


je vous remercie infiniment... vous faites vous aussi un super boulot...


je pense qu'en effet, la mise en ligne de chartes, textes, édits, abrégés, condensés historiques locaux nous permettrait déjà d'y voir plus clair dans notre passé, sur lequel finalement les
Niortais sont assez peu au courant, sinon quelques petits groupes... le passé est fait pour etre transmis et non capté et distillé suivant les convenances...


l'information historique permet aussi  de dégager les axes principaux de ce qui a été l'un des moteur ou les moteurs d'une localité, ou de plusieurs. ainsi on peu par ces connaissances
savoir quels sont les points d'achoppements, de facilité ou de chûtes... dans tel ou tel domaine ou par tel ou tel évènement.


d'une part parce que l'on peut toujours tirer profit de la répétition inconsciente de ses échecs et réussites, échappé au tableau déjà esquissé sur la trame du passé. De ce fait si l'on connait
son passé on peut évaluer le ou le points de faisabilité, puisque réussit une fois, refaisable plusieurs... mais aussi évaluer les raisons d'un échec ou d'échecs répétés... pour les corriger..


l'Histoire a au moins ces vertus, sinon a quoi servirait elle, a nous connaitre nous mêmes, les autres.


évidemment que serait l'Histoire sans l'archéologie...


bonne année à vous, et bon courage....


à bientôt


amitiés



Pages