Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 09:06

bas-poitou-1-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Histoire des guerres de religions en Bas Poitou (Niort, Saint-Maixent et environs) En grande partie j'ai rédigé ce récit sur la base d'archives militaires (Service Historique des Armées), 

 

 

Niort (localisation carte XVIIème bnf) se trouve sur les axes suivant (les notes d'orientation prendrons pour axe Niort par la suite):

- Poitiers - La Rochelle à mi chemin,

- Nantes - Limoges à mi chemin,

l'ancienne voie romaine Poitiers - Saintes n'est usitée que pour aller sur Bordeaux.

De Niort on peut accéder au Nord à Bressuires, Parthenay, Thouars ; à l'Est Poitiers, au Sud Est Limoges, Melle, au Sud Saint  Jean D'Angély, Saintes, Bordeaux, au Sud Ouest La Rochelle, à l'Ouest Maillezais, Fontenay le Comte, Nantes(carte XVIIème bnf).

( 1cornette de cavalerie est une enseigne (porte étendard) mais correspond à un escadron environ)

 

Sous le règne d'Henry II, puis de ses fils Charles IX, Henry III, le Poitou devient la scéne privilégiée des opérations militaires des partis catholiques et protestants.

En 1568 à Châtillon les chefs du parti protestant se réunissent , s'étant assuré auparavant des  places de Thouars, Parthenay et Oiron. Le frère de l'Amiral de Coligny D'andelot fait tomber la ville de Niort, il passe au fil de l'épée la garnison de la tour de Magné, sous l'effroi Saint Maixent se rend.

Un combat décisif semble attendre les parties qui veulent en découdre, l'affrontement aura lieu entre Poitiers et Lusignan.

La coalition de la couronne compte :

- Le Duc d'Anjou (futur Henri III) à Jazeneuil avec le gros des troupes, la cavalerie étant positionnée à Sanxay, soit un peu moins de 20 000 hommes (chiffre trop conséquent ?)

- Le Prince de Condé à Colombiers, d'ou il reçoit un détachement de Vivonne venant de Pons, soit un peu plus de 20 000 hommes (chiffre trop conséquent ? à réduire de moitié !)

 

Le village de Pamproux se trouve entre les camps adverses et fait l'objet d'escarmouches ; Martigues du parti catholique appui la position avec 800 lances mais Coligny et D'Andelot s'en empare avec 5 cornettes de cavalerie. Martigues s'affaire à sa retraite sur Sanxay et Jazeneuil, Coligny à ses basques le surprend sur Sanxay, Martigues fuit.

Coligny et les chefs protestants forts de cette victoire s'emparent de Niort le 28 septembre 1568. L'église Saint Gaudens est rasée, l'église Saint André ravagée, tout le mobilier et reliquaires de Notre Dame dispersé, les vitraux brisés comme le 1er juin 1562.

 

En 1569 Le Comte de Lude Gouverneur du Poitou profite de l'absence des Princes protestants de Niort pour positionner ses troupes alentour. Pour s'assurer de sa victoire il occupe les postes d'accès suivants :

- au Nord il fait tomber le château de Cherveux,

- à l'Ouest il fait capituler la tour de Magné,

- au Nord Est il installe un détachement de cavalerie et d'infanterie à Fors

- au Sud il se positionne avec tout le restant de sa cavalerie à Saint Florent.

 

Pluviault sachant la ville en détresse s'empresse d'amener 700 fantassins et 120 cavaliers de Frontenay Rohan-Rohan,  il évite Fors, détachement entre porte Saint Jean au Sud, cependant 8 cornettes de cavalerie chargent en queue à Saint Florent 100 hommes meurent.

 

Le Comte de Lude assiège la ville le 21 juin avec 9000 hommes d'infanterie, 4 canons et plusieurs couleuvrines, dont les tirs sont axés sur le quartier Notre Dame, mais il perd rapidement 900 hommes alors que la cité n'en perd que 90 ; il lève le siège le 2 juillet. Il rentre sur Poitiers, par Cherveux, puis Saint Maixent qu'il laisse à D'Onoux, mais ce dernier est rappelé sur Poitiers, Saint Maixent tombe. 

- "1569. Jean Miget, sieur de Malmouche, jusques en octobre, et fut fait maire ledit François Chabot jusques à Nouel, et aprés fut fait maire François Jouslard, sr de Mortefond. En cette année et le 20 de juin, Nyort fut assiegé par le comte du Lude avec 7000 hommes de pied et 1200 lances, mais la ville ayant esté secourue par le sieur de Pluviaud, avec 800 hommes de pied et 70 salades, qui percerent les assiegeans, et les habitans ayans extraordinairement bien fait leur devoir, repousserent les assiegeans en 2 assaults, notamment à celui qui fut donné à la tour de l'Espingalle; ils obligerent enfin le comte du Lude de lever le siege, aprés avoir rendu cet assault inutile, en faisant enfler l'eau par le mosen des moulins où ils avoient mis toutes les pales, et en suite les avaient ouvertes deux heures avant le coup." (1)

 

Les années 1568, 1569 et 1570 la ville accumule les déficits, l'entretien des soldats étant à charge des habitants les tailles (impôts) avaient doublées. En outre pour trouver des liquidités et tenir la place en 1569 est décreté par  Jeanne d'Albret (mère d'Henry de Navarre), Henry de Navarre, Louis de Bourbon (Prince de Condé), Gaspard de Coligny (Amiral de France), son frère François seigneur d'Andelot (Colonel général de l'infanterie, François de La Rochefoucault (Prince de Marcillac) la vente des biens ecclésiastiques dans les provinces occupées par les protestants.

Coligny assiège infructueusement Poitiers.

Le 8 octobre 3 jours aprèsla bataille de Moncontour ou le Duc d'Anjou vainc les protestants , Coligny regroupe les débris de son armée sur Niort, les Anglais y envoie du renfort. Coligny y laisse une garnison, puis se retire sur La Rochelle.

Le Duc d'Anjou par ses héraults d'armes sommes les villes du Poitou aux mains de la partie adversede se rendre, la forteresse de Lusignan se rend, les autres refusent, il se présente sous les murs de Niort qui capitule aussitôt, tout le Poitou se soumet.

Le 24 Août 1572 (Saint Barthélémy), lors du mariage d'Henry de Navarre et Marguerite de Valois, soeur de Charles IX, à Paris le parti catholique massacre et ce en plusieurs villes de France les protestants. Viols, pillages, tortures s'en suivent. L'amiral de Coligny déjà blessé, est défenestré.

 

Devant cette ignomigneuse trahison le Poitou se soulève, Lanoue s'empare de Melle (Sud Est), Lusignan,cette dernière est assiégée par l'armée du Duc de Montpensier, qui s'empare de Cherveux et Saint Maixent ; de son côté Lanoue fait plusieurs tentatives infructueuses sur Niort.

HenriIVlegrand.jpg

Louis de La Trémoille, Duc de Thouars fait tomber Melle, mais ce dernier meurt avant d'y pénêtrer.

D'Aubigné à la tête de l'armée protestante fait détruire aux environs de Niort marches et contre-marches, pratiquant la technique de la terre brûlée. N'ayant pas la supériorité numérique de Malicorne Gouverneur du Poitou il pratique la guérilla et harcèle ce dernier. Il se présente à Beauvoir, Malicorne se replie sur Niort.

Malicorne dépèche alors deux régiments l'un sur Saint Gelais, l'autre Lamagnane sur Melle ; d'Aubigné l'en chasse et le pousuit alors jusqu'a sa retraite  et force le corps de garde de Couhé, il se retire alors sur La Mothe Saint Heraye.

 

La peste fait fuir la soldatesque, elle sévit sur Niort de Juillet 1584 à Janvier 1585, on y dénombre 30 à 40 décès par jour.

 

Plus tard Henri III délégué une armée à Biron sur le Poitou, le Duc de Joyeuse reprend La Mothe Saint Heraye et taille en pièces les deux régiments du Prince de Condé, puis Saint Maixent. Cependant qu'Henry de Navarre s'empare de Sanxay.

En 1588 Henry de Navarre fait tomber Bauvoir au sud, il envoi le 15 décembre Louis de Saint Gelais s'emparer de Niort avec 400 arquebusiers et 80 gendarmes. A la faveur de la nuit des échelles sont dressées contre les remparts entre la Porte Saint Gelais (Nord) et la tour Foulie ; les sentinelles endormies sont égorgées, les portes ouvertes ; la troupe s'engouffre ; Niort tombe. Seuls deux ligueurs sont pendus malgré les atrocités commises sur La Marzelle, grand Prévost de Navarre ; ce dernier entre en la ville le 29 décembre et naturellement de sanglants réglements de comptes s'en suivent, dans la foulée on découvre des provisions pour 20 000 hommes pour 2 ans dans les entrepôts. Saint Maixent sait l'arrivée des troupes de Navarre et capitule, Vivonne en fait autant.  

r--volte-1588-paris.jpg 

- "1588. .Jacques Pastureau, sieur de la Roche-Quartault. En cette méme année le 28 decembre, Nyort fut surpris par ceux de la R. P. R. dont les armes estaient commandées par les sieurs de Parabere, St-Gelais, Harambure, Preau, Valieres et autres, et l'cntreprise fut faite par Je sieur de Ranques, gentilhomme provençal, assisté du capitaine Gentil; le pétard fut appliqué à la porte St-Gelais, où il ne lit pas grand etfet, mais les eschelles ayans en méme temps esté posées aux murailles d'entre la -porte St-Gelais et la tour Foulie , les assiegeans monterent à la muraille, et égorgerent la sentinelle qu'ils trouverent endormie dans une tour. Ensuite ils entrerent dans le corps de garde de la porte St-Gelais, d'où estant descendus jusques aux halles, ils furent repoussez jusques au puy du canton du Relais par les habitans animez par l'exemple du sr Laurens, ayeul de M. le president de Beaulieu, qui s'y signala extraordinairement et y fut tué ainsi que plusieurs bons habitans , du nomhre desquels fut le sr Richier et autres: mais enfin il fallut céder au nombre et ainsi la ville fut prise. Les ennemis ayant gaigné neuf pieces de canon de batterie el deux coulevrines qu'on avoit fait venir à Nyort, pour battre Fontenay le Comte, et le mérne jour le roy de Navarre estant arrivé à Nyort le sr de Malicorne Lieutenant pour le roy en Poitou, luy rendit le Château, et lors fut fait maire, Pierre Miget, sieur de Malmouche." (2) 

 

Une nouvelle épidémie de peste sévit en 1603, les habitants désertent en masse la cité.

 

En 1621 le Poitou se soulève à nouveau, les seigneurs protestants réunis à La Rochelle projettent une République, Louis XIII se présente avec force armée ; Saint Maixent et Niort capitulent. Il s'entretient avec les chefs du parti réformé et s'engage, il accorde des privilèges. Le 23 avril 1622 il promet d'observer strictement l'Edit de Nantes en contre partie les prostestants s'en tiennent à la paix. Louis XIII tint sa promesse !

 autres articles :

 

  Arrêt de la Cour des Aydes : Confirmation de la Lettre patente de 1610 sous la régence de Marie de Médicis,

Lettre de création d’un régiment royal de la ville de Nyort par Louis XIII le 16 juin 1621,
Arrêt du Conseil du Roy Louis XIV portant sur la réduction des échevins et officiers de la ville de Nyort le 18 juillet 1681,
Mythe du dragon de Nyort par M. D’Orfeuille, Saint Maixent an 7 de la République,
Parallèles entre le dragon de Niort et l’Hydre de Lerne, symbolisme des Hercules de la ville de Niort,
Etude sur les Poulpes, calamars, pieuvres et Hydres mythiques

Récit des opérations militaires en Bas Poitou durant les guerres de religions 1562-1622 (archives nationales de l’armée de terre),
Situation générale en Bas Poitou au XVIIème siècle,
Effets de la Révocation de l’Edit de Nantes ou Edit de Fontainebleau 1685,
Bref historique de la ville de Niort,
Chartes originales de la ville de Nyort, par Aliènor d’Aquitaine en 1203 et confirmées par ses successeurs,

Lettre patente de confirmation des privilèges par le roi Louis XIII, au Maire, échevins et pairs de la Ville de Nyort en 1610,


Sources
:

 

- Archives du Service Historique des Armées,

- (1) Thrésor de la ville de Nyort, Augier de la Terraudière, 1886 2ème édition, chez Clouzot à Niort, p. 147,148
- (2) ibid. p. 148,149

- Journal de Saint Generoux

- Bardonnet Ephémérides

- Briquet (H.A.) Histoire de la Ville de Niort - Niort 1832

- Favre (L.) Histoire de la ville de Niort 1880

Sources en ligne :

- Histoire Universelle, Agrippa d'Aubigné, tome VII 1585-1588 - Chapitre XIV "Premier voyage du duc de Joyeuse en Poictou" à la "Bataille de Coutras"



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages