Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 07:31

Daumier "Aspect de Paris, depuis qu'on a joué la fameuse comédie morale intitulée LA BOURSE"

Cette réunion de la dernière chance est déjà contestée sous prétexte qu'un non résultat entrainerait une dépression encore plus importante des places boursières.
Les arguments s'échafaudent comme suit :

- La Présidence Française européenne se termine en fin d'année, l
- Les élections américaines ne permettraient d'avoir un exécutif opérationnel avant cette date,
- Les états auraient des difficultés à trouver des points convergents......

autrement dit il est toujours trop tôt ou tard pour ne rien faire.
Il semble bien que ces partisans là ne veulent pas remettre en cause un système qui a fait ses preuves, serait-ce par peur, ou bien parce que les intérêts sont trop grands, donc on préfère écarter d'emblé une chance pour des pretextes soit prudent ou fallacieux, mais qui en aucun cas n'apporte de solution et va laisser dépérir le système économique et financier avec un espoir lointain d'une soit disant reprise.

Mon argument c'est justement parce qu'ils seront obligés de trouver une solution qu'ils en trouveront une parce qu'ils n'auront plus de choix. Une réunion ça se prépare. L'inaction est un luxe que nous ne pouvons nous payer.

A la suite de ces arguments d'attentisme, il est conclu qu'après avoir tourné l'action vers la collaboration entre états, les gouvernants vont devoir assumer leur responsabilité envers leurs citoyens, ce qui est d'un cynisme le plus total, car non seulement on leur suggère de  ne rien faire, mais en plus on leur demande de prendre de façe l'onde de choc sociale qui va en résulter. C'est sans  nul doute le remerciement d'avoir éponger les faramineuses dettes privées qui insuffle autant d'ingratitude, ou est-ce qu'en plus certains en souhaiteraient à voir la faillite des Etats.... 

C'est à  se poser des questions!!! NON

Les PME et PMI vont être particulièrement touchées par la récession, car c'est bien le mot a utiliser, la plupart des clients se voyants refuser l'accès à des crédits bancaires, gelés pour l'instant. Certains organismes professionnels de PME-PMI ont demandé à surveiller la gestion et la distribution des 22 milliards alloués par l'Etat pour leur secteur via les Banques.

L'Etat semble user de son droit de regard sur cette distribution, il ne fait que son travail et ce n'est pas une grâce de sa part, car il est garant de l'argent de l'équilibre de la nation puisque nous en sommes arrivés à la retribution des profits à titre individuel et à la répartition des dettes à titre collectif, sans que l'on demande plus de compte à rendre aux investisseurs, ni même sur leur sens des responsabilité dont ils sont complétement dénués.
"N'affolons pas les marchés = ne faisons pas fuir les capitaux" mais à la fin si la dette publique l'emporte sur la génération de plus en plus improbable des profits, car la bête sera morte et exangue. cela n'entraîne à terme une mondialisation des chaos, ne déchaine en tout lieux la colère et la violence, conséquences inévitables de la cupidité, la vénalité et surtout de l'incurie. Le temps de la magie financière à fait son oeuvre.


Paul Krugman propose une finalisation de la politique du New Deal de Franklin Délano Roosevelt, c'est à dire revenir à une régulation des Marchés, vous aurez les infos sur quelques objectifs politiques et économiques du New Deal sur mon site il évoque aussi le compromis Keynesien notamment pour Bretton Woods

Déclaration de Paul Krugman - Prix Nobel d'Economie - Professeur à Princeton

"Nous n'allons pas revenir à Karl Marx, mais nous allons redécouvrir des choses qu'avait découvertes (le président démocrate) Franklin Roosevelt il y a 75 ans", a ajouté l'économiste de l'université Princeton, en rappelant que "laisser les marchés se débrouiller avait été désastreux dans les années 1930, et nous a de nouveau amenés au bord du désastre".

Pour autant, M. Krugman a estimé que les Etats-Unis se dirigeaient toujours vers "une grave récession". "Cela aurait pu être bien pire, mais (le plan gouvernemental) ne nous débarrasse pas de la nécessité de quelque chose pour aider l'économie réelle", a-t-il dit en plaidant pour un "plan de relance plus vaste et amélioré".

(AWP/14 octobre 2008 16h00)

Pour ceux qui sont intéressés par l'Economie vous avez les liens suivants :

- L'économie Internationale selon Paul Krugman par Steven Coissard

- The Official Paul Krugman Web Page

autres articles :

  Stratégie - Notion d’Empire - Rapport de forces : Surface contre densitéBourses

- Neuro-économie - Ou les mécanismes cérébraux déjouent la théorie mathématique économique,


L’administration de Turgot et la Guerre des Farines (spéculation sur les blès et céréales, orges, seigle)

Programme de politique générale de Turgot présenté le 24 août 1774 : l’Impossible Réforme et quelques natures du déficit

Partager cet article

Repost 0

commentaires

David C. 26/10/2008 22:03

Un débat citoyen doit se tenir autour des point suivant :

La recette d’un VRAI Nouveau Bretton Woods

La conférence pour un nouveau Bretton Woods devra agir de toute urgence afin que :

• Le système financier actuel soit déclaré en faillite, mis en règlement judiciaire et remplacé par un nouveau.
• Un système de parités fixes soit accepté et immédiatement mis en place.
• Les produits financiers hyper-spéculatifs, tels que les « produits dérivés », soient mis hors la loi par des accords entre gouvernements.
• Une vaste réorganisation de la dette soit entreprise, certaines dettes devant être rééchelonnées ou annulées.
• De nouvelles lignes de crédit soient ouvertes grâce au crédit productif public, en s’inspirant de la politique d’Alexander Hamilton et du « Système d’économie politique américain », rendant ainsi possible le plein emploi qualifié grâce à des investissements dans un renouveau infrastructurel et technologique.
• Le « pont terrestre eurasiatique » soit réalisé, clef de voûte de la reconstruction économique mondiale et vision qui sera à l’origine non seulement d’un « miracle » économique mais aussi socle de la paix mondiale du vingt-et-unième siècle.
• Un nouveau « traité de Westphalie » soit signé pour garantir la disponibilité, l’exploration et le développement des matières premières en faveur de tous les pays du monde, au moins pour les cinquante ans à venir.

Source : http://www.solidariteetprogres.org/petitionNBW/

David C.
david.cabas.over-blog.fr

Henry 06/11/2008 11:22



Merci de votre intervention
Les résultats des élections américaines suscitent de grands espoirs, mais les marchés semblent insensibles à ceux-ci, d'autre part je doute de la faisabilité d'un pont eurasiatique,
pour des raisons géostratégiques que j'ai évoqué dans l'article des rapports de surface/densité.
Cela tient plus de la géostratégie que de l'économie, les intérêts sont plus clairs. Les positions économiques sont fluctuantes et ne montrent pas l'essence même d'une position d'un bloc et la
nature profonde de son implication au niveau mondial, c'est donc ce ressort qu'il faut démontrer afin d'anticiper tout mouvement majeur, ou toute intention.

Pour le reste j'ai évoqué principalement le rôle du New Deal, car il est d'une importance capitale pour notre futur d'entretenir une paix sociale intérieure, ainsi que des relations fortes entre
démocraties. De renouveller l'espoir des nations en voie de développement et la confiance qu'ils nous accordent. C'est une nécessité vitale pour l'équilibre mondial dans une période ou un
glissement peut s'opérer de façon irréversible dans la tragédie.
Il est temps de comprendre désormais que nous sommes non plus des nations isolées ou des blocs, mais des hommes sur une même terre, que notre projection dans l'avenir doit se faire unanimement et
nos efforts tous portés vers d'une part le sauvetage de la planète, celui de sa faune et la flore, de sa biodiversité, car au final c'est la survie du l'homme qui est en jeu. A lui de trouver les
régles d'Harmonie d'ou naitront la richesse par les échanges et l'équilibre.

Henry



Pages