Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 08:39

Quand est il des suites de l'échec du sommet de Copenhague :

 

 

Gulf stream arrêt ou pas, études climatologiques et paléoclimatologiques :

<embed id=VideoPlayback src=http://video.google.com/go ogleplayer.swf?docid=69978 30377607838772&hl=fr&fs=tr ue style=width:400px;height:3 26px allowFullScreen=true allowScriptAccess=always type=application/x-shockwa ve-flash> </embed>

Et le fameux rapport du Pentagone de 2003 remis au Président Bush :

Un changement climatique brutal
 
Scénario et ses implications pour les États-Unis de la sécurité nationale October 2003
By Peter Schwartz and Doug Randall Par Peter Schwartz et Doug Randall
Imagining the Unthinkable (Imaginer l'impensable)

http://www.shuartfarm.fsne t.co.uk/nature/pentagon_report.htm

curieux non!!!! La continuation de production de gaz à effet de serre amoindrirait la glaciation sur l'hémisphère nord à peu près identique à celle connue lors de la dernière période glaciaire, mais elle ne ferait que repousser cette période (c'est bien là le problème : l'estimation de la durée). Les bouleversements induits par ce phénoméne sont largement surestimés dans le rapport du Pentagone, mais il n'en demeure pas moins qu'il existerait un point de non retour, après lequel le ralentissement puis l'arrêt du Gulf stream serait irrémédiable sur certaines parties du globe, du moins sur une période de plusieurs siècles. Un arrêt au moins sur ce qui concerne l'Europe Nord et Ouest.

Si ces études et ces évocations ne suscitent pas l'unanimité elles ont le mérite qu'on s'y arrête attentivement, tout en les recadrant avec du recul dans la perspective actuelle comportementale économique par exemple, peu être agricole également, bien sur ce n'est qu'une suggestion. Pourquoi pas !
D'une manière ou d'une autre l'arrêt ou le ralentissement de production de gaz ne peu se faire que de manière uniforme et planétaire, ce qui exige de revoir les modes de production et d'innover dans d'autres énergies, ce qui pour l'instant ne semble pas faire l'approbation des pays émergents notamment ; qui eux aussi désirent une période d'expansion économique consumériste.

De l'autre les études pour l'instant, si elles semblent se confirmer sur plusieurs modes scientifiques ne permettent pas de simuler précisément les modifications, leur rapidité, ou la compensation probable par d'autres facteurs. Ce que l'on sait c'est que cela a eut lieu, cela peu se reproduire.

Historiquement les civilisations disparaissent pour la plupart du temps à la suite d'événements climatiques, puisque ces civilisations étaient basées sur l'agriculture et l'élevage. Ces variations étaient à l'origine de flux migratoires massifs motivés primordialement par le manque de  nourriture et se traduisaient au final par des conflits entre les populations migrantes et les sédentaires.

Ceci est également admis communément dans le monde historique, donc il reste a comparer les études assez rapidement afin de dresser un tableau objectif des hypothèses les plus réalistes. En ce sens, si celles ci devaient s'avèrer assez pessimistes ou bien que la situation ne pourrait être inversée, alors il serait difficile d'alerter les populations, sans créer un vent de panique, du moins c'est toujours ainsi qu'on fonctionnés les responsables ; certainement une manière de préjuger de l'incapacité à raisonner de ceux qui leur sont subalternes.

Au contraire,  je pense particulièrement que l'information doit être communiquée au grand public afin que celui  ci agisse raisonnablement sur les pouvoirs publics afin qu'ils mettent en oeuvre des parades, ou du moins se coordonnent et prévoient plusieurs plans en fonction des hypothèses scientifiques. Parce que tout simplement si les décisions ne sont pas fortement proposées on verra continuer un système uniquement pour la préservation d'intérêts privés, quitte à hypothèquer un futur proche ou moins lointain, comme cela s'est toujours invariablement produit. Cependant cette fois ci la mondialisation pourrait avoir cet avantage, par la communication de changer la donne.

Une info récente sur la désalinisation de l'eau des océans :
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/le-cycle-de-leau-sest-accelere-la-preuve-par-le-sel_23469/

Un second sur la conférence d'Oslo du Science Daily :
http://www.sciencedaily.com/releases/2010/06/100611093710.htm

Même si l'on est pas d'accord, il s'agit bien d'évaluer toutes les probabilité et de faire passer l'info.
  
Pour en finir, il faut évoquer sans complaisance, le doute soit de résignation des populations, ou bien la constitution d'un appareillage capable de freiner toute modification de l'ordonnancement actuel de la société dite de consommation (ou bien les deux) ;  c'est à dire plus clairement que les groupes de pressions économiques, les détenants industriels, bref tout ce qui est capable de mobiliser rapidement des fonds pour agir en fonction de leur désirs, ils semblent également agir de manière concertée sur l'action des Etats de façon très influente et les gouvernants en oublient conjointement au niveau pratiquement mondial leur devoir envers la perénité de leurs Etats mais aussi la postérité de leur citoyens. Ces groupes ont aussi la particularité d'avoir les moyens de mettre en oeuvre des pressions, mais aussi des stratégies capables d'influencer le public, de le manipuler à leurs seules fins, la plus facile serait donc d'instiller insidieusement  une résignation collective, une déstructuration des liens sociaux subsistants dans les Etats, un démantèlement de la cohérence du maintien social ou des amortisseurs sociaux (retraite par répartition) à seule fin d'asservir un peu mieux les Etats, tout en rendant les citoyens de ceux ci dépendant de ces groupes, notamment par le crédit, mais aussi en captant l'épargne privée afin d'alimenter le fonctionnement de cette théorie du non sens pour l'ensemble mais profitable à très courte vue pour les bénéficiaires. 
Peut être cela serait il rendre service aux Etats et aux gouvernants que d'avoir pour une fois leur population derrière eux, ce qui ne laisserait subsiter alors aucune équivoque sur leurs actions.
 
Il est également vrai que l'échec du sommet de Copenhague démontre aussi un attentisme patent mais surtout un manque réel de projet collectif. La diffusion du modèle économique tel que nous le connaissons devient aujourd'hui préjudiciable à l'équilibre planétaire, ce consumérisme qui puise sa force dans l'égoïsme et l'individualité ne permet qu'un accroissement limité de biens matériels car ce modèle ne peut tenir à l'échelle planétaire (il faudrait 6 planètes Terre pour satisfaire les besoins en consommation à la mode occidentale)
  
L'égoïsme en soi n'a jamais été producteur de civilisation, puisque désormais il s'agit bien de proposer un nouveau modèle de civilisation, mais cette fois ci à l'échelle planétaire, en ce sens c'est bien le partage d'information, l'échange d'idées, la diffusion de recherches scientifiques mal connues, le regroupement des idées, la cohésion des hommes, l'usage de moyens de pressions inverses à ceux des groupes de pression traditionnels ; qui pourraient retourner la situation. Nous voyons tous chacun dans notre domaine, une déstructuration du tissu du rapport humain, une déshumanisation comptable, soit dans le travail, soit dans la vie privée, ou simplement dans les liens sociaux censés soulager des épreuves de la vie.
Si nous admettons la cupidité comme aboutissement, comme une terminaison inéluctable alors nous avons tout perdu, si nous admettons que nous avons encore le pouvoir en tant que citoyen de faire infléchir les Etats et les obliger à prendre des décisions rapides et concrètes alors nous aurons déjà initié un modèle qui pourra être rapidement diffusé par les moyens de communications actuels au delà des florilèges de réunion, sommets entre Etats consentants.
 
Nous sommes bien à la veille d'un bouleversement ou de bouleversements majeurs, dans tous les domaines au niveau mondial,  il nous appartient soit de les subir ou soit de les choisir.  La question n'est plus d'éluder ces alternatives, car elles ne se poseront pas aux générations précédentes mais à la notre. Auquel cas nous nous verrions retourner  aux pires heures du passé, par succession et  répercussions le chaos touchera finalement tout être vivant tout en rompant l'équilibre que nous connaissons actuellement. Un chaos en saut de puce, comme ça on a tout le temps de savourer sa chûte. S'il faut être masochiste autant l'être jusqu'au boût même si l'on ne veut pas jouer!!! Chacun son trip n'est ce pas!!!
 
Alors l'Enfer ou un monde nouveau!!!! Après tout, pourquoi laisserions nous d'autres décider à notre place ou à celle de nos enfants!

Partager cet article

Repost 0
Published by Henry - dans sciences
commenter cet article

commentaires

Pages