Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 08:15

 

 

 

 

Crise systémique 2011 :

 

Crise des monnaies, crises des dettes des états souverains, crise financière, crise bancaire, crise sur les matières premières, hausse de l'or.

 

Depuis 2008 aucun enseignement n'a été tiré de la crise bancaire, les gouvernements ont tardés à agir, les institutions également. Les mesures palliatives ont pour un temps calmées les marchés, sans pour autant arriver à freiner la lente érosion des bourses, notamment sur les valeurs bancaires. Aux USA les banques ont subies une baisse moyenne depuis le début de l'année d'environ 30 %, les assurances de 9 %, ceci n'est pas compensé par le secteur industriel qui stagne.

 

Il en est de même en Europe pour le simple fait que le marché directeur est Wall Street, ce sont ses indicateurs qui marquent la note du jour. Il est fort probable que les mesures palliatives font faire florès pour laisser surgir sur une période courte l'accumulation de toutes les crises cumulées depuis près de 3 ans.

 

Pour l'instant les mesures de réduction des déficits publics européens n'ont pas données leurs effets escomptés, des mesures pour le plus souvent identiques, gel des salaires des fonctionnaires, voire diminution, restructuration de la strate territoriale administrative, (pour s'aligner sur le type de lands allemand), gel des salaires du privé, mise en place d'un contrat unique, et privatisation du secteur public etc...

 

Ces mesures sont prises en des temps différents, par différents états mais en moyenne correspondent les unes aux autres.

 

A ceci vient s'ajouter le ralentissement économique, car au final la réduction des budgets entraine un ralentissement de l'économie; un cercle vicieux. Les lenteurs d'action au niveau décisionnel ne font qu'accentuer cet effet, car les marchés anticipent au jour le jour, heures par heures des actions politiques menées sur des périodes soit trimestrielles ou bimestrielles.

 

 

 

A cet effet vous pourrez lire en détail cet article qui semble assez bien résumer la situation :

 

Crise systémique globale - 2011 : L'année impitoyable, à la croisée des trois chemins du chaos mondial

 

Cet article n'es pas récent mais il demeure hélàs d'actualité...

 

Crise systémique globale - Dernière alerte avant le choc de l'Automne 2011 : Quand 15.000 milliards USD d'actifs financiers partiront en fumée

 

Mur de la dette, désintégration du système monétaire international, par Pierre Sarton du Jonchay

 

Joseph Stiglitz "L'austérité mène au désastre " (Le Monde 22 mai 2010 ) article toujours d'actualité

 

Jacques Attali "des coupes budgétaires gigantesques..." (Europe 1 13 août 2011)

  

 

Pour ce qui est des compléments d'informations sur cette crise :

 

Marché de l'or 2011

 

Vers une crise systémique mondiale et européenne septembre 2011

 

La France en ligne de mire des investisseurs

 

Crise financière 2011 après le Portugal la guerre d'Espagne

 

Vers un second Krack boursier 2011 - 2012

 

Vous pouvez accéder sur la rubrique crise 2011 - 2012 a de multiples éléments complémentaires.

 

ensuite vous pouvez également accéder à la rubrique crise 1929 -1939

 

 

Cette crise aura pour conséquence une libéralisation du système économique et social, surtout social. D'un certain point on peut s'étonner que certaines lenteurs institutionnelles vont favoriser des mesures drastiques au niveau social et de manière conjointe.

 

Sur ces effets il est peu probable que les marges de manoeuvres budgétaires permettent une relance, sinon en réduisant les avantages sociaux, en augmentant les taxes indirectes, et en détricotant le système public, mais ça ne comblera pas l'ensemble des déficits. De plus nous sommes en période pré électorale, La règle d'or quand a elle risque d'obliger a amoindrir les marges de manoeuvres. L'Allemagne l'a adoptée mais elle a une économie rentable, ce qui n'est pas forcément le cas en Europe. De ce fait il va être compliqué de dégager des budgets pour relancer la machine, car à ceci se rajoute une crise des matières premières (produits de consommation courante) ainsi qu'une autre à priori bancaire (investissements dans la dettes des Etats Grec, Italien et Espagnol)

  

 

L'application de mesures drastiques comme l'avait fait Franklin Délano Roosevelt, n'est pas d'actualité, cependant si la crise se transforme en DEPRESSION, il faudra envisager des solutions radicales telles que celles qui ont éte prises lors du New Deal, au moins en imposer certaines et en réadapter d'autres. auquel cas, le dévissage social, risque d'engendrer un chaos sans précédent.  Je m'étonnes toujours de cette capacité de confiance qu'ont les gouvernants dans des plans intenables au point de vue sociologique avec une méconnaissance historique patente des effets. Les mesures d'austérité ont déjà par le passé faites leurs mauvaises preuves cet acharnement thérapeutique aux saignées, clystères et autres procédés digne des médecins de Molière, à conduit dans les années 1930 a essoufflement de l'économie, l'autre manière de laisse filer l'inflation, n'avait faite que repousser un temps la dépression pour l'accroître de manière considérable.

 

Ce néolibéralisme là a bien des points communs avec le libéralisme du XIXème et début XXème. et ce n'est pas comptablement que l'on gère une situation ou les paramètres sortent du cadre des jeux d'écritures,  la situation relève plus désormais des sciences humaines. 

 

Il est fort probable que l'on peut dire aujourd'hui que nous ne sommes plus dans une récession, mais dans une DEPRESSION. Les chiffres de Wall Street, montrent une baisse égale à celle du niveau de 1950... en deça on arrive à la crise de 1929, avec le Crack mais aussi la seconde crise de 1932, pire que la première et ou les niveaux boursiers retombent à ceux de 1896 !

 

A noter également que cela nous ramène à la grande dépression de 1873-1896   

 

 

évènements septembre 2011 :

 

La dette grecque hors de contrôle (rapport parlementaire grec)

 

 

 

Washington attaque 17 banques et institutions financières (dont banques européennes)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages