Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 125 000 visiteurs 188 000 pages vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 Vous êtes 95 000 a  avoir visité ce site, 170 000  pages ont été consultées ; je vous en remercie.

Recherche

11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 13:37

 

"Depuis ces dernières années, les populations mondiales d’abeilles domestiques (Apis mellifera) sont en déclin. Ces importants épisodes de disparition, encore mal expliqués, ont été baptisés « syndrome d’effondrement des colonies ». La mortalité hivernale a connu un pic important au cours des deux dernières années, touchant 30 à 50 % des colonies aux Etats-Unis, contre 5 à 10% en situation normale. Une crise également vécue par les apiculteurs français, même si le pourcentage de colonies touchées est redescendue à 8-10% l’hiver dernier, selon le CNDA (Centre national du développement apicole).

Plus de 80% des espèces végétales mondiales et les trois quart des plantes cultivées par l’homme dépendent des insectes pollinisateurs. Ces derniers, principalement des abeilles et des bourdons (Hyménoptères Apoïdes), transportent le pollen produit par les étamines jusqu’aux stigmates des fleurs, assurant ainsi la reproduction sexuée des plantes entomophiles. En échange de ce service, l’insecte y gagne du nectar, du pollen - ou se fait parfois leurrer par la plante ! En tout, il existe plus de 20.000 espèces d’abeilles dans le monde, dont 1000 espèces présentes en France.

Ce syndrome d’effondrement des colonies, qui touche aussi bien les espèces domestiques ou sauvages , pose de sérieuses questions quant à son impact sur l’agriculture. En effet, si les 25% de cultures ne dépendant pas de la pollinisation entomophile concernent les céréales, la plupart des cultures maraîchères concernées fournissent 35% de la production mondiale de nourriture"

 

 

 

Rapport scientifique

 

 :

Le mystère de la disparition des abeilles

Les causes de la mort des abeilles (La Cinq documentaire)

Siences et avenir article

 

 

 

Une solution pour l'instant : l'accord entre agriculteurs et apiculteurs, mettre les terres en jachères en partie en plantations mellifères avec un épanouissement étalé dans le temps des plantes afin de fournir aux colonies les ressources nécessaires pour alimenter les ruches, mais aussi stabiliser et renforcer leur immunités.

Ce processus est gagnant dans la mesure ou il favorise également la pollinisation à moindre frais.

Restera ensuite à définir quel est l'objectif agricole pour réajuster raisonnablement ce secteur façe aux enjeux de demain.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages