Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 10:30

 

Le 16 juillet 1935, à Paris, le président du Conseil Pierre Laval promulgue 29 décrets-lois.

Entre autres mesures, ils comprennent une réduction générale de 10% de toutes les dépenses publiques. Y compris les salaires des fonctionnaires et les intérêts des emprunts.

Cette politique dite de «déflation» (diminution des salaires et des prix par voie d'autorité) est la seule manière qu'a trouvé le président du Conseil de relancer l'activité et les échanges sans avoir à dévaluer la monnaie.

Il n'atteindra ni l'un ni l'autre de ces objectifs et laissera le pays plus désemparé qu'avant...

 

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19350716

 

 

http://www.jdf.com/histoire/2007/07/13/04015-20070713ARTHBD00301-etalon-or-contre-bloc-or-la-france-accumule-des-tonnes-de-metal-jaune.php

 

La conférence de Londres, convoquée en 1933 afin de négocier une issue concertée à l'effondrement du système financier et des échanges internationaux, s'acheva par un désaccord frontal, du fait de l'intransigeance de la délégation française qui défendait le principe de la déflation au plan interne, de la restauration de l'étalon-or au plan international. L'irréalisme de ces propositions provoqua la rupture qui conduisit au cycle des dévaluations compétitives – le dollar suivant la livre dès avril 1933 – d'une part, à l'éphémère construction du bloc-or d'autre part. Venant après les chocs extérieurs de 1929 (krach de Wall Street) et 1931 (dévaluation de la livre), la politique du bloc or entraîna un décrochage de l'activité et de l'emploi dont l'économie française ne se releva pas

 

http://www.melchior.fr/La-deflation-Laval.3543.0.html

 

La crise est finie réalisé par Robert Siodmak, sorti en 1934. 

 

"Tout Va Tres Bien Madame La Marquise" 1935 Ray Ventura 

 

Crise de 1929

 

Crise 1929 -1939 - archives et analyses d'historiens et économistes dont J. E. Stiglitz

 

Sur la crise de 2008 - 2012....

 

Vers un second crack boursier vers 2011-2012 ? (Krak, Krach 2011-2012) 

 

Crise financière - Crack 2011 - 2012 - après le Portugal la guerre d'Espagne - une crise systémique le premier trimestre 2011.  

 

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 09:30

"Tout Va Tres Bien Madame La Marquise" 1935 Ray Ventura

 

 

 Toujours la parodie sur la récession !!!! et la propagande !

 

 
Paroles Ray Ventura :
Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Absente depuis quinze jours,
Au bout du fil
Je vous appelle ;
Que trouverai-je à mon retour ?

Tout va très bien, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien.
Pourtant, il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Un incident, une bêtise,
La mort de votre jument grise,
Mais, à part ça, Madame la Marquise
Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Ma jument gris' morte aujourd'hui !
Expliquez-moi
Valet fidèle,
Comment cela s'est-il produit ,

Cela n'est rien, Madame la Marquise,
Cela n'est rien, tout va très bien.
Pourtant il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Elle a péri
Dans l'incendie
Qui détruisit vos écuries.
Mais, à part ça, Madame la Marquise
Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Mes écuries ont donc brûlé ?
Expliquez-moi
Valet modèle,
Comment cela s'est-il passé ?

Cela n'est rien, Madame la Marquise,
Cela n'est rien, tout va très bien.
Pourtant il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Si l'écurie brûla, Madame,
C'est qu'le château était en flammes.
Mais, à part ça, Madame la Marquise
Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Notre château est donc détruit !
Expliquez-moi
Car je chancelle
Comment cela s'est-il produit ?

Eh bien ! Voila, Madame la Marquise,
Apprenant qu'il était ruiné,
A pein' fut-il rev'nu de sa surprise
Que M'sieur l'Marquis s'est suicidé,
Et c'est en ramassant la pell'
Qu'il renversa tout's les chandelles,
Mettant le feu à tout l'château
Qui s'consuma de bas en haut ;
Le vent soufflant sur l'incendie,
Le propagea sur l'écurie,
Et c'est ainsi qu'en un moment
On vit périr votre jument !
Mais, à part ça, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 09:59

Ne renoncez jamais! Jusqu'a ce que les agneaux deviennent des lions!

 

 

La stratégie du choc - Trailer de Michael Winterbottom et Mat Whitecross - d'Après le livre de Naomi Klein (La stratégie du choc. Montée d'un capitalisme du désastre)

 

Sur la mondialisation économique :
Sur la crise de 2008 -2012...
Sur la crise de 1929 :

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 13:33

 

 

Voilà comment Fénelon (précepteur du dauphin) lui même écrivait au plus grand souverain d'Europe Louis XIV... et invectivait sa politique et les courtisans!!!

 

...."Depuis environ trente ans, vos principaux ministres ont ébranlé et renversé toutes les anciennes maximes de l'État, pour faire monter jusqu'au comble votre autorité, qui était devenue la leur parce qu'elle était dans leurs mains. On n'a plus parlé de l'État ni des règles; on n'a parlé que du Roi et de son bon plaisir. On a poussé vos revenus et vos dépenses à l'infini. On vous a élevé jusqu'au ciel, pour avoir effacé, disait-on, la grandeur de tous vos prédécesseurs ensemble, c'est-à-dire, pour avoir appauvri la France entière, afin d'introduire à la cour un luxe monstrueux et incurable. Ils ont voulu vous élever sur les ruines de toutes les conditions de l'État : comme si vous pouviez être grand en ruinant tous vos sujets sur qui votre grandeur est fondée. Il est vrai que vous avez été jaloux de l'autorité, peut-être même trop dans les choses extérieures; mais pour le fond, chaque ministre a été le maître dans l'étendue de son administration. Vous avez cru gouverner, parce que vous avez réglé les limites entre ceux qui gouvernaient. Ils ont bien montré au public leur puissance, et on ne l'a que trop sentie. Ils ont été durs, hautains, injustes, violents, de mauvaise foi. Ils n'ont connu d'autre règle, ni pour l'administration du dedans de l'État, ni pour les négociations étrangères, que de menacer, que d'écraser, que d'anéantir tout ce qui leur résistait. Ils ne vous ont parlé, que pour écarter de vous tout mérite qui pouvait leur faire ombrage. Ils vous ont accoutumé à recevoir sans cesse des louanges outrées qui vont jusqu'à l'idolâtrie, et que vous auriez dû, pour votre honneur, rejeter avec indignation"....

 

"Mais, pendant qu'ils manquent de pain, vous manquez vous-même d'argent, et vous ne voulez pas voir l'extrémité où vous êtes réduit. Parce que vous avez toujours été heureux, vous ne pouvez vous imaginer que vous cessiez jamais de l'être. Vous craignez d'ouvrir les yeux; vous craignez qu'on ne vous les ouvre; vous craignez d'être réduit à rabattre quelque chose de votre gloire. Cette gloire, qui endurcit votre cœur, vous est plus chère que la justice, que votre propre repos, que la conservation de vos peuples qui périssent tous les jours des maladies causées par la famine, enfin que votre salut éternel, incompatible avec cette idole de gloire"

 

Toujours d'actualité!!!!

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 10:03

Des lobbies au coeur de la république : (par Nicolas Bourgoin)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 12:48

  

 

 

Nouvel Ordre Mondial ou Nouveau Désordre Mondial ? de Peter Dale Scott

 

 

 

La Route Vers le Nouveau Désordre Mondial de Peter Dale Scott (Editions Demi-Lune)


« Peter Dale Scott est l’un des écrivains politiques et historiques les plus brillants, créatifs et intellectuellement stimulants du dernier demi-siècle. Son dernier ouvrage réaffirme la singularité de cet auteur visionnaire et défenseur de la vérité. »


- Roger Morris, ancien membre du Conseil National de Sécurité
des États-Unis sous les présidences Johnson et Nixon

 
Au sujet de l'auteur et de son livre:
 
Principal chercheur en matière de "Politique profonde" (Deep Politics, ou Para-politique), Peter Dale Scott est un auteur méconnu dans le monde francophone malgré son impressionnant CV: Docteur en sciences politiques, ancien diplomate canadien, professeur émérite de Littérature Anglaise à l'Université de Californie (Berkeley), poète primé, activiste anti-guerre, auteur salué par la critique et par ses pairs, chercheur, historien et ami proche du héro Daniel Ellsberg, qui l'a conseillé pour écrire La Route vers le Nouveau Désordre Mondial.

Ecrit en 5 ans par Peter Dale Scott, La Route vers le Nouveau Désordre Mondial fut initialement publié en 2008 aux University of California Press sous le titre The Road to 9/11 (La Route vers le 11-Septembre). Cette publication ne fut possible qu'après une vérification factuelle par un comité de lecture de l'Université de Californie à Berkeley, donnant une légitimité intellectuelle certaine à cet ouvrage malgré son regard critique sur les conclusion du Rapport final de la commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis.

 

Après sa réactualisation et sa traduction, La Route vers le Nouveau Désordre Mondial a été publié le 30 septembre 2010 par les Éditions Demi-Lune. Très documenté, ce livre explique plus de 50 années de politique étrangère des États-Unis, une politique étrangère principalement décidée en secret qui - non maîtrisée par le Congrès des États-Unis - a parfois débouché sur des résultats désastreux dont les effets persistent aujourd'hui : explosion du trafic de drogue global ; transformation de l'Asie centrale en un vivier de l'islamisme wahhabite et de la culture du pavot ; renforcement des réseaux terroristes transnationaux ou des réseaux de crime organisé ; explosion injustifiée des budgets de défense aux États-Unis ; concentration du pouvoir vers l'exécutif...

 

A travers son livre, l'auteur expose en détail les dangers que fait peser sur les Démocraties libérales et la stabilité internationale ce qu'il appelle l'Etat profond des États-Unis (la plupart des agences de renseignement, certains cercles militaires, le NSC, la CIA etc.). Selon Peter Dale Scott, cet Etat profond - dont les diverses structures n'ont bien souvent aucun compte à rendre aux citoyens - constitue un milieu opaque dans lequel sont prises des décisions secrètes au détriment de la société civile et de l'Etat public démocratique (le département d'Etat, le Congrès, les services publics etc.). Par conséquent, l'auteur formule comme argument général que la prise de décision secrète - puisqu'elle ne donne pas lieu à des débats publics et à des évaluations extérieures raisonnables - conduit directement à des catastrophes telles que le 11-Septembre, la guerre d'Irak ou la guerre d'Afghanistan (2001).

 

Peter Dale Scott dénonce le fait que les structures de l'Etat profond ne sont pas soumises à des contre-pouvoirs (Checks and balances), au contraire des institutions publiques constitutionnellement et électoralement établies, donc légitimes. Selon lui, cette absence de contrôle de l'Etat profond permet à de petits groupes d'individus influents de développer des politiques secrètes qui affaiblissent la démocratie et l'économie des États-Unis d'une part, ainsi que les espoirs de paix et de développement dans le reste du monde. Enfin, elle suramplifie le pouvoir et l'influence du Complexe militaro-industriel des États-Unis. Ce Complexe militaro-industriel avait été pour la première fois dénoncé par le Président Dwight D. Eisenhower dans sa célèbre allocution de fin de mandat du 17 janvier 1961.

 

Partant de ce constat, Peter Dale Scott consacre un long chapitre de fin à proposer des solutions concrètes afin de remédier à cette crise de la démocratie, limiter l'influence des structures de l'Etat profond, et renforcer la société civile et les institutions de l'Etat public.

  
 
Eloges:

  

« Ce livre brillant, impeccablement documenté, étudie la branche exécutive du gouvernement états-unien à travers un prisme de scepticisme et d’inquiétude (…) [Scott] soulève des questions essentielles sur l’émergence d’un État secret au sein de l’État, tout en évitant l’écueil de verser dans les théories du complot (…) La lecture du récit de Scott, qui traite avec une lucidité saisissante des fondements de l’autorité gouvernementale états-unienne devrait être obligatoire. La Route vers le Nouveau Désordre Mondial dépeint avec clarté les forces politiques qui ont précipité ce pays vers l’abîme, menaçant à la fois notre démocratie constitutionnelle et la paix mondiale. Son message peut être interprété comme un appel pour tous ceux que l’avenir des États-Unis préoccupe ».

- Richard Falk, auteur de The Great Terror War, professeur émérite de Droit international à l’Université de Princeton et Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour les Territoires palestiniens.

« Peter Dale Scott dévoile le monde du pétrole, du terrorisme, du trafic de drogue et des ventes d’armes, un monde obscur, constitué de structures de sécurité parallèles et de financements secrets – de la guerre froide à nos jours. Il montre comment de telles forces au sein même des États-Unis sont parvenues à dominer l’ordre du jour de l’administration de George W. Bush. Il démontre également que les déclarations et les actions du Vice-président Cheney et du secrétaire à la Défense Rumsfeld avant, pendant et après le 11 septembre 2001, présentent des preuves de l’existence d’un ‘État profond’, incarné par ce que l’on appelle la ‘Continuité du gouvernement’, et organisé parallèlement à ‘l’État public’ régi par la loi. Le travail remarquable de Scott ne révèle pas seulement l’influence écrasante de ces forces parallèles, mais présente aussi les éléments d’une stratégie destinée à restreindre leur influence en assurant le retour de ‘l’État public’, la démocratie des États-Unis. »

- Ola Tunander, professeur de Relations internationales, International Peace Research Institute, à Oslo (PRIO)

« "L’Amérique, telle que nous l’avons connue et aimée, peut-elle être sauvée ?" Cette question ouvre le livre, et apporter une réponse nécessitait l’intelligence affûtée d’un universitaire et la sensibilité d’un poète. Peter Dale Scott dispose des deux, en abondance, et avec cet ouvrage il nous offre beaucoup plus qu’un livre sur le terrorisme d’État. À une époque où règne la peur, sa voix s’élève au nom de la raison et de la liberté. »

- Anthony Summers, auteur à succès (The Arrogance of Power), journaliste d’investigation primé, ancien documentariste à la BBC.

  « Bienvenue dans la ‘post-Amérique’, une nation autrefois fière mais aujourd’hui assaillie par ‘la corruption, l’incompétence, la malveillance et l’hystérie’ et emplie ‘d’une complexité inutile et d’une absurde multiplicité de choix’. L’étude incisive de Peter Dale Scott explore cette nouvelle Amérique de fond en comble – avec des disparités de revenus entre les riches et les pauvres jamais atteintes auparavant, et une classe moyenne (‘le cœur de toute démocratie publique’) perdant du terrain sur le plan économique – et explique comment ces forces incontrôlées sont en train de remodeler la politique étrangère des États-Unis (souvent conduite par ‘des factions restreintes’), menaçant les fondements mêmes de la République. »

- Tony Maniaty, universitaire, écrivain primé, ancien reporter pour la BBC, chroniqueur et journaliste au Weekend Australian.

  « La Route vers le Nouveau Désordre Mondial est du Peter Dale Scott grand cru. [L’auteur] ne se livre pas à une analyse politique classique ; il s’engage au contraire dans une forme de prose, composant la sombre poésie de l’État profond, de la para-politique, et du gouvernement de l’ombre. À l’image de son travail précédent, Scott n’a aucune théorie au sujet des responsabilités et ne nomme pas de coupable. Il cartographie en revanche un terrain inconnu, étudiant la topographie d’un espace politique obscur au sein duquel la déviance politique secrète se révèle être la norme. Après avoir lu Scott, nous devons abandonner la certitude consensuelle selon laquelle notre prétendu ordre libéral rend impossible le triomphe de l’irrationalité politique».

- Eric Wilson, maître de conférences en Droit public international à l’Université de Monash (Melbourne, Australie), et co-auteur de Government of the Shadows.

« Étude percutante sur les origines historiques des attentats du 11-Septembre, ce livre constitue un guide indispensable de la distribution des acteurs politiques insatiables qui, depuis le Watergate et la chute de Nixon, ont modelé un empire états-unien toujours plus aventureux. En dévoilant ‘l’État profond’ corrompu des États-Unis – le transfert de l’autorité publique aux citoyens fortunés et aux agences de renseignement aussi secrètes qu’irresponsables – La Route vers le Nouveau Désordre Mondial de Peter Dale Scott éclaire le chemin à emprunter jusqu’à une république plus démocratique et égalitaire. »

- David MacGregor, professeur de théorie politique au King’s University College, Université de Western Ontario, Canada.

  « La Route vers le Nouveau Désordre Mondial propose une histoire instructive et dérangeante du gouvernement des États-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Le récit de M. Scott suggère que les attentats du 11-Septembre furent l’aboutissement de dérives qui perdurent depuis longtemps et menacent l’existence même de la démocratie états-unienne. Il suggère également qu’il y a eu une dissimulation massive au sujet du 11-Septembre. Ce livre, servi par une recherche approfondie, des analyses pertinentes et une narration fascinante, sera certainement considéré comme le chef d’œuvre de Peter Dale Scott. »

- David Ray Griffin, professeur émérite de philosophie des religions, auteur d’une trentaine d’ouvrages dont La Faillite des Médias, Omissions et manipulations de la Commission d’enquête, Le Nouveau Pearl Harbor 

« Magnifique travail d’une immense valeur. Je suis sorti de ce livre abasourdi… C’est l’un des cinq meilleurs livres pour comprendre le 11-Septembre, Dick Cheney, l’Irak et la fin de la République (…) Superbement écrit et d’une documentation extrêmement crédible, (…) l’auteur montre parfaitement que l’accession de Cheney au pouvoir a débuté avec la création du gouvernement parallèle dans le cadre de la continuité du gouvernement (COG) sous l’administration Reagan. (…) Scott est professeur de littérature anglaise, et je ne vois pas de plus bel éloge à rendre à son travail que de dire qu’il est le patriote le plus érudit que j’aie jamais lu. Il s’agit d’une œuvre profonde et bouleversante d’une immense importance (…) Ce qui est fait ‘en notre nom’ est immoral, inabordable, insupportable, insoutenable, et inutile. Il est temps de reprendre possession de notre République. »

- Robert D. Steele, ancien officier de terrain de la CIA, vétéran du corps d’infanterie des Marines et agent de renseignement ; fondateur de l’US Army Marine Corps Intelligence Center. 

  

 

 Les soutiens académiques, journalistiques et artistiques de l'auteur et de ce livre:
  
  En mars 2010, un séminaire de 4 jours a été organisé en l'honneur de Peter Dale Scott et de son oeuvre au New York Open Center. Ce fut une véritable consécration pour cet auteur, et le livre ici-présenté, La Route vers le Nouveau Désordre Mondial, fut appuyé par les personnalités suivantes:  

Paul Almond est un réalisateur et producteur qui créa l'important documentaire "7 UP" pour Granada TV au Royaume Uni. Il a remporté de nombreuses récompenses en tant que réalisateur, incluant une nomination aux Golden Globe dans la catégorie "Meilleur Film Etranger". Sa trilogie, "Isabel, Act of the Heart and Journey", est considérée comme faisant partie des classiques du cinéma canadien. 

Russ Baker est un journaliste d'investigation qui a écrit pour le The New York Times, le Washington Post et Vanity FairIl est le fondateur de WhoWhatWhy/The Real News Project. Son premier livre, Family of Secrets, The Bush Family, the Powerful Forces That Put It in the White House, fut publié en 2009.

Mary Baine Campbell est poète, universitaire et professeur américaine. Elle enseigne la littérature du Moyen Age et de la Renaissance, et elle est également professeur de Creative Writing à l'Université de Brandeis. Son livre le plus récent s'intitule Trouble.

Ron Dart est un professeur des universités, alpiniste et auteur. Il enseigne au Département de Sciences Politiques, de Philosophie et de Théologie à l'Université de Fraser Valley, en Colombie Britannique. Il est l'un des principaux garants public de la tradition des Red Tories dans le Canada de l'Ouest. Ses livres incluent Thomas Merton et North Cascade Beat Poets. Il est un contributeur régulier pour Vive le Canada.

Daniel Ellsberg est un ancien analyste de l'Armée des Etats-Unis employé par la RAND Corporation qui engendra un scandale politique national en 1971 lorsqu'il fit parvenir les Pentagon Papers - une étude top-secrète du Pentagone au sujet du processus décisionnel du Gouvernement des Etats-Unis concernant la guerre du Vietnam - au New York Times ainsi qu'à d'autres journaux.

Richard Falk, titulaire d'un Doctorat, est un professeur émérite de Droit international à l'Université de Princeton. Il est également Rapporteur spécial des Nations Unies pour les Territoires Occupés. Il est l'auteur de nombreux ouvrages incluant The Costs of War: International Law, the UN and World Order After Iraq.

James K. Galbraith, titulaire d'un Doctorat, est titulaire de la Chaire Lloyd M. Bentsen sur les Relations entre le Gouvernement et les Affaires à l'Université du Texas. Il est maître de conférences au Levy Economics Institute et il est titulaire de la Chaire Board of Economists for Peace and Security. Ses livres incluent: Balancing Acts: Technology, Finance and The American Future, Created Unequal: The Crisis in American Pay.

Ron Graham est un auteur et journaliste dont l'oeuvre littéraire inclut One-Eyed Kings, God’s Dominion et All the King’s Horses. Il a été un producteur de télévision et un contributeur pour le Saturday Night magazine, le Globe and Mail et le New York Times. Il a été le président de PEN Canada et il est actuellement titulaire de la Chaire Institute of Contemporary Culture à Toronto.

Ronna Kabatznick, titulaire d'un Doctorat, est une psychologue sociale qui a pratiqué la méditation depuis 1985. Elle a passé près de deux ans dans une retraite de Méditation Vipassana sous la direction de deux des plus grands Maîtres de la Forêt de Thaïlande. Elle est professeur clinique associée au Département de Psychiatrie à l'Université de Californie (San Francisco).

David MacGregor, titulaire d'un Doctorat, est professeur de Théorie politique au King's College, Université de Western Ontario, Canada. Ses publications incluent: Hegel and Marx After the Fall of Communism; Hegel, Marx and the English State; The Communist Ideal in Hegel and Marx. Son prochain ouvrage s'intitule Deep Politics of the New Millenium: September 11 and US Imperialism.

Askold Melnyczuk le directeur du Creative Writing à l'Université de Massachusetts, Boston. Il est l'auteur de Ambassador of the Dead, What Is Told et The House of Windows. Il enseigne également aux Graduate Writing Seminars du Bennington College.

Roger Morris, titulaire d'un Doctorat, est un ancien assistant du secrétaire d'Etat des Etats-Unis Dean Acheson, et il est un ancien membre du Conseil de Sécurité National sous Lyndon B. Johnson [et sous Richard Nixon]. Son oeuvre littéraire inclut: Uncertain Greatness: Henry Kissinger and American Foreign Policy, Richard Milhous Nixon: The Rise of an American Politician, Partners in Power: The Clintons and Their America, The Money and the Power: the Making of Las Vegas (avec Sally Denton).

James Schamus est un producteur de films et scénariste, remarqué pour son travail dans des films salués par la critique tels que "Brokeback Mountain", qui a remporté trois récompenses aux Academy Awards. Il a également coécrit et produit "Eat Drink Man Woman" et "Crouching Tiger, Hidden Dragon" avec le réalisateur Ang Lee. Il est titulaire d'un doctorat à l'Université de Californie (Berkeley) et il est un historien du cinéma reconnu et publié disposant d'un poste à l'Université de Columbia.

Norman Rush est un écrivain dont les récits sont apparus dans The New Yorker, The Paris Review et Best American Short Stories. Whites, un recueil de récits, fut publié en 1986, et son premier roman, Mating, récipiendaire du National Book Award, fut publié en 1991. Mortals est son second roman.

Mark Selden, titulaire d'un Doctorat, est un professeur chercheur associé dans le Programme Asie de l'Est à l'Univeristé Cornell et le coordinateur de The Asia-Pacific Journal. Il est un spécialiste de géopolitique moderne, d'économie politique et de l'Histoire de la Chine, du Japon et de l'Asie Pacifique. Ses livres incluent: China in Revolution and War and State Terrorism.

Bryan Sentes enseigne au Dawson College et à l'University de Concordia, à Montreal. Il a lu sa poésie largement en Amérique du Nord ainsi qu'en Europe. Il a publié des revues, des traductions et des études univeristaires dans les domaines de la sociologie de la religion, la mythologie, et la culture populaire. Son oeuvre littéraire inclut: Ladonian Magnitudes et Grand Gnostic Central ainsi que d'autres poèmes.

Eric Wilson, titulaire d'un Doctorat, est maître de conférences en Droit public international à l’Université de Monash (Melbourne, Australie). Ses ouvrages incluent: Government of the Shadows : Parapolitics and Criminal Sovereignty
.
Tracy Ware, titulaire d'un Doctorat, est un professeur de Littérature à l'Université de Queen’s, Toronto. Il a été publié à Wordsworth, Byron, Shelley, Poe, Trilling et Naipaul. Il a édité A Northern Romanticism: Poets of the Confederation et l'ouvrage de Susan Fracis Harrison intitulé Crowded Out! and Other Sketches.

Avec l'accord du traducteur du livre mon ami M. Maxime Chaix, qui a eut l'aimable attention de nous faire connaître ce livre, par l'intermédiaire de ce site et pour ses visiteurs. (Henry)

 

 


 

 


 

Exposé de d'une heure prononcé en 2007 à l’invitation du groupe 9/11 Accountability, Peter Dale Scott explique en détail le programme ultra-secret de la COG (la Continuité du Gouvernement). Ce programme fut mis en place aux Etats-Unis en vertu d'un décret présidentiel top-secret de Ronald Reagan. Dépendant de la FEMA, il fut développé hors du contrôle et même à l’insu du Congrès US...





Partager cet article
Repost0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 15:03
 
Liberté !

 

"De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ?

De quel droit ôtez-vous ces chanteurs aux bocages,
Aux sources, à l'aurore, à la nuée, aux vents ?
De quel droit volez-vous la vie à ces vivants ?
Homme, crois-tu que Dieu, ce père, fasse naître
L'aile pour l'accrocher au clou de ta fenêtre ?
Ne peux-tu vivre heureux et content sans cela ?
Qu'est-ce qu'ils ont donc fait tous ces innocents-là
Pour être au bagne avec leur nid et leur femelle ?

Qui sait comment leur sort à notre sort se mêle ?
Qui sait si le verdier qu'on dérobe aux rameaux,
Qui sait si le malheur qu'on fait aux animaux
Et si la servitude inutile des bêtes
Ne se résolvent pas en Nérons sur nos têtes ?
Qui sait si le carcan ne sort pas des licous ?
Oh! de nos actions qui sait les contre-coups,
Et quels noirs croisements ont au fond du mystère
Tant de choses qu'on fait en riant sur la terre ?
Quand vous cadenassez sous un réseau de fer
Tous ces buveurs d'azur faits pour s'enivrer d'air,
Tous ces nageurs charmants de la lumière bleue,
Chardonneret, pinson, moineau franc, hochequeue,
Croyez-vous que le bec sanglant des passereaux
Ne touche pas à l'homme en heurtant ces barreaux ?

Prenez garde à la sombre équité. Prenez garde !
Partout où pleure et crie un captif, Dieu regarde.
Ne comprenez-vous pas que vous êtes méchants ?
À tous ces enfermés donnez la clef des champs !
Aux champs les rossignols, aux champs les hirondelles ;
Les âmes expieront tout ce qu'on fait aux ailes.
La balance invisible a deux plateaux obscurs.
Prenez garde aux cachots dont vous ornez vos murs !
Du treillage aux fils d'or naissent les noires grilles ;
La volière sinistre est mère des bastilles.
Respect aux doux passants des airs, des prés, des eaux !
Toute la liberté qu'on prend à des oiseaux
Le destin juste et dur la reprend à des hommes.
Nous avons des tyrans parce que nous en sommes.
Tu veux être libre, homme ? et de quel droit, ayant
Chez toi le détenu, ce témoin effrayant ?
Ce qu'on croit sans défense est défendu par l'ombre.
Toute l'immensité sur ce pauvre oiseau sombre
Se penche, et te dévoue à l'expiation.
Je t'admire, oppresseur, criant: oppression !
Le sort te tient pendant que ta démence brave
Ce forçat qui sur toi jette une ombre d'esclave
Et la cage qui pend au seuil de ta maison
Vit, chante, et fait sortir de terre la prison."

 

Ainsi par l'Histoire et les pensées nous sommes faits et l'on voudrait nous faire croire que nous sommes tout autre.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 15:41

Economie : la stratégie du Choc : Milton Friedman (économiste et prix nobel ) et Naomi Klein.

 

Le choc asséné en psychiatrie sous le terme de sismothérapie, a t il été le précurseurs du choc de masse.

Milton Friedman éminent économiste et prix nobel en 1976 soulignait "Seule une crise, réelle ou supposée, peut produire des changements"

 

Mais quels changements ? :

 

 

 

Naomi Klein pour sa part souligne dans son livre "La stratégie du choc  ou La montée d'un capitalisme du désastre"

que cette théorie développée par Milton Friedman après un désastre permet d'anihiler ou d'amoindrir les capacités critiques de la population pour faire passer les mesures les plus drastiques parfois attentatoires aux libertés et aux droits fondamentaux :

 

Interview I :

 

 

 

Interview II (la suite) :

 

Alors quelles solutions selon Naomi Klein (en septembre 2008 ) !!!!
Interview III (suite) :
 
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 14:13

Analyses sur la dette des Etats européens et la politique de restriction de dépenses budgétaires.

En second la spéculation sur les céréales, et l'évolution des marché céréaliers en 2010,

En fin   Le Wall Street Journal met en doute les tests des banques européennes, ainsi 

qu'une recapitalisation des banques européennes

 

 

JOSEPH STIGLITZ livre son analyse sur la dette des états occidentaux et européens.

 

JOSEPH STIGLITZ / PARIS - extrait - DETTE DES ETATS - 13.02.2010 from SEB MUSSET on Vimeo.

 

Lien de référence à Herbert Clark Hoover, né le 10 août 1874 et mort le 20 octobre 1964, est un homme politique américain, qui fut le 31e président des États-Unis, de 1929 à 1933.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Herbert_Hoover

 

Avant de passer à l'étude des marchés céréaliers, plusieurs économistes avaient prévus le premier semestre 2010, non seulement une attaque sur la dette des Etats, mais également à la suite une spéculation sur les matières premières (dont le marché céréalier) et ensuite un retour  à la spéculation sur la dette des Etats :

 

 

Suite aux encendies en Russie :  Russie/Blé - L'arrêt des exportations peut-être prolongé :

 

http://www.investir.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/russie-ble-l-arret-des-exportations-peut-etre-prolonge-274960.php

 

Cotations du Blé de meunerie à Paris 2010, évolution du marché :

 

http://bourse.lesechos.fr/bourse/matieres/details_matieres.jsp?Code=BL2&Place=WMPCB&Codif=OPID&Secteur=AGROALIMENTAIRE

 

Cotations du Colza à Paris 2010, évolution du marché :

 

http://bourse.lesechos.fr/bourse/matieres/details_matieres.jsp?Code=COM&Place=WMPCB&Codif=OPID&Secteur=AGROALIMENTAIRE

 

Cotations du Maïs à Paris 2010, évolution du marché :

 

http://bourse.lesechos.fr/bourse/matieres/details_matieres.jsp?Code=EMA&Place=WMPCB&Codif=OPID&Secteur=AGROALIMENTAIRE

 

et enfin sur la prévision d'un retour sur la spéculation sur la dette des Etats européens (AFP, Mise a jour : mardi 7 septembre 2010 08:50) :

 

Le Wall Street Journal met en doute les tests des banques européennes :

 

http://news.fr.msn.com/m6-actualite/economie/article.aspx?cp-documentid=154603464

 

VERS UNE RECAPITALISATION DES BANQUES EUROPENNES : 

 

"La FdB met pour sa part en avant que les 10 principales banques allemandes devraient lever la somme de 105 milliards d’euros pour se mettre en conformité avec le nouveau cadre réglementaire. Confirmant ainsi que – sans compter le roulement de leur dette – les banques européennes anticipent de très importants besoins de financement. Rien d’étonnant, puisque l’on sait qu’elles n’ont qu’entamé leur lent processus de désendettement et n’ignorent pas que d’importantes masses des actifs en leur possession ne retrouveront pas leur valeur nominale, impliquant de tôt ou tard procéder à de drastiques dévalorisations de ceux-ci."


http://www.pauljorion.com/blog/?p=15725

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 13:45

"Rapport d'octobre 2010 du Conseil des Prélèvements obligatoires : " Entreprises et "niches fiscales et sociales"SUBVENTIONS PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PRIVEES en 2007 elles se montaient à 65 milliards d'euros (sur estimation de la Cour des Comptes) :

 

(En bas "Rapport d'octobre 2010 du Conseil des Prélèvements obligatoires : " Entreprises et "niches fiscales et sociales" ) :

  

http://www.leparisien.fr/economie/le-maquis-des-aides-publiques-aux-entreprises-20-10-2009-680698.php

 

Interview de Nicolas Bourgouin (TAC Presse), le réalisateur du reportage "Argent public : prends l'oseille et tire-toi !", diffusé vendredi 18 septembre à 22H50 2009 dans l'émission Spécial Investigation sur Canal+.
Nicolas Bourgouin revient sur son reportage consacré aux subventions publiques offertes aux entreprises sans aucun contrôle

 

 

sur Wat TV en téléchargement avec Flash et Javascript

ou Méga upload http://www.megaupload.com/?d=02XHFFZN

 

Rapport d'audit, sur la modernisatisation des aides publiques aux entreprises et le constat qui en est fait :

 

http://www.audits.performance-publique.gouv.fr/bib_res/496.pdf


"UNE SITUATION TRES CONFUSE, MAL CERNEE ET AU TOTAL UNE
ABSENCE QUASI COMPLETE DE REGULATION"


 

"Il existe un fort besoin de mise en cohérence et d’évaluation des aides
publiques aux entreprises. Ce total de 65 milliards d’€ représente un peu plus que le total du budget de
l’Education nationale, près de deux fois le budget de la Défense, le même ordre de grandeur que
le total des dépenses hospitalières, plus de trois fois le budget de l’Enseignement supérieur et de
la Recherche. C’est aussi un chiffre supérieur au déficit public. Il est certes
méthodologiquement critiquable de faire ce type de rapprochement sans précautions, mais cela
souligne l’importance du sujet au regard de l’efficience des politiques publiques.
La complexité du dispositif se traduit par l’empilement de mécanismes voisins ou
aux objectifs quasiment identiques. A cela s’ajoute une succession de décisions prises sans tenir
suffisamment compte d’analyses d’impact préalables (ainsi la mission a observé la création de
plusieurs nouveaux mécanismes d’aide au cours de ses quatre mois d’investigation). Il est aisé
de constater de multiples redondances, voire de franches contradictions entre les mécanismes
d’aides publiques, sans oublier l’inadaptation de nombreuses aides aux besoins réels des
bénéficiaires."

 

"Rapport d'octobre 2010 du Conseil des Prélèvements obligatoires : " Entreprises et "niches fiscales et sociales" :

 

- De plus en plus de niches fiscales et sociales, une hausse de 16,27 % entre 2002 et 2010,

 

- Un recours trop large aux dispositifs dérogatoires,

 

- Un poids financier croissant des dispositifs dérogatoires applicables aux entreprises,

 

- L'efficacité du recours aux niches fiscales et sociales en question

 

Format pdf  : "Rapport d'octobre 2010 du Conseil des Prélèvements obligatoires : " Entreprises et "niches fiscales et sociales"



accueil site du Conseil des Prélèvements obligatoires

 

 



 

 

 

 


 

 

Je rajoute une intervention de la part de M. Gérald Nonet pour le moins intéressante :

 

En 2007, la cour des comptes (en fait dans un rapport daté 2006/2007) n'a rien chiffré du tout ! Il s'agit, une fois de plus, des 65 Md€ de 2005 estimés dans un rapport de 2006 !!! Précisément un audit commandité en 2006, par D. De Villepin -1er ministre - remis à icelui en Janvier 2007 et qui porte sur des données de 2005.
http://www.audits.performance-publique.gouv.fr/bib_res/496.pdf

Depuis, ces 65 Md€  de 2005 "tournent en boucle et à toutes les sauces" sur toutes les communications (Internet, presse, etc...) relatives aux aides publiques aux entreprises ( bonne foi et volonté de dissimulation intimement mélangées).  
.
Un exemple parmi des centaines d'autres :
Rapport d'information - Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 14 octobre 2009
Déposé par la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République française, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur l'optimisation de la dépense publique.
www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i1978.pdf
C'est on ne peut plus sérieux ! Non ?
Sauf que une fois de plus, les montants considérés sont, encore et toujours, les 65 Md€ de 2005 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Il n'existe pas d'informations disponibles sur les montants réels d'aides publiques aux entreprises accordés en France depuis 2005 ! Troublant, non...
Toutefois, il est aisé (enfin, c'est une façon de parler) de constater que ces montants sont aujourd'hui considérablement supérieur à  65 Md€ , par exemple en consultant les stats de la Commission Européenne sur les aides autorisées en ce domaine ( > 4000 Md€ en Europe !) ou en cumulant les évaluations fragmentaires des Cours des comptes régionales en France...
De la à obtenir un chiffre réaliste, c'est une autre paire de manche. Néanmoins, pour 2009, vraisemblablement ces aides peuvent être estimées entre 120 et 180 Md€.

Pour avoir une idée de la difficulté à obtenir ces montants, consulter le "Compte rendu analytique officiel du 7 mai 2009" du Sénat.
www.senat.fr/cra/s20090507/s20090507_6.html

Il est amusant de constater que le gouvernement nous fourni le déficit du régime général de la Sécurité Sociale à 100 millions d'€uros près, mais est incapable (ne veut pas ou ne peut pas ?) produire le montants des aides publiques aux entreprises, même à 10 milliards près (excusez du peu) !?

Quoiqu'il en soit et pour faire court, il serait intéressant de disposer de ces chiffres, afin, par exemple, de les comparer aux chiffre des déficits publics pour les mêmes périodes: Est ce que, par hasard, on s'apercevrait qu'ils sont à peu près de mêmes valeurs... Et pourquoi pas ne pas les comparer également aux bénéfices dégagés par les entreprises (vous savez, la fameuse richesse produite, prise en compte dans le calcul du PIB...). La croissance desquels bénéfices, donc des dividendes, participant à la, non-moins fameuse et sacro-sainte, croissance du PIB.

Donc, quel lien y a t'il entre les déficits publics et la croissance ?
Allons plus loin, est ce que la croissance (pour l'essentiel de l'économie privée) du PIB est alimentée (voire financée) par des déficits publics (par définition publics !) ????

Dernière constatation amusante : Actuellement, et en l'état des choses, réduction des dettes publiques = réduction de la croissance !

Je crois que l'on devrait se poser quelques questions...

 

Gérald Nonet

 

(si vous désirez intervenir et apporter de nouveaux éléments je suis prêts à les mettre en ligne bien sur dans un esprit constructif  H.)

Partager cet article
Repost0

Pages