Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 18:05

La récession va se diffuser, les banques au bord de la faillite, les assureurs également risque majeur d'effondrement, pour se propager aux entreprises !

Partager cet article

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 18:01

Ca n'est pas finit !

Partager cet article

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 14:59

Bill Gates démissionne du conseil d'administration de Microsoft

Bill Gates finance les vaccins à nano particules :

 

Le 18 mars 2015, Gates a fait un exposé sur les épidémies à Vancouver. Ce jour-là, il a écrit sur son blog :

« Je viens de faire un bref exposé sur un sujet sur lequel j’ai beaucoup appris ces derniers temps : les épidémies. L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest est une tragédie – au moment où j’écris ces lignes, plus de 10 000 personnes sont mortes ». Gates a ensuite ajouté : « Aussi terrible que cette épidémie ait été, la prochaine pourrait être bien pire. Le monde n’est tout simplement pas prêt à faire face à une maladie – une grippe particulièrement virulente, par exemple – qui infecte très rapidement un grand nombre de personnes. De toutes les choses qui pourraient tuer 10 millions de personnes ou plus, la plus probable est de loin une épidémie ».

Cette même année, en 2015, Bill Gates a écrit un article pour le New England Journal of Medicine intitulé « La prochaine épidémie : Leçons d’Ebola ». Il y parle d’une classe spéciale de médicaments qui « consiste à donner aux patients un ensemble de structures particulières à base d’ARN qui leur permettent de produire des protéines spécifiques (dont des anticorps). Bien que ce domaine soit très nouveau, il est prometteur car il est possible qu’une thérapie sûre puisse être conçue et mise en fabrication à grande échelle assez rapidement. Une recherche plus fondamentale ainsi que les progrès de sociétés comme Moderna et CureVac pourraient à terme faire de cette approche un outil clé pour stopper les épidémies ».

 

Beaucoup d'indices concordants pour douter d'une théorie naturelle de l'origine de ce coronavirus. Mais au final "quoi qu'il en coûte !" comme le dis Macron, "quoiqu'il en coûte !", ce sont les citoyens Français et notamment les citoyens mondiaux qui devront payer la note s'il en est d'une guerre peut être bactériologique lançée pour amoindrir un concurrent et par le même fait faire passer une crise latente ou les banques ont surjouées dans les investissements douteux pour des profits d'intérêts privés plus ou moins concentrés dans les mêmes mains !

Que dire également des guerres du Moyen Orient ou les belligérants laissent sur le carreau des millions de migrants sur les routes et dont chacun tente de se débarrasser, avec parfois force chantage. Les belligérants les plus importants eux ne supportent en aucun cas ces migrations. Ce qui est étonnant de surcroit ç'est que M. George Soros finance les moyens migratoires dont la destination finale est l'Europe voir mon article sur Soros !

Partager cet article

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 14:44

Un reportage allemand très complet et court, qui met en lumière plusieurs faits sur le Coronavirus et notamment le Covid 19, ainsi qu'un certain Soros, qui est toujours dans les bons coups !

 

Faites partager svp, pour infos

 

Ensuite Soros et la politique Française, le financement de la campagne électorale de Macron à hauteur de 2 365 910,16 €

 

Le financement de la migration vers l'Europe via L’Open Society de George Soros et le think tank américain "Migration Policy Institute"

 

Une question importante à se poser à quoi joue t il ? ou que cherche t il ? et surtout pour qui agit il ? Une réponse quoiqu'il en soit : Pourquoi paierions nous les lubies d'un milliardaire mégalomane au niveau européen !

 

Partager cet article

Repost0
12 mars 2020 4 12 /03 /mars /2020 16:59

Le 12 mars à 18 h

la bourse de Paris perd 12,28 %   ( 4 044, 26 points) après une séance de lundi tout aussi catastrophique ; du jamais vu depuis sa création.

les bourses de Londres et de Francfort perdent dans la même lignes.

A Wall street à la même heure le Dow Jones perd 9,23 %

 

Les indices Vix sur les USA (indices de volatilité) s'envolent à 60,43

Le RSI indicateur visant à donner une lecture de la vigueur d'un mouvement (de hausse ou de baisse) d'un actif coté sur une échelle de 0 à 100 s'est effondré, il n'a jamais été aussi bas depuis sa création.

La BCE n'a pas rassuré, les bourses s'effondrent

Partager cet article

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 18:45

Migration :

Hongrie : Le ministre hongrois de l’intérieur, Sándor Pintér a déclaré aux membres de la presse hongroise que le gouvernement hongrois a proposé d’envoyer 65 gardes-frontières à la frontière gréco-turque dans le cadre de l’opération actuellement coordonnée par l’agence frontalière de l’Union européenne, Frontex.

 

Autriche : Les forces armées autrichiennes déploieront jusqu’à 2.200 soldats pour la protection des frontières autrichiennes. Actuellement, 850 sont déployés. C’est ce qu’ont annoncé aujourd’hui la ministre de la défense Klaudia Tanner et le ministre de l’intérieur Karl Nehammer (tous deux de l’ÖVP).

 

Pologne : la Pologne a déjà accepté d’envoyer 100 policiers dans la région frontalière d’Evros, au nord-est de la Grèce, et qu’elle est prête à en envoyer d’autres si Athènes le demande. Un accord similaire a également été conclu avec le gouvernement autrichien, avec 13 officiers des forces spéciales de police qui devraient arriver à Evros dans les prochains jours.

 

Chypre : Chypre a également envoyé une assistance sous la forme de 22 officiers de police, tandis que l’agence européenne pour la gestion des frontières, Frontex, supervisera une force de 100 gardes-frontières provenant de différents États membres.

Migration : la Hongrie et l'Autriche sur le pied de guerre, la Pologne et Chypre suivent

Partager cet article

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 18:41
Finance économie, l'instant décisif : la BCE au pied du mur

Partager cet article

Repost0
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 18:48

Période de stress, fatigue, moral à zéro, besoin de vous ré énergiser, un exercice simple et rapide !

Partager cet article

Repost0
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 16:54

On voit sur le net se développer un commerce autour du déparasitage de l'esprit. En effet cette tendance New Age, aux multiples sources, dont le chamanisme entre autre démontre  qu'il y a des vampires interdimensionnels capables de puiser dans notre énergie vitale, ou bien de nous couper ou réduire de notre connection au divin sous quelque forme qu'il soit ; représenté ou nommé.

Ils seraient à l'origine de nombreux maux, interférents avec notre ligne de vie disons naturelle. Ces interférences parviendraient à créer des désordres psychiques, psychologiques, parfois physiques.

Ainsi s'expliqueraient des phobies ou des peurs inexpliquées. Ces parasites pourraient être là depuis plusieurs existences sur un individu, ce qui inclinerait a opter pour la métenspycose, (réincarnation).

Ils pourraient également favoriser certaines inclinations dommageables pour l'équilibre personnel et l'évolution naturelle humaine, ils pourraient également guider, voire contrôler un individu ou un groupe d'individus, les faisant officier à leur insu pour des plans plus ou moins machiavéliques dans notre réalité.

Voilà donc une théorie arrangeante du grand déséquilibre actuel, l'homme n'agirait pas seul, parfois et surtout dans les milieux décisionnaires, ce seraient ces fameuses entités qui seraient les "deus ex machina", l'homme n'en serait que le réceptacle inerte comme une marionnette dont les pantomimes ne réjouiraient qu'eux sur la scène de  la société contemporaine.

Ainsi ces interférences qui se nourriraient de nos émotions quelles soient bonnes ou mauvaises ;  mais les plus faciles a faire émergées ne sont elles pas les mauvaises ; la peur, la colère, la violence, la cupidité.... agiraient en sous main pour distiller dans l'humanité  ce sentiment de fragilité, d'incertitude pour créer un chaos permanent.

Cette théorie s'étaye avec les voyages astraux, les décorporations, les visualisations interdimensionnelles ou les perceptions. Evidemment nous entrons dans des domaines hors sciences pour aller dans ce qui ressortirait plus de la science fiction.

Ici tout se mêle, interdimensionalité, forces énergétiques primordiales, équilibre personnel, êtres extra terrestre (hors terre), flux, interférences, captages, source énergétique, manipulation, combats, libre arbitre, purification, libération de l'humanité.

Donc il convient d'être prudent, surtout quand il s'agit de soins dans ce domaine ! Ce qui est plus certain ç'est que nous seul a décider de nous même, nous avons toujours le choix d'agir ou ne pas agir, de se soumettre ou pas. d'être ou de renoncer à être pour que d'autres soient ou décident à votre place. Donc soyez et existez le plus naturellement du monde. La recherche spirituelle (et non pas religieuse) ou sinon dans le terme latin religere ou religare (cueillir, rassembler) est une possiblité d'opérer en soi une libération nécessaire à sa propre évolution, celle ci devrait vous affranchir de tout carcan il suffit de trouver la méthodologie, à cet effet je vous donnerai quelques vidéo simple, telles que certaines méditations, ou des exercices tout aussi simples en vidéo, sans arrière pensée, juste pour débuter à vous après ensuite de vous prendre en charge de d'aller vers ce ou vous conduit votre coeur !

Donc ! voici après ce préambule un peu longuet l'exposé d'un théoricien de cette vampirisation énergétique, ç'est assez long, mais ça vaut le coup, juste pour info ! Merci!

 

 

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Le fait que toutes les personnes seules ou en groupe ayant découvert ce que les Amérindiens nomment wétiko le considèrent comme le sujet majeur — qui ne souffre aucune comparaison — dans la compréhension de notre monde, devrait susciter notre attention. Le Don Juan des ouvrages de Carlos Castaneda, par exemple, mentionne — sous un autre nom — le wétiko comme « le sujet des sujets » ou « le cœur du sujet ». Nommé différemment tout au long de l'histoire, le wétiko constitue le cadre général qui contient, englobe, informe et sous-tend toutes les formes de destruction de soi et d'autrui auxquelles se livre notre espèce sur toute la planète, et son esprit rend de fait toute autre question secondaire. Le wétiko peut être assimilé à un virus de l'esprit, et si nous ne pouvons pas regarder en face ce qu'il nous révèle, rien d'autre n'aura d'importance, car l'espèce humaine disparaîtra. Même s'il permet un éveil potentiel à notre vraie nature d'êtres créatifs, le wétiko inspire le mal le plus funeste qui puisse s'imaginer. La façon dont il apparaît dépend essentiellement de notre capacité à le reconnaître pour ce qu'il est — en ce qu'il exprime la constance d'un aspect de nous-mêmes qu'il nous est capital de connaître.

 

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Une « tradition de sagesse » est digne de ce nom lorsqu'elle expose les activités secrètes du wétiko. Je suis toujours aussi stupéfait lorsqu'il m'arrive encore de découvrir l'existence d'une tradition riche d'une telle sagesse, qui d'une manière unique et créative révèle l'existence du wétiko ; mes connaissances prennent de l'ampleur et mes formulations s'enrichissent au fur et à mesure de mes publications. Véritable parasite de l'esprit, le wétiko opère caché dans les angles morts de notre inconscient et nous trompe en nous amenant à penser et à agir de manière contraire à nos intérêts. De nombreux artistes aux disciplines très variées ont également — en plus des chercheurs indépendants dont je suis — exprimé de manière créative et imaginative le mécanisme insidieux de la psychose wétiko.

Colin Wilson, par exemple, utilise le pouvoir d'imagination de la littérature fictive pour insuffler la vie à ce virus de l'esprit dans son « thriller métaphysique surnaturel culte » Les parasites de l'esprit, publié pour la première fois en 1967 [1969 pour la version française - NdT]. Plus j'analysais son livre, plus j'avais le sentiment profond qu'il avait vraiment levé un lièvre — il suivait les traces énigmatiques du wétiko — et qu'il avait choisi la forme d'un récit fictif pour décrire, déterminer et expliquer la nature de ce funeste virus de l'esprit auquel nous sommes tous confrontés. C'est comme si Wilson devenait conscient de la présence des parasites de l'esprit au sein non seulement de sa propre psyché, mais aussi au sein de toutes les psychés humaines, et que son inconscient activait son imagination littéraire pour exprimer cette prise de conscience.

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

En tant que précurseurs de la psyché humaine, les artistes les plus créatifs traduisent souvent dans un style communicable ce qui émerge dans l'inconscient collectif de notre espèce. L'œuvre est parfois tellement inspirée par leur inconscient que les artistes eux-mêmes n'ont pas conscience de ce qu'ils révèlent. Résultant d'une interaction créative entre son conscient et son inconscient, l'œuvre d'un artiste qui comporte un élément novateur présente généralement divers degrés de conscience en lien avec ce qu'il perçoit.

Écrire sur le wétiko sous forme d'analyse « factuelle » est une telle habitude que l'idée de l'aborder sous son aspect « fictionnel » — un art créatif moins « sérieux » — offre à mon âme la liberté de nouvelles perspectives. Le wétiko agissant comme un « parasite » qui étouffe l'imagination créatrice — et peut la « tuer » si l'on peut parler de l'imagination en termes aussi fatalistes —, utiliser l'imagination créatrice pour contrer ses effets néfastes sur cette dernière semble logique.

Le personnage principal de son livre — l'archéologue Gilbert Austin — est stupéfait d'apprendre le suicide de son ami et confrère Karel Weissman, professeur en psychologie. Sa stupeur se fonde sur son sentiment que Weissman « était dépourvu du moindre atome autodestructeur, et à tous égards, l'un des hommes les moins névrosés et les mieux intégrés que j'aie jamais connus ». Selon les mots d'Austin, « C'est impossible. Jamais un tel homme ne se suiciderait. » Rédigée d'une main tremblante, la lettre de suicide de Weissman exprimait son souhait qu'Austin reprenne ses travaux scientifiques. Par ailleurs étonné par l'exigence de Weissman à le contacter immédiatement après sa mort, Austin s'interroge sur les raisons de cette urgence et se demande si les travaux du psychologue contiennent un indice relatif à son suicide. Ainsi commence l'histoire.

Alors qu'il commence à parcourir les documents scientifiques de son ami décédé, le Dr Austin est sidéré par cette phrase : « Je suis convaincu depuis plusieurs mois que la race humaine est attaquée par une sorte de cancer de l'esprit. ». Ce phénomène évoque de façon significative le wétiko — lequel peut être défini comme un cancer qui, par une lente métastase, engloutit peu à peu toutes les parties saines de la psyché pour servir son infâme programme. Le wétiko est un système vorace programmé pour ne rien épargner, pour finir par mourir en même temps que son hôte s'il n'est pas arrêté.

Même si Austin ne prend pas de prime abord l'idée de Weissman au pied de la lettre, il réalise ensuite l'aspect très sérieux des écrits de son ami qui n'ont rien de métaphoriques. En parcourant la vaste « histoire culturelle » des deux derniers siècles de Weissman, Austin prend conscience qu'il était convaincu de la chute de notre espèce dans une ère de ténèbres, et que l'esprit de l'humanité était sous l'emprise d'une sorte de force plus funeste encore. Lorsqu'il se trouve initialement en présence du raisonnement apparemment paranoïaque et conspirationniste de Weissman, Austin présume par réflexe de la véritable folie de son brillant ami. Mais après avoir lu son analyse raisonnée, Austin finit par en douter et se demande si son ami n'avait pas plutôt fait une découverte vraiment fondamentale. Pressentant que ce jour restera gravé pour le restant de sa vie, Austin déclare : « Si Karel Weissman n'était pas fou, alors la race humaine est confrontée au plus grand danger de son histoire. ».

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

En poursuivant la lecture des écrits de Weissman, il devient clair que son ami avait exploré les arcanes de son propre esprit et en venait à percevoir l'existence en lui d'une chose « inconnue » et vivante — un « autre autonome » — douée semble-t-il d'une volonté propre et distincte qui résistait à ses introspections. Weissman écrit : « j'ai pris conscience que certaines forces intérieures résistaient à mes recherches. ». Quelles que soient ces forces, elles voulaient apparemment rester dans l'ombre et s'y employaient par une forme de résistance active, comme si être découvert et mis en lumière étaient leur pire cauchemar.

Ces forces négatives dépendent et se nourrissent de « l'ignorance de la race humaine pour la maintenir enchaînée » et la favorisent même de façon active. Weissman commençait à comprendre la capacité synchrone de ces forces à se nourrir, se renforcer et se cacher dans son inconscient, comme si ses angles morts psychiques leur ouvraient l'accès à sa psyché. Weissman écrit : « Je savais pourquoi il leur était vital que nul ne soupçonne leur existence. Bien que l'être humain dispose d'un pouvoir amplement suffisant pour les détruire tous, tant qu'il reste inconscient de leur existence, ils peuvent se nourrir en vampirisant son énergie. ».

Plus les pages du roman de Wilson révélaient son imagination créatrice, plus je devenais attentif au fait qu'il désignait le wétiko, un parasite possessif dont l'activité incognito au sein de notre psyché épuise notre force vitale. Et j'ai commencé à penser « voilà un homme selon mon cœur ». Weissman transmet ses découvertes à Austin comme s'il s'agissait d'un présent inestimable. Une fois conscient de leur nature, Austin poursuit dans son sillage l'enquête de son ami défunt. Il plonge dans les profondeurs de son esprit et finit grâce à ses propres observations de la présence maintenant avérée des forces « inconnues » par corroborer ce que Weissman désignait avec insistance.

L'archéologue — et le lecteur — découvrent l'ampleur historique des révélations qui se dégage des écrits du psychologue. Austin souligne à propos des parasites de l'esprit qu'« ils s'enracinent de surcroît au plus profond de la psyché humaine, là où ils peuvent « boire » les énergies que les êtres humains puisent dans leur source de vitalité. ». Notre conscience — ou plus précisément son absence — constitue le principal canal exploité par ces entités. Nous maintenir dans l'ignorance de leur existence leur est vital, car elles perdent leur influence et tout pouvoir dès que nous prenons conscience de leurs activités obscures. Weissman précise : « La bataille est déjà à moitié gagnée dès lors qu'une espèce prend conscience de l'existence de ces vampires. ».

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Afin de n'être pas « démasquées », ces forces déploieront tout leur potentiel destructeur, y compris celui d'inspirer le suicide à la personne qui en est victime. Quiconque est sur le point de démystifier ces forces obscures risque d'être déconnecté de son intrinsèque potentiel de vie créative, au point que cette même force de vie créative se retourne contre elle-même et se transforme en une force autodestructrice, qui, dans des cas extrêmes, peut conduire au suicide. Celui de Weissman ainsi replacé dans un contexte plus approfondi, et dès lors qu'est comprise la nature de ce qu'il avait entrepris de percer à jour, son acte autodestructeur devient plus clair. Le pire cauchemar de ces forces est d'être exposé à la lumière, et plus nous les mettons en lumière en communiquant avec notre rayonnement intérieur, plus elles sont catalysées et réagissent de façon redoutable.

Cette approche tend à éclaircir le constat fait en psychologie de l'existence d'un risque de suicide accru chez un sujet sur le point de faire une découverte capitale. Et comme les démons sont en général plus malfaisants à l'approche d'une défaite, cette notion peut aussi nous aider à donner un nouveau sens à l'intrusion d'idées noires dans nos pensées. Par exemple, au lieu d'interpréter le sentiment d'être « attaqué » par les forces les plus obscures de notre psyché comme une preuve attestant du degré de notre chaos intérieur, on peut le considérer comme la manifestation d'un cheminement accru vers notre lumière intérieure ; une ombre traduit une absence de lumière, mais aussi une expression de sa présence. En d'autres termes, plus la lumière est présente, plus l'obscurité s'active et devient visible. Nous pouvons apprendre à considérer l'avidité de ces forces à nous égarer dans notre cheminement personnel comme le reflet de l'exact contraire — nous sommes sur la bonne voie. Nous sommes enclins à définir l'illumination comme étant « voir la lumière », mais « voir l'obscurité » est aussi une forme d'illumination.

Weissman souligne : « Bien sûr, l'aspect fantastique de cette découverte était tel, qu'il échapperait à un esprit non initié. ». Pour ceux qui souscrivent, par consensus, à la réalité convenue — ce qui, malheureusement, concerne la majeure partie de l'humanité — l'illumination de Weissman portant sur l'existence de forces négatives qui, tout en se dissimulant, sont à même de former et de façonner la psyché humaine pour l'amener à son insu à agir en conformité avec leurs objectifs obscurs, passait pour insensé et tout à fait extravagant. Weissman avait compris l'incapacité d'un « esprit non initié » à l'assimiler ; ce qu'il désignait provoque chez la plupart des gens un choc trop brutal — un vrai traumatisme. Il se rendait compte du potentiel destructeur de ces forces négatives sur notre espèce si cette dernière demeurait inconsciente de la réalité. « D'une manière ou d'une autre, l'espèce humaine doit être sensibilisée à ce péril », explique-t-il.

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Dans sa tentative de communiquer sa découverte aux autres, Weissman s'est retrouvé dans une position qu'il considère après réflexion comme « sans doute juste celle d'un cinglé dont on se contrefiche. ». Celui qui décrit la réalité du phénomène après avoir observé ces parasites de l'esprit conçus pour adhérer au niveau le plus fondamental de notre santé mentale, est en général considéré comme cinglé par ceux qui sont encore affligés par, et inconscients de ces entités — soit la majorité de notre espèce. Weismann semble décrire la situation épineuse à laquelle je me suis heurté la majeure partie de ma vie, je peux donc parfaitement la comprendre.

Dans son journal, Weissman souligne « la nature intemporelle de ces prédateurs de l'esprit humain, habiles à s'emparer dans certains cas de l'intégralité de l'un d'entre eux et de l'utiliser à leurs propres fins ». Une personne sous l'emprise du pouvoir possessif de ces vampires devient à son insu leur espion — leur secret est secret même pour eux — et constitue dès lors le canal par lequel ces forces hyperdimensionnelles entrent concrètement dans notre réalité tridimensionnelle et jouent leur partition de toute évidence contre-évolutive. Sans la moindre conscience de sa déplorable situation, le sujet ainsi possédé devient un automate, l'instrument humain grâce auquel ces puissances maléfiques non humaines agissent dans notre monde par la ruse.

Ces « imposteurs » — membres des « revenants » — substituent l'esprit dont ils se sont emparés par un fallacieux simulacre de leur propre psyché vide et machinale, dénuée de créativité. Ainsi possédée, la personne s'identifie à cette version contrefaite d'elle-même et suppose que l'esprit qu'elle incarne est le sien — alors que son expérience ultérieure du Soi est en réalité tout sauf cela. Au lieu d'être elle-même, elle devient une copie d'elle-même, une matrice artificielle. La Bible* aussi fait mention de ces parasites de l'esprit sous le nom d'antimimon pneuma, « l'esprit travesti », celui qui nous imite dans l'attente de nous voir nous identifier à sa fausse version de nous-mêmes. Et notons l'intéressante affirmation dans l'œuvre gnostique de la Pistis Sophia [« Foi et Sagesse » ou « Foi de la Sagesse » - NdT] selon laquelle l'antimimon pneuma s'est greffé sur l'humanité comme une maladie.



Commentaire : * L'antimimon pneuma est usuellement traduit par « esprit travesti » et constitue dans le récit de la création l'anti-force créée par les puissances funestes pour contrer l'Esprit divin en l'homme. Il désigne dans la Gnose l'esprit adverse qui n'entre dans l'homme que par son ignorance.


Se définir par, et agir inconsciemment en fonction de sévices non guéris, céder à nos addictions, mentir sciemment ou succomber à la « pensée de groupe », constituent quelques exemples par lesquels ces « vampires énergétiques » peuvent à tout moment sélectionner et coloniser l'esprit de n'importe lequel d'entre nous — à petite ou grande échelle. Voici ce que j'ai écrit dans Dispelling Wetiko [« S'affranchir du wétiko », ouvrage non traduit en français - NdT] :
« Dès l'instant où un sujet est à son insu possédé par l'esprit du wetiko, c'est comme si un parasite psychique s'appropriait son cerveau et l'incitait par la tromperie à croire que, lui, son hôte, se nourrit et se renforce alors qu'il alimente en fait le parasite ». Non seulement habiles à s'emparer d'un esprit, ces parasites sont capables de posséder et d'agir à travers un groupe, une nation, voire même — le cas échéant — notre espèce toute entière à des degrés divers. Après tout, le wétiko constitue une psychose « collective ».

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Haine de soi et idées noiresDes forces « cachées » — une des définitions du mot « occulte » — influencent la plus grande partie de l'humanité et agissent au plus profond de notre inconscient au point d'appauvrir profondément la qualité de notre conscience, sans même que nous prenions conscience de ce déclin en cours. Le blocage de ces forces malveillantes est si puissant qu'il s'auto-perpétue et nous empêche même de dire que nous sommes bloqués. Une fois notre esprit « programmé » — façonné par les parasites de l'esprit — l'être humain créatif et vivant devient l'équivalent d'un automate et d'un zombie. Pour décrire les personnes soumises à l'emprise de ces forces sinistres, Austin évoque « l'activité mécanique de simples pions sur l'échiquier soumis aux parasites de l'esprit. ». Si on les interroge sur leurs tendances à agir de manière compulsive, elles auront souvent une réponse rationnelle toute faite assortie de justifications. En alimentant de façon inconsciente l'agenda des parasites de l'esprit, cette « excuse » camoufle dans l'esprit du sujet les agissements de ces entités sinistres, et perpétue son ignorance quant à la source de ses propres impulsions, pensées, croyances et actions. Il ajoute qu'« une fois "conditionné" par les parasites de l'esprit, l'être humain s'apparente à une horloge remontée et ne requiert de l'attention qu'une fois par an environ. Sans compter la découverte de Weissman attestant d'un "conditionnement" inter-humain [qui se propage comme un virus - NdT] qui dispense les parasites de tout travail. ».

Tout comme la violence d'un membre d'une famille exercée une fois de temps en temps suffit généralement à transmettre le message avec force et à maintenir la famille « dans le droit chemin », de peur qu'il ne recommence. La menace sous laquelle nous vivons s'intériorise dans notre esprit, et nous n'avons alors que rarement besoin de leur vigilance pour nous la rappeler. Des groupes de personnes ainsi conditionnées peuvent sans peine reproduire leurs tendances à la peur et au blocage jusqu'à établir un « auto-fliquage » de groupe — qui agit comme un système de contrôle individuel — chacune d'entre elles maintenant ainsi par complicité mutuelle toutes les autres endormies. Quiconque échappe à la programmation est considéré comme une menace par ceux qui sont encore sous son emprise. Ne connaissant rien d'autre que leur prison à laquelle ils s'habituent si aisément — c'est « normal », les choses sont ainsi — , la plupart des gens deviennent volontiers complaisants, satisfaits, voire « heureux » de leur condition limitante qu'ils confondent avec la liberté, et s'imaginent être en contact avec « le monde réel ».

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Selon Austin, l'humanité se débat « comme sous l'emprise d'une pieuvre invisible », et dans sa description de ces entités et de leur nature d'hydre polycéphale, il ne peut que les comparer à « une immense pieuvre gélatineuse aux tentacules distincts du corps et à même de se mouvoir comme des individus. ». Émanations de divers individus ou aspects de l'environnement, et bien qu'apparemment séparés, les bras tentacules du wétiko ont, comme décrit par Austin, un aspect non-local en tant que parties coordonnées et connectées d'un « corps » plus grand, dans lequel elles sont tous contenues et dont elles sont toutes des expressions. Pour citer Austin : « j'ai eu tort de les considérer comme des êtres séparés. ». Issue semble-t-il d'une dimension supérieure à la simple dimension physique, une énergie plus viscérale anime l'ensemble des manifestations très variées des parasites de l'esprit. En d'autres termes, une chose de nature singulière bien que d'apparence plurielle réside de manière significative dans nos profondeurs intérieures.

Selon Weissman, « pour drainer le sang d'un humain sans qu'il en soit conscient, les vampires de l'esprit doivent impérativement dissimuler leur présence. Quiconque s'impose face à eux récupère ses forces vitales, et constitue dès lors une double menace. Dans ces cas-là, les vampires tenteront probablement de le détruire autrement — en essayant d'influencer d'autres personnes contre lui ». Même si cette déclaration de Weissman semble traduire des délires paranoïaques, elle révèle sa prise de conscience quant à la nature non-locale des parasites de l'esprit : ces entités ne sont pas limitées par les classiques lois de l'espace et du temps de la troisième dimension — ce qui fait très « science-fiction » et semble démentiel.

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Infectés par le wetiko À lire Weissman, il prenait conscience que n'étant pas une manifestation localisée que l'on peut identifier, la nature phénoménale de ces parasites de l'esprit ne pouvait être comprise — et combattue — qu'une fois reconnue comme telle. De par cette nature phénoménale, ils évoluent dans un champ [en tant qu'espace dimensionnel - NdT] à même non seulement de se connecter au monde extérieur et à nos esprits, mais aussi d'interagir avec eux. Afin de s'incarner sous une forme leur permettant d'accomplir leur dessein, ces entités opèrent à travers notre conscience de manière synchrone tout en étant, d'une façon ou d'une autre, habiles à configurer l'apparence extérieure de l'environnement. La mise en œuvre organisée d'obstacles intérieurs et/ou extérieurs leur permet de contrer tout effort visant à sensibiliser un plus grand nombre de personnes quant à leurs opérations furtives (y compris cet article).

Savoir à quoi nous sommes confrontés est essentiel ; « connaît ton ennemi », comme le dit l'adage. Ces entités essaieront de faire obstacle à toute tentative d'une personne ayant réussi à se connecter avec sa lumière intérieure de la partager avec les autres, et le feront en utilisant leurs « connexions » au champ non-local pour inciter d'« autres personnes à se retourner contre elle. Austin écrit que « le vrai danger réside dans l'habileté des parasites de l'esprit à manœuvrer d'autres individus pour les monter contre nous. ». Les forces des ténèbres semblent être alertées par le biais des structures institutionnalisées de la société et de son « système de contrôle » — intériorisés dans l'esprit de tous —, et dès qu'une personne en phase d'éveil prend conscience de leurs agissements occultes et que s'amorce en elle la compréhension de leur nature, elles se mobilisent en veillant à ce qu'elle soit ramenée dans le rang, réduite au silence et renvoyée dans son sommeil. Elles peuvent « sélectionner » des sujets peu méfiants pour les transformer en portails par lesquels ces forces exercent leur influence dans notre monde pour nous séduire, nous distraire ou nous détourner de notre chemin. Enrôlées sans le savoir comme fantassins zombies des parasites de l'esprit, les personnes sous leur emprise servent involontairement leur dessein visant à s'assurer que nul ne s'écarte du chemin qu'elles ont tracé.

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Esprits infectés par le wetiko Parmi les personnes se plaignant souvent d'avoir l'impression qu'existent dans leur esprit des forces inconnues qui tentent de les contrôler, je me demande combien ont été diagnostiquées comme souffrant de maladies mentales, alors que par manque de maîtrise ou de conscience pour faire face à leur situation, elles expérimentent en fait la confusion inhérente aux parasites de l'esprit. Des psychiatres bien intentionnés les considérant atteints de psycho-pathologie leur prescrivent des médicaments — uniquement pour leur bien — mais ne pourraient-ils être eux-mêmes d'involontaires exécutants à même d'accomplir le sale boulot des parasites de l'esprit ?

Au fil du drame, le Dr Austin tente lors d'une conférence de presse de prévenir le monde du péril auquel il est exposé :
« Nous tenons ici à mettre en garde les peuples de la Terre face à la plus grande menace de toute leur histoire... Ces forces invisibles capables d'attaquer directement l'esprit humain sont plus dangereuses que toutes celles rencontrées par la race humaine jusqu'à présent. Capables de dévaster jusqu'au suicide la santé mentale de quiconque fait l'objet de leurs attaques, elles peuvent aussi réduire en esclavage certains individus et les utiliser à leurs propres fins ». Je discerne dans la description fictive de Wilson le reflet même du processus profondément enraciné dans notre monde aujourd'hui — des puissances malveillantes œuvrent secrètement dans l'ombre et tentent d'asservir l'humanité. Caché à la vue de tous et visible à ceux dont l'introspection s'est développée, ce phénomène ne relève pas d'une théorie du complot paranoïaque. Selon Weissman :
« s'emparer de l'esprit d'un individu et en faire un ennemi de la vie et de la race humaine, tel est leur rôle. » [ ...]
« Je soupçonne désormais ces vampires de l'esprit d'être des experts dans la détection d'espèces proches du point d'évolution leur permettant d'acquérir un nouveau pouvoir, et de s'en nourrir jusqu'à leurs destructions. ».

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age
Outre les faibles et les sans défense, ces entités traquent les personnes qui sont à deux doigts d'expérimenter un saut quantique et évolutif de leur conscience, mais qui, n'ayant pas encore intégré leurs réalisations in extenso, se sont stabilisées au niveau de conscience supérieur et plus cohérent auquel elles s'initient. Dans un état énergétiquement sensible et « chargé », ces individus ouverts d'esprit et vulnérables invitent ces entités à se gaver de la lumière conférée par l'épanouissement de la conscience de leur proie, les privant ainsi de l'énergie nécessaire à toute évolution vers un niveau de conscience supérieur. Quiconque en quête de vérité est activement engagé dans un processus d'élévation de la conscience et sensibilise les autres pour favoriser leur éveil, exerce sur ces forces obscures un pouvoir d'attraction particulier, similaire à celui de la lumière pour les papillons de nuit.

Weissman poursuit sa description :
« Une fois leur hôte détruit, ils sont obligés d'en chercher un autre ; leur intention n'est donc pas de détruire à proprement parler. Ils aspirent juste à se nourrir le plus longtemps possible des quantités extraordinaires d'énergies que leur apporte notre quête d'évolution de la conscience. » Ce qui est très proche de ce que j'ai écrit dans Dispelling Wetiko :
« Il ne veut toutefois pas nous tuer trop vite : l'hôte doit vivre assez longtemps pour disséminer le virus que le wetiko s'emploie à propager dans tout le champ par la mise en œuvre de son programme d'auto-reproduction. Si l'hôte meurt trop tôt, le virus sera prématurément expulsé et subira les inconvénients de devoir trouver une nouvelle résidence. ».
vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Parasites L'intention des parasites de l'esprit lui devenant plus évidente, Weissman note qu'ils « sont donc déterminés à maintenir l'attention humaine orientée vers l'extérieur afin de prévenir toute quête de mondes intérieurs. ». Tout effort visant à atteindre et utiliser l'extraordinaire lumière intrinsèque à notre conscience « anéantirait » ces entités jusqu'à l'impuissance ; nous distraire constitue donc la stratégie par laquelle ces prédateurs canalisent nos centres d'intérêts vers l'extérieur. Le wétiko ne peut s'épanouir que lorsque nous sommes en mode « objet-référence » — notre attention est focalisée sur le monde environnant — et que l'on se pense selon des objets/critères extérieurs. Par contre, le wétiko est impuissant lorsque nous sommes en « auto-référence » — notre attention est focalisée en nous-mêmes, en auto-réflexion — et au contact de notre immense pouvoir créatif pour façonner en tant qu'observateur/participant notre expérience du monde et de nous-mêmes.

Selon Austin, « leur capacité à déséquilibrer l'esprit semble être leur atout majeur. ». Les parasites de l'esprit peuvent en quelque sorte diviser la psyché et la contraindre à une unilatéralité qui nous sépare de notre totalité intrinsèque et du spectre complet de nos immuables potentiels, en se nourrissant du, voire en créant le potentiel inné de l'esprit humain pour la dissociation. Les parasites de l'esprit à la source de la polarisation qui en résulte s'en nourrissent, et exploitent, profitent, se greffent sur et encouragent la tendance inconsciente des gens à projeter leur ombre sur ce qui les entourent. Austin précise que ces créatures les « contraignent à rechercher leurs ennemis en dehors d'eux-mêmes. ». Tant que l'ennemi est ailleurs, le commanditaire même de notre projection, le véritable adversaire établi dans notre citadelle, s'en tire sans dommage.

« Leur arme décisive est une sorte de "machine à brouiller l'esprit" plus ou moins comparable à un dispositif de brouillage radar », poursuit Austin. Au moment où ils découvrent qu'une personne est « à leurs trousses », ces entités utilisent toutes leurs ressources pour s'y soustraire afin de garder cachées leurs activités occultes. « Les parasites ont toujours utilisé cette méthode d'"obstruction" contre la race humaine — distrayant délibérément l'esprit lorsqu'il entreprend d'affronter ses propres secrets. ». Notons que dans les enseignements spirituels les plus élevés, le seul et unique aphorisme est de s'attacher à reconnaître et à se conformer à l'incommensurable nature de notre conscience.

 

Grâce à leurs connexions avec l'esprit inconscient, ces entités parasites cherchent à désorienter et détourner de sa trajectoire toute personne sur le point de percer leur stratagème. Par exemple, elle peut négliger par distraction d'ancrer dans sa conscience une énigmatique vision transformatrice en la transcrivant sur-le-champ, et l'oublier jusqu'à en perdre même la notion. Ou bien, elle peut devenir anxieuse ou effrayée en revivant un traumatisme psychologique dont les cicatrices invisibles ne sont pas refermées, ou encore, ressentir d'intenses douleurs qui peuvent facilement la conduire à la dissociation ; tous ces exemples la détourneront d'une imminente détection des parasites de l'esprit. Ou alors, elle peut tout à coup manifester une irrésistible envie de manger, boire ou se divertir ; en bref, tout ce qui est susceptible de détourner de sa pleine conscience les subterfuges des parasites de l'esprit qu'elle commence à discerner. En s'identifiant à ce rayonnement intérieur au lieu de cultiver avec lui une relation toujours plus intime, elle peut aussi tomber dans le piège des parasites de l'esprit, jusqu'à devenir bouffie d'orgueil au point de penser qu'elle est spéciale. Maîtres es art en mystification, les parasites de l'esprit sont des escrocs par excellence. Loin d'être les délires d'un fou paranoïaque, même si ça y ressemble, c'est au contraire une description claire et perspicace de ce à quoi nous sommes confrontés.

Selon les écrits de Weissman et la perception de plus en plus claire qu'il avait des parasites de l'esprit, ces entités s'attaquent non seulement à l'esprit des individus, mais elles font aussi des ravages dans notre inconscient collectif, un processus largement répandu sur la scène mondiale. Il écrit : « Je pense que les guerres du XXe siècle sont sans aucun doute le résultat d'un stratagème délibéré de ces vampires. ». Il semble que « la Bête » des conflits armés soit une virulente incarnation collective — en chair et en os — imposée sur toute la planète par ces parasites de l'esprit. Leur influence dans l'ensemble de notre « culture » (ou son absence) est remarquable, si l'on considère l'état du monde aujourd'hui une fois développée notre habileté à les voir pour ce qu'ils sont.

Avec une lucidité grandissante, Weissman observe la nature profondément obscure de ces parasites de l'esprit, et prend aussi conscience de l'existence dans ces entités maléfiques d'une fonction cryptée, comme le montre clairement l'étude de ses écrits :
« Les vampires de l'esprit sont, sans le vouloir, les instruments d'une force supérieure. Ils ont bien sûr le pouvoir de détruire toute espèce qui devient leur hôte, mais le résultat serait forcément l'exact contraire si l'espèce devait, par hasard, prendre conscience du danger. » Ce qui est très similaire au chef-d'œuvre de Goethe, Faust, dans lequel Faust demande à Méphistophélès (qui représente le diable) « Qui donc es-tu ? », et Méphistophélès lui répond « une partie de cette force qui veut toujours le mal et fait toujours le bien. ». L'idée est la suivante : une force encodée dans les forces ténébreuses servirait potentiellement la lumière, si seulement elle était reconnue comme telle. Weissman poursuit : « Les vampires contribueraient donc à immuniser l'être humain de son apathie et de sa paresse. ». Ces entités nous exhortent littéralement à investir notre potentiel pour résister à, et s'immuniser contre leur nature manipulatrice, mystificatrice et tyrannique, de manière à découvrir comment s'affranchir de l'esclavage et être libres !

Constitués à la fois du mal le plus profond et/ou du bien le plus élevé, les parasites de l'esprit sont des entités « quantiques », en ce qu'elles se situent dans une superposition d'états [selon le principe de superposition quantique - NdT]. Ces entités semblent d'un côté entraver toute expérience de notre vraie nature, et sont pourtant, s'ils sont reconnus comme tels, capables de nous aider à découvrir la lumière même qu'ils obscurcissent. Véritables gardiens à la croisée du chemin de notre évolution intérieure, la façon dont ils se manifestent dépend de notre façon d'admettre et d'interpréter ce qu'ils nous révèlent.

D'une manière mystérieuse, l'entrée en scène des parasites de l'esprit/wétiko est liée à l'éveil de l'humanité à sa véritable nature créatrice d'inspiration divine. Ces forces d'apparence funeste obscurcissent cette nature et, de façon paradoxale, nous confrontent à l'enjeu capital qui consiste à découvrir, s'éveiller et se connecter à cette même nature. Si elle se libérait de toute focalisation sur les apparences extérieures et se connectait à son univers intérieur, l'humanité, pour citer Weissman, « prendrait soudain conscience de ses réels pouvoirs propres à réduire la bombe à hydrogène à une simple bougie ».

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Ces entités nous « guérissent », au sens propre du terme, de notre mauvaise attitude envers le monde et envers nous-mêmes. À l'inverse d'un virus classique qui mute pour devenir résistant à nos tentatives de le vaincre, le virus wétiko nous contraint à une évolution de conscience par rapport à lui. À croire que son influence malfaisante est dictée par une intelligence supérieure, laquelle, une fois le wétiko exposé et compris, nous connecte à notre source sacrée et créatrice propre à « réduire la bombe à hydrogène à une simple bougie ». Dans Dispelling Wetiko, j'écris : « Le wétiko constitue la plus grande force catalytique d'évolution intérieure que l'humanité ait jamais connue — ou pas ».

Parfois, tenter d'imaginer les processus est un moyen d'aborder leur réalité. La création d'un monde imaginaire fantastique permet à Wilson de « prendre à la légère » une situation concrète de manière à atténuer le choc de son aspect véridique — à l'instar de la figure proverbiale du « fou » à la cour du Roi. [Les bouffons avaient pour tâche d'annoncer les mauvaises nouvelles à leur roi de manière à rendre la situation plus légère en transformant une chose horrible en une blague hilarante - NdT] Wilson adopte la forme fictionnelle et s'offre l'opportunité d'enfreindre le tabou en disant la vérité dans un monde où le faire est semé d'embûches, voire criminalisé. Ce faisant, Wilson contourne avec adresse les sarcasmes incendiaires des éditorialistes garants de la réalité consensuelle, et partage une connaissance libératrice qui serait normalement considérée comme subversive et taboue du point de vue des pouvoirs en place, si elle était présentée comme un avertissement factuel à l'humanité.

Si l'existence dans notre monde et nos esprits d'une infiltration de forces malveillantes est vraie, la présenter comme simple fiction confère à Wilson l'immunité contre une riposte des mêmes parasites de l'esprit qui n'existeraient prétendument que dans son roman, ce qui ne manque pas de piquant. Comme s'il était membre d'une résistance clandestine intemporelle, Wilson a réussi à introduire en douce des « informations vitales » dans un monde emprisonné à son insu et qui a désespérément besoin de ces connaissances. À noter qu'en rédigeant cet article, les parasites de l'esprit m'ont semblé prêts à tout pour m'empêcher de diffuser cette information. Bien sûr, ce pourrait n'être que le fruit d'une imagination débordante. En tout cas, je peux sans difficulté avoir l'impression de vivre dans le roman de Colin Wilson.

Formidable exemple de ce qu'une personne peut faire en s'autorisant une expression créative, Les parasites de l'esprit de Colin Wilson expose une facette de notre expérience qui, située dans l'ombre de la psyché, passe le plus souvent inaperçue et devient facilement marginalisée. L'idée qu'il existe des entités parasites envahissant notre monde et notre esprit semble insensée, pourtant la folie d'une idée comporte parfois tous les attributs de la raison.

Commentaire : Peu importe le nom — contagion sociale, ponérisation de masse ou wétiko — il existe bien une maladie de l'esprit et de l'âme tout aussi virulente et néfaste pour le bien-être individuel et collectif que la pire des maladies biologiques qui nous soient connues. Encore faut-il reconnaître son existence à un niveau significatif, phase fondamentale avant d'entreprendre quoique ce soit pour y remédier.

Pour les deux précédents articles de la série de Paul Levy sur le virus wétiko, voir :
Les Maîtres de l'Illusion, en français
La plus terrible des pandémies connue de l'humanité, en anglais — traduction française disponible prochainement


Source de l'article : Awaken in the Dream
Traduction : Sott.net

vampires  interdimensionnels de l'esprit et New Age

Partager cet article

Repost0
9 mars 2020 1 09 /03 /mars /2020 18:19

ça y est le Liban est en cessation de paiement

 

Partager cet article

Repost0

Pages