Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:54

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 19:13

"À Chloris" (Reynaldo Hahn) - Philippe Jaroussky

 

Théophile de VIAU   (1590-1626)

 

A Cloris

Stances

S'il est vrai, Cloris, que tu m'aimes,
Mais j'entends que tu m'aimes bien,
Je ne crois point que les Rois mêmes
Aient un heur comme le mien :
Que la mort serait importune
De venir changer ma fortune
À la félicité des Dieux !
Tout ce qu'on dit de l'ambroisie
Ne touche point ma fantaisie
Au prix des grâces de tes yeux

 

 

 

Que demander de mieux... Parfait, excellent, lipide, épuré, sans fard. En espérant vous avoir fait un petit plaisir, grâce à cette merveilleuse interprétation....

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 15:58

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:43

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 09:08

« La Crise est finie ! », cri de défi à la morosité ambiante. Heureusement, l'obstination et la chance paient ; le public vient en masse à la première !!!

 

 

1934 - France - Comédie -

 

Réalisation : Robert Siodmak

 

Auteurs & scénaristes : Jacques Constant, Frederick Kohner, Max Kolpé, Frédéric Lohner et Curt Siodmak

 

avec : Albert Préjean (Marcel), Danielle Darrieux (Nicole), Régine Barry (Lola Garcin), Jacques Beauvais , Marcel Carpentier (Bernouillin), Suzanne Dehelly (Olga), Suzy Delair

 

Une vidéo qui en dit long sur l'ambiance de l'époque pour combattre la dépression, malgré la propagande disant que la "crise est finie"

 

 

 

 

 

 

Albert Préjean - La crise est finie (1934) - Paroles

On dit partout ça ne va pas
La crise par çi la crise par là
On se plaint jour et nuit
On s'lamente on s'ennuie

La crise est la cause de tout
Même Crésus est sans le sou
Il gagne du cent pour cent
Mais s'fait du mauvais sang

Il existe un moyen pourtant
D'être toujours content
C'est de croire que tout est mieux
Tout délicieux, tout merveilleux
Et de chanter à Dieu (1)

La crise est finie (bis)
Nous vivons dans l'âge d'or
La crise est finie (bis)
Ha crions-le bien fort

On voit les jeunes et les vieux
Jusqu'au pépé chanter joyeux
Tralalalala et répéter encore
La crise est finie (bis)
Nous nageons dans le bonheur

On soupire on dit autrefois
On était heureux comme des rois
La vie était pour rien
Et on vivait si bien

Le buretin (2) comme le rentier
Se baladaient toujours à pied
L'été pour prendre le frais
Dans l'train s'fait un peu frais

Maintenant les p'tits comme les gros
Ne roulent qu'en auto
Dans les cercles les casinos
L'or coule à flot
Rien n'est trop beau
Car disons-le hoho

(Refrain)

La crise est finie (bis)
Nous nageons dans le bonheur
 
 
 
Sur la crise de 2008 - 2012...
 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 10:30

 

Le 16 juillet 1935, à Paris, le président du Conseil Pierre Laval promulgue 29 décrets-lois.

Entre autres mesures, ils comprennent une réduction générale de 10% de toutes les dépenses publiques. Y compris les salaires des fonctionnaires et les intérêts des emprunts.

Cette politique dite de «déflation» (diminution des salaires et des prix par voie d'autorité) est la seule manière qu'a trouvé le président du Conseil de relancer l'activité et les échanges sans avoir à dévaluer la monnaie.

Il n'atteindra ni l'un ni l'autre de ces objectifs et laissera le pays plus désemparé qu'avant...

 

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19350716

 

 

http://www.jdf.com/histoire/2007/07/13/04015-20070713ARTHBD00301-etalon-or-contre-bloc-or-la-france-accumule-des-tonnes-de-metal-jaune.php

 

La conférence de Londres, convoquée en 1933 afin de négocier une issue concertée à l'effondrement du système financier et des échanges internationaux, s'acheva par un désaccord frontal, du fait de l'intransigeance de la délégation française qui défendait le principe de la déflation au plan interne, de la restauration de l'étalon-or au plan international. L'irréalisme de ces propositions provoqua la rupture qui conduisit au cycle des dévaluations compétitives – le dollar suivant la livre dès avril 1933 – d'une part, à l'éphémère construction du bloc-or d'autre part. Venant après les chocs extérieurs de 1929 (krach de Wall Street) et 1931 (dévaluation de la livre), la politique du bloc or entraîna un décrochage de l'activité et de l'emploi dont l'économie française ne se releva pas

 

http://www.melchior.fr/La-deflation-Laval.3543.0.html

 

La crise est finie réalisé par Robert Siodmak, sorti en 1934. 

 

"Tout Va Tres Bien Madame La Marquise" 1935 Ray Ventura 

 

Crise de 1929

 

Crise 1929 -1939 - archives et analyses d'historiens et économistes dont J. E. Stiglitz

 

Sur la crise de 2008 - 2012....

 

Vers un second crack boursier vers 2011-2012 ? (Krak, Krach 2011-2012) 

 

Crise financière - Crack 2011 - 2012 - après le Portugal la guerre d'Espagne - une crise systémique le premier trimestre 2011.  

 

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 09:30

"Tout Va Tres Bien Madame La Marquise" 1935 Ray Ventura

 

 

 Toujours la parodie sur la récession !!!! et la propagande !

 

 
Paroles Ray Ventura :
Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Absente depuis quinze jours,
Au bout du fil
Je vous appelle ;
Que trouverai-je à mon retour ?

Tout va très bien, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien.
Pourtant, il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Un incident, une bêtise,
La mort de votre jument grise,
Mais, à part ça, Madame la Marquise
Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Ma jument gris' morte aujourd'hui !
Expliquez-moi
Valet fidèle,
Comment cela s'est-il produit ,

Cela n'est rien, Madame la Marquise,
Cela n'est rien, tout va très bien.
Pourtant il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Elle a péri
Dans l'incendie
Qui détruisit vos écuries.
Mais, à part ça, Madame la Marquise
Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Mes écuries ont donc brûlé ?
Expliquez-moi
Valet modèle,
Comment cela s'est-il passé ?

Cela n'est rien, Madame la Marquise,
Cela n'est rien, tout va très bien.
Pourtant il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Si l'écurie brûla, Madame,
C'est qu'le château était en flammes.
Mais, à part ça, Madame la Marquise
Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Notre château est donc détruit !
Expliquez-moi
Car je chancelle
Comment cela s'est-il produit ?

Eh bien ! Voila, Madame la Marquise,
Apprenant qu'il était ruiné,
A pein' fut-il rev'nu de sa surprise
Que M'sieur l'Marquis s'est suicidé,
Et c'est en ramassant la pell'
Qu'il renversa tout's les chandelles,
Mettant le feu à tout l'château
Qui s'consuma de bas en haut ;
Le vent soufflant sur l'incendie,
Le propagea sur l'écurie,
Et c'est ainsi qu'en un moment
On vit périr votre jument !
Mais, à part ça, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 09:59

Ne renoncez jamais! Jusqu'a ce que les agneaux deviennent des lions!

 

 

La stratégie du choc - Trailer de Michael Winterbottom et Mat Whitecross - d'Après le livre de Naomi Klein (La stratégie du choc. Montée d'un capitalisme du désastre)

 

Sur la mondialisation économique :
Sur la crise de 2008 -2012...
Sur la crise de 1929 :

 

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 13:33

 

 

Voilà comment Fénelon (précepteur du dauphin) lui même écrivait au plus grand souverain d'Europe Louis XIV... et invectivait sa politique et les courtisans!!!

 

...."Depuis environ trente ans, vos principaux ministres ont ébranlé et renversé toutes les anciennes maximes de l'État, pour faire monter jusqu'au comble votre autorité, qui était devenue la leur parce qu'elle était dans leurs mains. On n'a plus parlé de l'État ni des règles; on n'a parlé que du Roi et de son bon plaisir. On a poussé vos revenus et vos dépenses à l'infini. On vous a élevé jusqu'au ciel, pour avoir effacé, disait-on, la grandeur de tous vos prédécesseurs ensemble, c'est-à-dire, pour avoir appauvri la France entière, afin d'introduire à la cour un luxe monstrueux et incurable. Ils ont voulu vous élever sur les ruines de toutes les conditions de l'État : comme si vous pouviez être grand en ruinant tous vos sujets sur qui votre grandeur est fondée. Il est vrai que vous avez été jaloux de l'autorité, peut-être même trop dans les choses extérieures; mais pour le fond, chaque ministre a été le maître dans l'étendue de son administration. Vous avez cru gouverner, parce que vous avez réglé les limites entre ceux qui gouvernaient. Ils ont bien montré au public leur puissance, et on ne l'a que trop sentie. Ils ont été durs, hautains, injustes, violents, de mauvaise foi. Ils n'ont connu d'autre règle, ni pour l'administration du dedans de l'État, ni pour les négociations étrangères, que de menacer, que d'écraser, que d'anéantir tout ce qui leur résistait. Ils ne vous ont parlé, que pour écarter de vous tout mérite qui pouvait leur faire ombrage. Ils vous ont accoutumé à recevoir sans cesse des louanges outrées qui vont jusqu'à l'idolâtrie, et que vous auriez dû, pour votre honneur, rejeter avec indignation"....

 

"Mais, pendant qu'ils manquent de pain, vous manquez vous-même d'argent, et vous ne voulez pas voir l'extrémité où vous êtes réduit. Parce que vous avez toujours été heureux, vous ne pouvez vous imaginer que vous cessiez jamais de l'être. Vous craignez d'ouvrir les yeux; vous craignez qu'on ne vous les ouvre; vous craignez d'être réduit à rabattre quelque chose de votre gloire. Cette gloire, qui endurcit votre cœur, vous est plus chère que la justice, que votre propre repos, que la conservation de vos peuples qui périssent tous les jours des maladies causées par la famine, enfin que votre salut éternel, incompatible avec cette idole de gloire"

 

Toujours d'actualité!!!!

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 10:03

Des lobbies au coeur de la république : (par Nicolas Bourgoin)

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Pages