Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 19:17
 
 

 http://

 
Avant de prendre l’avion, demandez si le pilote est vacciné !
 

 

LA BLAGUE DU JOUR ! Le Forum Économique Mondial Ordonne aux Citoyens d’Arrêter de Laver Leurs Vêtements Pour Lutter Contre le Changement Climatique…
 

par Jade.

Oui, vraiment.

Ces demandes farfelues ont été formulées dans une vidéo du FEM publiée sur son compte Twitter dimanche matin.

Le Forum économique mondial, présidé par l’architecte de la « Grande Réinitialisation » Klaus Schwab, a notamment pour mission de réduire la qualité de vie de milliards de personnes dans le monde afin de lutter contre le changement climatique.

Bigleaguepolitics.com rapporte : Les utilisateurs de Twitter sont intervenus pour exprimer leur opposition à l’autoritarisme du FEM, en indiquant clairement qu’ils n’avaient pas l’intention de servir de paysans aux élites corrompues et sinistres qui commandent dans la vision malade de l’avenir de cette organisation tordue.

 

Certains ont fait remarquer que le concept même d’éviter le lavage des vêtements s’applique presque exclusivement à la « classe des ordinateurs portables » en col blanc, les cols bleus qui exercent des métiers pénibles risquant de subir de graves répercussions sur leur santé s’ils portent continuellement des vêtements sales, souillés et en sueur.

 

Ironie du sort, les milliardaires mondialistes et les politiciens néolibéraux utilisent régulièrement des jets privés pour se rendre à la conférence annuelle de l’organisation à Davos, rejetant plus de carbone dans l’environnement que la famille moyenne ne le fait en une année de lessive. Le Forum économique mondial s’est toujours battu contre les projets qui prévoient de réduire les avantages et les privilèges des milliardaires et des élites, dans l’espoir d’axer la politique environnementale exclusivement sur la suppression des droits fondamentaux des citoyens qu’ils considèrent comme leurs subordonnés.

source:https://www.aubedigitale.com/l

Source : reseauinternational

Présidentielle : Macron verse 483 millions d’euros à la presse !
 

http://

D’après une information du journal Le Parisien, l’Élysée a accordé une aide de 483 millions d’euros à la presse.

“Deux milliards pour la "culture", dont 483 millions d’euros pour la presse. C’est ce qu’a annoncé Emmanuel Macron à une dizaine de représentants du secteur, reçus ce jeudi à l’Elysée, en présence de Bruno Le Maire et Roselyne Bachelot, respectivement ministre de l’Économie et de la Culture.

 

Le président de la République leur a présenté un vaste « plan de filière », qui a pour but d’accompagner la transformation numérique de la presse française mais aussi de supporter les lourdes pertes enregistrées depuis le début de la crise du Covid-19.

« Importance du pluralisme »

Le 30 juillet dernier, le Parlement avait voté 106 millions d’euros d’aide d’urgence à la presse, auquel l’Elysée ajoute aujourd’hui 377 millions sur deux ans.

« Emmanuel Macron a répété plusieurs fois l’importance du pluralisme et sa volonté d’aider la presse à affronter sa transformation digitale, qui remet totalement à plat le modèle économique des journaux, raconte un participant. Publicité, vente au numéro, abonnement, tout est bousculé depuis l’émergence du numérique. Cette transformation difficile des titres a été encore plus fragilisée par le confinement, qui s’est accompagné par le dépôt de bilan de la société de distribution de journaux Presstalis ». L’ampleur de ce plan, préparé depuis plusieurs mois, a été amplifiée après la crise du Covid-19.

18 millions d’euros pour lutter contre la précarité des salariés

Dans le détail, 80 millions d’euros seront, par exemple, apportés pour la relance de la société de distribution de la presse, 26 millions par an pour la modernisation des imprimeries et leur transition écologique (elles doivent renoncer aux emballages plastiques des magazines d’ici 2022 et utiliser des encres avec de meilleurs bilans carbone). L’Etat s’est engagé à créer un fonds de 18 millions d’euros pour lutter contre la précarité des salariés de la presse. Les aides aux marchands de journaux vont progresser de 6 millions d’euros et celles pour les innovations technologiques abondées de 25 millions. Un crédit d’impôt de 60 millions d’euros a été acté pour les abonnés à la presse.

Enfin Emmanuel Macron s’est engagé à soutenir les représentants du secteur dans leur lutte pour faire appliquer aux Gafas (NDLR : les géants du web comme Google, Apple, Facebook, Amazon) la loi sur les droits voisins. Les titres bataillent depuis des mois pour que Google accepte de les rémunérer pour l’affichage de leurs contenus dans ses moteurs de recherche. Chaque année, le ministère de la Culture verse 840 millions d’euros à la presse d’information politique et générale (IPG) en diverses aides, directes ou indirectes, dont les aides postales.”

Source

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 19:10

CharlElie Couture se remet du coronavirus

 

Lettre à E.Macron par Charlelie Couture…

« NOUS sommes en guerre, oui !NOUS sommes en guerre, oui ! NOUS, les non-essentiels, NOUS, les inutiles, NOUS, les riens, NOUS, les Lumières plongées dans l’ombre, NOUS, les Gens de l’Esprit et de la Culture,NOUS, les restaurateurs, ceux des plaisirs de la bouche et du plaisir tout court,

Oui, NOUS sommes en guerre,

NOUS, les personnels et techniciens du spectacle, ceux des théâtres et des cinémas, NOUS, les Acteurs et les Comédiens mis aux arrêts forcés, NOUS, les Musiciens,

NOUS tous que vous considérez comme des paresseux mais ne rêvons que de travailler

,Et tous ceux de la nuit, ce monde qui vit la nuit, cette nuit NOIRE que vous associez au Mal, cette peur médiévale qui accompagne la nuit quand le Diable revient, ce Mal qui grandit quand le soleil s’est couché, -désormais après 20 h-, ce Mal viral dont la définition change au gré de vos humeurs, cette menace invisible d’abord définie comme létale, mais dont la dangerosité s’estime désormais en termes de « cas », (d’où la suggestion de recourir à des tests massifs afin d’obtenir des grands nombres impressionnants), dans l’intention de soumettre à se faire faire inoculer dans l’urgence, une opinion publique de plus en plus sceptique, malgré la pression permanente des médias, elles-mêmes sous surveillance.NOUS, que vous traitez avec un détachement scandaleux,

Oui, NOUS sommes en guerre contre VOUS ! Contre le Janus qui répète qu’il « assume », lui qui se croit doué d’un super pouvoir de séduction absolu, qui lui permet d’envoûter et de berner comme un camelot tous ceux qu’il rencontre, lui le Petit Prince tellement condescendant vis-à-vis du Peuple et de la classe moyenne, Oui.

Nous sommes en guerre contre VOUS cet orphéon de sous-fifres opportunistes qui improvisent au jour le jour une chorale cacophonique, cette ribambelle de technocrates cyniques feignant d’ignorer froidement les drames dans lesquels plongent ceux qui sont concernés par ces décisions ciniques,

VOUS, dont les discours lénifiants et versatiles conjuguent à la fois l’ignorance et l’absurde, Contre VOUS, dont les incohérences nous inondent comme des pluies acides sur notre forêt de rêves,

Contre vos fausses promesses et vos effets d’annonce comme un coup de bluff permanent, affirmant des choses un jour, et le contraire le lendemain avec le même aplomb!

Contre vos fanfaronnades ineptes et vos décisions inopinées, Contre vos lois votées en catimini, Nous sommes en guerre oui !

Contre les mafias milliardaires et autres géants de Big Pharma, Contre votre déni effectif des menaces climatiques au profit d’une consommation capricieuse et sa pollution d’objets inutiles distribués par les géants de la distribution ,

En guerre contre une économie de cavalerie et de course en avant qui « invente » des milliards virtuels, et nous entraîne à court terme vers le grand délire d’une économie irréelle, comme une plongée dans un puits sans fond.

La France n’est pas sereine, noyée dans une sorte de chaos et d’écœurement causés entre autres par la surprotection d’une police répressive et les disputes intestines entre spécialistes illuminés aussi malsaines que des bagarres de rues entre bandes de supporteurs alcoolisés.

La France n’est pas en paix avec elle-même, quand les mêmes qui dénonçaient les lois du califat imposant le silence et le voile, oui, les mêmes interdisent de la même manière depuis des mois à la fois le théâtre, la musique, les musées, les rencontres populaires (sportives ou artistiques), et puis les restaurants, les rassemblements de fêtes joyeuses et conviviales, et maintenant Noël en famille et la Saint Sylvestre…

Conscients que les enfants dans les écoles apprennent à devenir fous, oui, nous sommes en guerre, une guerre secrète, une guerre interne, pour l’heure encore en implosion, mais dont les conséquences seront graves. On devine la colère qui gronde et les gens désespérés sont prêts à exploser, prêt à se faire exploser, suicidaires.

Un pouvoir si puissant soit-il ne tient que par l’acceptation ou le refus du Peuple d’obéir. Désormais NOUS sommes en guerre, oui, Pour défendre notre droit à continuer de vivre dignement, Pour défendre notre Liberté légitime et notre droit de penser autrement !

Charlélie COUTURE

Source : ns2017

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 18:55

Vous ne verrez pas un jour sur les médias alternatifs, et ce je le constate depuis plusieurs mois, ou il y a un décès voire plusieurs chez les sportifs, mais également des arrêts de carrières, tout cela suite aux vaccinations.

Mais là ou je m'interroge le plus, ç'est le silence médiatique mainstream, mais également l'omerta qui règne dans ce milieu. Bon sang qu'avez vous à perdre, puisque la santé ce sera  plus ça (pour l'instant). Garder le silence ç'est contribuer a des criminels de continuer leur office au nom du saint bénéfice. A bon entendeur Salut !

 

_______________________________________________

 

Il faut dire que ça commence vraiment à se voir qu’ils tombent comme des mouches…

28 décembre 2021

Il n’y a jamais eu autant de décès de sportifs de haut niveau que depuis la campagne de vaccination du Covid-19. On ne parle même pas ici des victimes des atteintes cardiaques – myocardites et péricardites – qui sont également très nombreux mais heureusement toujours vivants.

Il n’y a jamais eu autant de décès de sportifs de haut niveau que depuis la campagne de vaccination du Covid-19. On ne parle même pas ici des victimes des atteintes cardiaques – myocardites et péricardites – qui sont également très nombreux mais heureusement toujours vivants.


Le footballeur croate Marin Cacic est décédé tragiquement trois jours après avoir été plongé dans le coma à la suite de son effondrement soudain à l’entraînement avec son équipe NK Nehaj Sinj.

Sofiane Loukar, capitaine de l’équipe algérienne du Mouloudia Saïda, est décédé samedi des suites d’une crise cardiaque en pleine match. L’incident s’est produit lors du match de deuxième division algérienne entre son équipe MC Saïda et l’ASM Oran.

Le même jour, le gardien de but de la troisième division égyptienne Al-Rebat & Al-Anwar SC, Ahmed Amin, décède après avoir subi une crise cardiaque soudaine.

Enfin à Oman, Makhlid Al-Raqadi, un joueur de l’équipe de Mascate, est décédé subitement sur le terrain après une chute avant d’affronter Al-Suwaiq en championnat local. Le joueur s’échauffait avec son équipe avant le début du match du sixième tour de la Ligue omanaise, et il est décédé immédiatement après sa chute, des suites d’une crise cardiaque, selon des sources omanaises.

VACCINATION EN CAUSE ?
Depuis plusieurs mois de nombreux sportifs décèdent de crises cardiaques soudaines. Beaucoup pensent que cela pourrait être dû à la vaccination contre le COVID. Difficile de savoir si les sportifs étaient vaccinés ou pas mais on peut le supposer puisque le taux d’adoption dans le football professionnel approcherait les 100 %.

Source: Foot news

Source : Le Libre Penseur

 

________________________________________________________________

 

 

 

 

_____________________________________________________________

 

Richard Harward, 24 ans, basketteur de l'université Brigham Young, s'est effondré sur le banc de touche.

Il souffre d'un problème cardiovasculaire qui le tiendra à l'écart pour le reste de la saison

Abonnez-vous  https://t.co/8SvvnbRtOZ pic.twitter.com/t9CH1ThfOg

— BAN  (@BAN05063867) December 29, 2021

 

 

____________________________________________________

 

Les athlètes professionnels nous avertissent-ils du danger du vaccin anti-Covid ?
 

Alors que des études montrent un lien entre certains vaccins et des problèmes cardiaques, les athlètes professionnels semblent s’effondrer sur le terrain de leurs rêves comme jamais auparavant. Ces incidences sont-elles des événements normaux, des coïncidences ou des symptômes des programmes de vaccination obligatoire ?

Alors que de plus en plus de pays rendent les vaccinations obligatoires pour participer à de nombreux aspects de la vie, y compris les événements sportifs, les stades du monde entier sont devenus une sorte de terrain d’essai pour déterminer l’efficacité de cette stratégie. Jusqu’à présent, les résultats ne semblent pas particulièrement prometteurs.

 

Le mois dernier, le monde du rugby féminin a été ébranlé par la nouvelle de la mort soudaine de la championne écossaise Siobhan Cattigan, 26 ans, « dans des circonstances non suspectes », comme l’a rapporté le Daily Mail. Pourtant, chaque fois qu’une jeune personne – et surtout une athlète vedette en bonne santé – meurt de manière inattendue, il y a forcément un élément de « suspicion ». Peut-être pas au sens criminel du terme, mais certainement d’un point de vue médical.

De plus, si la mort prématurée de Cattigan, dont la cause n’a pas été révélée, avait été un événement isolé, elle aurait pu être considérée comme une sorte de tragique « coup du sort ». Il semble toutefois que la mort soudaine de Cattigan ne soit pas un événement isolé, mais fasse plutôt partie d’une tendance inquiétante dans le monde du sport.

 

 

Le mois dernier, trois athlètes professionnels ont été frappés par des urgences de santé dans la même semaine. Le joueur de football de Wigan Athletic, Charlie Wyke, 28 ans, a été victime d’un arrêt cardiaque pendant une mêlée et a été transporté à l’hôpital où il a été déclaré dans un état stable. Wyke a déclaré que la réanimation d’urgence effectuée par son manager Leam Richardson lui a sauvé la vie.

Quelques jours plus tard, John Fleck, 30 ans, joueur de Sheffield United, a été transporté hors du terrain sur une civière pendant un match de championnat contre Reading. Le Daily Mail, citant une source anonyme, a rapporté sur un ton plutôt défensif que « le problème de John Fleck n’était pas lié à la vaccination. » La liste ne s’arrête pas là.

Fin octobre, le joueur du FC Barcelone Sergio Aguero, 33 ans, considéré comme l’un des meilleurs attaquants actuels, a vu sa fulgurante carrière écourtée après avoir été diagnostiqué d’une arythmie cardiaque à la suite d’un match ; le 1er novembre, le milieu de terrain islandais Emil Palsson, 28 ans, a dû être réanimé après un arrêt cardiaque survenu 12 minutes après le début du match ; le 12 juin, le milieu de terrain danois Christian Eriksen, 29 ans, nommé cinq fois joueur danois de l’année, un record, a été victime d’une crise cardiaque à l’Euro 2020 et a dû être réanimé. Il a annoncé sa retraite sportive après avoir été équipé d’un cardioverteur-défibrillateur implantable pour réguler son rythme cardiaque.

 

Ces urgences sanitaires prouvent-elles que les vaccins obligatoires Covid sont à blâmer ? Absolument pas. En fait, de nombreux professionnels de la santé qui ont été cités dans les médias à propos de ces incidents sont enclins à mettre en cause la « coïncidence ». Le Daily Mail est allé jusqu’à dire que de nombreux scientifiques ont rejeté la suggestion selon laquelle les vaccins étaient suspects, « en particulier alors que le pays se prépare à une possible vague de nouveaux cas et décès dus au Covid après la découverte de la variante Omicron. »

La conclusion de Reuters, après consultation d’un certain nombre d’experts médicaux, était presque identique : « Aucune preuve que les vaccins COVID-19 soient liés aux athlètes qui s’effondrent ou meurent de myocardite. »

Néanmoins, la soudaine vague d’urgences sur le terrain soulève des questions chez plusieurs vétérans chevronnés du sport.

« Au cours de mes 19 années en tant que footballeur professionnel et de mes plus de 20 années d’observation et de commentaires, je n’ai jamais vu AUCUN joueur s’effondrer, s’évanouir, etc., que ce soit en direct ou au cours des milliers de séances d’entraînement et de matchs auxquels j’ai participé », a fait remarquer l’ancien footballeur professionnel Kevin Gage sur Twitter.

L’ancienne star anglaise Trevor Sinclair, parlant de l’incident impliquant Fleck sur la station de radio TalkSport, a commenté : « Je pense que tout le monde veut savoir s’il (Fleck) a reçu le vaccin Covid ».

 

Anecdotes mises à part, y a-t-il quelque chose dans la littérature médicale qui suggère qu’une cause et un effet sont en jeu ? La réponse est affirmative, car diverses études indiquent que les vaccins peuvent entraîner des problèmes de santé. Pourtant, ces risques, bien que rares, sont minimisés par les médias sociaux et grand public.

Au début du mois de novembre, l’American Heart Association, que l’on ne peut pas soupçonner d’être un groupe complotiste, a publié un rapport intitulé « Abstract 10712 : Les vaccins ARNm anti COVID augmentent de façon spectaculaire les marqueurs inflammatoires endothéliaux et le risque d’accidents cardio vasculaire mesuré par le test cardiaque PULS : un avertissement ».

La conclusion de l’AHA semble mériter une certaine attention : « Nous concluons que les vacs mRNA augmentent considérablement l’inflammation sur l’endothélium et l’infiltration des cellules T dans le muscle cardiaque et peuvent expliquer les observations de thrombose accrue, de cardiomyopathie et d’autres événements vasculaires après la vaccination. »

Malgré la réputation de l’AHA, Twitter a apposé un timbre d’avertissement sur le lien vers l’étude, affirmant qu’elle pourrait être « dangereuse ».

 

Pendant ce temps, le premier coup d’œil sur les données de l’essai du vaccin Covid-19 de Pfizer – qui sont publiées au rythme atrocement lent de 500 pages par mois, ce qui signifie que la divulgation complète n’aura pas lieu avant l’année 2076 – n’incite guère à la confiance.

Zerohedgecitant le journaliste Kyle Becker, rapporte qu’« il y a eu un total de 42 086 rapports de cas pour des effets indésirables (25 379 confirmés médicalement, 16 707 non confirmés médicalement), couvrant 158 893 événements au total.

Plus de 25 000 de ces événements ont été classés comme « troubles du système nerveux ».

Encore une fois, rien de tout cela ne prouve que les vaccins soient à blâmer pour l’augmentation apparente des évanouissements qui se produisent actuellement lors de divers événements sportifs. En effet, il a été suggéré que le vaccin Covid-19 lui-même pourrait être à l’origine de l’augmentation de la fréquence des arrêts cardiaques par le biais « d’une certaine réponse inflammatoire », a déclaré à WebMD le Dr Satjit Bhusri, cardiologue à l’hôpital Lenox Hill de New York.

Le fait est que nous ne savons tout simplement pas. Alors que le monde navigue péniblement à travers cette période d’obscurité, le long d’un littoral criblé de formations rocheuses dangereuses, il semblerait sage de n’écarter aucune possibilité, aussi troublante soit-elle. C’est la seule façon de permettre à la science de déterminer les faits, sans préjugés. En revanche, ignorer l’autre partie du débat en la qualifiant de « théorie du complot » empêchera la nécessaire discussion d’avoir lieu, ce qui pourrait bien être le but d’un tel jeu risqué.

Robert Bridge

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 
Source: LE SAKER FRANCOPHONE

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 20:00

 

Pfizer vient d’être condamné à 345 millions de dollars d’amende

Pfizer a un code d’éthique (si, si)

Contrairement à ce que voudraient faire croire certains sceptiques, Pfizer possède bel et bien un Code d’éthique professionnelle. Son titre ? Le Livre bleu. Cela rappelle nos Contes bleus du Chat perché et c’est aussi réaliste. La loi anti-trust, on ne plaisante pas avec ça, chez Pfizer. Une page (19) lui est consacrée. Pfizer y déclare fermement interdire :


– les discussions ou contacts avec les concurrents concernant la tarification, les coûts, ou les conditions de vente ;
– les discussions ou contacts avec les fournisseurs et les clients qui limitent injustement le commerce ou excluent des concurrents du marché ;
– les accords avec les concurrents concernant les attributions de marchés ou de clients ;
– les accords avec des tiers pour boycotter des clients ou des fournisseurs.
La hauteur morale de cet engagement frôle les cimes : « Le simple fait de plaisanter sur des sujets inappropriés, comme les stratégies marketing ou tarifaires, est susceptible d’être mal interprété et mal rapporté. Si la conversation s’oriente vers toute forme de discussion anticoncurrentielle, vous ne devez pas y participer et la quitter immédiatement. »

18 novembre 2021 : Pfizer encore condamné

On aurait pu naïvement penser qu’avec 4,661 milliards de dollars d’amendes pour publicité mensongère, charlatanisme, corruption de médecins et de fonctionnaires, chez Pfizer on se serait acheté une conduite. Mais non. Ils ont récidivé. Le 21 août 2018, un recours collectif est lancé grâce au juge fédéral Daniel Crabtree qui s’oppose à une tentative des laboratoires incriminés de rejeter l’affaire. Motif de la plainte : Pfizer (le fabricant) et Mylan (le franchisé depuis 2007) ont violé les lois antitrust dans la vente des auto-injecteurs d’épinéphrine EpiPen. Il s’agit d’un médicament injectable dont ont besoin les personnes souffrant d’allergies graves et potentiellement mortelles (anaphylaxie). Le 18 novembre 2021, Pfizer et deux de ses filiales, Meridian Medical Technologies et King Pharmaceuticals, ont été condamnés à l’issue d’un procès antitrust à 345 millions de dollars d’amende pour régler les réclamations des consommateurs qui avaient payé trop cher le dispositif EpiPen.

Les accusations : concurrence déloyale, corruption, etc.

– Pfizer et Mylan se sont livrés à « un stratagème illégal pour monopoliser le marché ». Le stratagème aurait consisté à augmenter le prix de l’EpiPen et à utiliser les marges plus élevées pour offrir des remises plus importantes aux gestionnaires de prestations pharmaceutiques en échange de meilleures positions ou de positions exclusives sur les formulaires.
– Le prix de l’EpiPen a augmenté en 2016 de plus de 600 % sous la franchise de Mylan  (Pfizer demeurant le fabricant). Aux États-Unis, en 2020, la solution injectable d’Epipen 
est vendue 669,82 $. En France, le même médicament est vendu 69,28 €. Curieusement, dans le Vidal, depuis le 23 novembre 2021, six jours après le verdict du procès, « la publication de commentaires est momentanément indisponible ».
– Les sociétés ont abusé du droit des brevets et des processus réglementaires pour retarder la mise sur le marché de produits concurrents et ainsi garder le monopole du marché.
– Mylan a également bloqué la concurrence, selon le
 New York Times, en demandant aux écoles qui obtenaient des EpiPen à prix réduit de signer un contrat qui leur interdisait d’acheter des injecteurs auprès d’autres sociétés.
– Mylan a dépensé 4 millions de dollars en efforts de lobbying visant à faire adopter la loi sur l’accès des écoles à l’épinéphrine d’urgence. Cette loi, promulguée en 2013, accorde une priorité de financement fédéral aux écoles qui stockent des auto-injecteurs d’épinéphrine. Mylan a ensuite offert aux écoles des EpiPens gratuits ou à prix réduit, mais par le biais d’
accords qui en faisaient le fournisseur exclusif. Rappelons les grandes valeurs prônées par l’entreprise dans son Code d’éthique professionnelle, page 20 : « Pfizer dispose depuis plusieurs années d’une politique visant à interdire aux collègues et tous ceux agissant au nom de Pfizer, d’offrir, de donner, de solliciter, d’accepter ou de recevoir un pot-de-vin. »

Pfizer : une machine à corrompre

Le prix des vaccins contre le Covid commandés par la Commission européenne devait rester confidentiel. Selon le Financial Times, Pfizer et BioNTech ont renégocié leurs contrats et augmenté leurs prix. Le quotidien britannique, qui a pu consulter ces contrats, affirme que le prix d’un vaccin Pfizer est passé ainsi de 15,50 euros à 19,50 euros. Quand on multiplie par 1,8 milliard de doses, ça fait un beau bénéfice (36 milliards de dollars en 2021). On ne se refait pas. Chez Pfizer, loi anti-trust ou pas, code d’éthique ou pas, augmenter les prix et abuser d’une position dominante, c’est l’esprit maison.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:53
:40
 
 
Auteur(s): FranceSoir
 

C’est une question désormais présente dans le débat médiatique. Si Emmanuel Macron, Gabriel Attal et Olivier Véran assurent qu’aucun report ou annulation de l’élection présidentielle prévue en avril 2022 n’est envisagé, une source gouvernementale citée par le journal le Parisien sème le doute dans les esprits.

Le gouvernement affirme que l’élection aura lieu

« Non », il n’y a pas de risque d’annulation de la présidentielle, garantissait Olivier Véran mercredi dernier sur RMC à un Jean-Jacques Bourdin qui paraissait surpris de ne pas voir la France instaurer plus de mesures de restriction, comme le font d’autres pays d’Europe.

Quant au report de l’élection suprême, la veille sur France 2 lors des Quatre Vérités, Gabriel Attal affirmait que cette option était catégoriquement exclue. À la question de Caroline Roux « est-ce que le report d’une date de l’élection est totalement exclu à ce stade ? », le porte-parole du gouvernement balayait le sujet d’un revers de main :

« Ni sur la table, ni en dessous de la table, ni dans le placard à côté de la table. Les élections présidentielles sont prévues au mois d’avril prochain. Elles se tiendront. On a tenu des élections pendant cette épidémie : des élections locales. Il y a d’autres pays qui ont tenu des élections nationales. Il y a maintenant des protocoles sanitaires. On est masqué quand on se rend dans un bureau de vote. On votera en avril. »

Une promesse qui aurait été réitérée par le chef de l’État lors du Conseil des ministres du 22 décembre. Emmanuel Macron assure que « les échéances démocratiques seront maintenues », a fait savoir Gabriel Attal à son issue.

Derrière les caméras, un autre discours

Officiellement, le gouvernement jure que le calendrier sera maintenu. Mais ce qui se dit dans les couloirs de l’Élysée sur la tenue de la présidentielle est autrement différent: « Cela va être LE sujet, mais on ne sait pas où on en sera en avril 2022, on ne peut pas garantir qu'on ne sera pas en septième vague », a confié une source gouvernementale au Parisien.

Au regard des revirements successifs du gouvernement depuis le début de l’épidémie, que ce soit sur les masques, le pass sanitaire, le pass vaccinal, ou encore l’obligation d’injections supplémentaires pour conserver son QR code, la parole de l’exécutif a sans surprise immédiatement été remise en cause sur les réseaux sociaux. Aussi, l’actrice franco-américaine Béatrice Rosen tempêtait sur Twitter : « Je ne les crois plus sur RIEN. Ils sont capables de tout. Ils se sont reniés sur tout. »

L’opposition a aussi exprimé sa défiance vis-à-vis des promesses orales du gouvernement. « Quand Olivier Véran fait une déclaration, il faut s’attendre à ce qu’il se passe en réalité le contraire… », prédisait sur le même réseau Eléonore Bez, conseillère régionale du Rassemblement national en PACA :

« Le même disait « non » aussi au Pass, puis à son extension aux restos, puis à sa prolongation, puis à la 3è dose, etc. », rappelait pour sa part le président des Patriotes, Florian Philippot:

Il faut dire qu’un climat de suspicion plane autour des intentions du gouvernement depuis que trois amendements demandant l’exemption de pass sanitaire dans les bureaux de vote ont été rejetés lors de l’examen du projet de loi cet été, comme le dénonçait l’ancien député LREM Joachim Son-Forget le 22 juillet sur Twitter (son compte a depuis été suspendu).

 

Modifier la Constitution en dernière minute pour reporter l’élection ?

Dimanche 19 décembre, le Journal du Dimanche expliquait à ses lecteurs « comment l’exécutif pourrait reporter le scrutin en cas de besoin ».

Comme la Constitution ne prévoit pas cette éventualité, l’article 8 disposant que l’élection présidentielle doit se dérouler avant la fin du mandat du président en exercice, ici le 14 mai 2022, le média annonce que le gouvernement Macron pourrait, s’il le souhaite, tout bonnement modifier le texte fondateur de la Ve République.

C’est en tout cas ce que pense Didier Maus, expert en droit constitutionnel et président de la Commission des statuts du Parti républicain, radical et radical-socialiste : « Rien n'interdit le 15 mars par exemple, de modifier la Constitution. Cela peut se faire en huit à dix jours, avec une loi constitutionnelle qui modifie la durée du mandat du président en cours. » Le constitutionnaliste ajoute : « Cependant, ça déplairait aux puristes. »

Une phrase qui n’a pas manqué de faire réagir le président des Patriotes dans une vidéo du 20 décembre 2021 : « Ça prouve quand même leur culot. Donc aujourd’hui, juste faire valoir la norme, c’est être puriste ? Non. Ce n’est pas être puriste, c’est respecter l’État de droit. »

Le JDD conclut son article en soulignant que le Conseil constitutionnel pourrait aussi repousser le scrutin au-delà des limites prévues par le texte de loi dans le cas de figure où un candidat serait malade…

Que l’élection soit annulée ou repoussée, il semble, en revanche, admis par le pouvoir en place que ce rendez-vous démocratique ne sera pas organisé dans des conditions normales.

Bientôt l’instauration du vote par correspondance ?

Mercredi 22 décembre, le Parisien rapportait qu’une rencontre en janvier 2022 avec Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, a été demandée par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, chargé de l’organisation de l’élection. Son entourage le confirme : « Le ministre va demander un rendez-vous à Laurent Fabius pour discuter des modalités de scrutin dans le contexte sanitaire », sans apporter plus de précisions.

Cela signifie-t-il que le vote par correspondance, interdit en 1975 pour empêcher la fraude électorale, pourrait être réhabilité à la faveur de la crise sanitaire ?

En tous les cas, il existe une hostilité à ce mode de scrutin au sein d’une large part de la classe politique. Des personnalités politiques comme Jean-Luc Mélenchon, Marine le Pen, Florian Philippot, Eric Zemmour ou encore François Asselineau et Valérie Pécresse ont dénoncé le risque de fraude inhérent à ce système.

En revanche, dans les rangs de la gauche républicaine, on ne ferme pas la porte à cette option. Emmanuel Macron est ouvert à cette éventualité, rapportait Sud-Ouest. Tout comme ses anciens confrères du Parti Socialiste, qui ont déposé fin septembre une proposition de loi en vue de l’instaurer, relatait le Parisien.

Les Verts soutiennent aussi ce mode de votation pour la présidentielle. Ce 20 décembre sur RMC, en réponse à Jean-Jacques Bourdin qui l’interrogeait sur l’idée de promouvoir le vote électronique, le candidat d’EELV, Yannick Jadot, faisait part de son souhait de plutôt voir la mise en place du vote par correspondance pour l’élection d’avril : « Nous défendons le vote par correspondance. Regardez ce qui s’est passé aux États-Unis. Trump et sa batterie d’avocats n’ont pas réussi à contester la légalité et la sincérité du vote à partir du moment où il y avait du vote par correspondance. »

En réalité, le résultat de l’élection présidentielle de 2020 reste encore un sujet brûlant et non-résolu judiciairement aux États-Unis. Fin septembre, étaient communiquées les conclusions de l’audit du vote réalisé par la firme Cyber Ninjas dans le comté du Maricopa, un des quinze comtés qui composent l’État de l’Arizona. Si les principaux médias en France s’étaient fait l’écho du résultat du recomptage des voix, qui trouvait 99 voix supplémentaires pour Joe Biden et 261 de moins pour Donald Trump, il n’était, en revanche, pas fait mention des 54 000 bulletins illégaux identifiés par le même audit. Une donnée pourtant capitale, car le différentiel qui a permis à l’actuel président américain de l’emporter dans cet État sur son concurrent Donald Trump, se chiffrait à 10 457 voix.

Voir aussi : Résultats de l’audit en Arizona : 54 000 bulletins illégaux identifiés

Ce rapport confirmait ainsi dans l’esprit de nombreux électeurs américains que le résultat de l’élection avait été truquée et qu’elle n’aurait donc pas dû être certifiée, à l’instar du sénateur républicain Sonny Borelli qui estimait fin novembre que les preuves de ces violations répétées de la loi durant le traitement des bulletins annulent de facto le résultat des élections.

Quid du vote électronique ?

La question du vote électronique, qui pourrait revenir, fait également partie des sujets sensibles, puisque ce mode de scrutin prête aussi le flanc à la fraude. En février, Gabriel Attal avait exposé le désir du gouvernement de généraliser le vote électronique : « Il y a un engagement dans le cadre de la campagne présidentielle de permettre un vote électronique aux Français qui le souhaitent », avançait le porte-parole du gouvernement.

Un amendement qui proposait de recourir au vote électronique, mais aussi d’instaurer le vote anticipé, avait été déposé en ce sens, et rejeté par les députés et sénateurs.

Pour autant, certains espèrent encore que la question sera de nouveau remise au goût du jour, à l’instar de Gilles Mentré, co-fondateur de l'association pour le vote électronique Electis, qui confiait le 17 novembre dans une interview à L’Express que « le vote électronique est la seule façon d’endiguer le risque populiste. »

Pourtant, comme l’expliquait France Culture dans un article étoffé de mars 2019, le vote à distance par Internet et le vote sur des machines électroniques, deux pratiques englobées dans le terme de vote électronique, comportent des risques. En effet, les faiblesses de ce système ont été démontrées à maintes occasions, notamment par des chercheurs du Center for Computer Security and Society de l’université du Michigan et, à Moscou, par un chercheur du CNRS, le cryptographe Pierrick Gaudry.

En outre, en Suisse, en échange de fortes primes, des hackers étaient parvenus à faire flancher le système. En Norvège, on a abandonné le vote à distance par internet en 2015 suite à la découverte que certains électeurs avaient pu voter deux fois. En Inde, des chercheurs ont mis en lumière des fraudes possibles sur les machines (composants substitués, machines remplacées par des copies trafiquées) ou sur les logiciels utilisés (fragilisés par des virus), le tout favorisé par la complicité des agents dans les bureaux de vote.

France Culture relatait aussi que le chercheur américain Alex Halderman estimait possible de trafiquer le résultat du vote en glissant dans les cartes mémoires qui contiennent les informations du scrutin un morceau de programme informatique malveillant, une opération qui peut se mener en piratant les ordinateurs des organisateurs des élections.

Les soupçons de fraude ont entaché l'élection présidentielle américaine

Outre-Atlantique, le vote électronique, également utilisé lors de la présidentielle de 2020, avait fait l’objet de toutes les suspicions du camp républicain, accusations que les démocrates démentent, sans pour autant sembler enclins à laisser toute la lumière se faire par une enquête. Le 17 décembre 2021, la secrétaire d’État en Pennsylvanie pour le parti démocrate, Veronica Degraffenreid, a engagé une procédure en justice dans l'espoir d’empêcher que les inspecteurs missionnés par le Sénat de l’État, dans le cadre d’un audit sur le vote de l’élection présidentielle américaine, puissent accéder aux machines de vote électronique Dominion.

Dans le dépôt de plainte, il est écrit que les plaignants demandent « d’interdire à tout tiers l’accès (hormis à Dominion Voting System) aux machines de vote électronique qui sont en la possession du comté de Fulton, y compris dans le cadre de l’inspection conduite par Envoy Sage prévue ce 22 décembre 2021, en attendant un autre jugement de cette juridiction. » Plus loin, il est aussi demandé à ce qu’il ne soit pas possible d’accéder aux données des systèmes de vote.

La veille de cette action en justice, le Pr Kline, anciennement procureur général dans l’État du Kansas, estimait sur Twitter que « la gauche est terrifiée de ne pouvoir empêcher le corps législatif de mener une investigation sincère sur l’élection anarchique de 2020. »

En aval de cette annonce, il commentait sur le même réseau : « Le gouvernement américain, en surveillant les élections à l’étranger, exige la transparence, l'inclusion et la responsabilité. Pourtant, les politiciens démocrates de Pennsylvanie et du ministère de la Justice dirigé par Garland menacent et poursuivent en justice les législateurs qui remplissent leurs obligations constitutionnelles en accédant aux machines. »


Report, vote par correspondance ou vote électronique : quoi qu'en dise l'exécutif en France, les signaux qui pointent ne sont donc pas de nature à instaurer une pleine confiance dans la tenue régulière de l'élection présidentielle au printemps prochain.

Auteur(s): FranceSoir

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:51
Unsplash
 
 
 
Le Conseil mondial de la santé a publié un guide de détoxification des protéines de pointe, qui fournit des mesures simples que vous pouvez prendre pour potentiellement réduire les effets des protéines de pointe toxiques dans votre corps. Les inhibiteurs et neutralisants de protéines de pointe comprennent les aiguilles de pin, l'ivermectine, le neem, la N-acétylcystéine (NAC) et le glutathion. Les 10 principaux ingrédients essentiels de la détoxification des protéines de pointe comprennent la vitamine D, la vitamine C, les graines de nigelle, la quercétine, le zinc, la curcumine, l'extrait de chardon-Marie, la NAC, l'ivermectine et le magnésium. Le Dr Mercola recommande une alimentation saine, le jeûne et un sauna quotidien.

 

MISE À JOUR : Le virus SARS-Cov-2 n'a pas encore été isolé, et son existence n'a donc pas encore été prouvée, selon les preuves présentées par le Dr Andrew Kaufman. Il dit que la protéine de pointe dans les injections de Covid-19 ne provient pas d'un virus. Nous avons publié cet article pour les personnes ayant reçu des injections de Covid-19 et souhaitant se désintoxiquer. Il a été rapporté que de nombreux traitements suggérés, tels que l'ivermectine, préviennent ou raccourcissent les maladies qui peuvent avoir été diagnostiquées comme Covid-19. JW Williams

 

  • Si vous avez eu COVID-19 ou reçu une injection de COVID-19, vous pouvez avoir des protéines de pointe dangereuses circulant dans votre corps
  • Les protéines de pointe peuvent circuler dans votre corps après une infection ou une injection, causant des dommages aux cellules, aux tissus et aux organes
  • Le Conseil mondial de la santé a publié un guide de détoxification des protéines de pointe, qui fournit des étapes simples que vous pouvez suivre pour potentiellement réduire les effets des protéines de pointe toxiques dans votre corps
  • Les inhibiteurs et neutralisants de protéines de pointe comprennent les aiguilles de pin, l'ivermectine, le neem, la N-acétylcystéine (NAC) et le glutathion
  • Les 10 principaux ingrédients essentiels de la détoxification des protéines de pointe comprennent la vitamine D, la vitamine C, la graine de nigelle, la quercétine, le zinc, la curcumine, l'extrait de chardon-Marie, la NAC, l'ivermectine et le magnésium

Avez-vous eu COVID-19 ou reçu une injection de COVID-19? Ensuite, vous avez probablement des protéines de pointe dangereuses qui circulent dans votre corps. Alors que la protéine de pointe se trouve naturellement dans le SRAS-CoV-2, quelle que soit la variante, elle est également produite dans votre corps lorsque vous recevez une injection de COVID-19. Sous sa forme native dans le SARS-CoV-2, la protéine de pointe est responsable des pathologies de l'infection virale.

Dans sa forme sauvage, il est connu pour ouvrir la barrière hémato-encéphalique, provoquer des dommages cellulaires (cytotoxicité) et, comme l'a dit le Dr Robert Malone, l'inventeur de la technologie de plate-forme de base de vaccins à ARNm et à ADN, 1  dans un commentaire sur News Voice, " est actif dans la manipulation de la biologie des cellules qui recouvrent l'intérieur de vos vaisseaux sanguins - les cellules endothéliales vasculaires, en partie grâce à son interaction avec l'ACE2, qui contrôle la contraction des vaisseaux sanguins, la pression artérielle et d'autres choses. 2

Il a également été révélé que la protéine de pointe à elle seule suffit à provoquer une inflammation et des dommages au système vasculaire, même indépendamment d'un virus. 3

 

Aujourd'hui, le Conseil mondial de la santé (WCH), une coalition mondiale d'organisations axées sur la santé et de groupes de la société civile qui cherchent à élargir les connaissances en matière de santé publique, a publié un guide de détoxification des protéines de pointe, 4  qui fournit des mesures simples que vous pouvez prendre pour potentiellement réduire les effets de la protéine de pointe toxique. Vous pouvez consulter leur guide complet des remèdes naturels, 5  incluant les dosages, à la fin de cet article.

Lire l'article complet ici…

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:46
Se foutrait-on de notre gueule !

 

_________________________________________________________________

 
Philippe Béchade: « Seul avec son masque devant sa télé… Combien de français vont imiter ce sage exemple ? Macron a compris que l’intelligence collective du Peuple français s’est effondrée: il s’applique à liquider notre pays… »
 

Philippe Béchade: « Seul avec son masque devant sa télé… Combien de français vont imiter ce sage exemple ? Macron a compris que l’intelligence collective du Peuple français s’est effondrée: il s’applique à liquider notre pays… »

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:43
s
 

 

Dans un communiqué publié sur son site officiel ce 22 décembre et intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com, le Syndicat de la Médecine Générale (SMG) a vigoureusement dénoncé la discrimination dont les non-vaccinés feront l’objet une fois le Pass Vaccinal mis en place

 

 

“Récemment, l’Autriche a décidé un confinement sélectif épargnant les vaccinés. Singapour a quant à elle décidé de dérembourser les soins des patients hospitalisés pour Covid et non vaccinés. En France, les non vaccinés ayant besoin d’une consultation dans un établissement de santé seront bientôt refoulés. (avec la mise en place du passe vaccinal à la place du passe sanitaire). Attention : limiter les droits fondamentaux et les soins aux non vaccinés n’arrêtera pas la pandémie de Covid 19. Continuons à soigner les non vaccinés et refusons de les discriminer.

 

Toute personne infectée par la Covid doit pouvoir bénéficier efficacement de soins, qu’elle soit vaccinée ou non : conseils, isolement, surveillance ou traitements spécifiques. Empêcher l’accès aux soins et au dépistage des non vaccinés ne mènera qu’à l’augmentation des contaminations.

 

Les structures hospitalières sont sous pression à cause de restrictions de capacités d’accueil et d’hospitalisation, organisées par les décideurs depuis plusieurs années sur des bases économiques de rentabilité sans lien avec les besoins de la population. Les fermetures de lits se poursuivent sur ordre du gouvernement, alors que nous sommes en période épidémique. Et le départ des personnel·les soignants de l’hôpital qui s’opère depuis plusieurs années est dû à des causes structurelles (manque de moyens, bas salaire, heures supplémentaires non payées…). Les personnes non vaccinées ne sont pas responsables de ça. L’argument de la vaccination indispensable pour « soulager l’hôpital public » est dangereux. Les difficultés d’accès aux soins ne relèvent pas de la responsabilité des individus : ce sont les gouvernants qui dégradent les services publics.

 

Notre système est (encore) basé sur la mutualisation des moyens et le partage des risques. Ce qui fait par exemple qu’une personne atteinte d’un cancer du poumon n’avance pas de frais liés à sa maladie, peu importe qu’elle ait fumé, ou été exposée à l’amiante ou autre. Se désolidariser de celles et ceux qui sont malades et qui ont besoin de soins revient à détruire les fondements de Sécurité sociale de l’assurance maladie : si chacun·e est responsable de lui/elle-même, alors pas besoin de mettre dans un pot commun pour couvrir les soins de tous et toutes. Chacun serait alors obligé de payer pour son propre compte en fonction des « risques » pris au cours de la vie, auprès de systèmes assurantiels qui n’attendent que ça. Il est illusoire de croire que nous pouvons individuellement nous assurer pour des risques qui représentent des sommes astronomiques (3.000 € la journée en soins intensifs, 30.000 € certaines lignes de chimiothérapie) La police d’assurance sera salée, plus salée que la cotisation solidaire qui est versée à l’Assurance maladie aujourd’hui.

 

La Covid met à mal notre système de soins, mais menace aussi notre système de protection qu’est l’Assurance maladie.

 

Restons vigilants : non à toute discrimination dans le soin et le remboursement concernant les personnes non vaccinés ! Non au pass vaccinal, en particulier dans les lieux de soins !

 

Oui à un véritable service public dans le soin, comme dans la protection sociale, seule garantie possible pour le droit à la santé de tous et toutes. Rendez-nous la Sécurité sociale, rendez ses moyens à l’hôpital public !”

Vu ici

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:37
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:20

Variant Omicron : le professeur Bruno Mégarbane souhaite le retour au travail de soignants « contaminés et asymptomatiques »… Et les soignants non-vaccinés, négatifs on en fait quoi Mr Mégarbane ? On continue à les interdire de travailler ?

 

Partager cet article
Repost0

Pages