Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@Henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 17:54

Oui! Effectivement il y avait le problème de savoir si ce virus était naturel ou pas, puis qu'au final la création, puis la diffusion a définir, doivent être éludés pour un système de responsabilité, au niveau juridique.

 

Mais là ou l'affaire se corse, ce sont les remèdes, qui à priori d'après ce que j'en ai vu étaient prêts au moment de l'apparition de l'épidémie, l'étaient ils vraiment ! J'en doute puisqu'ils provoquent des effets conséquents voir des décès ; à moins que cela ne soit intentionnel !

Donc la question à se poser en réalité est de savoir : si les USA ont sous traités la production d'un coronavirus chimère (voir le dépôt de Brevet de Shi Zhengli le 9 novembre 2015) , comment s'est il échappé, mais surtout et pourquoi certains laboratoires avaient dans leurs dossiers des vaccins correspondants à ce type de virus (ou alors ç'est du flan total, ils ont lancés une production bidon de produits apparament toxiques)

 

C'est simplement une définition qui se posera tôt ou tard sur la responsabilité juridique notamment des USA, et en deçà des laboratoires dans cette affaire mais aussi de tout ceux qui mis leurs mains dans cette sale affaire !

 

________________________________________________

 

 

 

"Traduction de l'introduction du dépôt de recherches sur un virus de laboratoire Chimère crée à partir d'un virus naturel de chauve souris dites fer à cheval du 9 novembre 2015 par le Dr Shi Zhengli du laboratoire P4 de Wuhan.

"L'émergence du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) -CoV souligne la menace d'événements de transmission inter-espèces conduisant à des épidémies chez l'homme. Ici, nous examinons le potentiel de maladie d'un virus de type SRAS, SHC014-CoV, qui circule actuellement dans les populations de chauves-souris chinoises en fer à cheval1. En utilisant le système de génétique inverse SARS-CoV2, nous avons généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic du coronavirus de chauve-souris SHC014 dans un squelette SARS-CoV adapté à la souris. Les résultats indiquent que les virus du groupe 2b codant pour la pointe SHC014 dans un squelette de type sauvage peuvent utiliser efficacement plusieurs orthologues de l'enzyme de conversion de l'angiotensine humaine II (ACE2), se répliquer efficacement dans les cellules des voies respiratoires humaines primaires et atteindre des titres in vitro équivalents à une épidémie souches de SARS-CoV. De plus, des expériences in vivo démontrent la réplication du virus chimérique dans le poumon de souris avec une pathogenèse notable. L'évaluation des modalités immunothérapeutiques et prophylactiques basées sur le SRAS a révélé une faible efficacité; les approches à base d'anticorps monoclonaux et de vaccins n'ont pas réussi à neutraliser et à protéger contre l'infection par les CoV en utilisant la nouvelle protéine de pointe. Sur la base de ces résultats, nous avons dérivé synthétiquement un virus recombinant infectieux SHC014 de pleine longueur et démontrons une réplication virale robuste à la fois in vitro et in vivo. Nos travaux suggèrent un risque potentiel de réémergence du SRAS-CoV à partir de virus circulant actuellement dans les populations de chauves-souris."

 

 

_________________________________

Le professeur Jeffrey Sachs se dit « assez convaincu que [la COVID-19] est sortie de la biotechnologie de laboratoire américaine » et prévient qu’il y a des recherches dangereuses sur les virus qui se déroulent sans surveillance publique.

 

Le professeur Jeffrey Sachs est directeur du Centre pour le développement durable de l’Université Columbia et président du Réseau des solutions de développement durable des Nations Unies. Il a également été président de la commission COVID-19 de la principale revue médicale The Lancet. Grâce à ses enquêtes en tant que chef de la commission COVID-19, le professeur Sachs est arrivé à la conclusion que la recherche en biotechnologie extrêmement dangereuse est tenue à l’écart du public, que les États-Unis soutenaient une grande partie de cette recherche et qu’il est très possible que le SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19, provienne de recherches dangereuses sur les virus qui ont mal tourné.

Le professeur Sachs a récemment co-écrit un article dans les Proceedings of the National Academy of Sciences appelant à une enquête indépendante sur les origines du virus. Il croit qu’il existe des preuves claires que les National Institutes of Health et de nombreux membres de la communauté scientifique ont entravé une enquête sérieuse sur les origines de la COVID-19 et détourné l’attention de l’hypothèse selon laquelle la recherche risquée soutenue par les États-Unis pourrait avoir entraîné des millions de décès. Si cette hypothèse est vraie, les implications seraient bouleversantes, car cela pourrait signifier que des membres estimés de la communauté scientifique portent la responsabilité d’une calamité mondiale. Dans cette interview, le professeur Sachs explique comment, en tant que chef de la commission COVID-19 d’une revue médicale de premier plan, il est arrivé à la conclusion que des acteurs puissants empêchaient une véritable enquête d’avoir lieu. Il explique également pourquoi il est si important d’aller au fond des origines de la COVID : parce que, dit-il, il y a des recherches extrêmement dangereuses qui se déroulent avec peu de responsabilité, et le public a le droit de savoir puisque nous sommes ceux dont la vie est mise en danger sans notre consentement.

NATHAN ROBINSON :

J’aimerais citer quelque chose que vous avez dit récemment :

« J’ai présidé la commission du Lancet pendant deux ans sur la COVID. Je suis assez convaincu qu’il est sorti de la biotechnologie de laboratoire américaine, pas de la nature, juste pour mentionner. Après deux ans de travail intensif sur ce sujet. C’est donc une erreur à mon avis de la biotechnologie, pas un accident de débordement naturel. Nous ne le savons pas avec certitude, je devrais être absolument clair. Mais il y a suffisamment de preuves pour qu’il faille l’examiner. Et cela ne fait pas l’objet d’une enquête, ni aux États-Unis, ni nulle part. Et je pense que pour de vraies raisons, ils ne veulent pas regarder sous le tapis, la déclaration. »

La déclaration que vous avez faite là-bas est controversée. Juste pour lire quelques citations du New York Times au cours de la dernière année:

Je veux donc commencer par vous demander de nous parler un peu de l’enquête à laquelle vous avez participé et de ce qui vous a amené à penser que ce que je viens de citer est une déclaration trompeuse de l’état de la preuve.

JEFFREY SACHS :

Eh bien, ce qui est drôle, ce sont ces scientifiques qui disent cela ont dit la même chose le 4 février 2020, avant qu’ils n’aient fait de recherche. Et ils ont publié la même déclaration en mars 2020, avant d’avoir des faits. Ils créent donc un récit. Et ils nient l’hypothèse alternative sans l’examiner de près. C’est le point fondamental.

Maintenant, quelle est l’hypothèse alternative? L’hypothèse alternative est assez simple. Et c’est qu’il y avait beaucoup de recherches en cours aux États-Unis et en Chine sur la prise de virus semblables au SRAS, leur manipulation en laboratoire et la création de virus potentiellement beaucoup plus dangereux. Et le virus particulier qui cause la COVID-19, appelé SARS-Cov-2, est remarquable parce qu’il a une partie de sa constitution génétique qui rend le virus plus dangereux. Et cette partie du génome s’appelle le « site de clivage de la furine ». Maintenant, ce qui est intéressant, et inquiétant si je puis dire, c’est que la recherche qui était en cours très activement et qui était promue, était d’insérer des sites de clivage de la furine dans des virus semblables au SRAS pour voir ce qui se passerait. Oups!

Eh bien, c’est ce qui s’est peut-être passé. Et ce qui est vrai depuis le début, c’est que cette possibilité très réelle, que beaucoup de scientifiques connaissent, n’a pas été examinée de près, même s’il est absolument clair que cela aurait pu se produire de cette façon. Ils ne regardent pas. Ils ne cessent de nous dire : « Regardez le marché, regardez le marché, regardez le marché ! » Mais ils n’abordent pas cette alternative. Ils ne regardent même pas les données. Ils ne posent même pas de questions. Et la vérité est que depuis le début, ils n’ont pas posé les vraies questions.

Mais pas tout à fait le débutParce qu’au début, que nous avons pu dater du premier appel téléphonique des National Institutes of Health (NIH) avec un groupe de virologues le 1er février 2020, les virologues ont dit « Oh mon dieu, c’est étrange, cela pourrait bien être une création de laboratoire. Qu’est-ce que ce site de décolletage de furin fait là-dedans? » Parce que les scientifiques savaient que cela faisait partie d’un programme de recherche actif et continu. Et pourtant, le 3 février, le même groupe dit « Non, non, c’est naturel, c’est naturel ». Le 4 février, ils commencent à rédiger les journaux qui disent au public : « Ne vous inquiétez pas, c’est naturel. » En mars, ils écrivent un article – totalement faux, à mon avis – appelé le papier sur les origines proximales qui est l’article biographique le plus cité en 2020. Il a dit: c’est absolument naturel. [Note : la conclusion de l’article est « nous ne croyons pas qu’un quelconque type de scénario en laboratoire soit plausible ».] Mais ils n’avaient aucune des données que vous avez lues dans le New York Times. Ils n’avaient rien de tout cela. Ils ont juste dit que les laboratoires ne travaillaient pas sur cette alternative. Mais vous savez quoi, ils ne savent pas sur quoi les laboratoires travaillaient, parce qu’ils n’ont jamais demandé, et les NIH ne nous l’ont pas dit.

ROBINSON:

Permettez-moi de vous demander si nous pouvons faire la distinction entre ce que nous savons avec certitude et ce qui est spéculatif parce que nous n’avons tout simplement pas les données. Nous savons donc qu’il y a eu – corrigez-moi si je me trompe – des recherches proposées qui auraient traité de cette catégorie de virus et les auraient modifiés d’une manière qui les aurait rendus potentiellement plus mortels. Savons-nous si ce genre de recherche était en fait en cours quelque part?

SACHS:

Nous avons d’énormes raisons de croire que c’était le cas. Et clairement, nous n’avons même pas posé cette question. Mais nous avons beaucoup de raisons de croire que c’était le cas, parce que les scientifiques qui faisaient cette recherche aimaient cette recherche. Et ils nous ont expliqué publiquement pourquoi c’est si important. Et ils ont écrit des éditoriaux sur les raisons pour lesquelles cette recherche doit se poursuivre. Et ils ont fait des propositions de subvention disant que cela devrait continuer. Et pour ceux d’entre nous qui rédigent des propositions de subvention, le fait qu’une proposition de subvention particulière qui est profondément troublante ait été refusée ne signifie pas qu’elle n’a pas été réalisée par la suite. Mais où les NIH disent-ils: « Oui, c’est une question intéressante. Pourquoi n’obtenons-nous pas les preuves? » Il ne pose même pas cette question.

Et les scientifiques comme ceux qui parlent du marché de Huanan, ils ne discutent même pas de cette recherche qui était en cours. C’est juste une mauvaise direction, à mon avis. C’est comme un tour de passe-passe. Ne regardez pas là-bas. Regardez ici. Mais nous savons qu’il y avait une énorme quantité de cette recherche en cours. Nous avons des entrevues avec les scientifiques principaux. Nous avons ces propositions de recherche. Je connais l’intention de faire cette recherche à partir de discussions. J’ai lu tellement d’études sur l’importance de cette recherche revendiquée par les scientifiques. Et pourtant, je vois les NIH la tête dans le sol. « Oh, non, rien ici à regarder. » Et puis je vois les scientifiques. « Oh, rien ici à regarder. Nous savons que c’est le marché. Avons-nous trouvé un animal? Non. Avons-nous une explication de l’endroit où ce site de décolleté de furin est entré? Non. Nous n’avons pas d’explication du timing, ce qui ne semble pas tout à fait correct. Oh, mais ne regardez pas là-bas, parce qu’il n’y a rien là-bas », nous disent-ils sans cesse. Eh bien, c’est un peu idiot.

Ce que je veux dire, c’est qu’il y a énormément de raisons de croire que cette recherche était en cours. Parce qu’il y a des articles publiés à ce sujet. Il y a des interviews à ce sujet. Il y a des propositions de recherche. Mais les NIH ne parlent pas. Ce n’est pas demander. Et ces scientifiques n’ont jamais demandé non plus. Dès le premier jour, ils ont caché l’alternative. Et quand ils discutent de l’alternative, ils ne discutent pas du programme de recherche. Ils discutent complètement des hommes de paille sur le laboratoire, pas sur le type de recherche en cours, qui consistait à coller des sites de clivage de la furine dans des virus semblables au SRAS d’une manière qui aurait pu créer le SRAS-Cov-2.

Ce que je demande, ce n’est pas la conclusion. Je demande l’enquête. Enfin, après deux ans et demi de cela, il est temps de se réjouir qu’il pourrait sortir d’un laboratoire et voici les données que nous devons connaître pour savoir si c’est le cas.

ROBINSON:

L’une des choses qui m’a frappé et que je ne savais pas quand j’ai commencé à écrire à ce sujet et à faire des recherches, c’est de réaliser que dans les années qui ont précédé la pandémie, il y avait une énorme controverse sur la question de savoir s’il était sage de modifier les virus au cours de la recherche de manière à rendre un virus plus infectieux ou plus mortel. Et certaines personnes soutenaient que ce genre de recherche était fou. Et certaines personnes avertissaient que dans le cas d’un accident de laboratoire – un accident, remarquez, pas comme une « arme biologique » intentionnelle – une simple erreur humaine pourrait provoquer une véritable catastrophe.

SACHS:

C’est tout à fait exact. Il y a eu plusieurs types d’expériences de manipulation des gènes de virus dangereux. Et cela a suscité beaucoup d’inquiétude. Et il y a eu un moratoire en 2014. Mais les champions de ce genre de recherche ont continué, ils ont demandé des dérogations, ce qu’ils ont obtenu, et finalement le moratoire a été levé en 2017. Et ils ont dit à quel point il est important de faire ce genre de recherche dangereuse, parce qu’ils ont affirmé: « Eh bien, il y a beaucoup de virus là-bas. Et nous ne savons pas quand ils vont devenir hautement pathogènes, et nous devons développer des médicaments et des vaccins contre un large éventail d’entre eux. Nous devons donc tester tous ces virus que nous pouvons trouver, pour voir s’ils ont un potentiel de débordement élevé. » Mais ils ne visaient pas seulement à tester les virus qu’ils collectaient dans la nature. Ils visaient à modifier ces virus. Parce que les scientifiques savaient qu’un virus semblable au SRAS sans site de clivage de la furine ne serait pas si dangereux. Mais ils voulaient tester leurs médicaments, leurs vaccins et leurs théories contre les virus dangereux. Leur proposition était d’en prendre des centaines, soit dit en passant – ou du moins ils en ont parlé dans une proposition de plus de 180 souches non signalées auparavant – et de les tester pour leur soi-disant « potentiel de débordement ». Quelle serait leur efficacité? Et de regarder: ont-ils un site de clivage furin, ou techniquement ce qu’on appelle un site de clivage protéolytique? Et si ce n’est pas le cas, mettez-les dedans. Pour l’amour du ciel. Mon dieu! Tu plaisantes?

D’accord, mais nous n’avons même pas posé la question dès le premier jour: avez-vous fait cela? Dites-nous ce que vous avez fait. Pourriez-vous nous donner vos cahiers de laboratoire ? Nous sommes un peu curieux. Au lieu de cela, ces gens qui écrivent ces articles du New York Times en ce moment et publient ces articles sur le marché, dès le premier jour – sans poser de questions sur les expériences – ils ont dit: « Non, c’est naturel. » C’est pourquoi je ne leur fais pas confiance. Parce qu’ils n’ont jamais examiné l’hypothèse alternative. Et leur hypothèse a tant de lacunes, tant de trous. Mais ils n’essaient même pas d’examiner l’hypothèse alternative.

ROBINSON:

Je pense qu’il est très important de préciser que « l’hypothèse alternative » est principalement une hypothèse sur un accident, et l’orgueil scientifique. Il est important de distinguer les théories loufoques des théories incroyablement plausibles. Parce que ce dont vous parlez, ce sont des gens qui n’ont pas compris les dangers de ce qu’ils faisaient.

SACHS:

En fait, c’est très intéressant. L’alternative qui est la bonne à examiner fait partie d’un programme de recherche très vaste qui était en cours à partir de 2015, financé par les NIH, par Tony Fauci, en particulier niAID [Institut national des allergies et des maladies infectieuses], et il s’agissait d’examiner le potentiel de débordement des virus de type SRAS. Les champions de cette recherche ont expliqué en détail leurs propositions. Mais après l’événement, nous ne leur avions jamais demandé : « Alors, que faisiez-vous réellement ? Quelles expériences avez-vous faites ? Que savez-vous? » D’une manière ou d’une autre, nous n’avons jamais demandé. Il valait mieux le balayer sous le tapis, ce que Fauci et les NIH ont fait jusqu’à présent. Peut-être qu’ils pourraient nous dire: « Oh, exonération totale », mais ils ne nous l’ont pas dit du tout. Ils ne nous ont rien montré.

Il n’y a donc rien de « bizarre » à ce sujet, car c’est précisément ce que les scientifiques faisaient. Et puis vous pouvez écouter les scientifiques sur bande décrire pourquoi ils pensent que le programme de recherche est si important, parce qu’ils disent que ce sont des virus dangereux, et donc nous devons préparer des vaccins et des médicaments à large spectre. Ils expliquent qu’il ne suffit pas de tester un ou deux virus. Nous devons tous les tester. Et puis ils se sont rendu compte, comme je l’ai dit plus tôt, que le simple fait d’avoir un virus semblable au SRAS, s’il n’a pas ce morceau du gène, ce ne sera presque sûrement pas aussi efficace. Ils ont donc eu l’idée. « Eh bien, mettons-les dedans », si vous pouvez l’imaginer. À mon avis, c’est ahurissant.

Mais ils en étaient fiers, parce que c’est en fait du génie au niveau technologique. Pouvez-vous imaginer: vous pouvez prendre une séquence de lettres, qui définit le génome, vous pouvez recréer le virus juste à partir des lettres. Vous n’avez même pas besoin d’avoir le virus biologique en main, vous avez juste besoin de la séquence. Ensuite, vous pouvez dire : « Je vais ajouter ces quatre lettres RRAR, le site de clivage de la furine, ou peut-être que c’est huit, RRARSVAS, c’est une séquence de huit acides aminés – je vais la coller là-dedans juste à la jonction S1 S2 de la protéine de pointe, parce que je sais par mon programme de recherche que cela la rendra plus pathogène. c’est plus pathogène. Et puis je peux voir si mes candidats médicaments comme le remdésivir, ou un autre candidat travaille contre lui. C’est leur idée. Il n’y a rien de bizarre dans notre affirmation: Hé, que faisiez-vous? Parce qu’ils nous ont dit qu’ils voulaient faire ces projets. Et ils nous ont dit qu’ils voulaient faire ces projets dans les mois qui ont précédé cette épidémie. Et puis ce qui est absolument étrange, c’est que même si les scientifiques savaient dès le début, c’est très étrange d’avoir ce site de clivage de la furine RRAR là-dedans – jamais vu cela auparavant dans un virus semblable au SRAS, et que cela pourrait bien provenir d’un laboratoire – silence, silence. N’en parlez pas. N’en discutez même pas. Il suffit de dire dès le début: C’est naturel. Bien sûr, c’est naturel. Tout le reste est bizarre. 

Vous avez donc vu un récit se créer. Et les scientifiques n’agissent pas comme des scientifiques. Parce que lorsque vous agissez comme un scientifique, vous poursuivez des hypothèses alternatives. Et les scientifiques viennent d’écrire récemment un éditorial disant que la seule preuve que cela est sorti d’un laboratoire qui a été mis en avant est que cela est venu dans une ville, Wuhan, où un institut était situé. Eh bien, c’est un mensonge. Ce n’est pas la seule coïncidence qui mène à cette théorie. Ce qui conduit à cette hypothèse alternative, c’est le programme de recherche détaillé financé par les NIH qui était en cours dans les années précédant l’épidémie. Je vois donc les scientifiques essayer absolument de créer un récit et de détourner nos yeux d’un autre problème.

Maintenant, encore une fois, permettez-moi de souligner que nous n’avons pas de preuve définitive de l’une ou l’autre hypothèse. Mais ce que nous avons, c’est une preuve définitive que l’administration a essayé de garder les yeux loin de l’hypothèse de la création en laboratoire.

ROBINSON:

Vous avez mentionné le laboratoire de Wuhan. Ce n’est pas seulement qu’il y avait un laboratoire à Wuhan qui faisait de la recherche sur les virus. Mais il y avait des liens entre le laboratoire et ceux qui poursuivaient ce programme. Que savons-nous de la recherche qui s’y déroulait réellement?

SACHS:

Nous savons qu’à l’Institut de virologie de Wuhan, les scientifiques avaient été formés par des scientifiques américains à utiliser des méthodologies avancées de bio-ingénierie. Et en particulier, nous avons des scientifiques en Caroline du Nord, au Texas, et ainsi de suite qui font ce genre de recherche, y croient, plaident en sa faveur et disent qu’ils ne veulent pas de réglementation à ce sujet et ainsi de suite. Et ils étaient en contact étroit avec l’Institut de virologie de Wuhan, et ils faisaient partie d’un groupe de recherche conjoint qui a été assemblé par quelque chose appelé EcoHealth Alliance. Et EcoHealth Alliance était le genre de mariage entre les scientifiques américains et les scientifiques chinois. C’était le véhicule de financement du gouvernement américain, en particulier des National Institutes of Health, et en particulier de l’unité de Tony Fauci, le NIAID. Il y a eu des années de subventions, il y a eu des propositions de subventions. Nous ne savons pas exactement ce qui a été fait. Mais nous avons suffisamment de raisons de savoir que nous devrions nous demander exactement ce qui a été fait. Et nous savons définitivement que depuis le début, les NIH ont fui de nous dire ce qui a été fait. Ils ne nous disent pas la vérité, qu’ils avaient des raisons de craindre dès le début que cela sorte d’un laboratoire. Et qu’à ce jour, ils ont des raisons de le soupçonner, mais ils ne parlent pas.

ROBINSON:

Ce qui m’a choqué, c’est que le chef de l’Alliance EcoHealth faisait partie de l’équipe de l’Organisation mondiale de la Santé qui a enquêté sur les origines de la COVID et a conclu que ce n’était pas le laboratoire.

SACHS:

Eh bien, plus que cela: je l’ai nommé – c’était Peter Daszak – je l’ai nommé président du groupe de travail de la commission sur la pandémie que je présentais pour le Lancet. Et il a dirigé un groupe de travail sur les origines. J’ai pensé, naïvement au début, « Eh bien, voici un gars qui est tellement connecté, il le saurait. » Et puis j’ai réalisé qu’il ne me disait pas la vérité. Et cela m’a pris quelques mois, mais plus je le voyais, plus je lui en voulais.

Alors je lui ai dit : « Regarde, tu dois partir. » Et puis les autres scientifiques de ce groupe de travail m’ont attaqué parce que j’étais anti-scientifique. Et je leur ai demandé : « Quels sont vos liens avec tout cela ? » Ils ne me l’ont pas dit. Puis, lorsque la Freedom of Information Act a publié certains de ces documents que les NIH avaient cachés au public, j’ai vu que les gens qui m’attaquaient faisaient également partie de cette chose. J’ai donc dissous tout ce groupe de travail. Donc, ma propre expérience a été de voir de près comment ils ne parlent pas. Et ils essaient de garder les yeux sur autre chose. Et loin même de poser les questions dont nous parlons. Nous n’avons pas les réponses. Mais nous avons de bonnes raisons de demander. Et nous avons de bonnes raisons de savoir que les NIH ne font pas leur travail correctement en ce moment.

ROBINSON:

Donc, vous dites que Daszak et d’autres ne vous ont pas révélé des conflits d’intérêts assez graves? Puisque, dans l’hypothèse où cela avait quelque chose à voir avec ce genre de recherche, cela aurait impliqué Daszak lui-même dans les origines de la crise ?

SACHS:

Eh bien, il aurait pu m’expliquer dès le début qu’il y avait un grand programme de recherche et qu’ils manipulaient les virus, et voici comment. Il aurait pu me donner les propositions de recherche. Et quand je lui ai demandé l’une des propositions de recherche, il m’a répondu : « Non, mon avocat dit que je ne peux pas vous la donner. » J’ai dit : « Quoi ? Vous êtes à la tête d’une commission. Nous sommes une commission transparente. Vous me dites que votre avocat dit que vous ne pouvez pas me donner votre proposition de projet. » J’ai dit : « Eh bien, alors vous ne pouvez pas faire partie de cette commission. Ce n’est même pas un appel proche.

Mais il y avait tellement d’autres choses. Il était juste rempli de mauvaise direction. Je ne sais pas s’il comprend ou non, peut-être qu’il ne comprend pas. Mais les choses qu’il a dites n’étaient absolument pas justes.

ROBINSON:

Quand les gens vous entendent dire: « Ils le balayent sous le tapis, ils ne veulent pas regarder », une question qui peut leur venir à l’esprit est « Eh bien, pourquoi? Pourquoi les gens ne seraient-ils pas intéressés à arriver à la vérité ? » Mais l’hypothèse alternative du débordement naturel dont vous parlez pourrait avoir de graves répercussions. Cela impliquerait beaucoup de gens dans potentiellement des millions de morts. Il y a donc beaucoup en jeu ici pour la communauté scientifique. Ce qui explique pourquoi il y aurait un intérêt à éloigner les gens de cette possibilité.

SACHS: 

Il y a au moins deux raisons pour lesquelles ils pourraient faire ce qu’ils font. La première est, comme vous le dites, que les implications sont énormes. Imaginez si cela sortait d’un laboratoire. Et nous avons, selon certaines estimations, environ 18 millions de morts dans le monde. Ce n’est pas le décompte officiel. Mais c’est la surmortalité estimée de la COVID. Eh bien, les implications de cela – éthiques, moraux, géopolitiques – tout est énorme.

Mais il y a aussi une deuxième question qui est vraiment importante. Une chose qui est assez claire pour moi, c’est qu’il y a tellement de recherches dangereuses en cours en ce moment sous l’égide de la biodéfense ou d’autres choses que nous ne savons pas, qui ne sont pas correctement contrôlées. C’est certain. Et cela se produit dans le monde entier. Et les gouvernements disent : « Ne mettez pas votre nez là-dedans. » C’est notre affaire, pas la vôtre. Mais c’est en fait notre affaire. C’est notre travail de comprendre ce qui se passe avec cela. Cela ne doit pas être gardé secret. Nous ne vous faisons pas confiance.

Permettez-moi de le dire de cette façon: je ne leur fais pas confiance en ce moment. Je veux savoir. Parce que même ce que nous savons de la recherche dangereuse est suffisant pour soulever beaucoup de questions de responsabilité pour l’avenir. Et de poser la question: « Hé, sur quels autres virus travaillez-vous? Que devrions-nous savoir? » Parce que peu importe la vérité sur le SARS-Cov-2, ce qui est assez clair, c’est que nous avons tellement de capacité technologique pour concevoir des agents pathogènes dangereux en ce moment. Et une grande partie de cela est en train d’être faite. Et c’est classifié. C’est secret, et nous ne savons pas ce que c’est. Et je n’aime pas du tout ce sentiment. Je ne le recommande pas pour nous et pour le monde.

ROBINSON: 

Eh bien, vous avez plutôt répondu à la question de savoir pourquoi il est important d’aller au fond des choses. Parce que l’une des excuses que vous entendez est: « Eh bien, qui s’en soucie vraiment? C’est important? C’était un animal, c’était un laboratoire, peu importe ce que c’est, c’est ici. » Mais ce que vous dites, c’est : « Non, nous avons besoin de savoir où cela a commencé. » Parce que ce ne sera pas le seul, quelles que soient les origines. Et nous ne voulons pas que les gens meurent de futurs virus. C’est d’une importance cruciale. Si nous voulons sauver des millions de vies, nous devons trouver la réponse.

SACHS:

Je peux vous dire une chose que j’ai apprise en parlant à beaucoup de scientifiques au cours des deux dernières années: la capacité technologique de faire des choses dangereuses en utilisant cette biotechnologie est extraordinaire en ce moment. Je veux donc savoir ce qui est fait. Je veux savoir ce que font les autres gouvernements aussi, pas seulement le nôtre. Je veux un certain contrôle mondial sur ce genre de choses.

Nous avons en quelque sorte compris le risque nucléaire – même cela, bien sûr, est à bien des égards caché à la vue. Mais c’est un risque clair et présent. Et il y a des raisons de croire que nous sommes réellement au milieu de tout cela, pas seulement hypothétiquement. Alors allez, il est temps d’ouvrir les livres partout. Il est temps de le découvrir. C’était peut-être le marché. Peut-être que ce n’était pas un laboratoire. Mais nous devons obtenir de vraies réponses, maintenant. Pas le genre de mauvaise direction qui se produit depuis février 2020. Assez de bêtises ! Assez d’histoires du New York Times disant: « Oh, c’est ceci, c’est cela », sans examiner de près l’hypothèse de laboratoire très plausible.

ROBINSON:

Il semble, d’après ce que vous dites, qu’en tant que chef de la commission COVID-19 du Lancet, vous ne vous sentiez pas en mesure d’obtenir des réponses satisfaisantes ou de voir les données que vous vouliez. De quel genre d’enquête avons-nous besoin et qui devrait le faire?

SACHS:

Les choses les plus intéressantes que j’ai obtenues en tant que président de la commission Lancet sont venues des poursuites en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) et des fuites de lanceurs d’alerte de l’intérieur du gouvernement américain. N’est-ce pas terrible? On a demandé aux NIH à un moment donné: donnez-nous votre programme de recherche sur les virus de type SRAS. Et vous savez ce qu’ils ont fait? Ils ont publié la page de couverture et expurgé 290 pages. Ils nous ont donné une page de couverture et 290 pages blanches! C’est niH, pour l’amour du ciel. Ce n’est pas une société. C’est le gouvernement américain qui est chargé de nous garder en bonne santé.

Ce que j’ai trouvé, c’est que nous avons beaucoup de données que nous ne trouvons pas en ce moment. Et je ne veux pas avoir à compter sur la FOIA et les fuites, bien que celles-ci puissent être incroyablement informatives. Je veux une enquête scientifique claire et indépendante et de la transparence. Une façon de le faire serait une enquête bipartite de surveillance du Congrès qui avait un pouvoir d’assignation à comparaître. Donnez-nous vos dossiers de laboratoire, vos cahiers, vos fichiers de données de souches de virus, et ainsi de suite. Il y a beaucoup de questions que nous avons besoin de scientifiques indépendants pour définir, pour nous dire exactement les types d’informations. Mais nous savons qu’à l’heure actuelle, nous fonctionnons dans un environnement dans lequel le gouvernement s’efforce de cacher les données dont nous avons besoin pour faire une véritable évaluation.

Article original : https://www.currentaffairs.org/2022/08/why-the-chair-of-the-lancets-covid-19-commission-thinks-the-us-government-is-preventing-a-real-investigation-into-the-pandemic

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 17:51
Auteur(s)
 
Augusto German Roux debriefing
 
DR / FS
 

Avocat argentin et participant aux essais cliniques de Pfizer en Argentine, Augusto German Roux nous raconte l'expérience "criminelle" qu'il a vécue suite à ses vaccinations, au troisième trimestre 2020. Un parcours du combattant pour déclarer les effets secondaires et accéder à son propre dossier médical.

NDLR : Des erreurs de doublage s'étant glissées dans cette vidéo, certains passages ont été sous-titrés en plus de la "voix-off".

Son premier contact avec l’équipe clinique a été conduit par téléphone. Après un rendez-vous avec quatre médecins à l'hôpital allemand, il signait un document d’une vingtaine de pages. Déjà, celui-ci paraissait incomplet, nous dit-il. Il se lance tout de même...

Dès la première injection, il rapportait une douleur au bras à la pharmacovigilance, bien que celle-ci ait cherché à l'en dissuader, lui expliquant qu’il y avait des possibilités que ce ne soit pas lié avec le vaccin. Mais c'est après la seconde dose, soit 19 jours après la première, qu'il y eut des effets importants : beaucoup de fièvre – jusqu’à 41, des urines sombres "comme du Coca", et une perte de connaissance. Finalement, il a été diagnostiqué avec une péricardite aiguë ; un médecin a validé le lien de cause à effet avec le vaccin. Par ailleurs, une prise de sang démontrait qu’il n’avait développé aucun anticorps...

Là, il s'engage dans une lutte avec les autorités sanitaires et politiques : "C'est criminel", nous assure-t-il après avoir enchaîné les mauvaises surprises.

Tout d’abord, son dossier médical fait état d'une positivité au Covid, alors qu’il affirme n'avoir procédé à aucun test positif. En second lieu, il est diagnostiqué comme ayant un problème mental, par un médecin qui ne l’a jamais vu et qui n’a pas la qualification requise pour faire une telle évaluation ; les autorités régulatrices argentines ont malgré tout confirmé ce diagnostic.

Ces découvertes l’ont poussé à saisir les pouvoirs politiques et à faire des demandes CADA (FOIA – Freedom of Information Act) sur les essais cliniques. Là, il se rend compte que l’essai clinique Pfizer avait causé au moins un décès, qui ne se retrouvait pas dans les données remontées dans la publication dans le New England Journal of Medecine.

Lire aussi : "PfizerGate" ? Révélations sur des essais cliniques falsifiés par le triptyque Pfizer - Ventavia - FDA

Depuis, il n’a eu de cesse d'interroger les pouvoirs publics, dans l’optique de conduire un procès afin d’obtenir réparation. Ce faisant, il découvre plus tard que la responsabilité de la bonne conduite des essais cliniques argentins incombe au ministère de la Défense, et non pas au ministre de la Santé ; certaines informations étaient couvertes par le secret défense.

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 17:43

Teddy Daniels a interviewé un scénariste hollywoodien de longue date qui a une connaissance approfondie de l’industrie démente du divertissement.

René Guiart, La lettre de la tribu.

Un scénariste de longue date, qui a passé plus de 30 ans dans le show-business, a dénoncé la pédophilie et la perversion à Hollywood lors d’une récente apparition dans « In The Trenches With Teddy Daniels », l’émission télévisée de Teddy Daniels, icône d’America First, sur Stew Peters Network.

 

Le lanceur d’alerte d’Hollywood et scénariste chevronné, qui a travaillé dans les hautes sphères du show-business pendant plus de 30 ans, a dû dissimuler son identité lors de son apparition dans « In The Trenches With Teddy Daniels », en se faisant appeler « Mike » et en ne montrant pas son visage. Tout au long de l’interview, Mike a offert un regard intérieur sur les dessous déments de l’industrie américaine du spectacle, longtemps accusée par beaucoup d’être un cloaque de pédophilie.

Des pervers bien connus comme le réalisateur d’Hollywood et délinquant sexuel condamné Harvey Weinstein sont loin d’être les seuls prédateurs sexuels à Hollywood « ayant de puissantes connexions politiques », a déclaré Mike à l’animateur de l’émission America First, Teddy Daniels, faisant remarquer qu’il y a « beaucoup plus de cafards sous ces planchers » et que tout le monde malade d’Hollywood renvoie à l’idéologie « woke » de la gauche.

Ce sont exactement les mêmes personnes, a dit Mike, qui ont donné au réalisateur Roman Polansky un Oscar et une ovation debout après qu’il ait fui les États-Unis après avoir été accusé de viol d’un enfant.

« Beaucoup de radiodiffuseurs de droite aiment parler de ces réunions clandestines de cape et d’épée et d’arrière-salles, mais ce n’est pas vraiment comme ça. C’est au grand jour », a déclaré Mike. « Ils s’en sont déjà sortis publiquement et ils sont tous dans le coup », a-t-il poursuivi, expliquant aux téléspectateurs et aux auditeurs que la pédophilie à Hollywood est loin d’être une simple théorie du complot.

Mike, le lanceur d’alerte d’Hollywood, a ensuite décrit plus en détail une situation sur le plateau du film « Les Infiltrés ».

Selon Mike, pendant le tournage, l’une des stars du film a commencé à piquer une crise de colère ou, comme Mike l’a décrit, à « perdre la tête ». Pendant que l’acteur vedette faisait sa crise, Mike dit qu’il a commencé à citer des noms, diffusant des informations relatives à la pédophilie à Hollywood alors que les caméras tournaient encore.

 

Au milieu du chaos, « finalement, le gars part en trombe », dit Mike.

Le directeur de la photographie va à la caméra, l’éteint, sort la carte SIM, me la donne et me dit : « Débarrasse-toi de ça. »

« Je te le dis, Teddy, j’ai la bande. J’ai les images ! » Mike a poursuivi, disant à Daniels qu’il a archivé cette séquence et d’autres semblables pendant la majeure partie de la décennie.

« C’est cette situation qui m’a fait dire ‘il se passe quelque chose' », a déclaré Mike.

D’après les déclarations qu’il a faites lors de son entretien avec Teddy Daniels, les images capturées sur le tournage de « Les Infiltrés », ainsi que d’autres images montrant le ventre pervers et woke d’Hollywood, seront disponibles lorsque Mike sortira son prochain documentaire.

Intitulé « The Great Unawakening », le film offrira des détails supplémentaires sur la pédophilie et le wokisme à Hollywood, ainsi que des interviews d’acteurs conservateurs blackboulés par l’industrie du divertissement. Comme le révèle l’interview de Mike, le film comprendra même une apparition de Teddy Daniels lui-même.

Teddy Daniels a déclaré à propos de Mike et de son prochain documentaire : « C’est du sérieux ». Il a ajouté que les informations que Mike va révéler pourraient le mettre en « réel danger ».

« Le gars a des informations sur beaucoup de gens », dit Daniels.

Découvrez l’interview de Mike et l’émission complète de « In The Trenches With Teddy Daniels » ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 17:41

TOKYO  – Un comité du ministère japonais de la santé a accordé pour la première fois une indemnité forfaitaire à la famille d’une femme âgée décédée après avoir subi une réaction allergique et une crise cardiaque soudaine liées à une vaccination par le COVID-19.

Selon le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales, la femme, qui avait 91 ans lorsqu’elle a été vaccinée, souffrait de maladies préexistantes, notamment d’accidents ischémiques transitoires. Le ministère n’a pas donné de détails sur la date à laquelle elle a été vaccinée ni sur le nombre de doses qu’elle a reçues.

Le comité a déterminé lundi que l’on ne pouvait nier l’existence d’une relation de cause à effet entre les problèmes de santé ultérieurs et le vaccin dans cette affaire.

Un porte-parole du panel a déclaré qu'”une relation de cause à effet scientifiquement rigoureuse n’est pas nécessaire” pour déterminer l’éligibilité aux dommages et intérêts.

Le comité a également évalué 11 autres cas de personnes âgées de 20 à 90 ans ayant subi des effets indésirables, mais a suspendu son jugement.

À la date de lundi, 3 680 personnes avaient vu leur demande d’indemnisation liée à la vaccination acceptée, dont 850 ont été approuvées et 62 refusées. Les décisions concernant 16 autres personnes, dont certaines sont décédées, ont été reportées.

Selon la loi japonaise sur la vaccination, les vaccins COVID-19 sont considérés comme “ad hoc”. En vertu de cette désignation, les personnes dont le décès peut être lié à un vaccin peuvent recevoir une indemnité forfaitaire de 44,2 millions de yens (324 000 dollars) et une contribution de 212 000 yens aux frais funéraires.

Un groupe d’experts distinct du ministère de la santé, qui analyse les effets secondaires, a reçu des rapports de plus de 1 700 cas de décès liés à des vaccins provenant d’établissements médicaux, bien qu’aucune relation de cause à effet n’ait été reconnue.

Source : The Japan Times 

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 17:37

Ce revirement retentissant de la Fédération intervient sans excuses ni reconnaissance pour la douleur, le harcèlement, l’intimidation, la coercition et les difficultés financières qu’ils ont causés aux professionnels de la santé.

 

Avec la destitution du Premier ministre italien Mario Draghi, les mesures discriminatoires du Covid imposées au personnel médical par le gouvernement dirigé par les mondialistes ont pris fin. L’agence médicale du gouvernement italien, la Fédération nationale des ordres des chirurgiens et des dentistes (FNOMCeO), a annoncé que tous les médecins et le personnel médical suspendus pour ne pas avoir reçu leurs « vaccins » Covid peuvent reprendre le travail.

 

Ce revirement retentissant de la Fédération intervient sans excuses ni reconnaissance pour la douleur, le harcèlement, l’intimidation, la coercition et les difficultés financières qu’ils ont causés aux professionnels de la santé. Jusqu’à récemment, les associations médicales gouvernementales étaient à l’avant-garde de la promotion des « vaccinations » obligatoires, obligeant les médecins et les travailleurs médicaux à se faire vacciner. Cependant, elles ont maintenant fait marche arrière sans assumer la moindre responsabilité personnelle pour leur mandat dangereux et injuste. Le personnel médical non vacciné est censé faire table rase du passé et reprendre le travail.

Au lieu de présenter des excuses aux professionnels de la santé pour leur douleur et leur souffrance, la FNOMCeO a déployé une tactique typiquement gauchiste et a prétendu être les victimes. Le président de la Fédération, Filippo Anelli, a critiqué le mouvement des anti-vax,

Je tiens à condamner fermement tous les actes de violence, d’intimidation, d’injures et de vandalisme perpétrés contre les associations médicales et leurs présidents.

 

Plusieurs présidents ont reçu des menaces personnelles, y compris des menaces de mort de la part de personnes qui seront poursuivies par la loi.

Mes collègues ont la sympathie et le soutien de la Fédération ».

Regardez le reportage italien suivant que RAIR Foundation USA a traduit (anglais) :

Au début de l’année, quelque 1 900 médecins et dentistes italiens ont été suspendus de l’association professionnelle du pays parce qu’ils ne se conformaient pas à une loi exigeant qu’ils soient « pleinement vaccinés » contre le Covid, y compris par une injection de rappel.

L’Italie exige que tous les travailleurs de la santé, les enseignants, les policiers, les membres des forces armées et les personnes qui fournissent des services aux résidents des maisons de retraite reçoivent les injections controversées. En outre, les travailleurs de la santé doivent recevoir le rappel pour être totalement conformes, selon une loi décrétée par le gouvernement italien en décembre 2021.

Lire aussi : Des travailleurs de la santé parviennent à un règlement de 10,3 millions de dollars dans le cadre du premier recours collectif contre l’obligation vaccinale

Source : RAIR Foundation

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 17:27

MARK STEYN BALANCE TOUT EN DIRECT SUR GB NEWS !!

 


LES ANGLAIS NE SONT PLUS DUPE !!
CAMPAGE D'INFORMATION OU DE DÉSINFORMATION ?
LES VÉRITÉS EXPLOSENT DE PARTOUT !

POUR CONTINUER À CACHER LE MASSACRE DE LEURS POISONS DE VACCINS, ILS METTENT LES MORTS DANS LA CATÉGORIE "CAUSE INCONNUE". AINSI AU CANADA LA PRINCIPALE CAUSE DE DÉCÈS EN ALBERTA, EN 2021 EST " CAUSE INCONNUE".

ELLE EST PASSÉE DE 522 EN 2019 À 3362 EN 2021 !!

PARTAGEZ !! DIFFUSEZ !! INFORMEZ !!

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 13:11

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 13:02

Il est indispensable de faire doser votre sang en D-DIMERE dans n’importe quel laboratoire médical pour contrôler en urgence la viscosité de votre sang. Si le test D-Dimère dépasse la limite de 500,
ou celle de 10 fois votre âge,

vous pourriez être en danger d’embolie spontanée mortelle
à tout moment, surtout dans les deux mois qui suivent le va
xx. Il faut vite fluidifier votre sang CORNOUILLER SANGUIN bourgeons 1 D 25 gtts + eau avant 3 repas, pendant 2 mois. http://www.legattilier.com/Redirect.asp?AccID=124849&AdCampaignID=84227 + VITAMINE C LIPOSOPMALE (Formule liquide) 1 cuil à café (5 g = équivalent 25 g de vit C nat.) par jour dans un verre d’eau. Nota : Un flacon décapsulé ne se garde au frigo que 1 mois après ouverture. https://fr.sanus-q.com/collections/liposomal-vitamin-c?ref=6 + ALCAPHYT (bisglycinate de Mg) 3 gélules par jour.
(Ne pas donner aux enfants de moins de 6 ans). https://apoticaria.com/products/alcaphyt-eliphe-ca16?ref=4 Pour détruire l’oxyde de graphène TM d’AIGUILLES FRAÎCHES de PIN SYLVESTRE 15 gtts avant 3 repas pendant 25 jours – arrêt 8 jours – recommencer 25 jours. https://www.legattilier.com/pin-sylvestre-certifie-bio-demeter-np-origine-france-c2x35850743 GLUTATHION réduit liposomal 2 fois 5 ml par jour pendant 15 jours. https://fr.sanus-q.com/collections/liposomal-glutathione?ref=6 ou NUCODRIL ou FLUMYCINE (équivalent NAC) en pharmacie – voir la posologie sur la boite + ZINC à 12 mg en pharmacie, 4 compr. par jour. + Vit D3 + K2 LIPOSOMALE 2ml du mélange par jour. https://fr.sanus-q.com/collections/liposomal-vitamin-d3-k2?ref=6 Pour contrôler si vous avez encore du graphène dans le sang, utiliser votre iphone avec le programme « blue tooth scanner » pour voir si vous êtes encore identifié. Si vous n’êtes pas vaXXé,
mais que vous côtoyez de près des vaXXés
SANCHLOR light au long cours Kit pour fabriquer soi-même le dioxyde de chlore. Mélanger à sec 1 gtt de Sanchlor avec 1 gtt d’acide chlorhydrique et laisser 3 min (réaction chimique) avant d’ajouter de l’eau.
Ça sent un peu l’eau de Javel. Le 2ème jour, même procédure avec 2 gtts + 2 gtts. Monter chaque jour de 1 gtt de chaque,
jusqu‘à 4gtts + 4gtts et rester à ce dosage pour la suite.
  En cas de légère nausée après absorption, prendre immédiatement ½ verre de bicarbonate de sodium (en pharm.) 5 g dans 100ml d’eau – à avoir prêt sous la main. https://apoticaria.com/products/kit-chlorite-de-sodium-acide-chlorhydrique-100ml?ref=4 HYDROGEL DARPA
Un intrus qui bloque votre pinéale
et peut vous robotiser mentalement

  Rappel : L’hydrogel Darpa est le liquide soi-disant désinfectant des mains se trouvant à l’entrée des boutiques et restaurants, etc. (poison transdermique, éviter absolument de l’utiliser). Double viol par les tests PCR Vu l’insistance à appliquer un test PCR dont l’inefficacité criante a été mille fois démontrée (94% des tests positifs sont faux !) et dénoncée par les sommités mondiales en virologie, pourquoi la dictature médico-politique continue-t-elle arbitrairement à imposer cette pratique absurde et traumatisante ?
Deux raisons :  Obliger le plus de gens possible à se faire vaXXer, Relever sans votre autorisation votre code ADN afin de l’enregistrer dans une banque centralisée des ADN de tous les individus de chaque état, voire même de tous les humains de la planète. Mais ce n’est pas tout. J’ai reçu tardivement une info inquiétante de Slovaquie, (qui avait dû être stoppée par la censure), où le personnel de l’hôpital de Bratislava a mené une enquête sur les tests PCR. L’analyse avait été réalisée entre les mois de novembre 2020 et mars 2021, sur des écouvillons de test SD Biosensor, Abbott, et Nadal. Ils ont conclu que les tests de coton-tige, qui sont insérés par le nez jusqu’au fond du cavum, sont conçus pour transmettre de l’hydrogel DARPA au cerveau. Une analyse de bâtonnets de test PCR COVID conclut qu’il s’agit d’un protocole soigneusement préparé avec une volonté de génocide en différé. Fibres de nylon creuses au bout des tests PCR Il a été observé que les extrémités de fibres de forme cassée (brevetés par DARPA) ont pour tâche d’effectuer des micros blessures dans votre muqueuse nasale afin d’y instiller de l’hydrogel DARPA et du Lithium – ces substances devant migrer vers votre cerveau ! L’hydrogel vidangé se dilue immédiatement dans le mucus nasal à l’arrière de votre cavum.
Il commence alors à former en quelques minutes des structures cristallines rectangulaires parfaitement visibles avec un microscope courant. Celles-ci grandissent et se multiplient rapidement. La cible principale : votre glande pinéale Ces cristaux rectangulaires d’hydrogel DARPA se développent en créant des structures en 3D.  Au microscope on peut voir que ces structures qui se sont développées dans la cavité nasale s’orientent en direction de la glande pinéale. Cela signifie que la glande pinéale crée un champ magnétique localement plus fort que le champ magnétique terrestre.Les cristaux sont conducteurs, à cause du lithium qu’ils contiennent ! Ils peuvent recevoir le signal d’un émetteur WiFi, 4G et/ou 5G à relayer vers le cerveau, et inversement, envoyer des signaux du cerveau vers l’émetteur extérieur. Ce sont donc en fait des nano-antennes relais ! Nota : le lithium est un élément qui n’est pas naturellement présent chez l’homme. Il est hautement toxique pour la glande pinéale ! À faibles doses, il la bloque, et à des doses plus élevées, il peut la détruire complètement. L’hydrogel DARPA aussi dans les vaXXins L’hydrogel est porteur d’une substance active, pour l’amener à un endroit pré programmé dans le corps. C’est pour cela que les vaccins contiennent de l’hydrogel DARPA, du lithium et des informations génétiques exclusives. Les informations génétiques contenues dans le vaXXin conduisent à la création d’un mutant breveté. En d’autres termes, en tant qu’être humain, vous êtes alors breveté et votre ADN est progressivement modifié après la vaXXination. Le rêve des forces obscures entourant Bill Gates est de forcer ces mutants à se mettre à niveau régulièrement, tout comme un programme informatique. Et cela se fait, par exemple, grâce à des vaXXinations régulières (ceci confirme ce que j’avais déjà annoncé). Nota : L’ARN messager (ARNm) n’est pas – ainsi qu’il est dit et répété par la plupart des commentateurs – une nouveauté expérimentale non testée ! Dans l’élaboration des sportifs de haut niveau, ce type de produit est utilisé comme dopage depuis des années. En outre, ce type de dopage raccourcit considérablement la durée de vie. Une découverte importante sur l’Ivermectine Voulant effectuer un test, l’Ivermectine a été ajoutée à la cristallisation non naturelle de l’injection Darpa.
Cela a provoqué une disparition immédiate, complète et permanente des structures cristallines de l’hydrogel DARPA. L’Ivermectine a donc un effet important contre ce que DARPA Hydrogel produit dans nos organismes !C’est pour cela que l’Ivermectine est interdite à la vente, particulièrement en France.
Mais il faut savoir que c’est tout simplement de l’huile de cumin noir.Posologie conseillée : 2ml par jour
Achat sur internet
Source : From Slovakia Hospital – COVID PCR Tests Found to be Tool for Genocide – Prepare For Change – aucun lien accessible disponible, mais renseignez-vous… bon courage ! LES FONCTIONS DE LA GLANDE PINEALE
Parmi les connues et les non-officielles.
Au départ nous savons depuis longtemps que la glande pinéale ou épiphyse est notre horloge interne qui nous syntonise avec le cycle circadien (jour/nuit) – aussi est-elle connue pour être chargée de secréter la mélatonine nommée « l’hormone du sommeil » – pourtant récemment, le professeur J. Bernard Fourtillan a découvert une autre hormone : la valentonine, qui est la véritable hormone du sommeil. C’est aussi la glande pinéale qui, au cours des voyages lointains par avion, nous adapte au décalage horaire, en recalant la distribution des marées énergétiques hautes et basses de 2 h en 2 h de nos méridiens à partir du soleil de midi local. C’est encore elle qui commande le bronzage quand on prend des bains de soleil.Moins avouée est sa fonction spirituelle qui nous met en relation avec les mondes supérieurs, ceci nous donnant accès à l’inspiration, à l’intuition, même à la médiumnité (ce qui l’a faite désigner comme « troisième œil »), à la créativité aussi bien dans les domaines de l’art, de la littérature, de la musique, de l’invention, mais aussi pour certains à des expériences paranormales. Il faut bien admettre que la pinéale nous place bien au-dessus d’un simple ordinateur et aussi de la fameuse « intelligence artificielle » que l’on essaie de nous vendre absolument.
L’on comprend là, pourquoi les mondialistes veulent à tout prix brider – voire dégrader – notre glande pinéale qui est la porte d’accès aux immenses pouvoirs intérieurs potentiels, réservée à la part d’humanité ayant atteint le niveau de Sagesse requis. Un proche vous a transmis cette lettre ?

 

Vous pouvez vous inscrire ici. Rejoignez-nous sur micheldogna.fr REGROUPONS-NOUS !création dusyndicat SOIGNANTShttps://www.syndicat-liberte-sante.com/ et de la caisse de solidaritéhttps://www.syndicat-liberte-sante.com/don/*  *  *Suivez les informations complémentaires incontournables,
c’est maintenant et c’est ici :https://vk.com/artemisiacollegehttps://t.me/artemisiacollegefloraisonhttps://www.artemisia-college.info/_iserv/dlfiles/dl.php?ddl=page-artemisia-college.pdfCadeaux :https://www.melodies.club/index-artistestitres.html*  *  *Pour suivre les vidéos de Silvano TROTTA, c’est ici :https://odysee.com/@SilvanoTrotta:fUne association est née qui nous fédère tous, c’est le moment où jamais !
Michel et moi sommes inscrits, faites comme nous ! :bonsens.info*  *  *Une mine d’infos de « qualité VRAIE » ici :le Conseil Scientifique Indépendant

Ebook : Patients Futés 3 – De Michel Dogna et Anne Françoise L’Hôte – 210 pages   PRÉSENTATION Dans ce GRAND REPERTOIRE 2022, Michel Dogna vous confie L’intégralité de sa boite à outils Au naturel” actuellement à jour dont il se sert quotidiennement. Voir plus…

Source : Michel Dogna

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 12:59
 

L’indice Baltic Dry Index (BDI) est un indicateur économique publié quotidiennement par la société britannique Baltic Exchange basée à Londres. C’est l’un des indicateurs clés que les experts scrutent lorsqu’ils essaient de déterminer où l’économie mondiale s’oriente. Ce dernier a plongé de -53,7% en l’espace de 2 mois et demi. Vous vous rendez réellement compte de la situation ? N’oubliez pas non plus que la Flambée du début de l’année 2019 n’était due qu’à un changement de la structure de l’indice, ce qui avait été à l’origine d’une énorme polémique quant à la véracité même de l’honnêteté de cet indice. Alors à votre avis, nous dirigeons-nous vers une reprise achetée à crédit(Planche à billets) dans le meilleur des cas ?… ou plutôt vers un ralentissement économique mondial d’une ampleur inédite ?

BusinessBourse

 

 

 

____________________________________________

 

L’Amérique dont il ne faut pas parler… Des rangées de mobil-homes s’étendant sur des kilomètres le long de la route. 20 millions d’américains « vivent » dans de telles maisons aux États-Unis, près d’un tiers du pays vit dans la pauvreté ou près du seuil de pauvreté.
 

L’Amérique dont il ne faut pas parler… Des rangées de mobil-homes s’étendant sur des kilomètres le long de la route. 20 millions d’américains « vivent » dans de telles maisons aux États-Unis, près d’un tiers du pays vit dans la pauvreté ou près du seuil de pauvreté.

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 12:28

Les mots me manquent ! C'est à dire que ç'est un flot de mots qui se bouscule ; ça fait trop plein !

 

François Asselineau: « LA MEILLEURE,… LE DG DE L’OMS A REFUSÉ DE SE FAIRE VACCINER… PAR SOLIDARITÉ AVEC L’AFRIQUE ! Joli argument pour ceux qui refusent les injections ARNm » – «Je ne suis pas vacciné, comme Directeur général de l’OMS, par solidarité avec l’Afrique trop pauvre pour être vaccinée.»

Source : Je m’informe TV

Partager cet article
Repost0

Pages