Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:50

Le gouvernement du Canada a confirmé que les Canadiens triplement et doublement vaccinés sont responsables de la grande majorité des hospitalisations et des décès dus à la dernière vague du virus Covid-19, remettant en question la validité des restrictions draconiennes imposées à la population non vaccinée.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé en janvier 2021 qu’il prévoyait d’imposer aux adultes non vaccinés contre le coronavirus des frais de “contribution à la santé”. Le montant à facturer n’a pas été révélé, mais Legault a déclaré à l’époque que les frais seraient “importants”.

“Les personnes qui refusent de se faire vacciner représentent un fardeau financier pour le personnel hospitalier et les Québécois”, a déclaré le premier ministre du Québec.

Heureusement, le premier ministre a depuis abandonné son projet de taxer injustement les personnes vaccinées, probablement en raison de la volonté et de la détermination des camionneurs qui ont manifesté dans la capitale Ottawa contre le mandat d’injection de Covid-19. Mais cela vous donne une idée de l’état d’esprit des dirigeants du pays, et de ce que les Canadiens non vaccinés doivent injustement subir.

Mais il pourrait y avoir une autre raison pour laquelle le premier ministre a décidé d’abandonner le projet d’imposer une amende au public qui ne se soumettrait pas à une injection expérimentale, et cela pourrait être, aussi difficile à croire que cela puisse être, qu’il a réellement examiné les données officielles et réalisé que c’est la population entièrement vaccinée qui représente le plus gros fardeau financier pour le personnel hospitalier et les Canadiens en général. Car c’est précisément ce que montrent les données officielles du gouvernement du Canada.

Le gouvernement du Canada publie une mise à jour épidémiologique quotidienne sur le COVID-19, et le rapport quotidien contient des données sur les cas, les hospitalisations et les décès liés au COVID-19 en fonction du statut vaccinal, qui, au lieu d’être mises à jour quotidiennement, semblent l’être quand le gouvernement du Canada le souhaite.

Il semble qu’ils n’aient pas souhaité publier une mise à jour de ces chiffres spécifiques depuis un certain temps maintenant, car les données les plus récentes ne couvrent que la période allant jusqu’au 13 février 22. (voir figure 5, numéro)

Source

Le gouvernement du Canada a fait preuve d’une grande habileté dans la présentation de ces chiffres, car les paramètres de données utilisés lui permettent de donner l’impression que les personnes non vaccinées représentent clairement la plus grande charge pour les soins de santé et la société en général, et que les injections de Covid-19 relèvent du miracle. Mais il s’agit d’une tromperie.

Le 14 décembre 2020 est la date choisie par le gouvernement du Canada pour présenter le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès par statut vaccinal, et il fait croire que ces données correspondent au début de la campagne de vaccination Covid-19.

Source

C’est pour cette raison que les chiffres du gouvernement du Canada sont incroyablement trompeurs, car les chiffres publiés incluent des milliers de cas, d’hospitalisations et de décès qui se sont produits alors que seulement 0,3 % de la population du Canada était considérée comme entièrement vaccinée.

Mais grâce au don de la “WayBackMachine“, nous pouvons consulter les précédents rapports du gouvernement du Canada sur le Covid-19 (Daily Epidemiology Update) pour déduire qui a été à l’origine de la majorité des décès, des hospitalisations et des cas de Covid-19 lors de la dernière vague qui a frappé le pays, qui a d’ailleurs enregistré le plus grand nombre de décès dus au Covid-19 en une seule journée depuis le début de la prétendue pandémie.

Voici le tableau indiquant le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès dus au Covid-19 entre le 14 décembre 2020 et le 15 janvier 2022.

Source

Il ne nous reste plus qu’à faire de simples soustractions pour calculer le nombre réel de cas, d’hospitalisations et de décès dus au Covid-19, par statut vaccinal, dans tout le Canada, lors de la vague record de virus qui frappe actuellement le pays.

Le tableau suivant montre le nombre de cas de Covid-19 dans l’ensemble du Canada, par statut vaccinal, entre le 16 janvier et le 13 février 2010.

Au total, 359 625 cas de Covid-19 ont été enregistrés au cours de ces quatre semaines, et les personnes triplement/doublement vaccinées représentaient 184 914 d’entre elles. Les personnes non vaccinées représentaient 142 288 cas et les personnes partiellement vaccinées (y compris les personnes qui ne sont pas encore considérées comme protégées mais qui sont encore vaccinées) 34 423 cas.

Cela signifie que la population non vaccinée représentait 40% de tous les cas de Covid-19 entre le 16 janvier et le 13 février 22, tandis que la population vaccinée en représentait 60%, avec 51% des cas parmi les personnes doublement/triplement vaccinées et 9% des cas parmi les personnes partiellement vaccinées.

Le graphique suivant montre le nombre d’hospitalisations dues au Covid-19 dans l’ensemble du Canada, par statut vaccinal, entre le 16 janvier et le 13 février 22.

Au total, 12 744 hospitalisations liées au virus Covid-19 ont été enregistrées au Canada au cours de ces quatre semaines, dont 8 298 pour les personnes triplement/doublement vaccinées et 3 763 pour les personnes non vaccinées.

Cela signifie que la population non vaccinée a représenté 30 % de toutes les hospitalisations dues au Covid-19 entre le 16 janvier et le 13 février 22, tandis que la population vaccinée en a représenté 70 %, avec 65 % des hospitalisations parmi les personnes doublement/triplement vaccinées et 5 % des hospitalisations parmi les personnes partiellement vaccinées.

Sachant que les injections de Covid-19 sont censées réduire le risque d’hospitalisation jusqu’à 95 % et que les personnes entièrement vaccinées ne représentaient que 51 % des cas, ne devrions-nous pas nous attendre à ce que les personnes entièrement vaccinées représentent une proportion encore plus faible d’hospitalisations, plutôt qu’une augmentation de 14 % de la proportion de cas ?

Le graphique suivant montre le nombre de décès dus au virus Covid-19 dans l’ensemble du Canada en fonction du statut vaccinal entre le 16 janvier et le 13 février 2010.

Le Canada a enregistré 2 207 décès au cours de ces quatre semaines et la population triplement/doublement vaccinée en a représenté 1 463. On a enregistré 76 autres décès parmi les personnes partiellement vaccinées, tandis que 668 décès seulement ont été enregistrés parmi les personnes non vaccinées.

Cela signifie que la population non vaccinée représentait 30 % de tous les décès dus au Covid-19 entre le 16 janvier et le 13 février 22, tandis que la population vaccinée en représentait 70 %, avec 66 % des décès parmi les personnes doublement/triplement vaccinées et 4 % des décès parmi les personnes partiellement vaccinées.

Si l’on considère que les “vaccins” Covid-19 sont censés réduire le risque de décès jusqu’à 95 % et que les personnes entièrement vaccinées ne représentaient que 51 % des cas, ne devrait-on pas s’attendre à ce que les personnes entièrement vaccinées représentent une proportion encore plus faible de décès, plutôt qu’une augmentation de 15 % de la proportion de cas ?

Il est clair que les injections de Covid-19 ne font pas ce qu’elles sont censées faire, comme le prouve le fait que la dernière vague de décès dus au Covid-19 au Canada est comparable à la première vague de décès dus au Covid-19 au Canada.

Mais la différence entre aujourd’hui et cette époque est que des millions de personnes sont désormais vaccinées, et que la variante Omicron, une variante extrêmement bénigne qui provoque une maladie comparable au rhume, est la variante dominante qui sévit dans le pays depuis fin 2021.

Il est temps que les autorités admettent au public que les injections de Covid-19 ne fonctionnent tout simplement pas, et qu’il est tout à fait possible qu’elles aggravent la situation des bénéficiaires. Leurs propres données le prouvent.

Source : https://dailyexpose.uk/2022/03/09/canada-70-percent-covid-deaths-fully-vaccinated/

Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:46
 

Monique Plaza: Chercheur en Neuropsychologie: « L’Essai de Pfizer a duré 90 jours: 1223 décès et 42 000 effets indésirables ont été signalés. 11361 personnes n’étaient pas guéries et on ignore le sort de 9400. Ce qui n’a pas empêché les CDC, la FDA et l’EMA d’autoriser l’injection de ce produit. Qu’est devenue la médecine ? »

Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:39

[Source : apar.tv]

Par Anna Summer

L’association Wanted Pedo dénonçait en 2017 l’implication d’un très influent personnage de la macronie dans un réseau de pédocriminalité. Il s’agit de Jean-Marc Borello. Toujours impuni. Décidément, la Macronie est un cloaque et un repère de pervers toxicomanes.

 

Jean-Marc Borello est le dirigeant d’une association de 10.000 salariés appelée “Groupe SOS” et fait figure de caution sociale de “en Marche”. La Fondation Schwab a même primé le Groupe SOS au Forum économique mondial de Davos de 2017.

L’ancien gérant de la fameuse boite de nuit “Le Palace” a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour avoir laisser faire un trafic d’ectasy dans les établissements dont il était responsable.

Pourtant il serait le plus influent des 9 délégués de Macron et est même décrit comme le vrai patron.

Il est mêlé de près à l’affaire Megel, énorme scandale de réseau pédophile d’élite qui avait lieu au sein même du centre pour enfants “Les Tournelles” pendant plus de 20 ans et dont il était administrateur.

On ne manquera pas de remarquer le soutien à Macron de personnalités bien connues comme Daniel Cohn-Bendit, Pierre Bergé, etc.

Retour sur l’article ci-dessous de Donde Vamos qui mets en lumière les dessous de ce réseau.

en-marche-223x300-1245110

Réseau Mégel : Un réseau pédophile au foyer pour enfants des Tournelles

On va revenir sur une affaire de réseau pédophile d’élite, passée fort discrètement il y a quelques années bien qu’elle révèle d’intéressantes connexions.

En 2002, Robert Mégel est condamné pour pédophilie dans le centre pour jeunes délinquants qu’il dirigeait.

Un centre des Tournelles soit-disant expérimental, exemplaire, géré par du beau monde qui n’a « rien vu, rien entendu » pendant des années.

Le drame se déroule à Meaux, la ville de Jean-François Copé, est en Seine-et-Marne.

C’est là qu’on a aussi plusieurs assos absolument véreuses, comme Olga Spitzer, qui agit dans l’illégalité la plus complète mais a ses entrées dans les tribunaux.

On a aussi les Tournelles, un centre pour mineurs difficiles qui réhabilitait les enfants et jeunes délinquants (de 7 à 18 ans) grâce au luxe et à une pseudo « thérapie du merveilleux ».

entete-tournelles-300x230-5683050

Il se trouvait juste à côté de Levallois-Péret (la ville de Balkany).

Ledit centre était dirigé depuis 1978 par Robert Mégel, qui a été condamné en 2004 à 11 ans de prison pour viols et attouchements sur mineur [1].

Mégel était un haut fonctionnaire du ministère de la justice, détaché de la Protection judiciaire de la Jeunesse.

Payé grassement par les contribuables, donc, pour gérer ce centre.

L’affaire a démarré après qu’un employé de la protection de l’enfance du Conseil Général de Seine-et-Marne, alerté par des rumeurs d’abus sexuels aux TournellesPascal Viret, est invité à organiser une réunion dans l’établissement pour les 50 pensionnaires, au sujet de la prévention de la maltraitance.

Quand soudain, Mégel lance

« Il faut que vous sachiez que quoi qu’il ait pu se passer entre vous et les gens qui s’occupent de vous, la relation qui existe est indestructible »[2].

A cette époque, le centre faisait figure de référence et se vantait d’avoir le soutien de Françoise Dolto, dont il disait appliquer les méthodes.

Cela n’est guère étonnant, quand on sait qu’elle a signé une des pétitions parues dans les années 70 pour soutenir le lobby pédophile.

Apparemment, quand les magistrats ont décidé de relancer l’internat des Tournelles en 1978, ils ont fait appel à Dolto qui aurait formé l’équipe d’encadrement, et qui y tenait des conférences à l’occasion.

En 1993, un article dithyrambique de L’Express nous expliquait que

« Ici, les enfants sont guidés, écoutés, mais surtout respectés.
Et ça marche ».

Mais, il a été défendu par tout son staff et par les administrateurs des Tournelles qui pourtant, sont censés protéger les enfants et pas les pédocriminels.

Tous ces braves gens ont dit que les victimes étaient des menteurs (NDLR: comme dans énormément de procès, comme pour Outreau et tant d’autres ), c’est si facile.

Parmi les soutiens de Mégel, il y avait une clique variée : un Haut fonctionnaire de Bercy, des journalistes, une scientifique de l’Institut Pasteur, des gérants de boîtes de nuit, des magistrats…

Par exemple, Geneviève Moll, rédactrice en chef à France 2 et membre du CA [3] des Tournelles, a carrément balancé à la victime :

« T’es qui, toi ? 

Tu devrais avoir honte, petit merdeux… ».

D’après certaines écoutes, c’est grâce à Moll que la presse n’a rien dit ou presque sur cette affaire.

L’avocat parisien Michel Peisse et le conseiller d’État Philippe Sauzay étaient aussi des membres du CA des Tournelles.

En outre, Megel était défendu par le président de la ligue des droits de l’homme, et star du barreau, Me Henri Leclerc.

Au nombre des défenseurs qui se sont mobilisés pour Mégel, il y avait aussi Jean-Marc Borello, ancien administrateur des Tournelles devenu délégué général du groupe SOS Drogue International, qui a dit à l’audience que les faits reprochés étaient « matériellement impossibles ».

Borello est aussi un ancien éducateur de jeunes délinquants, qui a eu de belles promotions puisqu’il a été conseiller ministériel [12]puis gérant des grosses boîtes de nuit parisiennes Le Palace et Regine’s, mais aussi du resto Ledoyen où Mégel emmenait ses proies.

On peut aussi noter que Borello a obtenu la Légion d’honneur en 2000 et qu’il a créé le groupe SOS (11.000 salariés) en « appliquant au secteur social les recettes du privé ».

Ledit « groupe SOS », nous explique le magazine Capital,

« chapeaute une trentaine d’associations intervenant dans l’accueil de toxicomanes, de SDF, de jeunes en difficulté et dans la gestion de crèches et de maisons de retraite»,

mais il regroupe également « une dizaine d’entreprises privées comme Altermundi, l’enseigne de distribution de produits équitables, L’Usine, un espace événementiel situé face au Stade de France et employant des personnes en réinsertion, ou encore La Manufacture durable, le numéro 2 des cabinets de conseil en développement durable, avec plus de 100 collaborateurs ».

En 2012Borello était même devenu conseiller de diverses multinationales comme Danone.

Ledit Borello a expliqué au procès que c’est lui qui a « convaincu des ministres d’aider les Tournelles » et a affirmé y avoir emmené Danielle Mitterrand, la tante du ministre pédophile Frédéric Mitterrand.

Raissa Gorbatechev y serait également allée…

Que faisaient ces gens dans un centre pour jeunes difficiles ?

Le même genre de virées que celles de la clique pédophile anglaise dans l’orphelinat de Jersey ?

Au procès, Borello a dit que toutes ces accusations n’étaient qu’un complot qui avait« développé un insupportable climat d’homophobie »…

Pourtant, Borello était bien présent aux partouzes de Mégel, qui recrutait essentiellement du personnel homosexuel ou bi aux Tournelles :

« Je me rappelle Borello (NDLR: membre du conseil d’administration, patron de boîte de nuit et grand ami de Robert Mégel) la première fois que je l’ai rencontré chez Mégel, il m’a déboutonné trois boutons de chemise “pour voir ce qu’il y avait dessous’’ »,

a ainsi expliqué un éducateur du centre.

Philippe Sauzay, conseiller d’État honoraire, ancien préfet, ex chef du cabinet de Giscard et ancien membre du conseil d’administration des Tournelles, mais surtout ami de Mégel depuis 1973, a bien sur pris la défense de Mégel.

A partir de 1973 d’ailleurs, la carrière de Mégel connait une ascension fulgurante.

Dont le sommet fut la création des Tournelles, où le tiers du conseil était composé de magistrats (pourtant jamais interrogés dans l’enquête) et avait « le soutien de personnalités ».

On se demande pourquoi un tel engouement.

D’après le journal La Vie (18 janvier 1998),

« en 1974, sur proposition de Philippe Sauzay (alors chef de cabinet présidentiel de Giscard d’Estaing, aujourd’hui conseiller d’État), l’ancien instituteur a été chargé de mission au cabinet d’Hélène Dorlhac, secrétaire d’État à la Condition pénitentiaire.

Au conseil d’administration des Tournelles, il s’est bien entouré : outre Philippe Sauzay, plusieurs magistrats, des avocats, un ancien président de la cour d’appel de Paris, un ex-procureur de la République, un vice-président du tribunal de grande instance de Paris ou encore une ancienne directrice de l’École polytechnique féminine ».

Parmi tous ces gens, aucun n’aurait jamais eu le moindre soupçon sur Mégel ? Difficile à croire.

Parmi les soutiens de Mégel, il y avait aussi Françoise Gaspard, ex-maire de Dreux de 1977 à 1983, puis députée de l’Eure-et-Loire.

De fait, Mégel avait beaucoup d’amis bien placés, et aussi beaucoup d‘amants, souvent mariés et restés au placard.

De hauts fonctionnaires, des magistrats aussi, qui ont permis son ascension sociale : à 25 ans, Mégel était

« contrôleur des centres en charge des mineurs pour la direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) ».

Ce sont probablement ces belles relations qui ont permis à Mégel de passer à travers les mailles du filet quand, dans les années 70, la mère d’un adolescent avait signalé à la Brigade de Protection des Mineurs qu’elle avait surpris Mégel au lit avec son fils de 13 ans.

Le garçon, suivi dans un centre médico psychologique où officiait Mégel,  était revenu d’un séjour en Espagne avec la syphilis [4].

Mégel avait d’abord dit qu’il ne s’agissait que d’une infection intestinale, avant de déclarer que l’enfant avait été violé par des Marocains.

En 1997, quand une victime a parlé, Mégel s’est lamenté sur son triste sort, l’a convoquée en tête-à-tête dans son bureau, puis lui a fait dire devant tout le monde qu’il ne s’était jamais rien passé.

Ce qui, manifestement, a satisfait l’audience.

Et tout le monde s’est mis d’arrache-pied à travailler à la défense de Mégel :

on rédige des dossiers présentant Jérôme comme un menteur pathologique (certains sont même antidatés) ;

on atteste qu’aucun jeune ne pouvait se retrouver seul le soir au domicile de Robert Mégel, même s’il se faisait porter des plateaux-repas par des jeunes qu’il sélectionnait lui-même ;

personne ne proteste quand il détruit les cahiers retraçant les allées et venues des enfants, le soir [5].

Quand le ministère de la Justice retire l’agrément à l’association de Mégel qui gérait les Tournelles pour le refiler à une autre asso à cause de l’affaire des viols, Mégel introduit un recours devant le tribunal administratif.

En outre, Mégel s’est barré avec la trésorerie de l’asso, soit 2,7 millions de francs [6].

Le psychiatre membre du conseil d’administration des Tournelles Jean Tremsal, en profite pour décrédibiliser la victime qui selon lui a un « profil de délinquant ».

Accessoirement, c’est justement pour cette raison qu’on envoie des jeunes dans les centres pour jeunes difficile, et le rôle des adultes n’est pas de les violer mais de les aider autant que possible.

Peut-être que Tremsal a été aussi gentil avec Mégel parce que ce dernier lui proposait de faire du business ensemble dans l’immobilier ?

Précisons que Tremsal exerce toujours à Meaux, ce qui ne semble déranger personne [7].

Etienne Madranges est l’un des magistrats membres du conseil d’administration des Tournelles.

Lors d’écoutes réalisées pendant l’enquête, il a parlé de la rémunération de Mégel, des

« soirées à l’Élysée Matignon où le whisky coulait à flots »,

de personnes qui complotaient pour mettre la main sur les Tournelles.

On ne parle pas ici d’une start-up innovante ou d’une multinationale, mais d’une association a priori sans but lucratif.

Pourquoi donc ces manœuvres afin de récupérer ce centre pour jeunes difficiles.

A qui s’adressait Madranges ?

Colette Kreder, ancienne directrice de l’École polytechnique féminine, et administratrice aux Tournelles, qui se moquait bien elle aussi de la victime et ne pensait qu’à sauver les Tournelles.

Aujourd’hui, Madranges nous gratifie de ses chroniques dans Le Figaro.

En 2003, au moment du procès, Madranges,

« jusqu’alors magistrat au parquet général de la cour d’appel de Paris, rejoint le cabinet de Jean-Louis Borloo au ministère délégué à la Ville.

Nommé conseiller auprès du Ministre, et venant ainsi compléter le cabinet, il aura en charge notamment les problématiques jeunesse »,

nous disait alors le site du ministère de la Ville [8] .

Pas de chance, s’il n’y avait qu’une seule partie civile grâce à la prescription, en réalité beaucoup de victimes sont venues décrire à la barre les mêmes faits de viols et agressions sexuelles.

D’anciens pensionnaires d’un établissement où Mégel était passé avant, l’institut médico psychologique de Dammartin-sur-Tigeaux, sont également venus témoigner.

Certains ont décrit ses virées dans les boites parisiennes avec des adolescents du centre, d’autres ont parlé des recrues non qualifiées de Mégel, ou de ses relations avec d’anciens pensionnaires devenus adultes.

C’est aussi là qu’on a appris l’organisation par Mégel de virées dans des hôtels de luxe au Maroc, ou même aux États-Unis.

Un soir, il a fait décoller des enfants d’Orly pour les emmener manger à Cannes.

Dans un reportage diffusé par 7 sur 7 (émission de Anne Sinclair), on voyait les pensionnaires discuter avec Badinter.

Ils ont aussi été sur le plateau du célèbre pédophile Michel Polac, en compagnie de Depardieu, dont les débuts de carrière sont des plus obscurs, et Renaud.

Comment était financé ce centre pour parvenir à envoyer les jeunes au Maroc (où des viols ont eu lieu), en Tunisie,au Canada, aux USA [9] ou dans les restos chics de Cannes (comme le Carlton) et de Paris ?

« Outre les allocations de la Caisse d’assurance maladie, l’institut récolte aussi les dons de généreux mécènes, dont le legs d’une vieille dame fortunée, et les cadeaux en nature (champagne, caviar) de sociétés privées.

Certaines participent d’ailleurs au financement du nouveau pensionnat, inauguré en 1995 »,

nous explique le site de l’association Morkhoven (Association du grand Marcel Vervloesem NDLR).

Dans ce nouveau pensionnat, « chacune des 26 chambres a été décorée par les soins d’une ambassade ».

Mais on rêve : que viennent faire les ambassades dans la décoration d’un pensionnat pour jeunes difficiles ?

A ce stade, précisons qu’en Angleterre, un des sports nationaux était pour le MI5 ou le MI6 de coincer des personnalités, souvent étrangères, lors de partouzes organisées dans divers orphelinats ou dans des villas, mais avec des enfants pris dans des orphelinats.

Il n’y a qu’un pas à faire pour envisager le même type de processus avec les Tournelles.

Finalement, Mégel a pris 11 ans, puis 12 ans en appel.

On notera que des plaintes avaient été déposées contre Mégel dès 1994 et que l’affaire a débuté suite à une lettre anonyme du père d’une victime de Mégel, qui a écrit en 1997 à Xavier Emmanuelli, alors secrétaire d’État à l’Action humanitaire.

Aujourd’hui, toutes les familles savent qu’une telle lettre est directement renvoyée au parquet, au nom de la fameuse « séparation des pouvoirs » qui n’est qu’un mythe.

La victime principale de l’accusation a porté plainte à 17 ans, la même année.

Et dès les années 80, les psychiatres de la région disaient que les Tournelles était un établissement dangereux, dans lequel il ne fallait pas envoyer les enfants.

En outre, Mégel n’a fait que 5 jours de préventive.

« Robert Mégel a été relâché après cinq jours de détention, par décision du président de la chambre d’accusation, en vertu d’une mesure très rare : le référé-liberté », a précisé le journal La Vie,

« Autre – étrange – rareté : le contrôle judiciaire n’est pas laissé à la disposition du juge, comme le veut la coutume, mais à la chambre d’accusation.

“Il a été réduit à sa plus simple expression, note un policier.

Mégel n’a même pas besoin d’aller pointer chez les gendarmes !”

Les policiers qui ont, semble-t-il, eu quelque mal à démarrer l’enquête, font d’étonnants constats : l’expert informaticien de la DRPJ a ainsi découvert qu’un psychiatre des Tournelles n’a pas hésité à signer de faux documents ».

Divers documents concernant les nombreux protagonistes de l’affaire ont également disparu, comme ce fut le cas, par exemple, pour le dossier personnel de Mégel au ministère de la Justice, qui est son employeur, ou l’original du dossier de la victime, qui a disparu avant d’être remplacé par un faux rapport antidaté par Tremsal.

Quant à la presse, qui a relaté le scandale même a minima, elle a été systématiquement poursuivie, et intimidée par Mégel et ses amis.

Mégel avait déjà bénéficié de l’ultra laxisme judiciaire en faveur des pédophiles : cité parmi 340 personnalités dans le dossier Coral qui a été étouffé, Mégel était déjà passé entre les mailles du filet.

Si filet il y a eu dans cette affaire…


Bref, je suppose que si Mégel a fini par tomber, c’est qu’il dérangeait quelqu’un.

Avait-il des dossiers sur certaines personnes ?

Etait-il devenu trop voyant ?

Ou est-ce que les détournements de fonds qu’on lui a reprochés en ont dérangé certains ?

On ne le saura sans doute jamais, quoique…

En tout cas, quand on voit les manœuvres et pressions diverses qui n’ont cessé dans ce dossier, on comprend que Mégel n’était certainement pas le seul à être mouillé jusqu’au cou dans cette affaire.

C’est l’ancien adjoint de Mégel qui a repris Les Tournelles.

Bien sûr, lui non plus n’avait rien vu, rien entendu.

Brisons l’omerta sur ces réseaux pédophiles qui ont le pouvoir.

On lâche rien.

L’équipe Wanted Pedo.

Bonus : Petite vidéo censuré dans les médias qui circule sur le soutien de Cohn-Bendit à Macron.


Notes

[1] Au départ, ce centre était un institut médico psychologique dans lequel des enfants au crane rasé étaient installés dans les sous-sols.

[2] Pascal Viret a subi de grosses pressions suite à son intervention dans ce dossier :

« Par ailleurs, le responsable de la Protection de l’enfance en Seine-et-Marne, Pascal Vivet, qui a exprimé ses soupçons sur Robert Mégel, a craint pour son emploi.

Et indique ne plus compter les menaces téléphoniques », cf. La Vie.

En fait, Vivet a été viré suite à cette affaire, et les menaces qu’il a reçues étaient carrément des menaces de mort.

[3] Conseil d’Administration.

[4] A l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, on lui propose d’intégrer la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, où il est vite remarqué par Gaston Defferre, alors ministre de l’Intérieur, qui en fait son conseiller technique sur le sujet.

Gaston Defferre, maire de Marseille où la French connection battait son plein et ami du mafieux Mémé Guérini, sait certainement de quoi il parle en matière de drogues.

Nick Venturi, un des gros bras de Defferre, était aussi un des piliers de la french Connection.

Enfin, je ne vais pas m’étaler sur ce très riche sujet, j’y reviendrai surement un jour dans ma saga de la société Ricard et de Charles Pasqua.

[5] La mère avait ensuite surpris Mégel dans le lit de son fils et avait porté plainte, mais Mégel a été blanchi, notamment parce que sa victime n’a pas osé parler aux flics.

[6] Étrangement, des photocopies de ces cahiers ont été envoyée anonymement au juge par la suite.

Avec toutes les données ou pas ? Mystère.

[7] En octobre 1998, selon le Point,

« le parquet de Meaux a ouvert une enquête préliminaire pour abus de biens sociaux, abus de crédit et abus de pouvoir.

La section financière du SRPJ de Versailles s’intéresse au patrimoine de l’Association des Tournelles, estimé à près de 80 millions de francs ».

[8] Et il semble que pour Tremsal, l’ « œuvre médicale coloniale » fut grandiose en Algérie française.

[9] Pour le CV complet : « substitut au Tribunal de grande instance de Meaux de 1977 à 1982, substitut au TGI de Bobigny de 1982 à 1988, puis nommé en 1989 premier substitut, chef de la section des stupéfiants, dans ce même Tribunal.

En 1993, il a rejoint en qualité de conseiller technique le cabinet de Michèle Alliot-Marie, Ministre de la Jeunesse et des Sports, où il a été chargé de la jeunesse et de la vie associative.

En janvier 1996, il a été nommé substitut général au parquet général de Paris, où il a été successivement avocat général de la chambre d’accusation, de la 13ème chambre correctionnelle, et de la cour d’assises.

Parallèlement à sa carrière judiciaire, Etienne Madranges a enseigné dans diverses universités et grandes écoles, présidé de nombreux jurys, et animé des associations nationales intervenant dans les secteurs de la jeunesse, de la prévention, du sport, de l’insertion, du handicap, de la culture ».

[10] Deux semaines aux USA, avec hébergements dans les hôtels Hilton à chaque étape.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:23
L'affaire est grave : les biolab américains, ou payés par le Pentagone produisaient des virus et bactéries a des fins de guerre bactériologique. Comme le laboratoire de Wuhan, de type P4. Dès l'invasion Russe ces derniers laboratoires ont été pris. Plusieurs informations recoupent les éléments. La Sous Secrétaire d'Etat US Victoria Nuland a reconnu l'existence de ces laboratoires. Par la suite la Russie a demandé un traité international sur l'interdiction de l'utilisation d'armes bactériologiques.
 
Ces informations sont a lier au coronavirus car les Russes viennent de trouver des coronavirus de chauve souris dans ces labos.

 

La construction de ces laboratoires avait été décidé par Obama en 2010. En 2014 Obama et Biden alors Secrétaire d'Etat prévoyait d'opérer un coup d'Etat en Ukraine (fuite audio-vidéo), peut après les Rotschild via leur filiale Franklin Templton rachète la dette Ukrainienne.

 

La famille Biden est très impliquée alors en Ukraine puisque Hunter Biden est au conseil d'administration de la société gazière Burisma Holding Ltd, des affaires louches n'ont pas été élucidées puisque Biden Président a fait bloqué les enquêtes.

 

Il semble bien que la situation ne soit pas si simple qu'elle n'y parait, on s'aperçoit très vite que la corruption minait le pays, que le Président Zelensky est une potiche corrompue qui n'a pas hésité a détourner des fonds publics pour arriver au pouvoir ; il est nommé dans l'affaire des pandora paper's

 

Aujourd'hui ç'est Macron qui est chargé de discussions diplomatique avec Poutine, hors on sait que Macron est conseillé par le cabinet Américain Mc Kinsley (Mc Kinsley a travaillé pour le Pentagone, mais a aussi été conseillé pour la guerre en Afghanistan avec plus ou moins de réussite). Mais Macron a aussi travaillé pour Rotschild, le racheteur de la dette Ukrainienne.

(Mc Kinsley scandales)

 

Ce que l'on sait dans plusieurs discours avant l'intervention en Ukraine,  Poutine refusait le Nouvel Ordre Mondial, dixit ; mais ce Nouvel Ordre Mondial n'est il pas décrit par Klaus Schawb dans ses livres et au Forum économique Mondial.

 

Nos générations futures naîtront sans les chaînes Rothschild autour de leurs poignets et chevilles. Déclare Poutine

Discours de Poutine au Forum de Davos 2021 : Le Nouvel Ordre Mondial est passé et n'a jamais été

 

Klaus Schwab: « On pourrait implanter une puce sous la peau et dans le cerveau dans les 10 années à venir. Une fusion entre le monde physique, digital et biologique !! »

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
La Russie dit aux États-Unis : "Nous avons trouvé vos armes biologiques de destruction massive"

 

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/Screen-Shot-2022-03-11-at-12.39.31-AM-678x381.png

 

La Russie a découvert les installations d'armes biologiques des États-Unis en Ukraine, selon Maria Zakharova du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, qui a averti le monde que le matériel biologique était « développé principalement à des fins militaires ».

 

« Nous avons trouvé vos propres produits », a déclaré Zakharova, s'adressant à Washington. « Nous avons trouvé votre matériel biologique.

 

« Il a été développé principalement à des fins militaires. Il s'avère que tout se passait en Ukraine. Que faites vous ici? C'est un continent différent pour vous. Il n'a pas de frontières avec vous. Il n'y a pas de bases de votre part. Que faisaient-ils là sous couvert de recherche scientifique ?

Les affirmations de la Russie suivent de près un changement rapide de récit dans les grands médias américains. Au cours des semaines précédentes, toutes les allégations de biolabs en Ukraine ont été rejetées, les vérificateurs des faits et les médias déclarant les allégations de «fausses nouvelles».

Ce récit a soudainement changé cette semaine, après que la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a admis que les États-Unis avaient des installations de recherche biologique en Ukraine et que le Pentagone craignait que la Russie ne les trouve. Ce qui était une fausse nouvelle la semaine dernière est soudainement une vraie nouvelle.

 

Selon Zakharova, les forces russes ont saisi les installations biologiques américaines en Ukraine. La Russie demande maintenant des réponses sur les raisons pour lesquelles les États-Unis développaient des capacités biologiques dans un pays à l'autre bout du monde qui partage justement une frontière terrestre avec la Russie.

« Considérant que nous avons des preuves irréfutables, le monde doit savoir ce que vous aviez l'intention de faire là-bas », a déclaré Zakharova, « à quelles fins, dans quel délai, quel était le montant du soi-disant investissement du biologique activités de l'Ukraine? "

« Nous ne laisserons pas l'occasion à Washington de se taire cette fois. Rappelez-vous combien d'années ils ont versé du sang pour trouver des armes chimiques et biologiques à travers le monde, tout en occupant et en tuant des gens. Eh bien, ils cherchaient au mauvais endroit. Nous l'avons trouvé à votre place. Nous avons trouvé vos propres produits. Nous avons trouvé votre matériel biologique.

"Maintenant, étant donné que nous avons des preuves irréfutables, le monde doit savoir ce que vous aviez l'intention de faire là-bas, à quelles fins, dans quel délai, quel était le montant du soi-disant investissement des activités biologiques de l'Ukraine ? Les données, matériaux, documents, veuillez les fournir.

« Assez de jeux. "

Les États-Unis nient que les biolabs développent des armes et continuent d' insister sur le fait qu'ils ne font que " rechercher des agents pathogènes dangereux utilisés par les bioterroristes". "

Un article de 2010 décrit un laboratoire biologique financé par les États-Unis à Odessa, en Ukraine :

Le laboratoire de biosécurité de niveau 3, qui est le premier construit sous l'autorité élargie du programme Nunn-Lugar Cooperative Threat Reduction, sera utilisé pour étudier l'anthrax, la tularémie et la fièvre Q ainsi que d'autres agents pathogènes dangereux.

"La coopération continue des partenaires de Nunn-Lugar a amélioré la sécurité de tous contre les armes de destruction massive et l'utilisation terroriste potentielle, en plus des progrès dans la prévention des pandémies et des conséquences pour la santé publique", a déclaré Lugar.

 

Baxter Dimitri
 
 
Baxter Dmitry est écrivain chez News Punch. Il couvre la politique, les affaires et le divertissement. Dire la vérité au pouvoir depuis qu'il a appris à parler, Baxter a voyagé dans plus de 80 pays et a remporté des arguments dans chacun d'eux. Vivre sans peur.
Courriel : baxter@newspunch.com
 
 
__________________________________________________
 
La porte-parole Maria Zakharova : «Le Monde doit savoir»
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:13

Les hauts responsables du gouvernement américain savaient dès 2008 que l'ajout de l'Ukraine à l'OTAN serait considéré comme une « menace militaire » sérieuse par la Russie.

https://cdn.newspunch.com/wp-content/uploads/2022/03/nato-russia-678x381.png

Ils étaient bien conscients que l'élargissement de l'OTAN à l'Ukraine franchirait les « lignes rouges » de sécurité de Moscou et l'obligerait à intervenir.

 

Même ainsi, les dirigeants occidentaux ont continué d'insister pour que l'Ukraine rejoigne l'alliance militaire dirigée par les États-Unis.

Rapports de MultiPolarista : Lors du sommet annuel de l'OTAN en 2008, l'administration George W. Bush a publiquement appelé à ajouter les voisins de la Russie, l'Ukraine et la Géorgie, à l'alliance militaire. Le secrétaire général de l'OTAN a déclaré que les deux pays finiraient par devenir membres.

 

Mais en privé, les diplomates américains savaient que cette décision serait considérée comme une menace existentielle par Moscou et pourrait provoquer une intervention militaire russe en Ukraine.

L'ancien ambassadeur américain en Russie, William J. Burns, qui est aujourd'hui directeur de la CIA, a averti dans un câble de l'ambassade de février 2008 que l'Ukraine constituait une « ligne rouge » de sécurité pour Moscou.

Le câble confidentiel du Département d'État s'intitulait « Niet veut dire Nyet : les lignes rouges de l'élargissement de l'OTAN de la Russie » (« nyet » signifie « non » en russe).

Burns a averti que la question de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN "pourrait potentiellement diviser le pays en deux, conduisant à la violence ou même, selon certains, à une guerre civile, qui obligerait la Russie à décider d'intervenir ou non".

Burns a écrit que le ministre des Affaires étrangères Sergueï « Lavrov a souligné que la Russie était convaincue que l'élargissement [de l'OTAN] n'était pas fondé sur des raisons de sécurité, mais était un héritage de la guerre froide ».

L'ancien ambassadeur américain en Russie et actuel directeur de la CIA a publié une analyse prémonitoire qui préfigurerait les actions de Moscou en 2022 :

Les aspirations de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN ne touchent pas seulement une corde sensible en Russie, elles suscitent de sérieuses inquiétudes quant aux conséquences pour la stabilité dans la région . Non seulement la Russie perçoit un encerclement et des efforts pour saper son influence dans la région , mais elle craint également des conséquences imprévisibles et incontrôlées qui affecteraient gravement les intérêts de sécurité russes . Les experts nous disent que la Russie craint particulièrement que les fortes divisions en Ukraine sur l'adhésion à l'OTAN, avec une grande partie de la communauté ethnique russe contre l'adhésion, ne conduisent à une scission majeure, impliquant la violence ou, au pire, une guerre civile . Dans cette éventualité, la Russie devrait décider d'intervenir ou non; une décision que la Russie ne veut pas avoir à affronter.

Les avertissements de Burns se sont réalisés quelques années plus tard.

 
 
Rédactrice chez NewsPunch
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 18:03
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 17:59
Carburant et manipulation
 
 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 20:01

 

Un premier convoi de camions accompagnés de véhicules plus légers a emprunté le périphérique de Washington DC, avant de retourner à Hagerstown, Maryland, ce 6 mars, pour demander la levée des restrictions sanitaires. Selon des sources locales, environ 1 000 véhicules arrivant de toutes les directions ont convergé sur le Hagerstown Speedway, obstruant la circulation. Christopher Rodriguez, directeur de l'Agence de gestion de la sécurité intérieure et des urgences du District de Columbia, a estimé que le nombre final de véhicules pourrait atteindre 2 000 au cours des prochains jours.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 20:01

Avec Arthur Portier, Consultant chez Agritel, cabinet de conseil, leader de l’analyse des marchés des matières premières dans le secteur agricole et agro-industriel en Europe.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 19:52

Fin du Pétrodollar ? Katie S.Phang: « Le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux reçu des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine la semaine dernière, après avoir refusé de parler à M. Biden. »

 

____________________________________________

 

D’abord, le président brésilien Jair Bolsonaro a refusé de condamner l’invasion russe en Ukraine. Puis, l’Inde a fait de même – alors que le gouvernement Modi tentait d’équilibrer ses liens historiques avec Moscou et son partenariat stratégique avec Washington.

 

 

Aujourd’hui, les dirigeants saoudiens et émiratis refusent de répondre aux appels de Biden, alors que le président américain tente de contenir la flambée des prix du pétrole, selon le Wall Street Journal, qui ajoute que les monarchies du golfe Persique ont fait savoir « qu’elles ne contribueront pas à atténuer la flambée des prix du pétrole si Washington ne les soutient pas au Yémen et ailleurs ».

« On s’attendait à un appel téléphonique, mais il n’a pas eu lieu », a déclaré un responsable américain au sujet d’une discussion prévue entre Biden et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. « Cela faisait partie de l’ouverture du robinet [du pétrole saoudien] ».

Mohammad bin Salman: chi è il millennial più potente del ...

Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed bin Salman.

Le cheikh Mohammed bin Zayed al Nahyan des Émirats arabes unis a également refusé de parler à Biden ces dernières semaines, selon des responsables du Moyen-Orient et des États-Unis.

Pourtant, le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux pris des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine après avoir refusé de parler à Biden, selon le WSJ. Ils ont également parlé avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Biden a réussi à joindre le père du prince Mohammed, âgé de 86 ans, le 9 février, mais le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré que l’appel entre Biden et le cheikh Mohammed devait être reprogrammé, selon le rapport.

Qu’en retirent-ils ?

Comme le note le Journal, « Les Saoudiens ont signalé que leurs relations avec Washington se sont détériorées sous l’administration Biden, et ils veulent plus de soutien pour leur intervention dans la guerre civile au Yémen, de l’aide pour leur propre programme nucléaire civil alors que celui de l’Iran progresse, et une immunité juridique pour le prince Mohammed aux États-Unis, ont déclaré des responsables saoudiens. Le prince héritier fait face à de multiples poursuites judiciaires aux États-Unis, notamment pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. »

 

Voilà la question.

Pendant ce temps, les Émiratis partagent les préoccupations saoudiennes concernant le niveau d’engagement moins qu’adéquat des États-Unis concernant les récentes frappes de missiles des militants Houthis soutenus par l’Iran au Yémen contre les EAU et l’Arabie saoudite. Les deux royaumes sont également préoccupés par la relance de l’accord sur le nucléaire iranien, qui en est aux « dernières étapes des négociations », mais qui ne répond en rien à leurs préoccupations en matière de sécurité.

Ainsi, pour ceux qui suivent l’évolution de la situation, alors que l’Occident continue d’insister sur l’isolement de la Russie – et ne vous méprenez pas, ces sanctions seront immédiatement paralysantes – si l’on considère la population et les ressources qui proviennent de la Chine, de l’Inde, du Brésil et des royaumes du Moyen-Orient – en gros, la moitié de la population mondiale et ceux qui contrôlent la plupart des matières premières du monde ne sont pas d’accord pour punir Poutine ou apaiser la situation au profit de l’Occident.

Et comme le souligne le Journal, « l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les deux seuls grands producteurs de pétrole qui peuvent pomper des millions de barils de pétrole supplémentaires – une capacité qui, si elle était utilisée, pourrait contribuer à calmer le marché du brut à un moment où les prix de l’essence aux États-Unis sont à des niveaux élevés. »

Trop peu, trop tard ?

À la fin du mois dernier, Brett McGurk, le coordinateur du Conseil national de sécurité pour le Moyen-Orient, et Amos Hochstein, l’envoyé du Département d’État pour l’énergie, se sont rendus à Riydah pour tenter d’apaiser les relations – tandis que McGurk a également rencontré le cheikh Mohammed à Abou Dhabi pour entendre leurs frustrations concernant la réponse de l’Amérique aux attaques des Houthis.

De toute évidence, la diplomatie ne s’est pas bien passée.

À ce jour, les Saoudiens et les Émiriens ont refusé d’augmenter leur production de pétrole et s’en tiennent à la feuille de route de l’OPEP en matière de production qui avait été convenue précédemment. De plus, leur alliance énergétique avec la Russie, autre grand producteur de pétrole, a renforcé la portée mondiale de l’OPEP tout en rapprochant les royaumes de Moscou.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont noué des liens profonds avec l’ancien président Donald Trump, qui s’est rangé de leur côté dans un conflit régional avec le Qatar, a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien auquel ils s’étaient opposés, a effectué son premier voyage à l’étranger à Riyad en 2017 et a soutenu le prince Mohammed après le meurtre de M. Khashoggi. Mais la décision de M. Trump de ne pas répondre à une attaque de drones et de missiles iraniens contre d’importants sites pétroliers saoudiens en 2019 a ébranlé les partenaires du Golfe qui s’appuient depuis des décennies sur la promesse de protection sécuritaire des États-Unis. L’Iran a nié toute implication dans les attaques d’installations pétrolières.

Le désaccord entre Biden et le prince héritier d’Arabie saoudite remonte à l’élection présidentielle de 2020, lorsque le candidat démocrate a juré de traiter le royaume comme un État « paria » après qu’une équipe de tueurs saoudiens a tué M. Khashoggi en 2018 à Istanbul. -WSJ

Biden a également publié un rapport des services de renseignement peu après son entrée en fonction, qui concluait que le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul avait été approuvé par le prince Mohammed – qui a nié avoir eu connaissance du complot, bien que des proches collaborateurs aient été condamnés par la justice saoudienne pour la mort du journaliste.

Le président américain a également critiqué l’Arabie saoudite pour sa longue guerre au Yémen, et a coupé les armes que les Saoudiens utilisaient pour cibler les Houthis. Biden a également retiré les Houthis d’une liste de groupes terroristes mondiaux, après que l’ancien président Trump les y ait ajoutés.

 

Et lundi (après que Biden ait été démasqué), la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a confirmé que Biden avait maintenu son opinion selon laquelle les Saoudiens devaient être traités comme des « parias » et que leurs dirigeants avaient « peu de valeur sociale ».

Dans un entretien avec le magazine Atlantic publié la semaine dernière, le prince Mohammed a déclaré, lorsqu’on lui a demandé si Biden l’avait mal compris : « Simplement, cela m’est égal », ajoutant que le président américain n’aurait pas dû se mettre à dos les dirigeants saoudiens. « C’est à lui de penser aux intérêts de l’Amérique », a-t-il dit, ajoutant : « Vas-y. »

Par conséquent, ne qualifiez pas de « paria » le pays qui pourrait vous tirer d’une crise pétrolière si vous avez besoin de son aide.

Aube Digitale

 

Partager cet article
Repost0

Pages