Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 17:42

Heurts à l'Assemblée, Véran trépigne et invective, mais la réalité est tout autre, entre les annonces et les effets de manches, le système hospitalier s'effondre ç'est le début de la faillite du système Macron, tout dans les apparences

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 17:39

Auteur(s): FranceSoir

 

Représentées par Maître Guillaume TUMERELLE, avocat six associations et groupes de citoyens ont déposé un recours en annulation contre le règlement européen concernant le vaccin. Les requérants sont :

 

  • La Coordination Nationale Médicale Sante Environnement (CNMSE)
  • European Forum for Vaccine Vigilance (EFVV)
  • Children health defense Europe (CHD Europe)
  • La Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV)
  • Association Internationale pour une Medecine Scientifique Indépendante et Bienveillante
  • Terra SOS-Tenible,

 

 

Ce recours fait suite au règlement européen n°2020/1043 adopté en urgence le 15 juillet 2020 qui a supprimé toutes les procédures de protection, d’analyse du risque, de contrôle, de suivi, d’étiquetage et d’information du public concernant l’utilisation, le transport, la dissémination dans l’environnement, l’injection aux Être humains d’organismes et de microorganismes génétiquement modifiés dès qu’il s’agit de recherches ou essais cliniques sur un vaccin ou un médicament contre la Covid-19.

Ainsi aucune mesure spécifique de contrôle du risque lié à la modification génétique du vivant n’est plus appliquée en cette matière.

L’objectif affiché de cette suppression est de gagner quelques semaines dans l’éventuelle élaboration d’un vaccin. On supprime donc les analyses de risques et mesures de contrôle dans l’unique but d’aller plus vite. La Commission avant de déposer son projet n’a effectué aucune consultation scientifique pour en analyser le risque, notamment lié aux nouvelles techniques de modifications génétiques.

 

Le parlement a voté sans débat, sans discussions, sans questions et sans dépôt d’amendements.

 

Il est pourtant clairement établi que la modification génétique du vivant, notamment de microorganismes artificiellement modifiés pour être injectés à l’Etre humain présente de nombreux risques, notamment des risques de recombinaisons de virus potentiellement plus virulents, ou des risques d’interactions avec l’adn humain provoquant des maladies aléatoires et inconnues.

Cette suppression de toutes mesures d’évaluation du risque et toutes mesures de contrôle de biosécurité pour l’environnement et pour la santé est contraire au principe de précaution, principe fondamental du traité de fonctionnement de l’Union Européenne, et principe constitutionnel de droit français. Cette suppression des gardes fou est également contraire à l’intérêt et la santé des citoyens. L’obtention d’un vaccin sécurisé utile et non dangereux est incompatible avec l’urgence et la suppression des mesures de contrôle du risque.

Les requérants entendent voir respecter le principe de précaution et dénoncent une régression inacceptable en matière de santé publique et d’environnement.

Les associations dénoncent cette suppression arbitraire de mesures de contrôle du risque qui constituent une protection indispensable de la santé et de l’environnement. Les politiques publiques ne peuvent pas être guidées par la peur, par l’actualité immédiate revêtant une fausse urgence mais doivent respecter la santé du citoyen et accorder toutes garanties.

Les associations requérantes ont donc formé un recours en annulation auprès du Tribunal de l’Union Européenne (CJUE) afin d’obtenir l’annulation de ce règlement européen.

Cela confirme les déclarations faites par Michele Rivasil dans son interview du 7 septembre ou elle nous expliquait que cette décision avait été prise en catimini au parlement européen.

 

Ce n’est pas à la population dans ces conditions de devenir cobayes de vaccins et de médicaments expérimentaux présentés comme « sûrs » mais dont les fabricants ne veulent pas assumer les conséquences.

 

Le communiqué de presse est repris ci-après : 

Six associations demandent l’annulation du règlement de l’UE sur les vaccins OGM anti-Covid 19

Le 10 octobre, six associations en Europe ont déposé un recours en annulation devant la Cour de Justice de l’Union Européenne contre un règlement supprimant l’évaluation des risques liés aux OGM pour les vaccins contre la Covid 19.

Le règlement 2020/1043 adopté cet été par l’Union permet aux producteurs de vaccins et de traitements anti-Covid19 contenant des OGM de se passer de produire une étude d’impact environnemental et de biosécurité avant le démarrage d’essais cliniques. Publié le 17 juillet, le texte a été adopté au parlement européen selon une procédure d’urgence, sans amendements, ni débats. Cette exception à la législation OGM est contraire au principe de précaution prévu dans le traité de fonctionnement de l’Union Européenne.

Ces vaccins OGM anti-Covid 19 dont les essais cliniques ont débuté présentent pourtant des risques bien réels. Le rapport du généticien moléculaire Christian Velot du Criigen, rappelle qu’ils pourraient mener à des recombinaisons virales potentiellement plus graves que les virus que l’on cherche à combattre par le vaccin, impactant la vie animale et la santé humaine. Les risques d’interaction avec l’ADN humain ou l’introduction de nouvelles technologies génétiques peuvent avoir des conséquences inconnues, potentiellement graves et irréversibles. En d'autres termes, aucune mesure spécifique ne sera appliquée pour contrôler le risque lié à la modification génétique des êtres vivants.

Les six associations requérantes – CNMSE, Terra SOS Tenible, LNPLV, EFVV, AIMSIB, Children’s Health Defense Europe – dénoncent une expérimentation dangereuse, tant pour les participants aux essais cliniques que pour la population humaine et l’environnement, et exigent l’application immédiate du principe de précaution, dans le respect des règles de droit.

 

« Ayant eu la chance d’organiser sous l’égide du Conseil Régional Ile-de-France, une expérience innovante sur la vaccination personnalisée, j’ai découvert dans la composition des vaccins des molécules hautement toxiques et des pesticides. Il me semble donc essentiel que la mise en place de tout nouveau vaccin anti-Covid soit exemplaire et que toutes les étapes essentielles soient en particulier respectées » explique le Dr Dominique Eraud,  présidente  de la Coordination  Nationale  Médicale  Santé  Environnement (CNMSE).

 

« La mise en œuvre de ce règlement doit être arrêtée immédiatement. Le règlement 2020/1043 de l'UE est fondamentalement un règlement contre la vie, la raison, le droit, la justice et la science, puisque même la Commission, après avoir contourné tous les contrôles démocratiques, n'a pas eu la décence morale de demander un avis scientifique.», déclare Josefina Fraile, présidente de Terra SoS Tenible

 

« En publiant ce règlement, les institutions européennes donnent aux Etats membres de l’Union européenne le droit de mettre en place des mesures législatives dangereuses, voire biocidaires, qu’il convient de dénoncer » souligne Jean-Pierre Eudier, président de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV).

 

Pour le Dr. Kris Gaublomme, président du European Forum for Vaccine Vigilance (EFFV) : « Nous dénonçons la dérive des Etats européens vers l’autoritarisme, le contrôle et la restriction des droits fondamentaux, à travers des dérogations systématiques aux règles de droit sous prétexte de l’épidémie de Covid-19 et que nous constatons particulièrement avec le règlement UE2020/1043. Notre recours auprès de la Cour de Justice de l’Union Européenne vise à faire respecter les règles de droit. »

 

« L’autorité européenne offre un blanc-seing à l’industrie pharmaceutique pour mettre sur le marché des nouvelles technologies de médicaments et de vaccins OGM pour lesquelles toutes les études démontrant l’innocuité n’auront pas été réalisée. Ce sont les patients dans ces conditions qui servent de cobayes et nous, médecins, refusons cet état de fait » insiste Philippe Harvaux, président de l’associations internationale pour une médecine scientifique indépendante et bienveillante (AIMSIB)

 

Enfin, selon l’avocat Robert F. Kennedy Jr., Président de Children’s Health Defense Europe, "On ne peut sous-estimer la nécessité de prendre en compte les différents types de risques avant d'entamer les essais cliniques de vaccins qui seront accélérés et largement distribués. Les vaccins utilisant des organismes génétiquement modifiés peuvent avoir un impact sur l'environnement. D'autres vaccins envisagés pour le Covid 19, tels que les vaccins à ARNm, utilisent des nanoparticules pour introduire du matériel génétique dans nos cellules et programmer leur réponse. Contrairement aux vaccins que nous connaissons, ce mécanisme est une forme de "piratage" de notre fonctionnement génétique. Il s'agit d'une technologie expérimentale entièrement nouvelle, dont nous savons très peu de choses.  De nombreuses personnes ont déjà subi de graves effets secondaires lors d'essais cliniques avec les vaccins Covid en cours de développement. Autoriser et poursuivre de telles expériences sans aucune évaluation et sans débat sur le risque à long terme qu'elles représentent  pour  notre  santé  ou  sur  leurs  aspects  éthiques  est  irresponsable  et inconscient.  L'urgence ne doit pas conduire à des décisions aveugles. Nos dirigeants politiques ont le devoir de veiller à ce que le principe de précaution soit respecté, sinon nous serons tous en danger".

 

 

 

Auteur(s): FranceSoir

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 18:27

Macron populaire, avec un peu d'aides !

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 18:03

Le dépeçage de la bête à commencé ; une politique de distribution oligarchique d'avantages qui contribue à la vente de Suez ; cette opération, comme précédemment pour Alstom ou Technip, va garantir des émoluments confortables à tous les intermédiaires, banquiers et avocats d’affaires et en tête

«Je remarque simplement que les gens qui dépècent l’industrie mangent de la langouste et du caviar pendant qu’on mange du rutabaga.» Loic Le Floch-Prigent

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 17:28

"La Covid ça coûtera ce que ça coûtera..." Alors bradons Bataclan, Casino de Paris, Folies Bergères, routes nationales, Blés, aviation etc...

 

La France aux enchères à l'encan, à la pièce en menus morceaux, avant que les vautours ne se jettent sur vos économies, ainsi quoi de mieux pour enrichir amis, copains, clientèle et affidés, nous y voilà enfin presque encore un tour et ce sera l'apothéose finale. Mais à part ça tout va très bien Madame la Marquise !

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 17:11

En matière de vaccination, il existe des exceptions juridiques qu’aucune autre industrie ne peut obtenir. Et pourtant, sous couvert de politiques sanitaires d’urgence, les industriels ont, d’abord aux États-Unis, obtenu une exemption juridique qui leur donne une totale impunité en cas d’effets secondaires graves. Récemment, cette même exemption a été octroyée concernant le futur vaccin contre le Sars-cov-2.

Dans le film « 1986 the act », Andy Wakefield démontre, faits à l’appui, comment Big Pharma a littéralement fait la loi dans les années 80 aux États-Unis. Ce document exceptionnel nous plonge au cœur de la collusion entre l’industrie et le gouvernement. (Voir notre vidéo plus bas)

1986 a marqué un tournant dans l’histoire de la vaccination avec la signature de la loi sur les vaccins pédiatriques, le « National Childhood Vaccine Injury Act », par le président Ronald Reagan. Cette loi qui devait mettre en place un système d’indemnisation des victimes de dommages vaccinaux, rapide et efficace, tout en offrant une certaine protection à l’industrie, fut entièrement détournée des objectifs annoncés. Donnant carte blanche aux fabricants, elle créa en réalité, les conditions d’une véritable ruée vers l’or vaccinal.

1986

◆ De Vaxxed à 1986

Loin du film « Vaxxed, de la dissimulation à la catastrophe » toujours du Dr Wakefiled, qui explorait à l’époque les éléments controversés d’une fraude scientifique, « 1986 the act » (voir le site : 1986theact.com) parcourt des décennies d’erreurs inavouées et de malversations dont le déni a fini par engendrer une avalanche de conséquences mettant tout le système de politique de santé en péril. À ne pas confondre avec Vaxxed 2, document réalisé par Polly Tommey, qui reprend les témoignages dramatiques d’accidents vaccinaux, recueillis lors de la tournée du bus Vaxxed à travers les États-Unis, « 1986 » est un film qui fait bien plus appel à la réflexion qu’aux larmes. En suivant les interrogations et l’enquête menée par un couple qui attend un bébé et dont les premiers avis s’opposent, le spectateur découvre une réalité politique particulièrement dérangeante.

1986

◆ Des questions légitimes

Pourquoi a-t-on a caché les risques dans les études cliniques ? Comment, les signaux d’alerte ont-ils systématiquement été étouffés ? Quelles études a-t-on manipulées et pourquoi ?  Comment l’industrie est-elle parvenue à obtenir une véritable impunité pour tout ce qui concerne la vaccination ? Pourquoi et comment le système judiciaire et les organismes de régulation et protection de la santé se sont-ils systématiquement rangé du côté de l’industrie ?

1986

◆ Un scénario dramatique

Prédictions de catastrophes épidémiques, promesses du vaccin salvateur, développement à la hâte de produits à peine testés, exonération de responsabilité, obligations vaccinales, accidents vaccinaux, absence de données, refus d’indemnisation, complicité des médias, omerta, censure… Ce qui frappe le plus, c’est l’apparition d’un scénario glaçant. Sans nul doute, les mêmes schémas se répètent à l’identique, depuis des décennies, privilégiant toujours les uns, sanctionnant toujours les autres. Et tandis que l’industrie et ses investisseurs voient leurs chiffres grimper de manière astronomique, des milliers d’enfants et d’adultes payent aujourd’hui le prix fort de ces désastreuses politiques de santé publique. Comme l’a souligné l’avocat Robert Kennedy, Jr. épiloguant sur la crise du coronavirus : « Ce qui est en train de se passer est kafkaïen, orwellien, je n’ai pas assez de mots forts pour le dire. C’est une gigantesque bombe sur l’humanité lancée par l’industrie du vaccin ! »

Senta Depuydt

 

INTERVIEW DE SENTA DEPUYDT, JOURNALISTE SPÉCIALISTE DES QUESTIONS VACCINALES :

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 16:42

Vous vous demandiez ou va votre argent, certainement pas très loin, pour certains mais pour d'autres rassurez vous par effets de leviers les grands banquiers vous assurent des avenirs radieux, ils pensent à vos intérêts à votre tranquillité, à la paix internationale.

Eh bien ils couvrent et servent d'intermédiaires pour les financements du terrorisme mondial, mais aussi pour le blanchiment d'argent sale des différentes mafias internationales, l'argent occulte non déclaré qui sert à corrompre, manipuler, trafiquer, anéantir, détruire ce que vous avez patiemment construit durant des années voire depuis des générations, voilà donc l'utilité de les soutenir pour que le crime se perpétue par la main invisible de l'économie.

Alors rendez leur grâces et versez consciencieusement vos frais, glorifiez leur actions bénévoles et accessoirement élisez les ! Mais ne vous plaignez plus ! Enfin vous en verrez la fin bientôt de tant de compassion envers des ânes qui vous remercieront pour des ruades après les avoirs nourris et caressés dans le sens du poil depuis plus de deux siècles.

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 16:38

Voilà donc ou en est la République ce que l'on ne peut faire sur son sol et bien l'on demande de passer outre par delà les frontières.

"

Le 25 juin, une semaine après que la loi Avia a été sévèrement censurée par le Conseil constitutionnel, le gouvernement français a demandé à la Commission européenne de faire adopter au niveau européen ce que la Constitution l’empêchait d’adopter en France.

Contre la « haine »

Le gouvernement français demande une nouvelle loi européenne pour « contraindre les plateformes à retirer promptement les contenus manifestement illicites » via « des obligations de moyens sous le contrôle d’un régulateur indépendant qui définirait des recommandations contraignantes relatives à ces obligations et sanctionnerait les éventuels manquements ». Cette demande est le strict reflet de la loi Avia : son délai de 24h, ses pleins pouvoirs donnés au CSA. La France demande de faire censurer « non seulement les contenus illicites, mais aussi d’autres types de contenus tels que les contenus préjudiciables non illicites […] par exemple, les contenus pornographiques [ou] les contenus de désinformation »

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 11:12

Comment justifier les interventions occidentales ? Les services de renseignement aux Etats-Unis et en Europe sont-ils à la hauteur ? L’ancien agent secret, Jacques Baud, colonel suisse ayant travaillé à l’ONU puis à l’OTAN est très critique envers les politiques étrangères en Occident et leur légitimation depuis une trentaine d’années.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 10:58

"Le Président Donald Trump s’attaque aux finances de la mafia pharmaceutique internationale qui ruine les peuples et empoisonne bien souvent les populations (Vioxx®, Médiator®, vaccins, etc.)

Cet Executive Order s’accompagne d’une décision sans précédent dans l’histoire occidentale de la lutte contre le crime organisé : le prix de vente de ces médicaments sur le marché intérieur des États-Unis devra être le plus bas dans le monde !

En prenant cette décision, le Président Donald Trump s’attaque directement aux finances de la corruption qui gangrène les facultés de médecine, de pharmacie et les hôpitaux. Corruption qui a été dénoncée dans de nombreux livres comme ceux du professeur Philippe Even « Corruption et crédulité en médecine » (Cherche-Midi) ou encore « Remèdes mortels et crime organisé. Comment l’industrie pharmaceutique a corrompu les services de santé » (Presses de l’Univers) du docteur Peter Gotzsche, co-fondateur de l’ex-très respectée Fondation Cochrane que Bill Gates a rachetée via une subvention de 1 156 829 USD par an pendant 10 ans.

Dans une conférence de presse que nous considérons comme historique, il a déclaré qu’il supprimait les « Middle man », ce que l’on peut traduire par « les intermédiaires » qu’il n’hésite pas à décrire comme des parasites inutiles qui s’enrichissent sans rien faire sur le dos de la santé des gens.

Une lutte sans précédent contre le crime organisé

Le Président Donald Trump a pris une décision historique qui annonce aux États-Unis la destruction des réseaux étatiques et institutionnels de la corruption qui règne en maître dans le secteur de la santé publique : de nombreux fonctionnaires de santé, de nombreux professeurs de médecine et de pharmacie, de nombreux journalistes « santé », de nombreux politiciens professionnels et de nombreux médecins « Laeder d’opinions », vont va voir leurs revenus drastiquement chuter (certains vont passer du million de dollars annuel à moins de 100 000)..."

Lire la suite sur l'article joint en lien

 

Partager cet article

Repost0

Pages