Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact : Administrateur@henrydarthenay.com

  • : Vouillé un peu d'Histoire
  • : Histoire, politique historique comparée, économie, finance, généalogie, techniques Moyen âge,
  • Contact

vous êtes 152 000 visiteurs 248 000 pages et je vous en remercie vues , merci de votre visite

contact :henry.darthenay@hotmail.fr
 
Facebook :
 
https://www.facebook.com/people/Henry-Darthenay/1649294905
 
Musique (un florilège d'oeuvres musicales) :
 
 http://www.youtube.com/user/henrydarthenay
 
 

Recherche

18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 18:55
Ne jamais oublier, les pendaisons de Nuremberg...
 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 18:37
Vous leur avez donnés votre argent, vous avez élu un banquier d'affaires carriériste sans aucun scrupule, vous leur avez pratiquement délégué tous vos pouvoirs, même jusqu'a votre santé, sans principe de précautions.

 

Ils se sont gavés, ont outrepassés leur droits et prérogatives, ils vous feront payer leurs erreurs, leurs manipulations, leurs magouilles et vous perdrez tout !

 

Parce que a plusieurs moment vous avez cédés pour avoir la paix et cru que cela continuerait comme avant !

 

_____________________________________________________________________________________

 
 
Vous rappelez-vous de la crise des subprimes en 2007/2008 ? Eh bien cette très forte odeur de Krach immobilier rode de nouveau Outre-Atlantique et cette énorme bulle immobilière est encore bien plus grosse aujourd’hui qu’en 2008 ! L’effondrement à venir sera-t-il encore pire ?

 

https://www.businessbourse.com/wp-content/uploads/2022/05/Housing-Crash-2-Pixabay-780x470.jpg

 

Ca recommence. Il y a plus de dix ans, nous avions assisté à une « bulle immobilière » absolument sans précédent aux États-Unis, suivie d’un Gigantesque krach immobilier qui avait entraîné la perte de leurs maisons pour des millions d’Américains et une catastrophe financière à Wall Street dont nous parlons encore aujourd’hui. Mais au lieu de tirer les leçons de cette catastrophe, nous répétons les mêmes erreurs. La « bulle immobilière » que nous connaissons actuellement est bien plus importante encore que celle qui avait éclaté en 2008, et tout le monde savait à l’époque que si les taux hypothécaires augmentaient suffisamment, cela pourrait faire éclater cette énorme bulle immobilière. Malheureusement, c’est précisément ce qui se passe. Le taux hypothécaire fixe moyen sur 30 ans était de 2,67 % en décembre 2020, et il est maintenant passé à 5,30 %. Au cas où vous êtes mauvais en maths, sachez que la combinaison de la hausse rapide des prix avec la flambée des taux d’intérêt signifie que les maisons sont devenues beaucoup moins abordables désormais.

Selon CNN , les prix des maisons aux États-Unis ont bondi de près de 21 % par rapport à il y a un an…

Il est compréhensible que les propriétaires, en particulier, puissent s’inquiéter d’un effondrement potentiel du marché du logement – 2008 est l’exemple le plus récent de ce qui peut arriver après une incroyable envolée de la valeur des maisons. Et nous n’avons jamais vu un marché aussi élevé que celui-ci. La maison américaine typique vaut quasiment 21% de plus qu’il y a un an.

Parallèlement, les taux hypothécaires s’envolent littéralement. Selon Freddie Mac, le taux hypothécaire fixe moyen sur 30 ans est passé de 2,97 % en avril dernier à 5,11 % en avril dernier.

Une telle envolée est un séisme.

À la suite de ce bond, le paiement mensuel classique pour quelqu’un qui achète une maison est passé de 1 124 $ en décembre 2020 à 1 742 $ en avril 2022. Cela représente une énorme augmentation de 55 % …

Voici à quoi ressemblent les chiffres d’une maison classique aux États-Unis : le prix médian d’une maison est passé de 309 200 $ en décembre 2020 à 357 300 $.

Au cours de la même période, les taux d’intérêt sont passés de 2,67 % à 5,08 %. Avec un acompte de 10 %, cela a fait passer le paiement mensuel de 1 124 $ à 1 742 $, soit une augmentation énorme de 55 %. C’est 600 $ de plus par mois sur cette maison de 357 000 $. voilà l’impact et la conséquence de prix plus élevés avec une hausse des taux.

Et la vérité est que le paiement mensuel typique est encore plus élevé ici en mai, car le taux hypothécaire fixe moyen sur 30 ans a grimpé à 5,30 % …

Le taux hypothécaire fixe moyen sur 30 ans était de 5,3 % la seconde semaine du mois de mai, selon le géant du marché hypothécaire, Freddie Mac, parrainé par le gouvernement. C’est le taux le plus élevé depuis 2009. Il y a six mois, les taux hypothécaires se situaient autour de 3 %.

Il s’agit des plus hauts taux hypothécaires depuis juillet 2009.

Et en juillet 2009, nous vivions les conséquences du pire krach immobilier de toute l’histoire des États-Unis.

L’effondrement à venir sera-t-il encore pire ?

Les données qui arrivent pour le mois d’avril semblent indiquer que le marché commence déjà à se fissurer …

Alors que les données arrivent au compte-gouttes pour le mois d’avril, il devient clair que le marché du logement historiquement dynamique vient de connaître un renversement de tendance. Il est maintenant en mode refroidissement. Le nombre de maisons mises en vente est à nouveau en hausse. De moins en moins d’acheteurs planifient des visites. Et Redfin rapporte que 15 % des vendeurs de maisons en avril ont réduit leur prix demandé, contre 9 % il y a un an.

Et il semble que les choses pourraient rapidement s’aggraver.

Les citations suivantes d’initiés de l’industrie ont récemment été publiées sur Zero Hedge …

  • Constructeur de Washington DC : « Le trafic est moitié moindre de ce qu’il était en mars. L’inquiéteude est palpable chez les premiers acquéreurs. Beaucoup moins d’acheteurs VRAIS que le nombre de personnes recueillies sur la liste portant un intérêt au cours des 6 derniers mois. Certainement plus de tentatives [des acheteurs] pour négocier.
  • Constructeur de Seattle : « Pause par une large population d’acheteurs. Pour atteindre notre rythme [de vente] souhaité, nous avons dû procéder à des ajustements de prix. Les taux commencent à éliminer les gens capable d’acheter.
  • Constructeur de Riverside San Bernardino : « Les annulations commencent à augmenter en raison de la baisse de l’octroi de prêts et des licenciements. Les listes d’attente sont certainement plus petites. J’ai vu un changement immédiat dans le comportement des acheteurs lorsque les taux ont grimpé à plus de 5 %. »
  • Constructeur de Los Angeles : « Les acheteurs sont devenus plus prudents. »
  • Constructeur de San Diego : « Les acheteurs sont désormais un peu plus tendus. »

Le marché a clairement atteint son apogée, et maintenant nous nous préparons pour la longue chute.

Et ce ne sera pas joli.

Si la Réserve fédérale voulait soutenir le marché du logement, elle maintiendrait les taux d’intérêt bas, mais la Réserve fédérale a décidé de ne pas le faire.

Au contraire, la Réserve fédérale augmente imprudemment les taux d’intérêt parce qu’elle a tellement peur de l’inflation et souhaite lutter contre.

La Fed nous a avertis que d’autres hausses de taux sont déjà dans les tuyaux dans les mois à venir, ce qui poussera sans aucun doute les taux hypothécaires encore plus haut.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait organiser un « atterrissage en douceur », le président de la Fed, Jerome Powell, a été très honnête sur le fait qu’il ne pouvait pas rien garantir …

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a averti jeudi que la maîtrise de l’inflation pourrait causer des difficultés économiques, mais que maîtriser l’inflation reste sa priorité absolue.

Powell a déclaré qu’il ne pouvait pas promettre un soi-disant atterrissage en douceur pour l’économie américaine alors que la Fed relève ses taux d’intérêt pour freiner les hausses de prix, qui n’ont jamais augmenté à un rythme aussi rapide depuis plus de 40 ans.

Si un avion ne pratique pas d’« atterrissage en douceur », à quel type d’atterrissage devons-nous nous attendre ?

Inutile de dire que les seules autres options sont un atterrissage chaotique ou un crash.

Malheureusement, il semble que notre marché du logement soit également sur le point de subir un atterrissage chaotique ou un crash.

Et compte tenu de la taille de cette bulle immobilière par rapport à toutes les autres bulles immobilières américaines à travers l’histoire, je dirais que les chances d’un krach sont vraiment très élevées.

Tant que les taux étaient bas, c’était la fête, mais maintenant elle vient de s’arrêter brutalement.

J’espère que vous êtes prêt pour la suite.

Source: theeconomiccollapseblogVoir les précédentes interventions de Michael Snyder

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 18:16
20 compagnies gazières européennes ont ouvert un compte à GapromBank pour payer le gaz aux Russes

Selon l’agence Bloomberg*, 20 entreprises européennes ont déjà ouvert des comptes auprès de GazpromBank pour payer le gaz russe en convertissant des euros en roubles. 14 autres clients ont demandé les documents nécessaires pour les ouvrir. Et 4 ont déjà effectué le paiement en roubles !

 

En effet, le temps presse, les délais de paiement pour les expéditions d’avril, pour les principaux acheteurs d’Europe de l’Ouest, approchent ce mois-ci.

Le 11 mai, le Premier ministre italien a même annoncé que l’Allemagne avait déjà commencé à payer le gaz russe en roubles. De plus, les dépenses allemandes en importations de marchandises en provenance de Russie ont augmenté de 77,7% en mars (soit 4,4 milliards d’euros). Et ses chiffres sont dus à la hausse des prix du pétrole et du gaz…

La Commission européenne de Von Der Leyen, elle, mange son chapeau ! Mais pour ne pas avoir l’air d’avoir été rattrapée par les réalités, la Commission annonce qu’elle a élaboré un plan d’achat de gaz de la Russie qui ne violerait pas les sanctions. L’organe exécutif de l’UE lors d’une réunion fermée a ainsi permis aux gouvernements des pays européens d’ouvrir des comptes en roubles à GazpromBank pour l’achat du gaz russe.

C’est Ubu Roi : la Commission annonce qu’elle autorise les entreprises à contourner son propre embargo sur le nouveau système de paiement du gaz élaboré par la Russie !

L’Union européenne est donc ainsi contrainte d’autoriser les importateurs de gaz à violer ses propres sanctions lors de l’achat de carburant en Russie en satisfaisant aux exigences de Vladimir Poutine d’utiliser le nouveau système de paiement : ouvrir un compte à GazpromBank. Celle-ci reçoit les paiement dans la monnaie du contrat (euros, dollars, yuans..), les convertit en roubles et les transfère à Gazprom.

Pour ne pas perdre la face, la Commission attend des entreprises gazières qu’elles fassent une déclaration claire selon laquelle elles considèrent leurs obligations remplies lorsqu’elles paient en euros ou en dollars conformément aux contrats existants.

Elles sont bien loin toutes les mâles déclarations des dirigeants des pays de l’UERSS affirmant qu’ils « ne paieraient pas le gaz russe en roubles ». Aujourd’hui tous ces charlots préfèrent ne pas commenter la situation afin qu’elle ne ressemble pas à une capitulation en rase campagne devant le maître du Kremlin.


*Bloomberg est un groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l’information économique et financière aussi bien en tant qu’agence de presse que directement, via de nombreux médias

source : Jeune Nation

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:57

Avec le système français actuel, le gouvernement n'a plus besoin d'électeurs pour régner et fonctionner, ils font leurs propres lois en fonction de ce qui a été initié en haut lieu, les élites sont corrompues et n'ont plus la main, vendus à tous les pires malfrats.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:51

 

'Sa Majeste Ou l'habit ne fait pas le moine', caricature of Louis ...

 

Les politiciens apprécient pleinement les temps de guerre.

Les périodes de bellicisme sont celles où les membres les plus avides de pouvoir de la classe politique se livrent à leurs fantasmes politiques les plus dépravés. La guerre russo-ukrainienne n'a pas fait exception à cette tendance.

 

Les politiciens occidentaux ont profité du plus grand conflit militaire conventionnel sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale pour réprimer les libertés civiles chez eux et entraîner leurs pays plus près d'un conflit ouvert avec une puissance nucléaire. Les mesures nationales prises par les gouvernements occidentaux ont été particulièrement époustouflantes.

Par exemple, l'Union européenne a déjà  interdit  les médias d'État russes tels que RT et Sputnik pour avoir prétendument diffusé de la désinformation. Aux États-Unis, où la protection de la liberté d'expression est plus solide, les attaques contre la liberté d'expression ont pris une tournure plus corporatiste. Par exemple, les mastodontes Big Tech tels que  Google  ont bloqué avec enthousiasme les chaînes recevant des financements de la Russie.

Les actions des membres de l'UE et de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord tels que la République tchèque et la Slovaquie sont encore plus flagrantes. Ces pays ont  criminalisé  tout comportement pouvant être interprété comme soutenant l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

De même, la Lettonie a créé une hotline policière où les citoyens peuvent signaler les individus qui manifestent leur soutien à l'action militaire de la Russie en Ukraine. Plusieurs États allemands ont poussé les limites encore plus loin en  poursuivant  les individus qui affichent le symbole Z lié à la campagne militaire de la Russie.

La presse d'entreprise et les gouvernements établissent un précédent surprenant. La définition du contenu « pro-Russie » pourrait être potentiellement élargie pour attaquer les militants anti-guerre et les non-interventionnistes qui sont sceptiques à l'égard des pays occidentaux qui tentent de s'impliquer dans la guerre russo-ukrainienne.

Alors que l'invasion russe de l'Ukraine est horrible, il doit y avoir des discussions honnêtes sur cette invasion et ce qui y a conduit. Le spécialiste des relations internationales  John Mearsheimer  a expliqué comment les mesures de politique étrangère des États-Unis, telles que l'expansion de l'OTAN, ont contribué à créer les conditions de la tragédie actuelle des grandes puissances. Pour avoir simplement avancé une théorie alternative sur les causes de la crise de sécurité actuelle, Mearsheimer a failli être  soumis  à une session de lutte par des étudiants de l'Université de Chicago, qui ont catégoriquement refusé d'accepter les opinions contraires du professeur.

 

Compte tenu de la trajectoire récente, il ne serait pas exagéré de suggérer que même les critiques réalistes de la politique étrangère occidentale pourraient faire l'objet de sanctions sociales et politiques. Le simple fait de souligner que les ambitions géopolitiques des États-Unis ont joué un rôle important dans la création de l'instabilité actuelle pourrait être traité comme un discours « pro-russe » si les partisans de l'État profond réussissent.

Les dissidents punis pour leurs opinions anti-guerre n'ont rien de nouveau dans l'histoire américaine. Le leader socialiste Eugene V. Debs  l'a appris à ses dépens  pendant la Première Guerre mondiale. Pour s'assurer que l'effort de guerre américain ne soit pas contesté, l'administration Wilson a adopté la loi sur l'espionnage en 1917, suivie de la loi sur la sédition en 1918.

Ces projets de loi imposaient de lourdes sanctions pénales. Le 16 juin 1918, Debs a prononcé un discours à Canton, dans l'Ohio, implorant les participants de résister au repêchage de la Première Guerre mondiale. Les actions de Debs lui ont finalement valu des démêlés avec la justice et il a été accusé de dix chefs d'accusation de sédition. L'activiste socialiste a été condamné à dix ans de prison et risquait toute une vie de privation de ses droits.

Il a fallu une  grâce du président Warren G. Harding , l'un des présidents les plus mis au pilori par les historiens de la cour, pour finalement le faire sortir de prison, et Debs a été libéré vers la fin de 1921.

Plus tard, pendant la guerre du Vietnam, il y a eu plusieurs cas où le FBI  a surveillé  des groupes anti-guerre ou même  les a infiltrés  pour entraver leur efficacité. Comme l'a proclamé Randolph Bourne   dans un manuscrit inachevé, "La guerre est la santé de l'État". Il en est toujours ainsi, car les gouvernements occidentaux font des heures supplémentaires pour augmenter leur pouvoir pendant un conflit entre grandes puissances.

Les démocraties libérales autoproclamées   ont déjà montré leurs vraies couleurs lors de la pandémie de covid-19, lorsqu'elles ont traité leurs citoyens comme de simples bêtes à piquer et à aiguillonner par des technocrates fantasques. Maintenant, alors que la guerre russo-ukrainienne fait rage, ils manifestent davantage leurs désirs tyranniques refoulés.

Une partie intégrante de la proposition de valeur unique de l'Occident est son respect des libertés civiles, ce que d'innombrables sociétés n'ont jamais inscrit dans leurs documents constitutifs. Mais maintenant, cela a radicalement changé. La rhétorique hautaine des gouvernements occidentaux sur le fait d'être pro-liberté est au mieux vide de sens lorsque leur comportement réel est observé.

L'ironie ici est que l'Occident est tombé dans la voie classique du « vous devenez ce que vous combattez ». Les pays très occidentaux qui martèlent leur poitrine à propos de leur exceptionnalisme se transforment maintenant en pays contre lesquels ils s'insurgent.

La politique n'est pas sans ironie.

CLIQUEZ ICI  pour regarder notre flux en direct qui est maintenant diffusé 24h/24 et 7j/7 sur GETTR ! Assurez-vous également de suivre  Alex Jones  et Banned.video sur GETTR pour les dernières nouvelles et des informations exclusives !
 
 
 
 
 
 
Source : infowar
Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:49
Mardi EN DIRECT: Elon Musk avertit que Biden est une marionnette mondialiste et que l'Amérique risque de devenir le Venezuela

Elon Musk sur l’inflation: « La principale raison de l’inflation, c’est que le gouvernement a imprimé des milliers de milliards de dollars supplémentaires qu’il n’a pas. Ce n’est pas hyper compliqué. »

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:23
Élisabeth Borne – Souvenir: « On a introduit une procédure de suspension du contrat de travail, sans rémunération » pour les salariés sans pass sanitaire valide (que la jurisprudence vient d'invalider)

 

https://www.businessbourse.com/wp-content/uploads/2022/05/elisabeth-borne-ministre.jpg

 

 

________________________________________________________________

 

Philippe Herlin: « L’ancien DG de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France Aurélien Rousseau nommé directeur de cabinet d’Elisabeth Borne. Très mauvaise nouvelle, ça sent l’hystérie Covid, la piquouse obligatoire… Les ARS c’est l’autoritarisme bureaucratique contre la vraie médecine »

 

 

_______________________________________

 

Les six mandats qu’Elisabeth Borne a oublié de mentionner dans sa déclaration d’intérêts
 
La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a dévoilé que la ministre avait omis pas moins de six participations aux organes dirigeants de divers organismes, sans les nommer. Les voici.
 

Élisabeth Borne a visiblement quelques trous de mémoire. En janvier dernier, l’hebdomadaire Marianne dévoilait que la ministre de la Transition écologique avait oublié de mentionner sa participation passée (de mai 2015 à mai 2017) à un lobby de constructeurs, l’Institut de la Gestion Déléguée (IGD), dans sa déclaration d’intérêts à la HATVP. Fâchée par les révélations de nos confrères, qui pointaient la présence concommitante à l’IGD, de “géants de la construction et des transports” (Vinci, Bouygues, Veolia...) susceptibles de répondre aux appels d’offres ministériels, Elisabeth Borne s’était vigoureusement défendue d'un quelconque conflit d’intérêts.

 
Capture Twitter @Elisabeth_Borne

Logiquement, l’oubli de la ministre a fini par attirer l’attention des limiers de la Haute autorité, qui passent au peigne fin les déclarations d’intérêts et de patrimoine des responsables publics. Le collège de l’autorité indépendante a donc récemment procédé à un nouvel examen minutieux du “dossier Borne”.

Le résultat de ces investigations complémentaires, dévoilé par un communiqué du mercredi 24 juin, n’est pas franchement favorable à la ministre. Si la HATVP considère que les omissions d’Elisabeth Borne ne peuvent “pas être qualifiées de substantielles au sens de (...) la loi” de 2013 sur la transparence de la vie publique — écartant la menace de poursuites pénales — sa décision enfonce un peu plus la ministre : elle révèle en effet qu’en plus de n’avoir pas signalé sa présence à l’IGD, la ministre avait oublié de mentionner son appartenance aux conseils d’administration de cinq autres organismes, dont quatre à raison de ses fonctions de PDG de la RATP. Selon nos informations, confirmées par le cabinet d’Elisabeth Borne, il s’agit de l’Atelier Parisien d’urbanisme (APUR), de la fédération d’entreprises Paris Ile-de-France Capitale Economique, de la Fondation Groupe RATP et du Comité stratégique de Fer de France.

Neuf mandats au total

Enfin, la ministre a également été membre du conseil d’administration de l’Ecole nationale des Ponts et chaussées, en tant que personnalité qualifiée, désignée par l’ex-ministre de l’Environnement Ségolène Royal — dont elle était directrice de cabinet — entre juin 2016 et mai 2017. En incluant ses participations aux conseils de surveillance de Ratp Développement et Systra, qui, elles, ont dûment été mentionnées dans sa déclaration d’intérêts, et à l’IGD, Elisabeth Borne détenait donc un total de 9 mandats d’administrateurs. Tous ont pris fin à son entrée au gouvernement, en mai 2017.

Malgré cette série de négligences, le collège de la Haute autorité a estimé que les “participations [omises dans la déclaration d’intérêts] ne sont pas de nature à caractériser un risque de conflit d’intérêts avec les fonctions de ministre de la Transition écologique et solidaire, dès lors notamment que les intérêts en cause sont passés et que Madame Borne participait à la plupart de ces organismes en raison de ses fonctions de présidente de la RATP”.

Le spectre de l'affaire Delevoye s'éloigne

Le gouvernement voit donc s’éloigner la crainte d’une nouvelle affaire Delevoye. Cependant, la délibération du collège de la HATVP ne vaut pas quitus pour Elisabeth Borne. Pour preuve, la Haute autorité lui a demandé de fournir une déclaration d’intérêts modificative, mentionnant l’intégralité des mandats manquants, ce dont la ministre a pris acte.

Cette injonction démontre qu’Elisabeth Borne faisait fausse route en affirmant, pour réponse à Marianne, que l’IGD n’avait pas à figurer dans sa déclaration d’intérêts puisqu’il s’agissait d’une fonction exercée ès qualités de PDG de la RATP. Une erreur de bonne foi ? Possible, car le guide du déclarant tenu à la disposition des responsables publics par la HATVP n’est pas, sur ce point, d’une précision redoutable. A l’époque des révélations de Marianne, Elisabeth Borne avait, de plus, mis en avant un échange de mails avec un agent de la Haute autorité lui indiquant, à rebours de la délibération du collège, que sa participation à l’IGD “n’avait pas à être mentionnée dans sa déclaration d’intérêts”.

Malgré ce hiatus qui la dédouane en partie, la ministre aurait sans doute été bien inspirée de prendre les devants en fournissant une déclaration d’intérêts corrigée et exhaustive à la HATVP, dans la foulée des révélations de Marianne. Ce qu’elle n’a pas fait, puisque le document actuellement en ligne a été déposé en juillet 2019, au moment où elle a quitté les Transports pour prendre la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Source

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:21

Le potager en été au Jardin de la Grille avec la Ferme de Sainte Marthe

 

Daniel Andrew's veut faire adopter une loi où vous ne serez plus autorisé à cultiver votre propre nourriture.

 

 

 

Le projet de loi portant modification de la législation agricole de 2022, a passé sa deuxième lecture au Parlement. La biosécurité étant la raison invoquée.

 

 

Augmentation des pouvoirs d'exécution, perquisition de biens et de personnes sans mandat, augmentation des amendes, qui passent de 1.800$ maintenant 10.000$ pour avoir diffusé des informations fausses ou trompeuses. Le consentement des propriétaires fonciers n'est plus requis pour les agents autorisés à prélever des échantillons, des stocks (animaux), des documents. Les agents autorisés ne sont plus tenus de présenter une pièce d'identité. De lourdes sanctions pour obstruction à l'entrée de la propriété. 

 

On dirait qu'ils préparent leurs canards, prêts à être déployés pour fermer des fermes.

Tout ça semble fou, non ? C'est vrai, tout est vrai. Voici quelques exemples tirés du projet de loi de 2022, portant modification de la législation agricole, note explicative :

Les agents autorisés ne sont plus tenus de présenter une pièce d'identité :
la nouvelle section 53(4) de la loi de 1992 sur les produits chimiques agricoles et vétérinaires (contrôle de l'utilisation) crée une exception à la l'obligation, en vertu du nouvel article 53, paragraphe 3, pour un agent autorisé de produire sa carte d'identité. L'exception prévoit qu'un mandataire n'est pas tenu de produire sa carte d'identité dans l'exercice d'un pouvoir si la demande est déraisonnable au regard des circonstances, ou si le pouvoir est exercé par courrier ou communication électronique…

De lourdes peines pour entrave à l'entrée dans la propriété :

Le nouvel article 54J de la loi de 1992 sur les produits chimiques agricoles et vétérinaires (contrôle de l'utilisation) crée une infraction de non-respect des exigences d'un agent autorisé. La disposition prévoit qu'une personne commet une infraction si, sans excuse raisonnable, elle omet ou refuse de se conformer à une exigence d'un agent autorisé en vertu de la Loi. La peine maximale pour cette infraction est dans le cas d'une société de 100 unités de pénalité et dans tout autre cas de 50 unités de pénalité… 

Amendes augmentées, ce qui était de 1.800$ maintenant 10.000$ pour avoir fourni des informations fausses ou trompeuses :

La nouvelle section 54L de la loi de 1992 sur les produits chimiques agricoles et vétérinaires (contrôle de l'utilisation) crée une infraction de conduite ou d'information fausses et trompeuses. Une personne commet l'infraction si elle fournit une information ou produit un document ou se livre à toute autre conduite envers un agent autorisé alors qu'elle exerce une fonction ou exerce un pouvoir, si la personne sait que l'information ou la conduite est ou que le document contient informations fausses ou trompeuses sur un point important. La peine maximale pour cette infraction est dans le cas d'une société de 100 unités de pénalité et dans tout autre cas de 50 unités de pénalité. L'article 72A de la loi de 1992 sur les produits chimiques agricoles et vétérinaires (contrôle de l'utilisation) s'applique à la nouvelle infraction, ce qui signifie que, si une personne morale commet l'infraction,

Plus inquiétant, ils mettent en place des lois qui leur permettraient de vous facturer l'argent qu'il leur en coûterait pour détruire votre propre approvisionnement alimentaire :

L'article 20 apporte diverses modifications à l'article 58 de la loi de 1992 sur les produits chimiques agricoles et vétérinaires (contrôle de l'utilisation) afin de clarifier et de modifier la disposition relative au recouvrement de créances et d'élargir la portée des instructions pouvant être incluses dans un avis de destruction. Ces modifications prévoient qu'un avis peut, en plus de traiter de la destruction de produits chimiques, d'engrais, de denrées alimentaires, de produits agricoles, de plantes ou de bétail, également prévoir de traiter autrement la chose par des moyens alternatifs tels que le recyclage. Les modifications comprennent également une disposition expresse selon laquelle une action en recouvrement des frais peut être intentée devant un tribunal compétent et les frais peuvent être recouvrés à titre de créance.

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:16
Dr Ryan Cole: « Pharma et la FDA savaient que les nanoparticules lipidiques vont partout. Il a été conçu à l’origine pour amener l’ARNm et/ou des agents chimiothérapeutiques dans des organes difficiles d’accès, comme le cerveau… Les scientifiques savaient qu’ils ne resteraient pas dans le bras. Pour l’avoir dit aux gens du monde, c’était un vrai mensonge scientifique. »

 

https://www.businessbourse.com/wp-content/uploads/2022/05/dr-ryan-cole-780x470.jpg

_______________________________________

 

90 % des femmes enceintes vaccinées ont perdu leur bébé
 

 

 

Les documents confidentiels de Pfizer que la FDA a été contraint de publier sur décision de justice ont révélé que 82 % à 97 % des femmes qui ont été exposées par erreur à l'injection d'ARNm Covid-19 ont fait une fausse couche ou ont dû assister au décès de leur nouveau-né lors de l'accouchement.

 

 

Mais Pfizer a affirmé qu'"Aucun signal de sécurité n'a émergé de l'examen de ces cas d'utilisation pendant la grossesse".

 
 

 

 
La  Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a tenté de retarder la publication des données de sécurité du vaccin COVID-19 de Pfizer jusqu'à 75 ans, malgré l'approbation de l'injection après seulement 108 jours d'examen de sécurité, le  11 décembre 2020 .
 

Mais début janvier 2022, le juge fédéral Mark Pittman leur imposé de publier 55.000 pages par mois. Ils en ont publié 12.000 fin janvier.

 

Depuis lors, PHPT a publié tous les  documents  sur son site Web. La dernière publication s'est produite le 2 mai 2022.

 

L'un des documents contenus dans la publication de données est 'reissue_5.3.6 postmarketing experience.pdf' . La page 12 du document confidentiel contient des données sur l'utilisation de l'injection Pfizer Covid-19 pendant la grossesse et l'allaitement.

 

Pfizer déclare dans le document qu'au 28 février 2021, il y avait 270 cas connus d'exposition à l'injection d'ARNm pendant la grossesse.

 
 

Cent quarante-six de ces mères n'ont pas signalé immédiatement la survenue immédiate d'un événement indésirable clinique. Mais 124 des 270 cas mères l'ont fait. Cela signifie que 46 % des mères exposées à l'injection Pfizer ont subi une réaction indésirable.

 

Sur ces 124 mères souffrant d'un effet indésirable, 49 ont été considérés comme des effets indésirables non graves, tandis que 75 ont été considérées comme graves. Cela signifie que 58% des mères qui ont déclaré avoir subi des effets indésirables ont subi un événement indésirable grave allant de la contraction utérine à la mort fœtale.

 
 

Au total, 4 cas graves de fœtus/bébés ont été signalés en raison d'une exposition à l'injection de Pfizer. Les 4 cas graves impliquaient les événements suivants :

 
  • limitation de la croissance fœtale x2
  • Bébé prématuré x2
  • Décès néonatals x1
 
 

Mais voici où les choses deviennent préoccupantes : Pfizer déclare que sur les 270 grossesses, ils n'ont absolument aucune idée de ce qui s'est passé dans 238 autres.

 
 

Voici les résultats connus des grossesses restantes :

 
  • Avortement spontané (fausse couche) x23,
  • Résultat en attente x5,
  • Bébé prématuré avec décès néonatal x 2,
  • Avortement spontané avec mort intra-utérine x2,
  • Avortement spontané avec décès néonatal x 1
  • Résultat normal x1
 
 
 

Il y avait 34 résultats au total au moment du rapport, mais 5 d'entre eux étaient toujours en attente. Pfizer note que seulement 1 des 29 résultats connus étaient normaux, tandis que 28 des 29 résultats ont entraîné la perte/mort du bébé. Cela équivaut à 97% de tous les résultats connus de la vaccination contre le Covid-19 pendant la grossesse entraînant la perte de l'enfant.

 

Lorsque nous incluons les 5 cas où le résultat était toujours en attente, cela équivaut à 82 % de tous les résultats de la vaccination contre le Covid-19 pendant la grossesse, entraînant la perte de l'enfant. Cela équivaut à une moyenne d'environ 90 % entre le chiffre de 82 % et celui de 97 %.

 

Ce chiffre de 82% est cependant très intéressant, si l'on considère les résultats d'une autre étude menée par l'équipe du registre de grossesse V-Safe COVID-19 des Centers for Disease Controls. Une étude qui a été utilisée pour justifier non seulement d'offrir, mais de harceler les femmes enceintes pour qu'elles se fassent injecter au Royaume-Uni.

 

Nous avons révélé en exclusivité, en juillet 2021, comment les données avaient été manipulées par des scientifiques réalisant une étude en réel, pour le CDC, afin de montrer que les vaccins Covid-19 pouvaient être utilisés sans danger pendant la grossesse.

 

Les auteurs ont affirmé que le nombre de personnes ayant subi un avortement spontané (fausse couche), au cours de l'étude, était de 104 sur 827 grossesses terminées, ce qui équivaut à 12,6 % du risque de fausse couche; 7 à 12 % de moins que le risque de fausse couche dans la population générale !

 
 

Cependant, notre analyse a prouvé que ces chiffres étaient trompeurs, en raison du fait que sur les 827 grossesses terminées, 700/86% des femmes avaient reçu une dose du vaccin Pfizer ou Moderna au cours du troisième trimestre de la grossesse, ce qui signifie qu'il leur était impossible de faire une fausse couche car elles ne peuvent survenir qu'avant la 20ème semaine de grossesse.

 

Cela signifie que seulement 127 femmes ont reçu le vaccin Pfizer ou Moderna au cours du premier/deuxième trimestre, 104 d'entre elles perdant malheureusement leur bébé.

 

Par conséquent , le taux d'incidence des fausses couches est de 82 %, et non de 12,6 %, comme présenté dans les résultats de l'étude, et les auteurs de l'étude ont depuis admis qu'ils avaient commis une erreur, en émettant une correction six mois trop tard parce que l'étude avait été utilisée pour justifier la vaccination des femmes enceintes et des nouvelles mères à travers le monde.

 

 

 
 

Il y a encore ce chiffre de 82 %. Il s'agit donc de deux ensembles de données, les données confidentielles de Pfizer et l'étude manipulée du CDC, qui a démontré que le taux de perte par grossesse après la vaccination est de 82 %. Coïncidence ?

 

Très peu probable, si l'on considère ce que les régulateurs de médicaments et Pfizer ont essayé de dissimuler.

 

Une demande de « liberté d'information » accompagnée d'une plongée en profondeur dans la seule étude de grossesse/fertilité réalisée sur l'injection Pfizer, révèle que Pfizer et les régulateurs de médicaments ont caché les dangers de la vaccination pendant la grossesse parce que l'étude a révélé qu'elle augmente le risque de malformations congénitales et d'infertilité.

 

Vous pouvez lire l'enquête complète ici , mais voici un extrait de ce qui aurait dû être inclus dans les documents publics officiels, et qui ne l'a pas été par la suite :

 
 

La décision de la FDA de ne pas agir sur les données de Pfizer et la dissimulation des résultats des études sur les animaux par Pfizer et les régulateurs de médicaments du monde entier, ont conduit à 4.113 décès fœtaux signalés aux États-Unis seulement en tant que réactions indésirables aux injections au 22 avril 2022.

 
 

Jetez un œil à ces données provenant d'Écosse :

 
 

Public Health Scotland (PHS) dispose d'un tableau de bord complet sur les impacts plus larges de Covid-19 sur le système de santé, et il comprend toute une gamme de données allant des statistiques de santé mentale aux grossesses, aux données sur les troubles cardiovasculaires et au cancer.

 

Les chiffres officiels que le taux de décès néonatals est passé à 4,6 pour 1.000 naissances vivantes en mars 2022, soit une augmentation de 119 % par rapport au taux de décès attendu. Cela signifie que le taux de mortalité néonatale a atteind un seuil d'alerte supérieur, appelé «limite de contrôle», pour la deuxième fois en au moins quatre ans.

 

La dernière fois qu'il a franchi la limite, c'était en septembre 2021, lorsque les décès néonatals pour 1.000 naissances vivantes ont grimpé à 5,1. Bien que le taux fluctue d'un mois à l'autre, le chiffre pour septembre 2021 et mars 2022 est comparable aux niveaux qui ont été généralement observés pour la dernière fois à la fin des années 1980.

 

Public Health Scotland (PHS) n'a pas officiellement annoncé avoir lancé d'enquête, mais c'est ce qu'ils sont censés faire lorsque le seuil d'alerte supérieur est atteint, et ils l'ont fait en 2021.

 

À l'époque, PHS a déclaré que le fait que la limite de contrôle supérieure ait été dépassée "indique qu'il existe une probabilité plus élevée qu'il existe des facteurs au-delà de la variation aléatoire qui peuvent avoir contribué au nombre de décès survenus". Vous pouvez en savoir plus ici .

 

Nous avons soit un problème sérieux ici, soit un tas de terribles coïncidences, et tout est survenu grâce à cette affirmation incroyable faite par Pfizer dans leurs documents confidentiels, en réponse aux 82 à 97 % des femmes exposées par erreur à l'injection pendant leur grossesse, perdant leur enfant :

"Aucun signal de sécurité n'a émergé de l'examen de ces cas d'utilisation pendant la grossesse et pendant l'allaitement."

 

Voyez par vous-même aux pages 12 et 13 du document confidentiel que vous trouverez ici.

Source

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 17:10

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé samedi une nouvelle loi qui interdit les partis d'opposition et permet à son régime de saisir leurs biens.

 

 

 

La loi interdit aux partis d'opposition d'opérer en Ukraine.

 

La nouvelle a été rapportée pour la première fois par  UKRinform :

 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé la loi n° 7172-1 sur l'introduction d'amendements à certains actes législatifs de l'Ukraine concernant l'interdiction de l'activité des partis politiques.

C'est selon  le site Internet  de la Verkhovna Rada, rapporte Ukrinform.

La législation élargit la liste des motifs d'interdiction d'un parti politique devant les tribunaux. Les motifs pertinents sont la justification, la reconnaissance comme licite ou la négation d'une agression armée contre l'Ukraine, y compris en présentant l'agression armée de la Fédération de Russie et/ou de la République du Bélarus contre l'Ukraine comme un conflit interne, un conflit civil ou une guerre civile.

On s'attend à ce que si un parti est interdit par le tribunal, ses biens, fonds et autres actifs deviennent la propriété de l'État.

 

 

Conflit en Ukraine: les livraisons d’armes françaises vont monter «en intensité», promet Macron à Zelensky… Inquiétant !

Si l’Ukraine gagne pourquoi les États-Unis demandent-ils un cessez-le-feu ?
 

 

Hier, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a appelé le ministre de la Défense de la Fédération de Russie, Sergei Shoigu.

 

Pourquoi ?

 

 

 

Le rapport des Etats Unis concernant l’appel dit :

Le 13 mai, le Secrétaire à la Défense Lloyd J. Austin III s’est entretenu avec le Ministre russe de la Défense Sergey Shoygu pour la première fois depuis le 18 février. Le secrétaire Austin a demandé instamment un cessez-le-feu immédiat en Ukraine et a souligné l’importance de maintenir les lignes de communication.

Austin est à l’origine de l’appel et les États-Unis cherchent à obtenir un cessez-le-feu en Ukraine !!!

 

 

 

Ne nous dit-on pas que l’Ukraine est en train de gagner la guerre ? Qu’elle va bientôt repousser les forces russes au-delà de la frontière ? L’opération « d’affaiblissement de la Russie », qu’Austin avait publiquement annoncée il y a deux semaines, ne semble pas aller si bien que ça.

 

Je vous l’avais dit !

 

Gonzalo Lira pense que cet appel laisse présager un effondrement prochain des forces ukrainiennes. Espérons que c’est effectivement le cas car cela semble être la seule chance que la guerre se termine bientôt.

 

L’Ukraine perd jusqu’à 15.000 hommes par mois dans la guerre. Le total des pertes ukrainiennes, morts et blessés, s’élève probablement déjà à 50.000. Les armes que les États-Unis et d’autres pays fournissent ne sont pas suffisantes pour soutenir la guerre. L’Ukraine n’a plus que 3 jours de réserves de diesel et d’essence. Le gros de ses forces est immobile et se fait encercler par les forces russes. Leur situation est désespérée.

 

Le Pentagone sait bien sûr tout cela et c’est pourquoi Austin a pris l’initiative d’appeler et de demander un cessez-le-feu.

 

La partie russe n’acceptera pas de cessez-le-feu. À moins que l' "Occident" ne propose d’annuler les 6.400 mesures de sanction qu’il a prises à l’encontre de la Russie.

 

Il y a eu récemment un certain nombre d’autres points qui ont fait pencher la balance en faveur de la Russie :

 
  • Les perspectives économiques de la Russie sont bonnes. Elle prévoie une récolte de blé record. Ses mesures internes visant à compenser les résultats des sanctions fonctionnent. Les contre-sanctions que la Russie a maintenant initiées contre ses ennemis commencent à être efficaces.
  • La Hongrie a bloqué les sanctions européennes contre le pétrole russe.
  • La Turquie ralentit, voire va bloquer, l’entrée dans l’OTAN de la Suède et de la Norvège, car ces pays soutiennent les Kurdes.
  • Les livraisons d’armes américaines à l’Ukraine cesseront le 19 mai, à moins que le Congrès n’autorise de nouvelles livraisons.
  • Le sénateur Rand Paul a bloqué le projet de loi nécessaire en demandant, ce qui est tout à fait raisonnable, qu’un inspecteur général examine la destination des 40 milliards de dollars destinés à l’Ukraine. Les Démocrates n’apprécieront certainement pas cette initiative.
  • Le prix de l’essence aux États-Unis a atteint un niveau record.
  • Les prix du gaz naturel européen ont également bondi après que l’Ukraine a bloqué le flot russe dans l’un des pipelines et que l’approvisionnement par le pipeline Yamal, via la Pologne, a été arrêté en raison des contre-sanctions russes.
  • Le Monde a vérifié et publié une vidéo montrant un « bataillon de volontaires » ukrainien, dirigé par un criminel notoire, torturant des prisonniers de guerre russes.
  • La Russie a publié de nouveaux documents sur la « recherche » biologique de l’armée américaine en Ukraine. D’autres pays se posent également des questions sur ces activités.
 

Le ministère britannique de la Défense affirme que la Russie a perdu une quantité importante de matériel et d’hommes lors de la tentative de traversée du fleuve Seversky Donets. Toutefois, les photos aériennes publiées par le ministère ukrainien de la Défense montrent qu’environ la moitié des véhicules détruits sont des BMP-1 dotés d’une petite tourelle originale pour un seul homme et d’un canon de 73 mm. On dit que la Russie ne possède plus ce modèle. Tous ses BMP-1 en service actif auraient été modernisés et sont désormais équipés de tourelles différentes, de mitrailleuses de 30 mm et de canons plus longs. Ce passage a dû donner lieu à une importante bataille, les deux camps ayant probablement subi de lourdes pertes. De plus, les combats se déroulent maintenant sur le côté ouest de la rivière. Les forces russes ont donc pu traverser la rivière en nombre significatif.

 
 
 

Moon of Alabama

 

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Partager cet article
Repost0

Pages